Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
Dunette Castagnette

1 cas de rage en Espagne : vaccin or not vaccin ? That is the question ....

Messages recommandés

Un cas de rage canine en Espagne relance le débat sur l’utilité de respecter les formalités d’importation des carnivores domestiques
17 juil

Un cas de rage sur un chien en Espagne a été confirmé fin du mois de juin dernier.

Dans la région de Tolède, en Espagne, un chien, ramené illégalement du Maroc, a approché et mordu plusieurs personnes (dont un enfant de 2 ans, grièvement) avant d’être confirmé comme porteur de la rage. Il a ensuite été euthanasié.

Les autorités espagnoles ont lancé une alerte dans les régions où cet animal a transité. Les zones concernées sont les suivantes : un périmètre de 20 km autour de Tolède, la ville de Monzon, province de Huesca en Aragon, les provinces et les villes de Barcelone et Gérone en Catalogne. Des animaux pourraient de nouveau avoir été contaminés dans ces zones, alors que la rage avait été éliminée d’Espagne depuis 1978.

Le risque d’exposition remonte en fait au 1er mai 2013 et les personnes qui ont été victimes de morsures (par tout animal, pas uniquement des chiens) depuis cette date dans les zones citées, qu’elles soient restées en Espagne ou retournées dans leur pays d’origine, sont invitées à consulter.

Comme il est très compliqué dans ce cas précis de savoir quels animaux ont été en contact avec le chien atteint de la rage (car ce chien est resté – porteur de la rage - environ 2 mois sur le territoire espagnol), l’Espagne n’est donc plus considérée à ce jour comme un pays indemne de rage canine.

L’occasion pour moi de vous rappeler la législation en vigueur…

Je me permets de rappeler à chacun d’entre vous l’utilité de l’identification et du vaccin rage.

Oui, effectivement, la rage ne court pas les rues en France, ça se saurait si c’était le cas. Mais lors de l’émergence d’un cas de rage importé d’un pays étranger, avec un peu de malchance, si votre animal a été en contact avec le cas suspect et qu’il n’est pas identifié ni vacciné, la législation oblige son euthanasie. Alors qu’il sera simplement surveillé si il l’est.

A bon entendeur, donc…

Ce cas permet également de rappeler que les formalités douanières d’importation d’animaux ne sont pas inutiles et faites uniquement pour vous enquiquiner, loin de là!

Pour importer un chien en France (comme en Espagne!) depuis un pays non-indemne de rage comme le Maroc, ce chien doit être identifié, vacciné contre la rage, et doit subir une prise de sang de recherche d’anticorps contre la rage par un laboratoire d’Etat agréé, prouvant un taux suffisant justifiant sa vaccination correcte. Les contrôles de rigueur n’ont donc pas été effectués sur ce chien dans ce cas précis.

Alors oui, bien sûr, si vous voyagez à l’étranger avec votre compagnon, vous savez que vous devez le faire vacciner contre la rage. Le passeport, la puce électronique, tout ça, vous le savez.

Mais si votre animal vit tranquillement dans votre appartement, vous vous dites que question rage, vous êtes plutôt peinard. Et vous n’avez pas vraiment tort, … SAUF QUE! …

La France est indemne de rage vulpine (de renard) depuis 1998. Et de rage canine depuis 2001. C’est à dire qu’aucun cas de rage franco-français n’y a été déclaré depuis ces dates.

Oh oui, il y a bien quelques cas sporadiques qui affolent la presse. Mais il s’agit à chaque fois de cas de rage d’animaux importés de l’étranger. Comme ce dernier cas en Vendée, dont je vous avais parlé ici.


Rapport World Health Organization 2012 : risque de rage en fonction des pays

Rapport World Health Organization 2012 : risque de rage en fonction des pays



Alors pourquoi faire vacciner son animal contre la rage s’il n’y a plus de rage en France??

Je reprends donc le dernier cas de rage canine sporadique en France : de ce chiot ramené du Maroc en Vendée en août 2011.

Le chiot importé de l’étranger et porteur de la rage a été diagnostiqué rapidement par un vétérinaire.

Les personnes ayant été en contact avec cet animal ont toutes été traitées préventivement. Car le vaccin contre la rage est préventif mais aussi curatif si il est pratiqué précocement après la morsure ou le léchage d’une plaie ouverte par un animal enragé.

Les animaux ayant été en contact avec l’animal enragé ont été divisé en deux groupes : ceux vaccinés (et identifiés) et ceux non vaccinés contre la rage. Les animaux vaccinés (et identifiés, par tatouage ou puce électronique) ont été placé sous surveillance vétérinaire. Une fois l’épidémiosurveillance assurée, ces animaux ont continué leur petite vie comme si rien ne s’était passé.

Les animaux non vaccinés (ou non identifiés) ont été tout simplement euthanasiés.

En France, en matière de santé publique, on applique la technique du risque zéro. Et je pense sincèrement qu’il s’agit de la bonne formule.

Vous l’aurez donc compris, vacciner votre chien, votre chat ou votre furet contre la rage sert tout simplement à le protéger. Et à vous protéger vous et votre entourage.

Donc même si votre chien, votre chat, ou votre furet vit dans notre belle ville et qu’il ne quitte jamais Paris, "on ne sait jamais"!

Le B.A.-BA est donc celui ci : chien, chat, furet, même combat! :

- On le fait identifier (car si il n’est pas identifié et qu’il a été en contact avec un animal importé suspect de rage et qu’il n’est pas identifié, il sera aussi euthanasié) par microchip (le tatouage, c’est so 2010 : totalement révolu)

- Votre vétérinaire vous fournit un passeport pour votre animal (car vous l’avez fait identifier)

- On le fait vacciner contre la rage (et contre toutes les autres maladies dont la prophylaxie peut être assurée par leur vaccination) et le vétérinaire l’annote dans le passeport



Voici en lien, la page internet du Ministère de la Santé qui explique les différentes modalités à remplir pour l’importation d’animaux depuis des pays extérieurs à l’Union Européenne : ICI.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un cas de rage sur un chien rapporté du Maroc en Vendée
12 août 2011
rss_off
Imprimer Grossir la taille des caractères taille de caractères normals

Recommandations pour l’importation d’animaux en France et en Europe

Un cas de rage diagnostiqué récemment en Vendée sur un chiot rapporté illégalement du Maroc rappelle à l’ensemble des voyageurs que cette maladie mortelle transmissible à l’homme est encore présente dans de nombreux pays

Les ministères en charge de l’Agriculture et de la Santé rappellent qu’il est interdit de ramener en France ou en Europe un animal ne satisfaisant pas aux exigences sanitaires françaises et européennes.

Les conséquences de telles négligences sont importantes : le cas de Vendée a d’ores et déjà entraîné la mise sous surveillance vétérinaire et l’euthanasie de plusieurs animaux et huit personnes ont été placées sous traitement antirabique à titre préventif.

La confirmation d’un cas de rage chez un animal conduit à des mesures lourdes tant pour les personnes que pour les animaux ayant été en contact avec l’animal enragé.

Au cours des dix dernières années, neuf cas de rage ont été diagnostiqués chez des chiens en France. Chacun de ces cas était directement ou indirectement lié à l’importation irrégulière d’un chien en provenance d’un pays où sévit cette maladie.

Pour être légalement importés en France à partir de pays extérieurs à l’Union européenne, les carnivores domestiques accompagnant les voyageurs doivent être correctement identifiés, valablement vaccinés contre la rage et répondre aux exigences sanitaires qui sont fixées selon les pays et disponibles auprès des ambassades ou sur le site Internet du ministère en charge de l’agriculture.

En cas de morsure par un chien, un chat ou tout autre carnivore, il faut immédiatement nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon, rincer abondamment et appliquer une solution antiseptique.

Il est indispensable que tout chien ou chat ou autre carnivore ayant mordu ou griffé une personne, soit présenté à un vétérinaire dans les 24 heures suivant la blessure et de consulter rapidement un médecin, qui pourra, selon le contexte, orienter la personne mordue vers un centre antirabique.
Recommandations aux voyageurs :

En plus de l’identification et de la vaccination, les carnivores domestiques doivent avoir subi un titrage satisfaisant des anticorps antirabiques (examen à effectuer en laboratoire agréé afin de s’assurer de l’efficacité de la vaccination contre la rage. Cet examen nécessite une prise de sang effectuée au moins 30 jours après la vaccination et au moins 3 mois avant l’importation). Certains pays extérieurs à l’Union européenne sont dispensés du titrage des anticorps antirabiques.
http://agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/imp-cpgnie060111.pdf

L’animal doit aussi être accompagné du certificat sanitaire original établi par un vétérinaire officiel du pays de provenance (ou du passeport pour animal de compagnie pour les animaux originaires de l’Union européenne). Ce certificat doit être accompagné des justificatifs de vaccination contre la rage.

Recommandations en cas de morsure :

La rage est transmissible par morsure, léchage de peau lésée ou griffure par un animal enragé pendant toute la période d’excrétion du virus chez l’animal, soit 15 jours avant l’apparition des signes de la maladie.
Il convient de souligner l’efficacité du traitement préventif post exposition de la rage humaine, s’il est administré avant l’apparition des symptômes.
D’une manière générale, il importe de rappeler les recommandations suivantes :
• en cas de morsure par un chien, un chat ou tout autre carnivore, il faut immédiatement nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon, rincer abondamment et appliquer une solution antiseptique. Il est indispensable de consulter rapidement un médecin, qui pourra selon le contexte orienter la personne mordue vers un centre antirabique ;
• tout chien ou chat ou autre carnivore ayant mordu ou griffé une personne, doit être présenté à un vétérinaire par son propriétaire dans les 24 heures suivant la blessure. L’animal fait l’objet d’une surveillance sanitaire par le vétérinaire pendant 15 jours ;
• il ne faut pas manipuler les animaux sauvages ou errants surtout lorsqu’ils sont trouvés malades ou blessés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'ai remis le texte ici car parfois il arrive que les liens disparaissent alors que le contenu est très intéressant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
MErci de l'info Merlin et Dunette, il est très utile de le rappeler que la rage n'est pas anodine, cela ne se passe pas seulement chez les autres...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
En Espagne cela à fait beaucoup de bruit car la Saprona à euthanasie en masse Tolède est tout au Sud le pire de l'Espagne mais il est bon de savoir que si en France il y a un problème les autorités appliqueront des mesures de précaution comme cela à déjà été fait

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
donc double prudence si Vous craquez, en vacances pour un chiot mal en point au bord de la route

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.