Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
Admin-amisdesamis

Légendes, contes pour les tout petits.

Messages recommandés

LA TORTUE ET L’ÉLÉPHANT

- Bonjour, monsieur l'éléphant, dit la tortue dans l'herbe.
- Qui me salue ?
- C'est moi, la tortue. Fais attention, je t'en prie, et ne m'écrase pas.
- Mais oui, mais oui,, ne t'en fais pas. Mais pourquoi donc es-tu si petite et si lente ?
- Si je le voulais, je ne serais pas lente du tout, répond la tortue.
Si je voulais, éléphant, je pourrais sauter par-dessus ton dos.

-En voilà une drôle d'idée... par-dessus mon dos !

- Je veux bien te montrer, mais demain.
Hier déjà, j'ai fait du saut toute la journée et je suis fatiguée.
Reviens me voir demain et je te montrerai comment les tortues savent sauter.

L'éléphant s'en va bien intrigué et la tortue court chez sa sœur, aussi vite qu'elle peut.
- Tortue, tortue, ma sœur, écoute ce qui m'arrive.
J'ai dit à l'éléphant que je sauterais par-dessus son dos.
- Mais quelle mouche t'as piquée ? répond la sœur très étonnée.
Depuis quand les tortues sautent-elles pardessus les éléphants ?
- C'est bien pourquoi je viens te voir.
Demain, quand l'éléphant viendra, tu te cacheras dans ce fourré.
Quand je crierai « Hop-là ! », tu attendras quelques instants, puis tu crieras : « Me voilà. »
Pourras-tu me rendre ce service ?

- S'il n'y a que cela pour te faire plaisir, je le ferai bien volontiers. A demain donc.

Le lendemain, l'éléphant revient au même endroit et trompette d'aussi loin qu'il le peut :
- Tortue, tortue, où es-tu ? Viens donc sauter

- Je suis là, dit la tortue.
- Alors, es-tu prête ? Veux-tu vraiment sauter par-dessus mon dos ?

- Attention, je saute, crie la tortue

Elle crie : « Hop-là ! » et se blottit parmi les herbes.
Dès qu'elle a crié « Hop-là ! », sa sœur, de l'autre côté de l'éléphant, se fait entendre « Me voilà »
Elle sort de l'herbe et l'éléphant n'en croit pas ses yeux.
Comme les tortues se ressemblent, il ne soupçonne pas la supercherie.

- Chère tortue, dit l'éléphant très poliment.
Je t'en prie, montre-moi encore une fois comment tu sautes.
Tu l'as fait si rapidement que je n'ai pas eu le temps de voir. C'est bien dommage.
Recommence, je t'en prie, encore une fois.

- Ah là là, dit la sœur tortue. Ce saut, m'a tellement fatiguée.
Je ne peux pas recommencer tout de suite.
Pourquoi es-tu si gros et si grand ?
- C'est bien vrai, je suis le plus gros et le plus grand du pays, répond l'éléphant fièrement.
Pareil exploit ne peut pas être recommencé à tout instant.
Et l'éléphant s'en va, toujours aussi fier et content de lui.

De joie, les deux tortues se mettent à danser une polka de tortues, la plus lente de toutes les polkas de tortues du monde. Elles sont si contentes qu'elles composent même un poème:



Les géants à grosse tête
Souvent n'en sont pas moins bêtes
Et d'une tête de puce
Peut jaillir beaucoup d'astuce.


E. Petiska

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites



  Pourquoi la tortue vit dans la brousse

   Autrefois, Poule, Pigeon, Canard, et Tortue étaient amis, et ils vivaient dans la même maison. Ils mangeaient toujours ensemble. Près de là vivait un aveugle qui cultivait son champs, et plantait beaucoup de maïs. Voilà.

   Autrefois, Canard pouvait planer comme un vautour. Alors un jour il alla voler du maïs dans le champs de l'aveugle. Quand il rentra, ils préparèrent le maïs et tous quatre mangèrent ensemble. Voilà.

   Ainsi, d'entre les quatre, ce fut Tortue qui mangea le plus. Canard lui dit, "Regarde, comme tu as mangé la plus grande partie du maïs que j'ai apporté, c'est là-bas que je l'ai pris. Vas en prendre toi même maintenant. Mais attention de ne pas te faire prendre."

   Alors Tortue partit. Il partit prendre le maïs, et puis il rentra à la maison. Quand Tortue rentra, Canard n'était pas là. Canard et ses enfants étaient allé au lagon pour prendre de l'eau. Alors quand Tortue rentra et vit que Canard n'était pas là, il appela Perdrix, Pigeon et Poule pour qu'ils viennent manger avec lui.

   Quand ils eurent mangé, Poule dit, "Où est la part de Canard ?" Tortue répondit, "Je crois que Canard a déjà mangé." Quand Canard rentra il ne trouva rien. Fâché il alla dire au fermier que Tortue avait volé son maïs.

   Maintenant, quand les animaux se réunissent à la maison, c'est Coq qui est leur chef. Le fermier demanda à Coq de rassembler tous ses oiseaux. Il dit, "J'ai quelque chose à leur demander." Coq ordonna à tous les oiseaux de se réunir, et il demanda au fermier de parler.

   Le fermier dit, "Tortue a pris mon maïs sans ma permission." Tortue dit, "Non, ce n'est pas comme ça. Je ne connaissais pas ton champs. C'est Canard qui me l'a indiqué." Canard dit, "Non, c'est Coq lui même qui me l'a montré car un jour il était rentré avec un grain de maïs dans la bouche, et je l'ai vu".

   Coq dit, "Je ne vais jamais dans le champs. J'ai trouvé le maïs au marché. C'est la place du marché que je fréquente, tout le monde sait que je ne vais jamais dans les champs. Le jour où il m'a vu, je revenais du marché."

   Chacun parla à son tour. Coq finit de parler ; Canard finit de parler ; Pigeon aussi finit de parler. Coq dit au fermier, "Qui a volé ton maïs ?" Le fermier dit que c'était Tortue.

   Tortue dit, "Je vais présenter mon cas devant Dada Segbo." Alors ils partirent tous chez Dada Segbo. Dada Segbo leur demanda pourquoi ils étaient venu. Tortue dit, "Les autres ont volé le maïs, et c'est moi qu'on accuse."

   Mais tous les autres dirent, "C'est Tortue seul qui a volé." Voilà. Dada Segbo dit, "Bon, je n'arrive pas à résoudre ce problème". Il demanda à Tortue : "Veux-tu rester avec ces oiseaux ?". Tortue dit, "Non. Non, tu dois nous séparer."

   Alors Dada Segbo dit à Canard, "Tu es toujours à la maison, avec tes amis Coq et Pigeon. L'homme doit te construire une maison. Toi, Tortue, va dans la brousse, et fais-y ton lit. Tu dois faire un nid ouvert." Et Dada Segbo dit, "Va-t-en loin, sinon tu seras tué."

   C'est pour celà que maintenant on trouve la Tortue dans la brousse. Et son nid est ouvert, tout comme Dada Segbo l'avait ordonné. N'importe qui en passant peut tout de suite voir Tortue dans son nid ouvert.




   Tiré, traduit et adapté de : M.J. & F.S. Herskovits : Dahomean Narrative, Northwestern Univ. 1998.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.