Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
Julie Van Sickle

Folies aux allocations familiales!

Messages recommandés

Bonjour,

Ce texte est long mais il vaut la peine d'être lu! C'est fou raide!

Julie

Folies aux allocations

Phrases véridiques relevées dans les correspondances entre la caisse
d'allocations familiales et les assurés. L'orthographe est intacte.

- J'ai une femme à l'état de grosse et je désire m'inscrire à la
présentation.

- Le certificat prénatal pour mon enfant que je met dans cette lettre pour
arranger mon dossier.

- Je vis maternellement avec ma concubine.

- Je croyais que j'ai le droit de toucher pour le travail de mon cubain.

- Quand mon petit a eu deux ans, la caisse m'en a coupé la moitié.

- Mon mari est pour le moment décédé.

- Habitant sur un derrière et ne m'y trouvant pas bien, je voudrais obtenir
un prêt pour améliorer mon habitat.

- Je ne possède que quelques pieds de vigne que mon fils fait marcher.

- N'étant pas chomeur secouru, je me suis mis à ramasser un peu de tole pour
faire manger mes petits.

- Faites des efforts, mon enfant va naitre.

- Je voudrais mon argent aussitot que vous pourrez me l'envoyer.

- J'ai été au lit avec le docteur pendant une semaine, et il me semble
m'avoir fait aucun bien. Il faudra que je me procure un autre docteur.

- Selon vos instructions, j'ai donné le jour à deux jumeaux dans une
enveloppe ci-jointe.

- Le bébé a besoin de lait et le père ne peut lui en donner.

- Vous avez changé mon petit garçon en petite fille. Est-ce que cela fait
une différence ?

- En réponse à votre requête, les dents du devant vont trés bien, mais les
dents de mon derrière me font trés mal.

- Ma femme est enceinte, je vous envoie mes petites affaires dans ce papier.

- Suite au passage du controleur, veuillez m'envoyer un carnet de maternité.

- Au guichet on m'a fait attendre une heure toute seule en file indienne.

- Mes dents sont tellement mauvaises que je peux macher que du potage.

- On a coupé les bourses de mon fils, il ne va plus en classe.

- Comme mon pauvre mari doit partir chez les fous, je l'envoie à votre
bureau.

- Veuillez me faire connaitre la marche à suivre pour une naissance.

- Je suis restée malade à cheval sur deux mois.

- J'espère que vous aurez pitié d'un pauvre homme qui a sept enfants à géré
ainsi que sa femme et sa belle mère.

- Je suis devenue veuve aprés le décés de mon mari.

- Je suis enceinte de cinq mois et je n'ai rien fait.

- Ma rue a changé d'adresse.

- Mon mari souffre d'un abcés sédentaire.

- Orphelin à treize ans, j'ai vécu de droite à gauche mais toujours dans le
droit chemin.

- Mon mari est en créventorium, on lui a fait un plumeau au thorax.

- Mon mari est mort depuis deux mois, que dois-je faire pour le sortir de la
caisse ?

- Depuis que le médecin a dit à mon mari de prendre la courtisanne, il va
mieux.

- J'ai nourri mon enfant au sein sans arriver à joindre les deux bouts.

- J'ai été victime d'un accident de la route provoqué par un chien en vélo.

- Fille mère, je me suis marié aprés coup.

- Je me suis fait soigner avec les feuilles de maladie.

- Je vis avec une tierce personne.

- Mon enfant n'a pas une bonne glande tyrolienne.

- L'accouchement était particulierement difficlie, il a fallu frayer un
passage au chasse neige.

- J'ai mal à la tête et on m'a fait une césarienne.

- Depuis que mon mari est mort,il n'y a plus d bête à cornes à la maison.

- Je suis catholique pratiquante, pouvez-vous me dire si les pilules Carter
pour le Foi sont remboursées

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Roxy
lol! Ah, je suis crampée! thumleft Merci Julie, ça fait du bien de rire!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.