Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
kulgran

Ambystoma Mexicanum (Axolotls)

Messages recommandés

Habitat Naturel

Ambystoma Mexicanum est un membre de la grande famille des ambystomidés d'Amérique. C'est un très proche parent d'Ambystoma tigrinum, la célèbre salamandre tigrée des USA.

Les axolotls vivent dans des lacs de montagne mexicains, dans la région de la capitale.

C'est un animal néoténique, c'est à dire qu'il garde des caractères physiques considérés comme juvéniles (et donc normalement perdus à l'âge adulte) toute sa vie. Dans son cas, il s'agit des branchies. Comme toutes les larves de salamandres, les larves d'axolotls ont des branchies externes, déployées en plumeaux spectaculaires sur les côtés de la tête (3 paires de branchies, et 4 paires de fentes branchiales). Contrairement aux autres larves, elles ne les perdent pas à l'âge adulte, et ne développent jamais de poumons. Leur glande thyroïde fournit bien l'hormone nécessaire à la transformation, mais en quantité insuffisante. A noter que l'apport artificiel d'un complément thyroïdien lance la transformation : on obtient un axolotl terrestre, sans branchies. Ses petits seront cependant également néoténiques.
Une stimulation de la thyroïde par une baisse très forte du niveau de l'eau et un réchauffement de celle-ci permet également parfois la transformation.

La néoténie est relativement fréquente chez les urodèles (un des 3 ordres de batraciens, dans lequel est classé l'axolotl). Il existe, par exemple, certaines variétés géographiques de Tritons Alpestres qui sont néoténiques.
Dans le cas de l'axolotl, la néoténie pourrait être une adaptation au climat froid : sous l'eau (même recouverte de glace), la température reste au moins 1 ou 2° au dessus de 0. Il en va différemment pour un animal terrestre, obligé d'affronté le froid hivernal des montagnes, ou la température peut baisser très en dessous de 0.

Ainsi donc, l'axolotl vit dans des lacs de montagne, dont il ne sort jamais, puisqu'il n'a pas de poumons. C'est un animal strictement aquatique. Ses conditions de maintenance et de reproduction relèvent donc beaucoup plus de l'aquariophilie que de la terrariophilie au sens strict. La variété sauvage est gris-brun. Certaines variétés d'élevage sont blanches (photos ci-dessus), albinos (idem que sur les photos, mais avec les yeux rouges et un teint général plus jaune), tachetés (variété dite "Arlquin"), ou gris-brun (comme la variété sauvage).

Les yeux sont dépourvus de paupière. Les membres ont quatre doigts aux pattes de devant, et cinq aux pattes de derrière. La queue est comprimée latéralement. Le dos et la queue ont une crête membraneuse qui, courant sur le dos, se prolonge jusqu'au cou.

Selon un arrêté du Ministère de l'écologie et du développement durable du 11 août 2006, publié au journal officiel du 7 octobre 2006 et fixant la liste des espèces, races ou variétés d'animaux domestiques, la variété albinos est considérée comme un animal domestique pouvant faire l'objet de commerce sans contrôle spécifique ni certificat de capacité. On peut supposer que par extension, les variétés dépigmentées (et non strictement albinos, c'est à dire sans yeux rouges) sont également concernées, mis l'arrêté ne le spécifie pas explicitement.

Les axolotls sont utilisés pour la recherche et beaucoup sont élevés en captivité. Leur capacité de régénération, similaire à celle que l'on peut rencontrer chez les salamandres, est particulièrement étudiée. Ils sont capables de régénérer des organes entiers en quelques mois. Dans certains cas le cerveau a pu être concerné, bien que la régénération alors observée ne concernait que des zones à rôle secondaire.

Ils possèdent aussi une très grande capacité de transplantation, tolérant et assimilant pleinement des organes tels que les yeux ou des zones de cerveau (qui recouvrent par la suite leurs entières capacités). Dans certains cas, ils peuvent restaurer un membre endommagé ou bien en créer un supplémentaire.

Il faut souligner que ceci ne concerne essentiellement que des individus encore au stade larvaire. Une fois la métamorphose effectuée, cette capacité est fortement réduite.

La taille et la robustesse de leurs embryons sont également sources de recherche. De plus, ils sont très faciles à élever comparés à d'autres salamandres de la même famille (qui sont dès lors très peu élevées en captivité).



source : http://batraciens.net/axolotl.php

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
de rien, si j'ai des infos en plus, j'en mettrais

je vais voir pour prendre des photos des miens

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
bien cette fiche

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
j'avais dejas vu sa cool
une salamandre qui n'evolut pas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
bizarre tes souris blanches reptilarium-nico

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
ben disons que j'en donnerais pas a mes reptiles

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...