Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
Merlin111

PLANTES TOXIQUES ET VENENEUSES

Messages recommandés

http://www.afas-siamois.com/intox_plantes.htm


Quelques exemples parmi les plantes les plus toxiques ou les plus courantes dans nos appartements.

Principales familles de plantes toxiques
Familles

Espèces en cause
Aracées


Dieffenbachia sp.
Alocasia (ou Colocasia)
Anthurium sp.
Arisaema, Caladium
Monstera deliciosa (Philodendron pertusum)
Philodendron sp.
Xanthosoma sp
Zantedeschia (Arum des fleuristes)
etc. …

Ficacées


Ficus sp

Amaryllidacées


Narcisse et jonquille
Amaryllis
Clivia
Crinum
Hippeastrum

Iridacées


Iris

Liliacées
à toxicité digestive

Tulipe
Chlorophytum (Phalangium)
Jacinthe
Sanseveria
Yucca

à toxicité cardiaque

Muguet
Sceau de Salomon

à toxicité sanguine

Ail
Oignon
Échalote
etc.

Légumineuses


Abrus = Jequirity (Féve coccinelle)
Mimosa du japon (Poinciana)
Robinia pseudoacacia
Glycine
Cytise
etc.

Primulacées


Cyclamen
Primevères

Apocynacées


Allamanda cathartica
Diplodenia
Laurier rose (Nerium oleandu)

Euphorbiacées


Euphorbia pulcherrima = poinsettia (étoile de Noël)
Euphorbia milli = E. splendens (épine du christ)
Cociacum variegatum = croton
Pedilanthus

Éricacées


Azalées
Rhododendron

Solanées
à effet atropinique

Datura
Belladone

à effet nicotinique

Tabac

possédant d'autres effets toxiques

Solanum pseudocapsicum (Pommier d'amour)
S jasminoide (Faux jasmin)
S. capsicastrum
S. sodomeum


Les Aracées

[Philodendrons]
Espèces en cause :

Dieffenbachia sp., Alocasia (ou Colocasia), Anthurium sp., Arisaema, Caladium, Monstera deliciosa (Philodendron pertusum), Philodendron sp., Xanthosoma sp, Zantedeschia (Arum des fleuristes)…

La toxicité est maximale pour le Dieffenbachia et le Philodendron.

Les toxiques sont présents dans la sève (latex) qui sort par les blessures de la plante ou exsude des feuilles.

L’animal s’intoxique principalement en mordant les tiges ou les feuilles mais également, notamment pour le chat, en léchant son pelage souillé par le latex.

Le latex est très irritant pour les tissus avec lesquels il entre en contact : la bouche (hypersalivation, sensation de brûlure...), le pharynx (gêne respiratoire), l’estomac (vomissements...), la cornée (kératite, ulcère cornéen lors de projection de sève dans l’oeil), la peau, etc. L'évolution se fait sur quelques jours.

Le chat/chien est particulièrement sensible à ces plantes. Il peut parfois présenter en plus des signes "classiques" des complications rénales. Les signes de néphrite (crise d’urémie) apparaissent 1 à 2 semaines après les premiers signes cliniques. Du fait de lésions rénales, le taux de mortalité n’est pas négligeable.
Les ficacées (ficus)

[Ficus]

Ces caoutchoucs contiennent eux aussi des substances corrosives dans leur latex. Ils provoquent le même type de symptômes que les « philodendrons » (salivation, vomissements, diarrhée). L’évolution est généralement favorable sans séquelle. Malgré tout, des cas de gastro-entérites mortelles se produisent parfois dans l'espèce féline.
Les amaryllidacées

[Amaryllis, Narcisse, etc]
Espèces en cause :

Narcisse et jonquille, Amaryllis, Clivia, Crinum, Hippeastrum.

L'intoxication se produit par ingestion des bulbes ou des feuilles. Elle se traduit essentiellement par l'association classique "salivation, vomissements, diarrhée". Rarement, des symptômes nerveux (sédation, convulsions) et cardiovasculaires (hypotension, ralentissement cardiaque) peuvent apparaître.
Les iridacées
Espèces en cause :

Iris

Même toxicité que les Amaryllis.
Les liliacées
Liliacées à toxicité digestive

[Tulipe, Sanseveria]


Espèces en cause :

Tulipe, Chlorophytum (Phalangium), Jacinthe, Sanseveria, Yucca

Les toxines sont présentes dans les bulbes et à un moindre degré dans les feuilles. L’intoxication se produit essentiellement par ingestion de bulbes, ce qui n’en fait pas une cause majeure d’intoxication chez le chat.

A faible dose ces plantes entraînent des irritations locales : bouche (hypersalivation), appareil digestif (vomissements diarrhée), peau (dermites...) etc. Les symptômes apparaissent rapidement après ingestion. L'évolution est en général favorable en 1 ou 2 jours.. Par contre, si le chat est assez vicieux pour en avaler de grandes quantités, il risque de petits problèmes avec parfois des symptômes nerveux.

Concernant le Yucca, l'écorce, les racines et les feuilles sont toxiques.
Liliacées à toxicité cardiaque
Espèces en cause :

Muguet, Sceau de Salomon

L'intoxication se fait par ingestion des feuilles et des fleurs (en mai) ou des baies (en automne). D'après le centre antipoison vétérinaire, l'espèce féline est celle pour laquelle les intoxications au muguet sont les plus fréquentes.

La plante contient des substances cardiotoxiques. Lors d'ingestion massive, des troubles cardiaques apparaissent.
Liliacées à toxicité sanguine
Espèces en cause :

Ail, oignon, échalote etc.

Les symptômes peuvent apparaître à partir d'une consommation de 5 à 10 grammes d’oignon frais par kilo de poids, mettons 30g pour un chat. Cela peut arriver si le chat décide de descendre toute la sauce aux oignons de votre rôti...

Les toxines agissent sur les globules rouges qu'elles font éclater. Il en résulte une anémie puis une jaunisse. Les symptômes se déclarent généralement 1 à 3 jours après l'ingestion. La récupération est longue, 1 à 2 semaines. Si la dose absorbée est importante, l'évolution est potentiellement mortelle.

Même phénomène avec de grosses doses d’ail, d’échalote...
Les légumineuses ou « haricots »

[abrus]
Espèces en cause :

Abrus = Jequirity (Fève coccinelle) (Les fruits sont des graines ovoïdes de 4 à 10 mm de long, luisantes, noir et rouge, utilisées pour fabriquer des colliers.)

Mimosa du japon (Poinciana), Robinia pseudoacacia, glycine, cytise, …

Ce sont principalement (mais pas exclusivement) les fruits, les graines, qui sont toxiques : gastro-entérite hémorragique, et, dans les cas graves, symptômes nerveux et mort.
Les primulacées

[Cyclamen]
Espèces en cause :

Le cyclamen

La sève est irritante mais la partie la plus toxique de la plante est le rhizome. L’ingestion de ces racines entraîne une destruction des globules rouges, une gastro-entérite, des convulsions et peut aboutir éventuellement à la mort de l’animal.

[Primevere]
Espèces en cause :

Primevères
Les apocynacées

[Allamanda, Diplodenia] [Laurier rose]
Espèces en cause :

Allamanda cathartica, Diplodenia

Laurier rose (Nerium oleandu)

Le premier groupe de plantes est toxique par son latex irritant. Les troubles sont essentiellement digestifs, avec diarrhée sévère, parfois mortelle.

Le laurier rose quant à lui est toxique par son bois, ses feuilles, ses fleurs… La dose toxique est de l'ordre de 3 grammes de feuille par kilo. Toute la plante contient à la fois des substances irritantes et des produits cardiotoxiques. Les premiers symptômes sont liés à l'effet irritant (diarrhée, vomissements). Puis, lorsque l'intoxication évolue, les troubles cardiaques apparaissent. Enfin, des troubles nerveux peuvent se produire.
Les euphorbiacées

[Euphorbe]
Espèces en cause :

Euphorbia pulcherrima = poinsettia (étoile de Noël), Euphorbia milli = E. splendens (épine du christ), Cociacum variegatum = croton, Pedilanthus

Le latex, caustique, entraîne lors de mâchouillement ou d'ingestion une inflammation buccale, de la diarrhée, des vomissements. On voit souvent des tremblements musculaires. Lors de contact avec l'oeil, le latex provoque des lésions de la cornée. L'évolution est généralement favorable en une semaine.
Les éricacées

[Azalées]
Espèces en cause :

Azalées, Rhododendron

La plante est belle mais toutes ses parties sont toxiques !

A faible dose, l’animal en est quitte pour quelques irritations buccales et autres troubles digestifs. A forte dose, les toxines ont un effet "curarisant" (tremblements musculaires, paralysie, incoordination, prostration) et une toxicité cardiaque (ralentissement du coeur, troubles du rythme). Dans un deuxième temps, des complications peuvent apparaître au niveau du foie. Attention donc, surtout avec les chatons.
Les solanées
Solanées à effet atropinique

[Belladone] [Datura]
Espèces en cause :

Datura, Belladone

L'intoxication par la plante fraîche est rare (son goût semble vraiment répulsif !). Elle est plutôt le fait d'animaux désoeuvrés qui mâchouillent les fleurs présentes dans certains bouquets secs.

La plante contient des produits proches de l'atropine. Cela entraîne de la constipation, une dilatation des pupilles (d'où chez le chat une impression de cécité, une démarche hésitante, de l'agressivité), une accélération du coeur et de la respiration, une augmentation de la soif et du besoin d'uriner, des tremblements musculaires etc. Le plus souvent les symptômes disparaissent en 2 à 6 jours. L'intoxication est rarement mortelle.
Solanées à effet nicotinique
Espèces en cause :

Tabac

Un chat qui décide de chiquer un paquet de cigarettes risque une intoxication à la nicotine.

L'ingestion de petites quantités se traduit par de la constipation, des vomissements, des tremblements, de l'incoordination motrice, une accélération de la fréquence cardiaque et respiratoire, une forte envie d’uriner ... La guérison demande plusieurs jours. L'ingestion de fortes doses, rare chez le chat normal, peut se compliquer de troubles du rythme cardiaque, de convulsions, et entraîner la mort par paralysie respiratoire.

Dans un autre ordre d'idée, le tabagisme passif (exposition répétée à de petites doses de nicotine) chez la chatte gestante est susceptible de provoquer des malformations congénitales. Par ailleurs, on a récemment montré que la fréquence de lymphosarcomes chez les chats de fumeurs, surtout les chats d’appartement (donc des animaux constamment exposés à la fumée) est supérieure à la "normale".
Solanées possédant d'autres effets toxiques

[Pommier d'amour]
Espèces en cause :

Solanum pseudocapsicum (Pommier d'amour), S jasminoide (Faux jasmin), S. capsicastrum, S. sodomeum

Ce sont plus particulièrement les fruits qui sont toxiques. Ils déclenchent une hypersalivation, une gastro-entérite, et, dans de rares cas particulièrement graves, des signes neuromusculaires (somnolence, incoordination, parfois convulsions). L'évolution est généralement favorable en quelques jours.


Bilan ?

"Nous sommes cernés par les plantes toxiques…". Il faut cependant relativiser et convenir que les accidents graves semblent rares. Le hit parade des intoxications chez le chat serait le suivant : dieffenbachia, ficus, chlorophyton, yucca, muguet, lys.

Il faut se méfier particulièrement :

des caoutchoucs (dieffenbachia et ficus) en raison des complications rénales.
des azalées et rhododendron, responsables de lésions du foie.

Et penser que des plantes largement utilisées par l'homme sont toxiques pour les animaux:

oignons et autres échalotes, persil, cacao



Références : JEAN-BLAIN C. (1973), LEROUX V. (1986), FALIU L. (1991), GAULT G. (1994), LILBERT J et ENRIQUEZ B. (2000).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.