Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
em7711

Kinosternon baurii

Messages recommandés

KINOSTERNON BAURII





Nom commun: Cinosterne de Baur, Striped Mud Turtle.

Famille : Kinosternidae

Genre : Kinosternon

Espèce : Kinosternon baurii

Répartition : Côte sud-est des Etats-Unis, du sud de la Virginie, Caroline du nord, Caroline du sud, Géorgie et Floride.



Habitat naturel : Fleuves lents, rivières aux fonds boueux avec une végétation abondante, marécages, étangs, canaux.


Taille : C’est une petite espèce, sa taille ne dépasse pas 12 cm.


Description: Sa tête est de forme conique, de couleur sombre (noirâtre) avec 2 lignes jaune clair qui vont de la pointe du museau, passent respectivement au dessus et au-dessous de l’œil et se poursuivent au niveau du cou.
Sa dossière est déprimée en partie vertébrale. Elle est en générale plus large que haute. Elle est très sombre, presque noir, avec 3 lignes longitudinales jaunes, qui tendent à s’assombrir avec l’âge. Les bords des marginales sont jaunes également.



Le plastron est jaune à olivâtre, avec une marque sombre, centrale, en forme d’étoile dont les branches suivent les sutures. Il comporte 11 écailles. Il possède deux charnières : il est donc doublement articulé (la mobilité n’apparaît que 3 mois après l’éclosion). L’encoche anale est peu marquée.



Les pattes, sombres, sont palmées. Elles possèdent cinq griffes.

Remarque: il existe des variabilités individuelles au niveau de la couleur, qui peuvent être assez importantes! En voici un exemple:






Dimorphisme Sexuel : Les mâles sont un peu plus petits et ont une queue plus longue et plus épaisse que les femelles (on peut le voir sur la photo précédente qui représente une femelle et un mâle adultes côte à côte).

Voici la queue de la femelle:


Et voici celle du mâle:


Les mâles ont également une griffe cornée au niveau de la queue et des écailles rugueuses à l’intérieur des cuisses.


Maintenance :
- Adultes et sub-adultes :
Ces tortues sont actives toute l’année, elles n’hibernent pas. Dans la nature, on peut les observer régulièrement sur la terre ferme, à la recherche d’un endroit pour pondre ou d’une zone inondée.
En captivité, un volume de 100 litres permet d’accueillir 2 individus. Il doit comporter des cachettes (plantes artificielles, écorce de liège…). Attention cependant, il faut faire en sorte que les tortues ne puissent pas se coincer (risque de noyade dans ce cas).
La profondeur de l’eau est faible, car ce ne sont pas de bonnes nageuses, elles se contentent de marcher au fond de l’eau. 15  cm sont donc suffisants pour des adultes.
La température peut varier de 25 à 28°C. Il est conseillé de ménager une période de repos de quelques semaines à 12-15°C pour faire une pause dans la reproduction.
Il faut prévoir une lumière tamisée, cette espèce n’apprécie pas un éclairage direct.
Les UV ne sont pas nécessaires, à partir du moment où l’alimentation est variée.
Il faut une filtration assez puissante pour un bac contenant des adultes.
Un tiers du bac doit être occupé par une zone terrestre : plage flottante ou bac rempli d’un mélange de sable et de terreau (ou de fibre de coco pour moins salir), qui sert à la fois de zone terrestre et de bac de ponte.
Une lampe chauffante doit être disposée au-dessus de la zone terrestre, de façon à ce que la température soit d’environ 5°C plus chaude que celle de l’eau.
Les mâles doivent être élevés séparément des femelles. Ces dernières peuvent par contre cohabiter sans problème.
- Bébés :
Vu leur toute petite taille à la naissance (environ 1,5 cm de plastron), il faut les installer dans un petit bac avec très peu d’eau pour éviter les risques de noyade. 2 à 3 cm d’eau suffisent. Le décor doit être minimal pour qu’elles ne risquent pas de se coincer et de se noyer : on peut mettre une plante artificielle pour qu’elles puissent se cacher, éventuellement un abri type demi pot de fleur en terre cuite (ça se scie très bien)…
Il faut changer l’eau assez souvent car il n’est pas possible de mettre un filtre dans si peu d’eau.
La température de l’eau doit être à 24-25°C. Comme un chauffage ne peut pas non plus être placé dans si peu d’eau, on peut installer un câble chauffant (un 15 watts est amplement suffisant) sous le bac, branché à un thermostat. Il faut également couvrir le bac pour éviter les déperditions de chaleur
Cette maintenance est valable pendant la première année de leur vie, le temps qu’elles grandissent un minimum (la croissance est très lente chez cette espèce).


Nouveau-né :






Bac pour bébés :


Thermostat branché sur le câble chauffant :



Alimentation :
Dans la nature, elles sont omnivores opportunistes : graines, feuilles, végétation aquatique, algues, insectes, petits escargots, vers, charognes (poissons morts). Elles fouillent dans les bouses de vache pour y dénicher des insectes.
En captivité, elles semblent avoir une attitude plutôt carnivore, boudant les végétaux qu’on leur propose. On peut leur donner de la volaille crue, du poisson cru (truite, gardon), des rosés de souris, une fois tous les 15 jours du foie de veau ou de volaille pour l’apport en vitamine A, des crevettes crues, des vers, des insectes, des petits escargots. On peut aussi leur proposer de temps en temps des endives, du cresson, de la laitue d’eau ou de la jacynthe d’eau par exemple, mais il n’est pas sûr que ces végétaux soient consommés.
Il est bon de mettre à leur disposition un os de seiche pour l’apport en calcium.

Reproduction : Dans la nature, les Kinosternon baurii atteignent la maturité sexuelle vers 5-6 ans. Les accouplements ont lieu en général entre mars et octobre. Les œufs sont déposés dans du sable ou des débris végétaux, à proximité de points d’eaux. Une ponte compte jusqu’à 7 œufs. Les œufs sont de forme elliptique, blancs, mats, mesurant 17 mm x 30 mm en moyenne (poids environ 5 grammes). Il peut y avoir jusqu’à 3 pontes par an. L’incubation dure de 80 à 145 jours.


Statut règlementaire : Les Kinsternon Baurii ne sont pas soumises à la réglementation de la CITES, ni à la règlementation européenne. Elles n’apparaissent pas non plus sur les annexes I et II de l’arrêté du 20 mars 2007 (modifiant celui du 10 août 2004).
Elles ne font pas partie des espèces considérées comme dangereuses.
Elles sont menacées du fait d’une forte urbanisation de la côte sud-est des Etats-Unis et de l’action de l’homme sur leur environnement (assèchement des zones humides).


Sources:
- Toutes les tortues du monde de Franck Bonin, Bernard Devaux et Alain Dupré. Editions Delachaux et Niestlé.
- Austins Turtle Page: http://www.austinsturtlepage.com/Care/caresheet-3_striped_mud.htm
- Captive Husbandry of Striped Mud Turtles. David T. Kirkpatrick, Ph. D.: http://www.unc.edu/~dtkirkpa/stuff/bauri.html
- Turtles of the worlds: http://nlbif.eti.uva.nl/bis/turtles.php?menuentry=soorten&id=177

Merci encore à Gwen pour ses photos d'adultes!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.