Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
Laurence-animalissimo

Les lévriers en Irlande (entre autres)...

Messages recommandés

L’Irlande produit près de 25 000 chiens par an pour alimenter les 70 pistes du pays dépendant de l’organisation professionnelle des courses, le Bord na gCon. Quant aux Irlandais, ceux qui ont voyagé dans ce pays savent que la plupart considèrent les greyhounds au mieux comme des poulets d’élevage, au pire comme des cochons en attente d’égorgement. Et chacun sait comme il est long et complexe de faire évoluer les esprits. Faire comprendre que les greyhounds s’adaptent parfaitement au statut d’animal de compagnie est très difficile.

L’Irlande, premier dealer de lévriers…

Et si les premières courses commerciales en Irlande datent seulement de 1927, ce pays est devenu rapidement le dealer de lévriers le plus important de la planète. Les greyhounds massacrés en Grande Bretagne, les chiens martyrisés sur le cynodrome de Barcelone viennent d’Irlande. Ceux qui couraient à Rome venaient d’Irlande et beaucoup de ceux qui courent et crèvent en Asie viennent aussi d’Irlande.
Les paris, en Irlande représentent des sommes considérables, et les cynodromes sont une manne pour l’état irlandais.
Quant aux chiens, ils sont dans la plupart des cas vendus en syndication, c’est à dire en copropriété (ce qui fait comiquement voler en éclat l’image du propriétaire attentionné au devenir de son chien après les courses). Les chiens sont des investissements et, comme aux USA, les associations professionnelles préconisent ce type d’achat car l’acheteur n’a aucun inconvénient, il investit, il touche des dividendes et ne s’occupe de rien, et surtout pas du chien !
Sur les 25 000 (voire 30 000, selon d’autres estimations) lévriers « produits » chaque année dans les fermes d’élevage irlandaises combien finissent leur vie comme chien de compagnie : quelques centaines sans doute, mais guère plus.

15000 greyhounds massacrés chaque année par les vétérinaires des cynodromes…

Les greyhounds produits en Irlande courent dans leur pays d’origine, bien sûr mais surtout en Grande Bretagne, premier et plus proche client des « fermes à chiens » d’Erin. On estime que 75 % des greyhounds qui courent en Grande Bretagne proviennent d’Irlande. Les 25% restant sont « produits » sur place.
Que deviennent ces chiens dès qu’ils ne sont plus rentables ?
Des éléments de réponse nous parviennent des deux côtés de l’Atlantique.
D’Angleterre d’abord, avec l’aveu d’un vétérinaire : Lors de la Conférence internationale des fédérations de greyhounds, à Londres, en 1998. Il affirmait avoir euthanasié, en moyenne, neuf greyhounds, jeunes et bien portants, chaque semaine, au cynodrome de Nottingham (UK). Si l’on admet que pareil massacre se produit également sur les 31 autres cynodromes officiels, cela signifie que 15.000 greyhounds sont éliminés chaque année par les vétérinaires des cynodromes anglais... Et, malheureusement, cette estimation de 15.000 ne tient pas compte des milliers de greyhounds « endormis » par d’autres vétérinaires, ou tués par d’autres méthodes.
L’industrie des courses en Grande-Bretagne voudrait faire croire que pratiquement tous les greyhounds retirés chaque année des cynodromes officiels seraient récupérés par leurs propriétaires ou leurs entraîneurs. Un greyhound peut aisément atteindre 12 ans. Cela signifie, si l’on écoute l’industrie des courses, qu’il y aurait environ 100.000 greyhounds retraités, coulant des jours heureux en Grande-Bretagne. Sans parler des milliers de chiens retirés du circuit avant même d’avoir connu les « joies » de la piste. Si cela n’est pas se moquer du public, il faut le dire ! (On peut penser à une formule plus lapidaire, mais, restons polis…)

Chaque cynodrome anglais est responsable de la mort d’au moins 500 greyhounds…

Malheureusement, il est clair qu’au moins 20.000 des 25.000 greyhounds produits chaque année pour courir en Grande Bretagne sont « endormis » ou éliminés par d’autres méthodes, souvent atroces et douloureuses, afin d’éviter les frais vétérinaires. Cela équivaut à 50 greyhounds tués chaque jour. Chaque cynodrome officiel étant responsable, en moyenne, de la mort d’au moins 500 greyhounds par an.
Cela confirme les affirmations du vétérinaires, qui avouait avoir euthanasié 9 greyhounds par semaine (450 par an) au cynodrome de Nottingham. Sans compter les chiens tués hors des cynodromes. Comme ceux qui périssent attachés aux rails de la gare de triage de Limerick (Irlande), pattes broyées par les aiguillages, corps disloqués par les locomotives et les wagons…
Inutile de se demander pourquoi l’industrie des courses reste muette et ne publie aucune estimation du nombre de greyhounds tués chaque année…
Par ailleurs, des milliers de chiots et de jeunes chiens sont abattus parce qu’ils n’ont pas réussi les tests de sélections.

Colorado : 2600 greyhounds livrés à l’expérimentation animale en trois ans !

Ces informations sont d’autant plus inquiétantes, lorsqu’on les « croise » avec des éléments venus des Etats Unis. En 1998 l'université du Colorado a admis que plus de 2.600 lévriers réformés lui avaient été remis, en trois ans. Selon des rapports publiés, la moitié de ces chiens ont été utilisés dans les laboratoires, où ils n'ont pas été remis « sur pieds » après avoir subi des actes de chirurgie. Les autres chiens ont été tués immédiatement à l'arrivée, utilisés dans des cours d'anatomie, lors des expériences dentaires, ou pour tester des traitements expérimentaux pour chiens blessés. Entendez par là qu’on leur a volontairement infligé des blessures pour étudier la manière de les soigner !
Certains des chiens retraités des cynodromes sont utilisés pour leur sang riche en globules rouges. Ils deviennent de véritables banques du sang. Qu’il soit nécessaire d’avoir du sang pour les besoins transfusionnels nés de la chirurgie vétérinaire n’est pas choquant en soi, mais les conditions dans lesquelles ces prélèvements sont effectués sont de toute manière douteuses et suspectes compte tenu de la manière dont sont traités ces lévriers tout au long de leur vie.



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tabar.......le,
qu'est-ce que le monde m'écoeure!
Dès qu'il y a du fric à faire,ils se permettent les pires saletés sur des êtres sans défense(enfants,animaux).
Comme ça, dans des labo US,on est pas gentils,gentils avec les animaux?
Ah,bon,certains prétendent qu'ils ont quand même une belle vie!
C'est pas si désagréable de te faire infliger une blessure intentionnellement,ou inoculer une bactérie en autant que tu reçoives de la bouffe pis que tu retournes dans ta petite cage,si t'as pas crevé avant.
Un animal qui souffre ne se lamente pas longtemps,donc pas trop dérangeant!
C'est dommage que l'éthique les empêche d'utiliser des bons pervers de notre belle race humaine.
Kobi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.