Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
oskarnika

Onguent Ægyptiac ou "Onguent des Gitans"

Messages recommandés

Ägyptische Salbe







Hospitalia Apothecaria Loteva


ONGUENT ÆGYPTIAC. Unguentum Ægyptiacum.








Du latin «Unguĕn», un onguent est une forme galénique de consistance semi-solide et visqueuse composée de cire, de corps gras ou de miel dans lesquels on aura mêlé les principes actifs.

Les onguents sont généralement destinés à être appliqués sur des lésions réclamant une couverture adhérente et étanche tout en diffusant les principes actifs qu'il contient.

Ce sont les plus anciens remèdes connus dans l'histoire de la médecine humaine et vétérinaire, ils étaient utilisés en Égypte, en Inde, en Chine, en Arabie et sur le continent Amérindien.

Le composant essentiel de l'Onguent Ægyptiac est l'acétate de cuivre hydraté ou "verdet" qui recèle de puissantes vertus antiseptiques et astringentes.

Dans le "Papyrus Ebers", le plus ancien traité de médecine connu et rédigé au XVIe siècle avant notre ère durant le règne d'Amenhotep Ier, décrit l'usage de l'acétate de cuivre hydraté dans la médecine empirique et les pratiques d'embaumement.

Au tout début du XIème siècle, dans son œuvre magistrale de 1522 «Avicenii Liber canonis totius Medicinæ», le médecin et savant Persan Avicenne mentionne l'oxyde naturel de cuivre dans l'élaboration de l'Onguent Ægyptiac, parmi l'énumération de 760 médicaments composés.

Dans leurs traités d'hippiatrie, Laurentius Rusius (1288-1347), Philibert Guybert (1575-1633), Jacques de Solleysel (1617-1680), Philippe-Étienne Lafosse (1738-1820), préconisent l'usage de cet onguent dans les affections sanieuses des pieds du cheval.

Malgré son appellation, cet onguent ne serait pas originaire d’Égypte mais de l'Inde.

Sa formule aurait été élaborée par les Gitans originaires du Penjab et du Rajasthan qui, au cours de leurs pérégrinations l'auraient transmise oralement en Europe dès le Moyen-Age où elle aurait été reprise et utilisée par les hippiatres.

A cette époque, ce peuple de nomades étant supposé être originaire d’Égypte, ils furent appelés "Égyptiens" (d'où les termes "Gitans", "Gypsies", "Gitanos"...).

L'appellation "Onguent Égyptien" relève donc de cette confusion historico-géographique.



In «Le Parfaict Mareschal». Jacques de Solleysel. 1664


In [i]«Caritativis Medicus». Philibert Guybert. 1623[/i]



L'«Onguent Escharotique de Dorvault» (Édition "L'officine" de 1875) a remplacé l'appellation «Onguent Ægyptiac», cette formule fut prescrite comme telle par les vétérinaires et maréchaux jusque dans les années 1930 :

Miel blanc                             280
Vinaigre fort                         140
Verdet (Acétate de cuivre)  100

L'Onguent Ægyptiac était utilisé dans les affection putrides de la fourchette et de la sole provoquées par des bactérie anaérobie dont le "Fusobacterium" et des champignons microscopiques dont le "Génius Scedosporium".

Il est à ce jour produit sous l'appellation "Onguent Égyptien" ou "Pommade Egyptienne" contre les affections putrides des pieds des chevaux.



©️ 2020

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.