Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
DimEst49

Perruche lunulée Bolbopsittacus lunulatus - Guaiabero

Messages recommandés

Identification :
Perruche lunulée Bien que cette petite perruche trapue soit la seule du genre Bolobopsittacus, sa silhouette est assez ressemblante à celle des psittacules mangeurs de figues, sa queue extrêmement brève étant caractéristique. Superficiellement, et bien qu'elle ne possède pas de raquettes au bout des rectrices, elle peut être aussi confondue avec certaines palettes, notamment la Palette momot.
Chez les adultes, la tête est principalement verte, bien que la face soit variablement infiltrée de bleu autour de l'œil, sur les lores, sur le menton et vaguement sur la surface de la gorge. Le manteau affiche un vert plus foncé que le capuchon et il est bordé sur le dessus par un étroit collier bleu pâle. Le croupion et les couvertures sus-caudales ont une teinte vert jaunâtre pâle. Les couvertures primaires sont bleues, les autres couvertures alaires sont vert moyen. Les rémiges ont des vexilles externes bleuâtres, l'alula est bleu moyen. Le dessous des ailes est vert brillant, les grandes couvertures étant liserés de jaune, le reste des sous-alaires ayant une barre jaune pâle en travers des filets internes des rémiges. Les parties inférieures sont uniformément vert-gazon, soit une nuance plus pâle que le dessus. Les rectrices sont vert brillant dessus et bleu pâle dessous. Les juvéniles ne sont pas décrits.
Le bec est noir, les iris sont brun-rouge, les pattes grises.
Certaines sous-espèces ont un collier nucal bleu plus foncé. La race callainipictus a un plumage généralement plus vert jaunâtre et la race mindanensis a une tête plus pâle qui contraste avec le reste des parties supérieures.

Chant : D'après Avianweb et World Parrot Trust, les Perruches lunulées produisent des cris stridents et abrupts lorsqu'elles se déplacent en vol. Elles ont une communication plus douce et plus discrète quand elles se restaurent.

Habitat : Les Perruches lunulées fréquentent de nombreux types d'habitats : on les trouve les zones boisées ouvertes, les forêts, les lisières, les parcelles en cours de régénération, les savanes, les terres cultivées, les vergers et les mangroves. On peut les observer presque exclusivement dans les plaines en-dessous de 600 mètres d'altitude.

Distribution : Ces oiseaux sont endémiques de l'archipel des Philippines. Ils sont présents à Luzon, à Mindanao, Samar, Leyte et Panaon. On reconnaît officiellement 4 sous-espèces : B. l. lunulatus, la race nominale (Luzon) - B. l. intermedius (Leyte) - B. l. callainipictus (Samar) - B. l. mindanensis (Mindanao et Panaon).

Comportements : Les Perruches lunulées se regroupent dans les arbres fruitiers, formant des rassemblements qui atteignent parfois près de 50 individus. Elles ont un vol rapide et direct, si bien que souvent il n'est pas très aisé de les repérer dans les airs. Lorsqu'elles se nourrissent, elles se déplacent lentement dans les feuillages, ce qui fait qu'elles ne sont pas plus faciles à détecter.

Nidification : D'après Juniper et Parr, les femelles son en état de se reproduire en mars. Peu d'informations sont disponibles, mais on sait depuis peu d'années que ces perruches nichent dans les arbres et qu'elles creusent leur nid dans une fourmilière ou une termitière arboricole. En captivité, la nichée comprend entre 4 et 7 œufs qui sont couvés pendant environ 24 jours. Les jeunes sont totalement emplumés et aptes à quitter leur lieu de naissance au bout de 6 semaines après l'éclosion.

Régime : Les Perruches lunulées ont un menu frugivore, ils consomment principalement des goyaves du genre Psidium. Le reste du menu n'est pas très connu. Cependant, il comprend probablement des baies, des graines, des racines et d'autres végétaux.

Protection / Menaces : Les Perruches lunulées sont assez communes sur l'ensemble de leur aire de distribution. La population globale est estimée à plus de 50 000 oiseaux. Aucune menace véritable n'est visible à présent et les effectifs semblent stables. Pour une population insulaire, leur aire de répartition est assez importante (plus de 212 000 kilomètres carrés). L'espèce est donc classée comme de préoccupation mineure. (LC)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.