Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
Yvonne

mercredi 10 avril

Messages recommandés

rapide petit tour...de forum
j'ai beaucoup dormi après avoir pris un antiallergique
et j'ai encore sommeil
j'essaye de ne pas en prendre un second

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites


Un très fort vent qui souffle en rafales ce matin et toujours cette impression de froid.
Je vous souhaite un



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Salut à tous!!!
il a plu encore cette nuit et le vent est calmé ilfait 11°C
et 1000

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Coucou les noctambules, les insomniaques et les lève-tôt

Coucou :pasc: tu es malade ? soigne toi bien et bonne route pour la Corrèze gros bisousgros bisous

Coucou Yvonne, pas drôle en ce moment pour les allergies gros bisous

Coucou Elisabeth, mignon le hérisson, bon rétablissement pour Antarès gros bisousgros bisous

Un p'tit coucou pour les nomades merline et Cépécat avec une pensée de guérison rapide pour Kawsen

Coucou Fauve, tout le monde aura son petit moment de aujourd'hui

Mais où est passé :laurent: gros bisous

Avec le café et les croissants, je vous souhaite à tous et toutes une






Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

coucou les lève tot
j'ai assez dormi
aujourd'hui je m'active
bon mercredi grand soleil

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Coucou Yvonne , merci d'avoir ouvert le post du jour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Couou Elisabeth

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Coucou Erynn , merci pour le petit déjeuner toujours apprécié

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Coucou Fauve

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
à Toutes et à Tous

Je Vous souhaite de passer un excellent Mercredi

Toutes mes pensées les plus amicales vous accompagnent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Le Limousin est sous la pluie , le froid et la grisaille ......

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Votre vie est comme un caillou jeté dans une flaque d'eau, en créant des ondulations à l'infini. Vous ne savez pas jusqu'où peut aller un mot, une pensée ou une action. ~ White Eagle –



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Un long poème pour un jour de pluie .....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

A la Malibran

Stances
I
Sans doute il est trop tard pour parler encor d’elle ;
Depuis qu’elle n’est plus quinze jours sont passés,
Et dans ce pays-ci quinze jours, je le sais,
Font d’une mort récente une vieille nouvelle.
De quelque nom d’ailleurs que le regret s’appelle,
L’homme, par tout pays, en a bien vite assez.
II
Ô Maria-Felicia ! le peintre et le poète
Laissent, en expirant, d’immortels héritiers ;
Jamais l’affreuse nuit ne les prend tout entiers.
À défaut d’action, leur grande âme inquiète
De la mort et du temps entreprend la conquête,
Et, frappés dans la lutte, ils tombent en guerriers.
III
Celui-là sur l’airain a gravé sa pensée ;
Dans un rythme doré l’autre l’a cadencée ;
Du moment qu’on l’écoute, on lui devient ami.
Sur sa toile, en mourant, Raphaël l’a laissée,
Et, pour que le néant ne touche point à lui,
C’est assez d’un enfant sur sa mère endormi.
IV
Comme dans une lampe une flamme fidèle,
Au fond du Parthénon le marbre inhabité
Garde de Phidias la mémoire éternelle,
Et la jeune Vénus, fille de Praxitèle,
Sourit encor, debout dans sa divinité,
Aux siècles impuissants qu’a vaincus sa beauté.
V
Recevant d’âge en âge une nouvelle vie,
Ainsi s’en vont à Dieu les gloires d’autrefois ;
Ainsi le vaste écho de la voix du génie
Devient du genre humain l’universelle voix…
Et de toi, morte hier, de toi, pauvre Marie,
Au fond d’une chapelle il nous reste une croix !
VI
Une croix ! et l’oubli, la nuit et le silence !
Écoutez ! c’est le vent, c’est l’Océan immense ;
C’est un pêcheur qui chante au bord du grand chemin.
Et de tant de beauté, de gloire et d’espérance,
De tant d’accords si doux d’un instrument divin,
Pas un faible soupir, pas un écho lointain !
VII
Une croix ! et ton nom écrit sur une pierre,
Non pas même le tien, mais celui d’un époux,
Voilà ce qu’après toi tu laisses sur la terre ;
Et ceux qui t’iront voir à ta maison dernière,
N’y trouvant pas ce nom qui fut aimé de nous,
Ne sauront pour prier où poser les genoux.
VIII
Ô Ninette ! où sont-ils, belle muse adorée,
Ces accents pleins d’amour, de charme et de terreur,
Qui voltigeaient le soir sur ta lèvre inspirée,
Comme un parfum léger sur l’aubépine en fleur ?
Où vibre maintenant cette voix éplorée,
Cette harpe vivante attachée à ton coeur ?
IX
N’était-ce pas hier, fille joyeuse et folle,
Que ta verve railleuse animait Corilla,
Et que tu nous lançais avec la Rosina
La roulade amoureuse et l’oeillade espagnole ?
Ces pleurs sur tes bras nus, quand tu chantais le Saule,
N’était-ce pas hier, pâle Desdemona ?
X
N’était-ce pas hier qu’à la fleur de ton âge
Tu traversais l’Europe, une lyre à la main ;
Dans la mer, en riant, te jetant à la nage,
Chantant la tarentelle au ciel napolitain,
Coeur d’ange et de lion, libre oiseau de passage,
Espiègle enfant ce soir, sainte artiste demain ?
XI
N’était-ce pas hier qu’enivrée et bénie
Tu traînais à ton char un peuple transporté,
Et que Londre et Madrid, la France et l’Italie,
Apportaient à tes pieds cet or tant convoité,
Cet or deux fois sacré qui payait ton génie,
Et qu’à tes pieds souvent laissa ta charité ?
XII
Qu’as-tu fait pour mourir, ô noble créature,
Belle image de Dieu, qui donnais en chemin
Au riche un peu de joie, au malheureux du pain ?
Ah ! qui donc frappe ainsi dans la mère nature,
Et quel faucheur aveugle, affamé de pâture,
Sur les meilleurs de nous ose porter la main ?
XIII
Ne suffit-il donc pas à l’ange de ténèbres
Qu’à peine de ce temps il nous reste un grand nom ?
Que Géricault, Cuvier, Schiller, Goethe et Byron
Soient endormis d’hier sous les dalles funèbres,
Et que nous ayons vu tant d’autres morts célèbres
Dans l’abîme entr’ouvert suivre Napoléon ?
XIV
Nous faut-il perdre encor nos têtes les plus chères,
Et venir en pleurant leur fermer les paupières,
Dès qu’un rayon d’espoir a brillé dans leurs yeux ?
Le ciel de ses élus devient-il envieux ?
Ou faut-il croire, hélas ! ce que disaient nos pères,
Que lorsqu’on meurt si jeune on est aimé des dieux ?
XV
Ah ! combien, depuis peu, sont partis pleins de vie !
Sous les cyprès anciens que de saules nouveaux !
La cendre de Robert à peine refroidie,
Bellini tombe et meurt ! - Une lente agonie
Traîne Carrel sanglant à l’éternel repos.
Le seuil de notre siècle est pavé de tombeaux.
XVI
Que nous restera-t-il si l’ombre insatiable,
Dès que nous bâtissons, vient tout ensevelir ?
Nous qui sentons déjà le sol si variable,
Et, sur tant de débris, marchons vers l’avenir,
Si le vent, sous nos pas, balaye ainsi le sable,
De quel deuil le Seigneur veut-il donc nous vêtir ?
XVII
Hélas ! Marietta, tu nous restais encore.
Lorsque, sur le sillon, l’oiseau chante à l’aurore,
Le laboureur s’arrête, et, le front en sueur,
Aspire dans l’air pur un souffle de bonheur.
Ainsi nous consolait ta voix fraîche et sonore,
Et tes chants dans les cieux emportaient la douleur.
XVIII
Ce qu’il nous faut pleurer sur ta tombe hâtive,
Ce n’est pas l’art divin, ni ses savants secrets :
Quelque autre étudiera cet art que tu créais ;
C’est ton âme, Ninette, et ta grandeur naïve,
C’est cette voix du coeur qui seule au coeur arrive,
Que nul autre, après toi, ne nous rendra jamais.
XIX
Ah ! tu vivrais encor sans cette âme indomptable.
Ce fut là ton seul mal, et le secret fardeau
Sous lequel ton beau corps plia comme un roseau.
Il en soutint longtemps la lutte inexorable.
C’est le Dieu tout-puissant, c’est la Muse implacable
Qui dans ses bras en feu t’a portée au tombeau.
XX
Que ne l’étouffais-tu, cette flamme brûlante
Que ton sein palpitant ne pouvait contenir !
Tu vivrais, tu verrais te suivre et t’applaudir
De ce public blasé la foule indifférente,
Qui prodigue aujourd’hui sa faveur inconstante
À des gens dont pas un, certes, n’en doit mourir.
XXI
Connaissais-tu si peu l’ingratitude humaine ?
Quel rêve as-tu donc fait de te tuer pour eux ?
Quelques bouquets de fleurs te rendaient-ils si vaine,
Pour venir nous verser de vrais pleurs sur la scène,
Lorsque tant d’histrions et d’artistes fameux,
Couronnés mille fois, n’en ont pas dans les yeux ?
XXII
Que ne détournais-tu la tête pour sourire,
Comme on en use ici quand on feint d’être ému ?
Hélas ! on t’aimait tant, qu’on n’en aurait rien vu.
Quand tu chantais le Saule, au lieu de ce délire,
Que ne t’occupais-tu de bien porter ta lyre ?
La Pasta fait ainsi : que ne l’imitais-tu ?
XXIII
Ne savais-tu donc pas, comédienne imprudente,
Que ces cris insensés qui te sortaient du coeur
De ta joue amaigrie augmentaient la pâleur ?
Ne savais-tu donc pas que, sur ta tempe ardente,
Ta main de jour en jour se posait plus tremblante,
Et que c’est tenter Dieu que d’aimer la douleur ?
XXIV
Ne sentais-tu donc pas que ta belle jeunesse
De tes yeux fatigués s’écoulait en ruisseaux,
Et de ton noble coeur s’exhalait en sanglots ?
Quand de ceux qui t’aimaient tu voyais la tristesse,
Ne sentais-tu donc pas qu’une fatale ivresse
Berçait ta vie errante à ses derniers rameaux ?
XXV
Oui, oui, tu le savais, qu’au sortir du théâtre,
Un soir dans ton linceul il faudrait te coucher.
Lorsqu’on te rapportait plus froide que l’albâtre,
Lorsque le médecin, de ta veine bleuâtre,
Regardait goutte à goutte un sang noir s’épancher,
Tu savais quelle main venait de te toucher.
XXVI
Oui, oui, tu le savais, et que, dans cette vie,
Rien n’est bon que d’aimer, n’est vrai que de souffrir.
Chaque soir dans tes chants tu te sentais pâlir.
Tu connaissais le monde, et la foule, et l’envie,
Et, dans ce corps brisé concentrant ton génie,
Tu regardais aussi la Malibran mourir.
XXVII
Meurs donc ! ta mort est douce, et ta tâche est remplie.
Ce que l’homme ici-bas appelle le génie,
C’est le besoin d’aimer ; hors de là tout est vain.
Et, puisque tôt ou tard l’amour humain s’oublie,
Il est d’une grande âme et d’un heureux destin
Alfred de Musset

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Votre petite recette du jour ....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Verrines de carpaccio de Saint-Jacques et mousse de céleri-rave

« Une préparation en verrine, tout à fait indiquée pour débuter votre repas de fête. J’avoue que j’adore particulièrement cette combinaison tout à fait réussie : la mousse de céleri-rave souligne avec finesse (et sans s’imposer) le parfum délicat de la noix de St-Jacques crue, et les pommes reinettes apportent à la mousse une touche de fraîcheur fruitée. Un équilibre savant et gourmand. »
Ingrédients

Pour 4 verrines :

12 noix de St-Jacques (de taille moyenne), parées par les soins de votre poissonnier/écailler
200 g de céleri-rave
2 pommes reinettes
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
40 g de crème fraîche épaisse
1 cuillère à café de persil plat finement haché
20 g de germes de cresson
Sel
Poivre noir du moulin

Ustensiles :

4 verrines
Un mixeur électrique ou un robot ménager
Une passoire
Du papier absorbant
Un couteau de cuisine bien affuté

Préparation

Préparation de la mousse de céleri-rave :

Nettoyer puis détailler le céleri-rave en dés puis disposer ceux-ci dans une casserole. Recouvrir à hauteur d’eau froide.

Porter à ébullition, puis laisser cuire à petits bouillons pendant 20 mn, en remuant occasionnellement en cours de cuisson.

Pendant ce temps, peler les pommes, les couper en quartiers (en retirer le cœur et les pépins) puis détailler chaque quartier en petits dés.

Après les 20 mn de cuisson du céleri-rave, ajouter les dés de pomme à la casserole, bien mélanger puis poursuivre la cuisson à feu doux pendant 5 mn.

Egoutter puis disposer les dés de céleri-rave et de pommes dans le bol du mixeur.

Mixer en incorporant progressivement à la préparation une cuillère à soupe d’huile d’olive, la crème épaisse, le persil haché, du sel et du poivre moulu ; jusqu’à l’obtention d’une mousse homogène et aérée.

Réserver au frais.

Préparation des noix de St-Jacques :

Disposer et égoutter les noix de St-Jacques sur du papier absorbant puis les détailler en carpaccio (en fines tranches), à l’aide d’un couteau de cuisine bien affuté.

Disposer ensuite les fines tranches de noix de St-Jacques dans une assiette creuse puis les arroser avec le restant d’huile d’olive et les saupoudrer de sel et de poivre moulu.

Réserver au frais.

Dressage et présentation :

Juste avant de servir, répartir la mousse de céleri-rave et de pommes (bien réfrigérée) dans les verrines, puis recouvrir celle-ci avec quelques tranches de noix de St-Jacques, disposées en rosace.

Décorer chaque verrine avec quelques pincées de germes de cresson.

Réserver au réfrigérateur et servir bien froid ; accompagné de pain frais.

Idées, trucs & astuces :

Accompagnez la dégustation de cette verrine de quelques chips orientaux aux crevettes - légers et croquants - ou de pain grillé frotté à l’ail.

Arrosez également le carpaccio de noix de St-Jacques de quelques gouttes de jus de citron filtré au moment du dressage des verrines.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
horloge Hello tous et toutes

Le réveil en fanfare à été matinal et surtout provoqué par ma setter irlandaise qui a ouvert toutes les portes et sauté sur mon lit, avec dans le regard une intensité qui disait VIIIIIIIIIIIITE j'ai envie de pipi youpie ! Et pourtant je les sors tard le soir, j'ai rien compris , et de plus pour une fois j'avais envie de dormir très fatigué
Bon il faut quand même que je me jette dehors avec mes monstres, pour aller nourrir un ou une chatte sauvage dans ma cabane de jardin, et tenter de trapper pour stériliser ce petit monde !
Je vous bizouille bonne chance tous et toutes ainsi que vos quatres pattes d'amour.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
CéDeer a écrit:
Bonjour à tous et... au revoir...

J'ai malheureusement constaté que sur ce forum :

- il ne fait pas bon défendre les chiens qu'on aime (et tant pis si l'on est blessé !)

- il ne fait pas bon demander des commentaires respectueux et neutres pour les éleveurs français de deerhounds

- il ne fait pas bon relever des contre-vérités ou des imprécisions dans un post à l'intitulé pourtant prometteur

Un post modéré superficiellement par un administrateur = 5 amoureux des deers en moins : 3 bannis illico presto pour... grossièreté (i.e pour utilisation du mot de cambronne) + 2 membres partants ô combien déçus ! Joli résultat !!! Joli score !!!

Alors, face à la lâcheté de la méthode et avant de voir moi aussi ma compréhension du français et l'éducation donnée par mes parents remises en cause, je préfère mettre les voiles et partir rejoindre le trio des bannis du jeudi 4 au soir (BERGIE, NADEER et DEARIRISH).

Avaler quelques couleuvres, ok, mais marcher sur la tête, c'est non, non et non !

Grossiers mais jamais vulgaires !

MERCI de DESACTIVER mon compte dès que possible.
---------------------------------------------------------------------
Céline et les deers qui partagent ma vie :
Beinn Bo'ness Caoinlan (D), Champ Libre du Triple Bois (F), Wolfscastle Cygnet (GB), Caradig of Canadagh Caoinlan (D), Wolfscastle Dugan (GB), Gilraen d'Escalgrain (F), Regalflight Flloyd (GB)




je suis vraiment triste de te voir partir Cédeer malheureusement dommage plus personne ayant des deer vont être là!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bon je crois que je suis pas en avance j'ai rendez vous à la mission locale ce matin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Bonjour Féarna Blue

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Coucou Perrine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Je trouve dommage la décision de Cédeer , mais c'est son choix et il est respecté !

Effectivement nous avons pris parti de ne pas accepté les propos grossiers sur le forum !!!

Et nous ne pouvons laisser un de nos membre se faire attaquer voire lyncher par 3 autres sans réagir ! Même si Cédeer considère que je n'ai fait mon travail de modérateur que superficiellement , c'est son point de vue !!!

Au revoir Cédeer

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pluie, frais sur la Charente Maritime.

Reposée de mon WE de 4 jours. Toujours ma tendinite qui m'empêche de faire des mouvements quotidiens, bon c'est comme ça. Mon ostéo passe à 2 séances par semaine.

J'espère que les voyageurs vont bien et que tout se passe bien.

Soignez-vous et portez-vous bien. Bisous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tout le monde Salut

il semble faire meilleur dehors, le soleil essaie de s'infiltrer entre de légers nuages bon soleil

Dunette va bien ! dimanche soir à 23h30 elle a demandé pour aller faire ses affaires : elle sort, prend une émanation, part en courant la truffe au sol, il fait 2° (température idéale pour les émanations), zig-zag sur 20 mètres, reprend l'émanation et part à fond les manettes toujours la truffe au sol ..... se met en arrêt au fond du jardin, ramasse quelque chose et revient en courant à la maison la tête très basse ..... elle a encore trouvé le petit hérisson cette chipie ! mais cette fois elle l'a déposé devant la porte de la maison qui était fermée !
Sacrée Dunette !!!!!

Bonne journée à tous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
coucou Dunette, faut croire qu'il est suicidaire ce hérisson, ici aussi le temps va mieux, hier c'était la tempête j'avais ressorti mon manteau de printemps car il faisait grand soleil, je sors du supermarché une pluie affreuse avec du vent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bon on va tous croiser les doigts et les orteils aussi, ce matin en appelant les cliniques avec ma conseillère on est tombé sur une qui chercher justement quelqu'un en formation, à côté de Colmar, on a envoyé ma candidature plus qu'à espérer un entretien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Perrine a écrit:
bon on va tous croiser les doigts et les orteils aussi, ce matin en appelant les cliniques avec ma conseillère on est tombé sur une qui chercher justement quelqu'un en formation, à côté de Colmar, on a envoyé ma candidature plus qu'à espérer un entretien.


Waoouuuu ! super Perrine ! bon c'est Colmar .... mais l'Alsace est une belle région rit assez fort et puis si ça se trouve tu ne seras pas très loin de chez Merlinette ?

je viens de croiser les papattes de Dunette !!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lol non non pas de "bon c'est Colmar" lol moi ça m'intéresse beaucoup je serais à 2 pas de l'Allemagne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
tout le monde. Ici, la pluie persiste et hier nous avons essuyé un gros orage. C'est pas bon pour le moral tout ça.

Perrine, je croise les doigts pour toi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dunette j'ai des amis qui viennent ce soir, ils auront droit à ta tarte aux pruneaux

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
voui je vais les faire tremper dans du thé je pense, et fainéante que je suis je les ai pris dénoyautés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour à tous allez hop hop hop on garde le sourire même si le temps est maussade, je vous souhaite une bonne journée, pour ma part repos bien mérité suis cassée de partout,

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Perrine a écrit:
Dunette j'ai des amis qui viennent ce soir, ils auront droit à ta tarte aux pruneaux


waaawwhhhhhhhh délicieuxdélicieuxdélicieuxdélicieux

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

petit coucou du Limousin
nous sommes chez Gaby56 ou nous nous remettons du voyage
un peu de temps pour souffler ....

Je vous embrasse bien fort toutes et tous

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
par contre j'ai de mauvaises nouvelles de ma Maman, a qui on viens de diagnostiquer une fibrose des poumons. C'est pas bon du tout comme on peu s'en douter. Elle sera envoyée à l’hôpital universitaire de Mont Godine. Ca va être coton pour aller la voir .... enfin nous sommes tous sous le choc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Merlin a écrit:
par contre j'ai de mauvaises nouvelles de ma Maman, a qui on viens de diagnostiquer une fibrose des poumons. C'est pas bon du tout comme on peu s'en douter. Elle sera envoyée à l’hôpital universitaire de Mont Godine. Ca va être coton pour aller la voir .... enfin nous sommes tous sous le choc





nous croisons les do pour toi et ta maman!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
les bourgeons des arbres commencent à s'ouvrir on devrait pas tarder à voir les petites feuilles sortir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.