Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
cfou

Le temps des confitures

Messages recommandés

Malgré le peu d'ensoleillement, l'abondance de pluie et le manque de fruit
c'est quand même le temps des confitures
quelles sont vos recettes ? vos astuces ? vos mélanges détonnants ,épicés et orignaux ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
confiture de lait :



1,3 kg de sucre
1,25 litre de lait entier
2 gousses de vanille ou 2 bâtons de cannelle

Méthode de préparation
Préparation : 5 minutes | Cuisson : 1 heure
1.
Versez dans une casserole épaisse 800 g de sucre et 25 cl d'eau.
2.
Faites fondre le sucre à feu doux, portez à ébullition et laissez cuire jusqu'à la formation d'un beau caramel blond.
3.
Portez le lait à ébullition dans une grande casserole épaisse et ajoutez le reste du sucre et la vanille ou la cannelle. Mélangez, incorporez le caramel et laissez frémir une heure, en remuant de temps en temps.
4.
Quand le mélange forme une pâte lisse, retirez-le du feu et laissez-le tiédir.
5.
Ébouillantez des pots et retournez-les sur un torchon.
6.
Ôtez la vanille ou la cannelle, puis mettez en pots, couvrez d'un linge et laissez refroidir avant de fermer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Confiture de cerises à la vanille

Cette confiture est si bonne et se conserve pendant des mois. Quand les cerises sont de saison, profitez-en et faites des confitures pour l’hiver.
Vous vous régalerez !


1,5 kg de cerises, lavées, équeutées et dénoyautées
750 g de sucre semoule
4 cuil. à soupe d’extrait de vanille
Le jus d’un citron


Méthode de préparation

Préparation : 40 minutes
Cuisson : 40 minutes
1.
Laisser macérer les cerises et le sucre dans un grand saladier pendant 3 heures.
2.
Mettre le tout dans une grande cocotte et porter à ébullition. Ajouter le jus de citron et la vanille. Laisser cuire doucement pendant 40 minutes en remuant souvent car la confiture attache vite !
3.
Vérifier la cuisson en mettant une goutte de confiture sur une assiette froide : si la goutte se gélifie, la confiture est prête.
4.
Remplir les pots (préalablement stérilisés à l’eau bouillante), bien essuyer les bords et fermer les pots.


Au lieu de mettre de l’arôme de vanille dans cette confiture de cerises, j’ai faire cuire mes cerises avec une gousse de vanille coupée en deux dans le sens de la longueur, que j’ai retirée au moment de mettre la confiture en pots. Le résultat est incroyable

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
confiture de lait express

très facile,sans perte de qualité. Tant que la boite n'est pas ouverte, la confiture se conserve parfaitement

1 ou plusieurs boites (conserve) de lait concentré sucrée



Remplir une cocotte minute d'eau, y plonger la ou les boites de lait concentré dans l'eau. Refermer la cocotte et cuire une heure.

C'est fait, la confiture et faite .

Tant que vous n'ouvrez pas la boite elle se conserve bien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ajoutez donc une note florale à vos confitures en y mettant un peu de lavande séchée. Le parfum de la lavande se marie à merveille au goût des framboises et donne une touche originale à cette confiture. Elle va devenir indispensable à votre petit déjeuner !

2 pots de confiture de taille moyenne

500 g de framboises lavées
400 g de sucre en poudre
15 g de lavande séchée


Mettre les framboises dans un bol avec la lavande. Mélanger délicatement, couvrir et mettre au réfrigérateur pendant une nuit (12 heures).

Le lendemain, mettre les framboises et la lavande dans une grande casserole et porter doucement à ébullition, en remuant fréquemment. Lorsque le mélange bout, ajouter le sucre, remuer et laisser bouillir pendant encore 5 minutes. Retirer du feu.

Verser la préparation dans des bocaux stérilisés et conserver dans un endroit frais à l'abri de la lumière pendant 2 semaines avant de déguster.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Confiture d'abricots aux amandes


1 kg d'abricots mûrs à point
poids de sucre égal au poids des fruits dénoyautés


Essuyez les abricots sans les laver, ouvrez-les en deux et retirez-en les noyaux. Pesez la pulpe de fruit et mesurez un poids de sucre équivalent. Cassez une vingtaine de noyaux pour en extraire les amandes, que vous mettrez de côté.

Versez les abricots et le sucre dans une terrine. Mélangez, couvrez d'un linge et laissez macérer 12 heures dans un endroit frais et sec, en remuant de temps en temps.

Plongez les amandes des noyaux mises de côté 2 min dans de l'eau bouillante, puis égouttez-les et pincez-les une à une entre vos doigts pour en retirer la peau.

Versez le contenu de la terrine dans une bassine à confiture, portez à ébullition à feu doux et laissez cuire 15 min.

Pendant ce temps, ébouillantez des pots et retournez-les sur un linge propre.

Ajoutez les amandes, mélangez et laissez cuire encore 5 min. Versez alors une goutte de confiture dans un verre d'eau glacée: si elle ne s'y dilue pas immédiatement, la confiture est cuite.

Retirez la confiture du feu et laissez-la tiédir.

Dès qu'elle se fige, mettez-la en pots, couvrez et étiquetez.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
chouette idée ce post à confiture
j'aime bien aussi tout ce qui est spécial
a nos recettes !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
SPECIALE PASCALOU (qui adoooooooooore la confiture de CERISES)


Confiture de cerise

« De toutes les confitures classiques c’est peut-être la plus « gouteuse », et comme il existe beaucoup de variétés différentes de cerises, vous pouvez moduler à l’infini le goût et les parfums de cette confiture. Optez plutôt pour des variétés douces à chair ferme et juteuse, tels que les burlats rouges ou les bigarreaux »

Confiture de cerise

Ingrédients

Pour environ 4 pots de 375 gr :

1,2 kg de cerises (soit 1 kg net)
800 gr de sucre cristallisé
Le jus d’un citron

Ustensile : un thermomètre à sucre.

Préparation

Bien nettoyer les cerises à l’eau froide et les sécher.
Equeuter et dénoyauter en coupant les cerises en deux.

Cuisson de la confiture

Dans la bassine à confiture, verser 25 cl d’eau froide et y ajouter le sucre.
Chauffer doucement tout en remuant en permanence, jusqu’à dissolution complète du sucre, puis porter à ébullition et faire cuire jusqu'à l’obtention du « petit perlé » (110 à 112 °C au thermomètre à sucre).

Ajouter les cerises et le jus d’un citron, et faire reprendre l’ébullition.
Ecumer et laisser cuire 10 à 15 mn à feu vif. Remuer souvent, en s’assurant que les fruits restent bien immergés dans le sirop.
Arrêter la cuisson dès que les fruits deviennent translucides.

Le temps de cuisson idéal d’une confiture est une affaire d’expérience : si vous hésitez, utilisez le test de l’assiette froide : Placez une petite assiette dans le réfrigérateur une heure avant la préparation de vos confitures. Lorsque la confiture vous paraît prête, versez-en un peu sur l’assiette froide. La confiture doit alors prendre la forme d’une goutte bombée et qui ne coule pas si vous penchez légèrement l’assiette.

Verser la confiture dans des pots en verre préalablement stérilisés et laisser refroidir.

Idées, trucs & astuces

Vous pouvez utiliser également cette confiture dans certaines recettes de desserts, comme dans une tarte aux cerises par exemple, ou même en accompagnement de plat avec un rôti de porc, en la réchauffant légèrement.

Je ne résiste jamais à verser de la confiture de cerises sur de la glace à la vanille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Confiture de figues violettes à la cannelle

« Une confiture très richement parfumée et savoureuse, où la cannelle souligne merveilleusement le goût tendre et doux des figues. Utilisez de préférence des figues mûres à point afin d’en extraire un maximum de bouquet. »

Ingrédients

Pour environ 1,2 kg de confiture (3 pots d’environ 400 g) :

1 kg de figues violettes, mûres à point
500 g de sucre cristallisé
1 gousse de vanille
1 bâton de cannelle
1 lanière de zeste de citron

Ustensiles :

Une bassine à confitures

Préparation

Nettoyer les figues et en retirer le pédoncule. Couper ensuite les figues en quatre et les disposer par couches successives dans une terrine.
Saupoudrer les morceaux de figues avec le sucre.
A l’aide d’un petit couteau de cuisine, retirer la vanille de la gousse et l’ajouter à la terrine.
Ajouter également le bâton de cannelle parmi les fruits disposés dans la terrine ainsi que la lanière de zeste de citron.
Laisser reposer la terrine pendant environ 2 h, jusqu’à ce que le sucre ait bien imprégné les figues.
Après la période de repos, verser le contenu de la terrine dans la bassine à confitures.
Bien mélanger, puis porter à ébullition sur feu vif.
A partir du point d’ébullition, laisser cuire à feu moyen pendant 5 à 8 mn, en remuant constamment les fruits.
Peu avant la fin de cuisson, n’hésitez pas à écraser avec une fourchette la chair des figues encore un peu ferme afin d’homogénéiser la consistance de la préparation.
Procédez au test de l’assiette froide pour vérifier le temps de cuisson idéal, avant de mettre la confiture en pots.

Idées, trucs & astuces



Pour la conservation idéale de cette préparation, je vous conseille d’utiliser la fermeture à chaud avec des couvercles à vis (Twist-off) : C’est la méthode la plus courante de nos jours pour les confitures, avec l’avantage d’être facile et rapide.
Après la dernière cuisson, répartir la confiture dans les pots. Visser les couvercles sur les pots en appuyant dessus. Retournez ensuite le pot jusqu’à refroidissement complet afin de créer un vide d’air qui sera le garant de la conservation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Confiture de pétales de roses du jardin
100% nature

Il faut :
environ 500 gr de pétales (surtout non traités)
1 kg de sucre blanc
le jus de 2 citrons et leurs pépins.
L'idéal est de garder et cuire les pépins dans un petit linge ou sachet, ou boule de thé, pour éviter d'aller à la pêche quand il faut les ôter au milieu des pétales.



Bien rincer les pétales un à un (les pucerons...).
Les faire macérer dans la bassine avec 1 litre d'eau et 500 gr. de sucre pendant 2 heures environ. Ne pas les oublier, sinon c'est du vin que vous aurez : ça fermente vite...

Le jus doit être bien teinté de la couleur de vos roses.

A feu doux, commencer la cuisson en ajoutant le jus et les pépins de citrons (pour la prise ) et le reste du sucre.




Ne pas faire bouillir à gros bouillons, l'écume est grise et peu ragoûtante, et elle reste collée aux pétales.

Lorsque les pétales sont devenus translucides, tester la cuisson en laissant sécher une cuillerée de jus.

Il est inutile de cuire plus, si vraiment elle reste liquide, on peut tricher avec de la gélatine ou l'utiliser en sirop, dans des tartes ou du fromage blanc, un délice original et délicat. Attention pour conserver la consistance de la gelée, il faut la conserver au frigo.




Mise en pot

vos pots doivent être posés dans votre évier, remplis d'eau bouillante, ainsi que leurs couvercles. Amenez votre casserole à côté de l'évier avec prudence, assurez-vous qu'elle soit posée de manière bien stable : surtout pas d'équilibre entre les deux bacs d'évier ! Videz un des pots de son eau bouillante (sans vous brûler), posez-le près de la casserole, et remplissez-le à l'aide d'une louche, jusqu'à ras bord. Fignolez le remplissage à la petite cuiller si besoin, essuyez les coulures sur le bord du pot, vissez-y sur-le-champ un des couvercles qui baignent également dans l'eau bouillante et posez le pot immédiatement à l'envers. Passez au pot suivant.



Bonne idée :
avec du fromage blanc...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Conseils de pro…


Désormais, on trouve des fruits " de saison " en toutes périodes de l'année… tâchez cependant de respecter le véritable rythme des saisons pour obtenir des confitures savoureuses : les fruits " poussés " dans des conditions peu naturelles ou ceux ayant beaucoup voyagé ne vous offriront pas autant de goûts que les honnêtes produits " de saison " proposés sur vos marchés " en saison " ! Le raisin et les fraises de février, les pêches et les groseilles de décembre risquent fort de vous décevoir… Chaque saison a ses fruits : programmez vos confitures en fonction !




Ne faites jamais les confitures par trop grandes quantités à la fois : maximum 2 kilos de fruits, qui vous donneront une fois terminé environ 3 kilos de confitures. Au-delà, stress et gâchis vous guettent!




Quand on vous dit " 1 kilo "de fruits, il s'agit de fruits préparés.




Bonne confiture ne rime pas avec confiture trop sucrée ! Nos mamies conseillaient toujours poids égal de fruits et de sucre, mais ce n'est plus aujourd'hui une vérité absolue… Gardez un œil sur la diététique et conservez le goût agréable des fruits en sucrant juste ce qu'il faut : environ 80% du poids des fruits, car n'oubliez pas que la cuisson va provoquer une forte évaporation de l'eau contenue dans les fruits, et qu'alors la proportion de départ de " 50%sucre/50%fruits " risque fort de devenir à l'arrivée de l'ordre approximatif de " 65%sucre/35%fruits "! Et vos confitures auraient toutes le même goût… de sucre !


Ajoutez toujours un jus de citron par kilo de fruits à vos confitures juste avant la cuisson, sauf dans le cas où vous utilisez un sucre enrichi en pectine : il en est déjà pourvu !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
La mise en pots :
tout ce qu'il faut pour assurer une bonne et longue conservation


En théorie, les confitures peuvent se garder plusieurs années. En pratique, les gourmands leur ont fait un sort avant qu'elles ne puissent se gâter ! Cependant, il faut respecter un certain nombre de règles pour éviter le gâchis, et c'est au moment de la mise en pots qu'il convient d'être très attentifs.




Utilisez toujours des pots en verre, qui peuvent être parfaitement nettoyés et qui supportent d'être ébouillantés ;




Pour les fermetures, utilisez des couvercles à vis qui contiennent à l'intérieur un petit joint qui se dilate à la chaleur : ce système assure une étanchéité totale. Plus besoin alors d'utiliser une couche de paraffine à couler au-dessus de la confiture, peu pratique et pas toujours efficace à 100% ; ne cumulez pas les deux systèmes en voulant bien faire, c'est inutile.




Lavez bien vos pots avant de les utiliser, puis afin d'éliminer toute trace de germe, ébouillantez-les juste avant de les remplir de confiture : soit vous les mettez dans une casserole d'eau froide que vous faites chauffer jusqu'à ébullition, soit, posés dans votre évier pour éviter tout incident, vous les remplissez d'eau bouillante et vous attendez cinq minutes avant de les vider de l'eau pour les remplir immédiatement de confiture, encore bouillante elle aussi. Appliquez ce même traitement aux couvercles, et utilisez une grande pince pour les manipuler, ou d'épaisses maniques ;




Remplissez les pots à ras bord : il faut éviter qu'il puisse y avoir une poche d'air entre le haut de la couche de confiture et le couvercle. Au besoin, outre la louche à confiture, utilisez une cuiller pour fignoler le remplissage du pot, car " à ras bord " ne veut pas dire " débordement " lorsque vous mettrez le couvercle : assurez-vous au contraire qu'il n'y aura pas de coulure, et que les bords du pot seront nets de toute traces de confitures. S'il y en a, nettoyez les à l'aide d'un essuie-tout que vous aurez au préalable trempé dans l'eau bouillante. Ces coulures et ces traces pourraient se gâter et nuiraient à l'étanchéité du pot. Vissez immédiatement le couvercle sur le pot ;




En attendant le refroidissement des pots, stockez les à l'envers, posés sur le couvercle. Si malgré vos précautions il y a la moindre poche d'air, elle sera chassée vers le fond du pot et ainsi il n'y aura pas de risque de moisissure sur le dessus ; une fois les pots refroidis, vous les rangerez à l'endroit jusqu'au moment de les déguster




Gage de bonne conservation : le " plop " du couvercle au moment de l'ouverture !




Pot entamé : conservez-le au réfrigérateur, consommez-le dans le mois !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Après la mi-août, c'est le temps des mûres.

Fruits de la ronce, elles poussent à l'envi partout, sur les talus et les haies, dans les bois et les jardins, à disposition de qui veut bien les cueillir. La cueillette n'est pas toujours facile : attention aux épines des ronces (aïe, ça griffe!) et aux petites araignées (aaahhhh!...quelle horreur... ) qui aiment y installer leurs toiles (collantes...) afin de mieux attrapper les mouches gourmandes (beuh... c'est degoûtant) qui viennent s'y régaler...

Malgré tout, vous aimez encore les mûres : c'est si bon! Emmenez votre tribu pour une cueillette en famille, et transformez la corvée en partie de plaisir. Car il n'y a guère de chance d'en trouver au marché: ce n'est pas un fruit qui se conserve longtemps après la cueillette, au maximum 24 heures dans un endroit frais... Pensez-y aussi pour votre gelée : l'idéal est de partir à la cueillette le matin, et de fabriquer la gelée l'après-midi.


Pour cette gelée, de texture très fine, nous avons utilisé un sucre spécial pour les confitures : enrichi en pectine, il garantit une confiture qui " tient ".

Si vous ne voulez pas de ce sucre spécial confitures, vous pouvez utiliser votre sucre ordinaire, de la catégorie " cristal " ou plus fine " semoule ". Le sucre de canne fait aussi très bien l'affaire, cependant il est plus cher à l'achat et n'apporte pas vraiment une note gustative différente. En revanche, proscrivez cassonades et vergeoises : délicieuses à la petite cuiller, elles ne conviennent pas du tout pour les confitures, en caramélisant trop vite.

Dans le cas de sucre "ordinaire", ajoutez un jus de citron par kilo de fruits préparés ! Ceci n'est pas nécessaire avec du sucre enrichi en pectine, qui contient déjà la dose utile d'acide citrique.


Et le sucre ?




La méthode :



La confiture de mûres, c'est comme les framboises, si on laisse les frutis tels quels on obtient une confiture garnie d'une multitude de pépins, ce qui est très très agaçant. D'où l'habituelle utilisation en gelée plutôt qu'en confiture. Pour faire une gelée, on utilise uniquement le jus des fruits, sans peau, ni pulpe, ni pépins, ce qui laisse souvent l'impression d'un gros gâchis, dommage mais il n'y a pas d'alternative.
Lorsqu'on a obtenu son jus, on le pèse, on compte 80% de son poids en sucre. On met le jus dans une casserole, de préférence en inox (les bassines de cuivre ont tendance à s'oxyder), on verse le sucre dans le jus, et on amène à ébullition. En principe, en 5 minutes la cuisson est prête...





Première étape, récupérer le jus de mûres :

La manière de récupérer le plus de jus possible des mûres est la suivante : après avoir passé les mûres sous le robinet (pas de trempage prolongé!) pour les débarasser des impuretés, mettez les dans une grande casserole de préférence en inox avec un fond d'eau, juste ce qu'il faut pour ne pas attacher. Faites chauffer à feu vif, l'eau va bouillir très vite et les mûres bien noires vont prendre une jolie couleur rouge. Si nécessaire, rajoutez de l'eau en cours d'opération.


Lorsque toutes les mûres sont rouges, coupez le feu, versez le tout dans une grande passoire posée sur un récipient adéquat, et à l'aide d'une écumoire ou d'une fourchette, pressez les mûres contre les parois de la passoire. Le jus va s'écouler et peaux, pépins et pulpes resteront dans la passoire. Si vous pressez fort, vous réussirez sans doute à faire passer une partie de la pulpe écrasée à travers les mailles de votre passoire; ce n'est pas plus mal, ça donnera du corps à votre gelée. Au final, vous devez obtenir environ la moitié de poids : si vous aviez 1 kilo de mûres, il doit vous rester environ 500 grammes de jus.


Ecrasez les mûres contre les parois de votre passoire pour récupérer le jus.


Deuxième étape, préparation de la gelée :

Pesez votre jus de mûres, et comptez 80% de son poids en sucre. Versez le jus dans la casserole d'inox, le sucre par dessus.Si vous utilisez du sucre normal, ajoutez à ce moment votre jus de citron.

Amenez à ébullition, comptez 5 minutes d'ébullition, puis faites le test : avec la cuiller de bois, faites tomber une goutte de confiture sur une surface froide : si la goutte se gélifie quasi instantanément, c'est que la confiture est cuite, sinon laissez cuire encore peu. En principe 5 minutes de cuisson sont largement suffisantes.
Attention, ne laissez pas cuire trop longtemps, la gelée de mûres "prend" très vite, et si la confiture cuit trop elle perdra son goût de fruit pour ne garder que le goût de sucre trop cuit.

Dès que la confiture est " prise ", coupez la source de chaleur et commencez la mise en pots.


Mise en pot :

La fiche " Conseils du Pro" donne les détails nécessaires à la préparation des pots. Si vous avez bien tout suivi, vos pots doivent être posés dans votre évier, remplis d'eau bouillante, ainsi que leurs couvercles. Amenez votre casserole à côté de l'évier avec prudence, assurez-vous qu'elle est posée de manière bien stable : surtout pas d'équilibre entre les deux bacs d'évier ! Videz un des pots de son eau bouillante (sans vous brûler), posez-le près de la casserole, et remplissez-le à l'aide d'une louche, jusqu'à ras bord. Fignolez le remplissage à la petite cuiller si besoin, essuyez les coulures sur le bord du pot, vissez-y sur-le-champ un des couvercles qui baignent également dans l'eau bouillante et posez le pot immédiatement à l'envers. Passez au pot suivant.





Dernier conseil :


Ne soyez pas trop exigeante avec la " prise " de votre gelée. Il est certain que si vous la laissez cuire longtemps, elle " tiendra " dans son pot, mais elle sera aussi trop cuite et aura perdu tout son bon goût de fruit ! Préférez une confiture moins solide mais aux qualités fruitières conservées.
La gelée de mûres est d'un beau rouge rubis, lumineux et transparent. Si vous avez extrait de la pulpe de fruit en pressant très fort sur les bords de votre passoire, la texture de la confiture paraîtra légèrement trouble : c'est normal, c'est la pulpe que vous voyez, qui apporte elle aussi sa composante à votre gelée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Cerises à la menthe

Si vous avez la chance d'avoir des cerises au jardin, n'hésitez pas : vos confitures n'en auront que plus de saveurs ! Si vous devez les acheter, vous pouvez utiliser différentes variétés, même faire des mélanges : elles ont toutes leurs propres qualités gustatives, le futur caractère de votre confiture. Préférez cependant les cerises plus sucrées et bien mûres : elles dévoileront mieux leurs saveurs…

Quant à la menthe, il s'agit bien sur de feuilles, et non pas de sirop ! Utilisez celle de votre jardin, ou de votre balcon, sinon vous en trouverez pour quelques francs au marché sans difficulté.


Vous pouvez utiliser votre sucre ordinaire, de la catégorie " cristal " ou plus fine " semoule ". Le sucre de canne fait aussi très bien l'affaire, cependant il est plus cher à l'achat et n'apporte pas vraiment une note gustative différente. En revanche, proscrivez cassonades et vergeoises : délicieuses à la petite cuiller, elles ne conviennent pas du tout pour les confitures, en caramélisant trop vite.

Vous trouvez aussi dans le commerce des sucres spéciaux pour les confitures : enrichis en pectine, ils vous garantissent des confitures qui " tiennent ". Pourquoi pas, mais ils sont en principe aussi plus chers que des sucres ordinaires, et nous avons d'autres moyens " faire tenir " les confitures…

N'oubliez pas un jus de citron par kilo de fruits préparés !


Et le sucre ?



La méthode :



Facile, facile, la confiture de cerises-menthe : en résumé, lavez, cuisez, empotez… Avec un choix à faire dès le départ : avec ou sans les noyaux ? Avec les noyaux, votre confiture gagnera en pectine et se tiendra mieux, mais pour des enfants en bas-âge, ou simplement si les noyaux vous agacent, il est préférable de les ôter pour éliminer tout risque d'accident. Pour 1 kilo de cerises, il y a environ 100 grammes de noyaux : il vous restera donc 900 grammes de fruits, prévoyez 80% de sucre par rapport au poids des fruits et comptez 900 X 0.8 = 720 grammes de sucre. Même si vous choisissez de laisser les noyaux, calculez votre quantité de sucre comme si vous les enleviez : n'absorbant pas le sucre, ils ne sont pas partie constituante de la confiture, et vous la feriez trop sucrée.


Première étape, les cerises :

Lavez-les à l'eau claire, éliminez toute trace de brindille ou d'herbe qui aurait pu s'y accrocher, équeutez-les, versez-les dans votre bassine à confiture ou dans une grande casserole en inox, versez le sucre dessus, puis mouillez pour éviter que le fond n'attache tant que le sucre n'est pas fondu. Remuez à la cuiller en bois, et laissez cuire une demi-heure environ a feu doux, en maintenant une petite ébullition.




Deuxième étape, la menthe :

Dès que vous avez mis votre confiture à mijoter, préparez les feuilles de menthe : 2 à 3 branches, une quinzaine de belles feuilles suffisent. Choisissez les plus belles, sachant que les plus petites sont aussi plus tendres et non moins savoureuses. Lavez les feuilles à l'eau courante, et avec un petit couteau bien affûté hachez les grossièrement.

Quand les cerises cuisent depuis environ ¼ d'heure, versez-y votre hachis de feuilles de menthe. Testez la cuisson de la confiture en laissant tomber une goutte bouillante sur une surface froide, comme une soucoupe, par exemple. Si la confiture se gélifie tout de suite, c'est qu'elle est prête, sinon recommencez le test deux minutes après. Dès que la confiture est " prise ", coupez la source de chaleur et commencez la mise en pots.


Dernier conseil :

Ne soyez pas trop exigeante avec la " prise " de votre confiture. Il est certain que si vous la laissez cuire longtemps, elle " tiendra " dans son pot, mais elle sera aussi trop cuite et aura perdu tout son bon goût de fruit ! Préférez une confiture moins solide mais aux qualités fruitières conservées.

La confiture de cerise est en principe d'un beau rouge foncé, bien chaleureux : si vous la cuisez trop elle deviendra marron, car elle se caramélisera, et vous perdriez le goût des fruits, en ne gardant que celui du sucre trop cuit. Par ailleurs, les morceaux de feuilles de menthe disséminés dans la confiture auront cuit et seront de ce fait devenus très foncés, presque noirs. Ne craignez rien, c'est tout à fait normal et ils se mangeront très bien, mélangés à la confiture et aux morceaux de cerises.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Merci Merlinette pour cette belle recette

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.