Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
Merlin111

Un peu, beaucoup, passionnément...à la folie ou" l'animal hoarding"

Messages recommandés

SOURCE : http://spatourcoing.over-blog.fr/article-un-peu-beaucoup-passionement-a-la-folie-81602231.html

Un peu, beaucoup, passionnément...à la folie

« Besoin compulsif d’accumuler des animaux en nombre tel que l’on se trouve dans l’incapacité de les nourrir et de les soigner correctement » ; telle est la définition du syndrome baptisé « animal hoarding », ou « collectionneur pathologique d’animaux ».



La misère à nos portes

70 chats dans un F2

Ce phénomène n’est pas rare et les délégués-enquêteurs de la SPA de Tourcoing peuvent en témoigner pour être souvent confrontés à cette triste réalité.



Chaque année, de nouveaux cas nous sont signalés, tels que celui des 70 chats récemment retirés dans un F2 à Lille.



De même pour la SPA de Béthune qui vient de récupérer 47 chiens et une dizaine de chiots à Haillicourt.



La tâche est ardue pour les organismes de protection animale car elle ne se limite pas au retrait. Il faut ensuite héberger, soigner et nourrir les animaux sauvés, puis trouver des adoptants qui les accueilleront, mais également surveiller les maltraitants à vie pour les empêcher de reproduire le même phénomène.



Pécher par excès

70 chats retirés par la SPA

Ces personnes accueillent chez elles un nombre inconsidéré d’animaux, clamant un amour passionnel et sont convaincues d’agir pour leur bien. Elles refusent de se séparer de leurs compagnons d’infortune entassés malgré eux dans des conditions sordides.



Rapidement débordées, elles ne peuvent plus assumer la charge de leurs animaux et leur domicile se transforme en un véritable taudis (sol jonché d’excréments et de cadavres, malnutrition sévère et état sanitaire désastreux).



Lorsque les autorités et les organismes de protection animale interviennent, les animaux sont retirés, nourris, soignés et placés s’ils sont suffisamment sociabilisés, mais il est parfois trop tard pour certains qui doivent malheureusement être euthanasiés.



Les statistiques montrent que ce trouble du comportement, assimilable à un TOC (Trouble Obsessionnel Compulsif) atteint majoritairement des femmes, vivant seules, et qui manifestent un déni total quant à leur pathologie et à ses conséquences pour elles-mêmes et leurs animaux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.