Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
DimEst49

Perruche à tête pâle Platycercus adscitus - Pale-headed Rosella

Messages recommandés

Identification :
Perruche à tête pâle Cette perruche possède deux sous-espèces qui se distinguent principalement par la couleur de leur croupion. Chez la race nominale adscitus, le mâle adulte présente un capuchon et des oreillons jaune pâle. La partie supérieure des joues est blanchâtre contrastant avec la partie basse qui est bleu clair. Le haut de la poitrine est jaune, le bas de la poitrine et l'abdomen sont bleus. Les couvertures sous-caudales affichent une belle teinte rouge. Le manteau, le dos et les scapulaires sont noirs avec de larges bordures jaunes, procurant à ces régions un aspect fortement écaillé. Le croupion est uniformément jaune. Les couvertures extérieures sont bleu foncé. Les rectrices centrales sont également bleu foncé, mais les rectrices externes sont plus Perruche à tête pâle claires avec de fines bordures blanches. Le dessous des ailes ne porte pas de rayure. Le bec est blanc. Les iris sont bruns, les pattes grises. La femelle est à peine différente de son partenaire. Elle a des couleur plus ternes et unE rayure sur le dessous des ailes. Les juvéniles présentent des plumes grisâtres terminées de jaune ou de rouge-orange sur le capuchon et sur la nuque. Le dessous de leurs ailes est rayé.

Chez la race palliceps, le croupion et les sus-caudales sont bleu verdâtre. La tête est blanc jaunâtre, les plumes noires du dos sont bordées de jaune doré. Les parties inférieures sont bleues, se fondant dans le blanc jaunâtre du haut de la poitrine. Assez souvent, la couleur bleue remonte jusqu'à la gorge ou même jusqu'aux parties basses des joues. La race palliceps est légèrement plus grande. Les juvéniles sont semblables à ceux de la race nominale, excepté le croupion qui reste bleu verdâtre comme celui de leurs parents.

Chant : Les perruches à tête pâle ont un répertoire varié, assez semblable à celui de la Perruche omnicolore. Commme eux, ils émettent des cris rauques, des sifflements et des cris d'alarme stridents. Lorsqu'ils se nourrissent à terre, ce sont des oiseaux plutôt silencieux, mais dès qu'ils sont dans les feuillages ou à la cime des arbres, on peut entendre de doux bavardages intermittents.

Habitat : Les perruches à tête pâle sont répandues dans toutes les sortes d'habitats boisés ouverts, que ce soit les savanes arbustives, les forêts éparses de Melaleucas, les rangées d'arbres le long des rivières ou les zones marécageuses. On les trouve également dans les landes boisées qui longent le littoral et qui sont dominées par les arbres du genre Banksia. Elles évitent de s'enfoncer à l'intérieur des forêts épaisses, accordant leur préférence aux clairières, aux lisières ou aux prairies qui bordent directement les parcelles. Elles pénètrent également dans les terres cultivées avoisinantes pour se nourrir. Ce sont des oiseaux des régions basses, grimpant Perruche à tête pâle rarement au-delà de 700 mètres et laissant volontiers leur place aux perruches de Pennant dans les forêts denses et dans les zones semi-montagneuses.

Distribution : Les perruches sont endémiques du nord-est et centre-est du continent australien. Leur aire de distribution s'étend du nord de la péninsule du Cap York jusqu'aux rivières Richmond et Barwon, dans le nord-est des Nouvelles-Galles-du-Sud. Deux races sont officiellement reconnues : P.A. adscitus (uniquement péninsule du Cap York) - P.A. palliceps (reste de l'aire de distribution).

Comportements : Les perruches à tête pâle ont des mœurs assez semblables à celles des perruches omnicolores (pour de plus amples renseignements, consulter cette fiche) mais elles sont plus arboricoles et on les rencontre plus fréquemment dans les feuillages des arbres et des buissons. Ce sont des oiseaux sédentaires mais qui procèdent à de courts déplacements pendant la saison sèche. Ils se nourrissent parfois en compagnie de perruches érythroptères (Aprosmictus erythropterus) ou de perruches de Barnard (Platycercus barnardi), mais elles ne forment jamais avec elles de bandes mixtes organisées.

En dépit de leurs couleurs chatoyantes, les perruches sont bien camouflées et sont difficilement observables quand elles se reposent ou recherchent leur nourriture dans le feuillage des arbres.

Nidification : Dans le nord, les perruches à tête pâle nichent du mois de février au mois de juin, avec quelques variations qui dépendent de la fréquence des précipitations. Dans le sud, la saison de nidification intervient de septembre à décembre. Ces oiseaux installent leur nid dans la cavité profonde d'un arbre malade ou en bonne santé, de préférence un eucalyptus situé près d'un cours d'eau. D'autres endroits peuvent être choisis : une souche creuse ou un trou dans un poteau de clôture. La ponte comprend habituellement entre 3 et 5 oeufs. La femelle couve seule Perruche à tête pâle pendant 19 jours, mais dès que les oeufs sont éclos, elle reçoit l'assistance du mâle qui l'aide à nourrir les petits. Les oisillons quittent le nid au bout d'environ 5 semaines.

Régime : Les perruches à tête pâle sont surtout végétariennes. Elles consomment un grand nombre de plantes, près de 50 espèces végétales ont été répertoriées. Comme les perruches omnicolores, elle recherchent principalement leurs aliments dans les arbres. Les graines des eucalyptus, des acacias, des melaleucas, des cyprès noirs d'Australie, des faux acanthes et des lampourdes épineuses constituent les aliments préférés mais les fleurs et les fruits de certaines espèces sont également très appréciés. Les perruches à tête pâle sont souvent de véritables pestes pour les vergers et les champs de maïs.

Protection / Menaces : Les perruches à tête pâle ne sont pas une espèce menacée. Elles sont même plutôt communes sur l'ensemble de leur aire de distribution, ayant bénéficié de l'éclaircissement des forêts et du développement des terres agricoles et des cultures d'arbres fruitiers. Une importante restriction toutefois, ce sont des oiseaux de compagnie très appréciés commercialisés sous le nom de perruches à joues bleues. Chaque année, des centaines d'oiseaux sont ainsi capturés illégalement dans leur milieu naturel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.