Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
jeje83111

Le crapaud commun

Messages recommandés


Le crapaud commun ou bufo bufo







Règne : Animalia

Embranchement : Chordata

Sous-embr. : Vertebrata

Classe : Amphibia

Sous-classe : Lissamphibia

Super-ordre : Salientia

Ordre : Anura

Sous-ordre : Neobatrachia

Famille : Bufonidae

Genre : Bufo



Crapaud ou grenouille ?

Il arrive encore souvent que le crapaud commun soit confondu avec une grenouille. Pourtant, les différences sont assez marquantes. Les pattes du crapaud sont beaucoup plus courtes que celle de la grenouille. Son dos est plat, non luisant, plissé et couvert de pustules.

Description :

Trapu et court sur pattes, le crapaud commun est l’amphibien le plus répandu en Europe. Sa peau est couverte de pustules qui contiennent des glandes secrétant soit un mucus qui évite le dessèchement de l’épiderme, soit un venin défensif. Le poison n’est toxique que pour les prédateurs qui tenteraient de le mordre. Les femelles peuvent mesurer jusqu’à 15 cm. La tête est large, le museau arrondi, l’iris est rouge ou orangé, la pupille est ovale et horizontale. Les doigts des mains ne sont pas palmés, contrairement aux orteils qui le sont partiellement. La coloration du dos, souvent uniforme, est assez variable, allant du beige, verdâtre et parfois avec une dominante rougeâtre. La face ventrale est blanc jaunâtre ou grisâtre avec des marbrures plus foncées.

Habitat et répartition :

L’amphibien se rencontre dans toute l’Europe à l’exception de l’Irlande, dans le nord de l’Afrique et l’ouest de l’Asie jusqu’à 3.000 mètres d’altitude. On le trouve un peu partout en plaine et dans les forêts en zone humide. Il vit sous terre et ne rejoint le milieu aquatique que lors de la phase de reproduction. Il est présent dans toute la France à l’exception de la Corse.
En Gironde, il couvre l’ensemble du département. Le crapaud est très ubiquiste, il vit à peu près partout en plaine avec une préférence pour les boisements frais, il est moins abondant dans les milieux secs et les zones inondables.
C’est l’un des rares anoures à avoir pu tirer profit de l’extension des plans d’eau artificiels.

Moeurs :

Ses mœurs son essentiellement terrestres, il ne gagne l’eau que pendant la brève période de reproduction. Bon marcheur, on peut le rencontrer très loin des plans d'eau (il peut s’éloigner de plusieurs kilomètres des sites de reproduction).


La reproduction :

L’âge de la maturité sexuelle varie de 3 à 7 ans dans le Nord, et un peu plus tôt dans le Sud. La reproduction se déroule de février à mars, dans des mares, des étangs, des fossés et souvent dans des plans d’eau de grandes dimensions présentant une profondeur moyenne de 50 cm à 2 mètres. Certains sites peuvent accueillir plusieurs milliers d’individus (les mâles sont 4 à 5 fois plus nombreux que les femelles)les combats entre mâles sont fréquents . Lorsque la femelle est prête et commence à pondre, le mâle attache les cordons à une plante et féconde les œufs au fur et à mesure qu’ils paraissent. La crapaude pond de 200 à 7000 œufs sous forme de 2 cordons gélatineux fixés aux tiges des végétaux aquatiques. Les œufs éclosent au bout d’une quinzaine de jours. Les têtards se regroupent en masse compacte le long des berges, ils arrivent à se développer dans les plans d’eau abritant une faune piscicole importante car ils sécrètent des substances répulsives

Alimentation :

Il est encore victime de nombreux préjugés qui lui valent d’être détruit par bêtise ; pourtant c’est un auxiliaire précieux du jardinier car ce batracien se nourris d’escargots, de vers insectes, limaces. Un régime alimentaire complété également par des araignées, vers de terres, fourmis, cloportes, scarabées. Protégeant ainsi les cultures de ces ravageurs, c est une bénédictions pour les jardiniers.

Particularités :

Le crapaud est tres casanier voir fénéant et peut passer sa vie dans un seul abri en général situé sous une pierre, une vieille souche, une anfractuosité etc...

Menaces :

Ces principaux prédateurs sont la Couleuvre à collier, le Héron cendré, le Hérisson, le Putois et la Loutre mais surtout l'Homme et en particulier la voiture lorsqu'il traverse les routes en période de migration, d'où l'installation de nombreux crapauds-duc sur ces axes migratoires. Les populations de crapauds paient parfois un lourd tribut à la circulation lorsqu’une route se situe à proximité des sites de reproduction (des études ont montré que seulement 10 à 15 véhicules par heure détruisaient 30 % d’une population).
Le crapaud est une espèce protégée en France (arrêté du 19 novembre 2007) et en annexe III de la convention de Berne.


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.