Ils se sont fait une spécialité de dévoiler l’intérieur des abattoirs ou des élevages industriels à coups de vidéo choc. En revanche, découvrir l’environnement de travail de l’association L214, qui lutte contre la maltraitance animale et vient de dévoiler un nouveau scandale dans un abattoir français, est plus malaisé. « On travaille essentiellement à la maison, comme la plupart de nos militants. Je suis un peu casanière », explique en souriant Brigitte Gothière, 43 ans, porte-parole de l’association, sise à Lyon.