Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
Mireille06

quelles attitudes avec un cheval qui teste?

Messages recommandés

Comme annoncé dans le post d' Elo 17, je vous propose de traiter d'un sujet auquel beaucoup de propriétaires et de cavaliers sont confrontés quelque soit la race de leur monture : le test.

Tout d'abord, quasi tous les chevaux testent un jour ou l'autre, cela fait partie de leur nature, certains testant plus que d'autres;

Les chevaux qui testent sans arrêts sont souvent ceux avec qui on sera le moins constant;

On peut remarquer qu'ils testeront avec certaines personnes et pas avec d'autres;

La composante grégaire de son mode de vie fait que le cheval a besoin de repères clairs et constants, de règles bien établies qui ne doivent pas changer au gré des humeurs;




Je vais donc tenter de faire un résumé des différentes attitudes qu'il est bon d'avoir avec son compagnon équin, d'expliquer le but poursuivi avec ces attitudes et la façon de corriger certains comportements indésirables.

Je ne vous propose pas une méthode en particulier mais plutôt une façon d'être, de comprendre et de lire le cheval de manière à pouvoir décoder les multiples signaux qu'il nous envoie;

Comme vous le savez, le cheval est un animal grégaire qui a besoin de savoir quelle est sa place dans la hiérarchie et par conséquent dans le groupe qui compose son entourage, groupe composé d'humains et d'autres chevaux;

Vous savez tous aussi que quand on introduit un nouveau dans un troupeau, ce dernier doit trouver sa place, il se fera accepté rapidement par les moins dominants et évincé par d'autres qui lui seront supérieurs en dominance;




Le cheval qui teste sans arrêt est un cheval qui ne trouve pas sa place, qui a besoin de remettre la dominance de l'autre toujours en question;

Cela se passe aussi entre membres d'un même troupeau, certains individus remettent systématiquement en question la place de dominant, car il voudrait pouvoir dominer pour des raisons diverses, s'approprier un repas, un congénère, un espace, etc.

Et dans ces jeux de dominance, le plus téméraire mais surtout le plus persévérant l'emportera la plupart du temps;




Quand un cheval joue ainsi avec son partenaire humain, l'homme part bien sûr avec un handicap de force, et par dessus tout de langage;

Car pour pouvoir être compris, il est plus facile de pouvoir parler le même langage!!!




Donc, je vous propose de voir ces attitudes comme un langage comme vous apprendriez une langue étrangère;

Ce langage est constitué non de mots mais d'attitudes corporelles;

La plupart du temps, nous n'avons que peu de conscience du langage de notre corps;

Il arrive souvent que notre langage dise quelque chose alors que notre attitude corporelle dise autre chose;

Le cheval observe nos attitudes corporelles en permanence car c'est ce qui lui permet de juger d'une situation, s'il y a lieu de bouger ou pas, même de fuir;

Ce sont nos attitudes corporelles qui le renseignera sur nos intentions à son égard;

Donc avoir la bonne attitude au bon moment prend tout son sens dans l'éducation de base du cheval;




Dans le fonctionnement hiérarchique du troupeau, c'est celui qui fait bouger les autres qui est le chef, le dominant;

Donc, la première attitude que nous devons avoir est celle de faire bouger!!!!

Donc en pratique, à chaque fois que le cheval bouge sans que vous ne le souhaitiez, vous le remettez en place toujours avec persévérance et calme!!

Que ce soit au montoir, à l'attache, en longe, votre premier but est de pouvoir contrôler le moindre mouvement de votre compagnon dès que vous interagissez avec lui;

Cela peut aller pour certains à remettre même un pied qui avance de quelques centimètres sans que vous ne l'ayez demandé!

Pour obtenir des résultats durables, cette attitude doit être constante ce qui implique de ne pas laisser faire un jour ce qui a été interdit la veille et inversement;

Aussi, je tiens à nuancer mes propos en précisant qu'il ne s'agit pas de faire de votre cheval un robot qui ne peut pas bouger un cil sans autorisation;

Une bonne connaissance de son cheval et surtout une bonne lecture de ses attitudes permettront de faire la différence entre un mouvement dû à un inconfort, une douleur ou pour se gratter simplement et un mouvement d'impatience ou d'irrespect;




Voici un exercice qui a pour but d'installer et de conforter votre position de leader, c'est à dire faire bouger votre cheval en liberté;

Idéalement dans une piste ou carrière, le faire bouger en décidant du sens, de l'allure, et de l'arrêt avec un stick ou un chambrière au début, avec vos attitudes corporelles par la suite;

Dès que le cheval s'arrête sans que vous ne l'ayez demandé, vous le rechassez;

S'il change de sens ou d'allure, vous corrigez aussi;

Pendant cette séance, le cheval ne doit rien décider par lui-même;

Il est important de bouger le moins possible en essayant d'anticiper le plus possible les réactions du cheval;




Quand vous décidez d'arrêter la séance, vous vous positionnez au centre de la piste et vous adoptez une attitude accueillante en invitant le cheval à vous rejoindre;

Cette attitude accueillante doit être bien marquée en opposition à l'attitude prise en le chassant;

En chassant, vous vous grandissez, le tête haute et le regard bien droit sur lui:

Pour l'inviter, vous vous positionnez l'épaule en arrière tournée à trois quart dans sa direction et vous évitez de le regarder en face;

Cette technique découle du join up décrit par certains « nouveaux maîtres », technique qui vise à faire en sorte qu'un cheval vous prenne pour leader et vous suive, et vous permettra de reprendre plus facilement votre cheval au pré sans devoir laisser un licol;

Pour ma part, je l'appellerai le jeu du « qui fait bouger qui?? »




Un autre exercice consiste à apprendre au cheval à descendre la tête, vous l'invitez à céder à la pression vers le bas exercée sur la longe et le licol, dès qu'il commence à descendre pour stopper votre demande et vous récompensez, grattouilles ou bonbons..au choix;

Si le cheval bloque et reste en inhibition, vous calez votre main en continuant à exercer une pression constante jusqu'au moindre signe de cession de sa part ou vous relâchez et félicitez;

Si vous êtes confrontés à un réflexe d'opposition voire un cheval qui contre-carre le mouvement en tirant vers le haut, vous pouvez vous aider en appuyant votre main sur sa tête derrière les oreilles;

Cette pression doit aussi se relâcher dès que le cheval cède et bien féliciter;

Vous ne devez surtout pas tirer plus fort que lui mais exercer une pression suffisante pour bloquer son mouvement;




Ce point m'amène à développer la notion de pression;

Le but poursuivi est d'obtenir des réponses à la plus infime demande ou pression;

Pour ce faire, il convient de toujours débuter la demande avec la plus petite pression et de l'augmenter au fur et à mesure si vous n'obtenez pas de réponses;

Il est primordiale aussi de cesser la pression dès que l'on obtient la bonne réponse ou même un amorce de bonne réponse;







Il existe quatre phases en pression :



  1. on touche le poil


  2. on touche la peau


  3. on touche le muscle


  4. on touche l'os


Il est important de toujours revenir à la plus petite pression à chaque demande;

Cela permet d'avoir un cheval de plus en plus fin et léger dans ses réponses;

Apprendre au cheval à descendre la tête va renforcer la confiance qu'il aura en vous car il acceptera de se mettre sous votre protection;

Il faut savoir que pour qu'un cheval accepte de laisser la tête baissée, il faut qu'il se sente en sécurité;

Lorsque le cheval ne sent pas assez en sécurité ou est stressé, il ne broute pas, il a la tête haute pour scruter l'horizon pour surveiller d'éventuels dangers;







Notion de confort et d'inconfort pour solutionner les comportements indésirables;

Le cheval est sans cesse à la recherche de confort et de sécurité;

Si on lui apporte ces deux aspects primordiaux pour lui, il se sentira bien avec nous et nous considèrera comme son leader!!

Dans toutes les interactions que l'on a avec lui, il faut être attentif à apporter ce confort;

Dans le cas d'un cheval qui teste sans cesse et/ou manifeste des réflexes d'opposition, il faudra l'amener à comprendre que son confort dépend des réponses qu'il va donner, et que plus vite il donne une bonne réponse, plus vite il trouve du confort;

Il existe plusieurs types de comportements indésirables;

Le cheval peut montrer des comportements d'opposition active ou d'opposition passive ou inhibition;

Pour illustrer le comportement d'opposition active, je vais prendre pour exemple le cheval qui n'accepte pas de laisser son pied pour le curer et qui veut le reprendre;

Il s'agit de ne pas lâcher le pied tant qu'il bouge sans chercher à le curer, dès qu'il arrête de bouger, reposer le pied, le féliciter, le laisser là dessus;

Après quelques tentatives, il comprendra que ne pas bouger lui apporte plus de confort que de bouger.




Pour illustrer le comportement d'opposition passive, je parlerai du cheval qui refuse de suivre ou de passer quelque part et qui bloque en se mettant en inhibition;

Quand on est confronté à ce cas, il est préférable de ne pas faire marche arrière vers le cheval mais de rester tourné vers l'avant en maintenant la pression dans la longe (petit rappel : sans tirer!!) jusqu'à ce que le cheval cède. A lors là, vous relâchez totalement pour ne plus exercer aucune pression sur la longe;

Il faut doser encore une fois le niveau de pression ce qui dépendra de la réaction du cheval;

Dès qu'il arrive près de vous, vous l'arrêtez et le félicitez et ainsi de suite...

S'il commence par céder en avançant la tête, vous lâchez du lest pour lui signaler qu'il est dans le bon mais vous maintenez la longe tendue en continuant à l'inviter à avancer;

Certains auront besoin d'être félicités à chaque pas mais pour la plupart, ils comprendront qu'il est plus confortable de répondre de suite à la pression sur la longe que de s'opposer;

Si toutefois, vous rencontrez ensuite un comportement d'opposition active dans le cas où le cheval se met à tirer en arrière et que bloquer la longe ne suffit pas l'empêcher de reculer, dirigez-vous vers lui en secouant fortement la longe de manière à ce que ce soit vous qui le fassiez reculer et assez vite pour créer l'inconfort, faites le tourner (déplacer les hanches) de manière inconfortable, arrêter et redemander la mise en avant; Recommencez à chaque fois que cela s'avère nécessaire;







J'introduirai ici la notion de renforcements positifs et négatifs.

Tout ce qui contribuera à apporter du confort et d'être agréable constituera un renforcement positif.

(ex les grattouilles, les friandises, l'arrêt de la demande ou du travail)

Tout ce qui contribuera à donner de l'inconfort constituera un renforcement négatif. (ex faire bouger, exercer une pression ou une obstruction)




Les obstructions permettent également de traiter les comportements indésirables;

Je reprends ce que j'ai publié à ce sujet dans le post d'étho de Clad50

Une obstruction est une technique qui permet de défendre et de protéger votre espace personnel, qui arrête le mouvement du cheval dans votre direction mais qui n'est pas destinée à frapper!




L'objectif d'une obstruction est d'apprendre à protéger votre espace personnel pour prévenir l'intrusion d'un cheval qui n'y serait pas invité tout en apprenant à changer de comportement;

Il existe deux grands types d'obstructions :
l'obstruction franche : à utiliser lorsque le cheval est très près de vous, lorsqu'il cherche à vous renverser par exemple;
l'obstruction rythmée : quand le cheval est un peu plus loin et que vous voulez lui montrer que vous ne voulez pas qu'il s'approche s'il fonce ou s'apprête à mordre;

Avec une obstruction, le cheval ressentira votre énergie et comprendra votre intention : "
n'envahis pas mon espace personnel",car si vous esquivez, le cheval croit que c'est un nouveau jeu de dominance et si vous le frappez, vous l'effrayez s'il est peureux, ou il tourne cela en jeu et tente de vous mordre avant de s'esquiver;

Vous pouvez faire des obstructions avec toutes les parties de votre corps;
Avec le haut du corps :
Les obstructions franches : le bras tendu sur le côté ou bras replié et coude pointé vers l'avant pour vous protéger la tête;
Les obstructions rythmées : le geste du pantin articulé pour empêcher les invasions ou battements de coude ( pour empêcher les morsures et les pincements)

Avec les jambes :
Les obstructions rythmées : plier la jambe et lever le genou trois fois de suite en rythme (pour empêcher le cheval de baisse la tête)
Lever le pied, jambe tendue, trois fois de suite (pour empêcher le cheval de pénétrer dans votre espace)
Lancer trois fois un pied vers vos fesses (pour empêcher le cheval de chercher à vous mordre dès que vous avez le dos tourné ou que vous curez les pieds)

Les obstructions rythmées se font toujours trois fois de suite car cette répétition va vous empêcher de réagir avec énervement;
Il est difficile de faire la même chose trois fois de suite quand on est sous l'effet de la colère;
Veiller à s'efforcer de faire ces obstructions sans regarder le cheval dans les yeux évite qu'il voit dans vos yeux un défi et alors il ne s'en prendra qu'à lui même s'il heurte votre bras ou votre jambe; De cette manière, le cheval ne vous en tiendra aucunement rigueur ni ne prendra peur de vous; Ce qui fait que même les chevaux craintifs peuvent être corrigés de cette façon, car quand l'intervention se fait sans hésitation, colère, sans énervement ni ressentiments, le fait d'être bien clair a plutôt un côté rassurant pour le cheval;


Un cheval qui se « défend » par des réactions de peur parfois même disproportionnées a besoin que l'on soit bien franc dans nos interventions, car si on fait preuve d'hésitation, cela renforce sa peur, comme si on lui disait qu'il a raison d'avoir peur; Surtout s'il sent très fort votre hésitation, cela le pousse à se méfier davantage;

Procédez par approche-retrait quand le cheval s'effraie de quelque chose mais n'arrêtez pas votre stimulation tant qu'il a peur et qu'il bouge; Quand vous dirigez sur lui un objet qui l'effraye, faites-le toujours sans hésitation de manière franche et direct en ne le regardant pas de cette manière, il comprendra qu'il n'a aucune raison d'avoir peur;

Dès qu'il arrête de bouger et d'avoir peur, vous stoppez la stimulation et félicitez;

Je terminerai cette partie par un petit rappel : N'oubliez pas que votre cheval lit en vous comme dans un livre ouvert!!
J'attends vos questions et remarques, n'hésitez pas à me demander si j'ai manqué de clarté;

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mkmk nickel comme toujours la base de toute relation et tjs aussi bon à relire!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
L'important dans une relation avec son cheval c'est de savoir l'observer, déjà au préalable de toute séance, votre cheval vous dira dans quelle optique il est, jeu, fatigue, stress... beaucoup de gens oublient malheureusement de regarder et se contentent de sangler, monter et hop! Un cheval c'est comme nous, ça a ses jours lol! Et votre travail ne sera pas pareil suivant justement l'optique dans laquelle est votre loulou! Quand aux tests, un cheval vous testera toute votre vie, c'est un travail qu'il faut répéter encore et encore! Même la plus belle des relations nécessite de temps à autre de remettre les bases en route!

L'important au préalable du cheval c'est de faire un travail sur vous cavalier! Vous poser les bonnes questions, ce que vous voulez que votre cheval fasse, ce que vous ne voulez pas qu'il fasse! Ce qu'il a le droit et n'a pas le droit de faire. Déjà en vous fixant des bases mentales, vous serez plus ferme et convaincue et du coup votre cheval le ressentira! Vous demander aussi dans quel état émotionnel vous êtes le jour ou vous voulez bosser, le cheval est un miroir émotionnel, la moindre contrariété et vous ne serez pas pareil envers votre loulou et lui agira de même!

Après un cheval qui teste comme chez les humains, c'est un cheval qui décèle une faille dans votre état d'esprit. Pas assez d'assurance, une journée un peu dure.. l'important étant d'être d'un caractère égal face à lui, si vous êtes énervé(e)s remettez votre séance à plus tard! J'en ai fait l'expérience plus d'une fois avec mon gros, s'emporter, baisser les bras et ce sont eux qui gagnent! Face à un cheval qui teste, il faut rester maître de soi même si on a pas un bon niveau en étho! Dites vous que vous avez votre bulle, il a la sienne et les deux bulles ne doivent se rencontrer que si VOUS le désirez! Et surtout regardez les en troupeau! Un cheval qui bouge ses pieds c'est un cheval que vous pouvez contrôler, le premier qui bouge devient le suiveur!

Une main de fer dans un gant de velours voilà une expression qui colle bien pour avoir un relationnel avec son cheval! Je vous le souhaite à tous et toutes!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tout à fait d'accord avec ça!!
Le cheval est la meilleure école pour apprendre à gérer ses émotions!!!
J'en suis particulièrement témoin dans mon métier de thérapeute avec le cheval;
Avec luil, tout est question de temps aussi, il faut accepter d'en "perdre" pour pouvoir en gagner au final;
Et je finirai par une citation de Parelli que j'adore :
"Mettez votre coeur dans votre main et avec cette main, caressez votre cheval"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Excellent ! Merci merci.

J'ai juste une question. Quand le cheval n'aime pas une odeur, qu'il en a peur...
J'explique : l'histoire des "anti insectes" pour l'été. J'en ai un en spray à base d'huiles essentielles et son odeur est plutôt forte. Chinouk en a une sainte horreur. Il fuit littéralement le spray quitte à tourner sur un cercle de longe très court. Ce n'est pas le spray car il a droit à celui du démêlant ou encore de la bombe d'alu et il ne bronche pas. Donc j'en ai déduit qu'il a bien peur de l'odeur.

J'ai trouvé l'astuce de pulvériser le produit directement dans la paume de ma main et de le lui appliquer en suivant. Je lui tourne aussi le dos... autrement, je ne peux pas lui mettre ce produit.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Merci Sandrine c'est moi qui vous remercie;
J'ai essayé d'être la plus complète possible mais il y aurait encore à dire;
Cela peut se faire aussi au cas par cas ;
Je dois dire que quand c'est une odeur qui n'est pas appréciée, il n'est pas du tout facile de faire accepter l'application du produit;
Je pense que ce que tu fais est le mieux, lui appliquer avec ta main ou une éponge de manière à ce que le produit ne vole pas vers ses naseaux;

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très bon post, très déculpabilisant... sqd

Alors ma question erre : j'ai eu le droit à un gros coup de pétage de plomb avec mon gros. Sparrow est respectueux, il ne fonce pas les gens, s'arrête à distance, donne les pieds, le bon bougre, mais parfois, quand je le sort du pré, il lui prend comme une espèce d'excitation énorme qui fait qu'il oublie qui est le chef.
ça dure un peu, puis il se calme... Alors je veux bien concevoir qu'il jette son feu, mais moi je ne peux pas accepter qu'il le fasse tant que je suis au bout de la longe. La dernière fois, j'ai tout essayer, le tounage, le stop la voix, le non, il y avait un mélange de contentement et d'excitation qui faisait que je pouvait en l'état de mes connaissances rien faire....
Ma question est : est-ce vraiment un test ou un trop plein d'énergie (le gros a un immense pré et se fait des run avec les copains autours...il est loin d'être enfermé) et dans ces cas ne vaut il pas mieux tout simplement éviter "l'affrontement" et remettre la visite à plus tard...sauf que je m'en aperçois qu'en je l'ai en longe qfsfqs

Une chose aussi, je me rendue compte que ces pétages de plombs avait lieu dans des moments lors desquels je suis très diminuée (fatigue, stress, et même deuil...aucun respect ces saligots :o ).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense qu'il a compris que dans ces moments là, il avait la possibilté d'impressionner et d'en profiter; Il ressent probablement ton manque d'assurance ou ton stress;
Quand tu dis pétage de plomb, il démarre, t'embarque?
Si c'est le cas, je tenterais de le désengager donc de ramener sa tête assez énergiquement vers toi pour pousser ses hanches et l'obliger à te faire face; et ensuite lui faire descendre la tête;
Quel licol a-t-il? si c'est un plat, je te conseillerais de lui mettre un licol éthologique avec deux noeuds, tu auras plus d'effcacité dans tes actions;
Aussi, dès que tu vois qu'il va commencer à faire le fanfaron, tu secoues très fortement la longe de manière à le mettre dans l'inconfort, l'idéal est d'avoir une longe d'au moins 3m avec un gros mousqueton, pour avoir un rayon d'action plus large et un inconfort bien désagréable avec le mousqueton;
Dès qu'il se calme et s'arrête, tu arrêtes aussi de secouer;
Tu repars avec lui et tu recommences s'il le faut chaque fois qu'il le fait;
Tu peux aussi le faire reculer, toujours en secouant la corde de manière énergique jusqu'à ce qu'il recule;
Ensuite, bien lui faire descendre la tête avant de repartir;
Voilà j'espère que cela pourra t'aider; tiens moi au courant, merci, biz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Génial ton post Mireille, c'est super gentil de ta part de nous consacrer du temps comme ça mkmk

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'est un post à garder toujours prêt de nous et qui peut servir à beaucoup de personnes qui ont des soucis avec un cheval qui vient d'arriver dans leur vie ou soucis permanent.

Je viens de tout lire attentivement et c'est clair et bien précis et détaillé. Un grand bravo Mireille pour avoir prise le temps de l'écrire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vous remercie, c'est avec plaisir!
Je suis contente que vous trouviez cela clair et que ça vous plaise;
Je cherche l'harmonie entre l'homme et le cheval dans tout ce que je fais avec eux et cela me tient vraiment à coeur de partager mon expérience et mon apprentissage;
En tant que thérapeute avec le cheval, j'assiste souvent à de petits miracles quand la "magie" opére et que la symbiose entre la personne et le cheval fait oublier tous les problèmes et tous les handicaps;
Je serai éternellement reconnaissante aux chevaux pour tout ça et pour tout ce qu'ils m'ont déjà apportés depuis que je les cotoye, je n'aurai de cesse de chercher à améliorer leur vie et par conséquent, la vie de leur compagnon humain; Encore merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour et merci beaucoup pour ces conseils qui m'ont beaucoup aidée, moi qui ne suis pas trop à ma place ici dsdd !
Je m'explique:
Je n'ai pas de gypsy horse mais un croisé mérens x pur sang anglais depuis 10 jours erre
Nous avons fait une surprise à l'un de nos fils (14 ans) accro aux équidés. Il est atteint de plusieurs petits troubles (dys) et trouve son équilibre auprès des chevaux. Nous avions déjà 2 shetlands et une ânesse (l'amour de sa vie, celle à qui il raconte tout depuis qu'il a 5 ans et qui l'a sorti de la dépression...de l'équithérapie en automédication drffe ).

Bien sur, il est sur un petit nuage depuis l'arrivée d' Eclypse!
Mais nous avons vite rencontré de petits soucis: déjà, je le vendeur m'avait dit qu'il avait 4 ans alors qu'en fait il n'en a même pas 3. Donc je me retrouve avec un tout jeune cheval, moi qui n'ai plus de cheval depuis 20 ans...
Nous avons donc décidé d'y aller en douceur, de commencer par l'acclimater et l’apprivoiser.
Eclypse est plutôt calme, gentil et câlin mais un peu brute par moment. Il a tout de suite pris les dessus sur les autres, les chasse (surtout quand il est question de nourriture car il est très gourmand)
Dès les premiers jours, il a commencé à tester avec mon fils et avec moi (avancer vers nous en baissant les oreilles et esquisser un tournement de fesses comme pour botter). Mon père m'a alors conseillé d'y aller avec un manche à balai et de frapper... Bon, j'ai préféré chercher une autre solution et j'ai atterri! J'ai essayé d'appliquer ces conseils; ça a bien marché, il ne le fait plus du tout avec moi et beaucoup moins avec mon fils (en fait, il ne le fait que tout au fond du pré mais pas près de l'entrée).

Mais voilà, j'ai un nouveau problème:impossible de caresser ni même d'approcher les autres! Il s'interpose brutalement et les chasse. Tout à l'heure j'ai essayé d'insister, de passer outre, de gronder mais rien à faire et il a recommencé à coucher les oreilles... Comment faire? L'ânesse déprime, elle qui fait vraiment partie de la famille. qfsfqs

Merci d'avance pour vos conseils!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonjour, le comportement de ce loulou me fait penser à celui de ces jeunes chevaux qui n'ont pas appris à vivre en troupeau et qui attaque pour ne pas avoir à se défendre parce qu'ils n'ont pas appris les règles du troupeau, tout ce qu'ils font a pour but de trouver leur place mais ils s'imposent plutôt que de demander la permission, n'ayant jamais été remis à leur place par un cheval plus âgé notamment, je me trompe peut-être mais comment vivait-il chez le marchand ? en boxe ?

Dans un premier temps, je le laisserais seul dans une parcelle pas trop loin des autres de façon à ce qu'il puisse les voir, ce qui permettra de pouvoir créer un lien avec lui et éviter qu'il parasite la relation que vous avez déjà avec les autres; si vous n'avez pas la possibilité de le séparer, il faut impérativement qu'il comprenne que quand vous êtes dans le pré, c'est vous le patron ! donc munissez vous d'un stick, une badine de manière à pouvoir étendre votre champ d'action et dès qu'il approche quand vous vous occupez des copains, chassez-le sans courir derrière, juste en défendant votre espace et celui du copain aussi, quand il commencera à faire profil bas et qu'il demandera la permission pour approcher ( les signes sont tête basse, mâchouillement ) invitez le à vous rejoindre et récompensez le, chaque fois qu'il veut intervenir sans permission ni politesse, chassez le, n'hésitez pas à le toucher s'il le faut, s'il est trop proche par exemple, s'il veut mordre ou chasser les autres....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pour mon expérience quand j'ai mis mes deux chevaux ensemble je savais que baya dominerait, ça me semblait tellement évident que quand baya le chasser pour pas qu'il s'approche de moi au début je laisser faire,jusqu'au moment ou je me suis retrouvé au milieu,j'ai vite compris que je devais pas laisser faire quand je suis là,du coup j'ai engueuler baya et quand elle s'approche avec les oreilles en arrière je la repousse en lui criant un non! elle a vite compris et maintenant nous laisse tranquille.

quelques petit soucies avec donders pour moi aussi! au début il ne le faisais pas mais de plus en plus il tire sur sa longe quand il est attacher pour le panser. et surtout quand je veux lui prendre les pieds,il recule recule,je suis obliger de le remettre en avant du coup je lache son pied et le bougre a certainement compris,mais je peu pas le laisser tirer au renard,trop dangereux. hier je lui ai crier dessus,mais rien n'y a fait,j'ai du le détacher puis le tenant en longe je suis aller lui prendre le pied,il a reculer reculer reculer,je l'ai suivi jusqu'a qu'il en a marre et j'ai pu lui prendre les pieds,mais il broutait pendant que je lui faisait les pieds, j'aimerais savoir s'il y a une solution,comment dois je réagir face a ça?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour
merci de vos réponses!
Effectivement, Mireille, chez le marchand il était en boxe.
Il m'a dit qu'il l'avait récupéré depuis 15 jours car avant il l'avait prêté à une personne pour promener en main des handicapés moteurs cet été, ce qui m'a semblé positif sauf que, depuis cet été, il n'a pas dû beaucoup être câliné.
Ce que vous dites m'éclaire: on dirait qu'il ne sait pas quoi faite de son grand corps et de ses gros sabots (il trébuchait souvent au début mais ça va mieux). En fait, il a tout à apprendre! Il a dû être beaucoup trimballé et a été débourré très jeune.
Mais, ce qui me rassure, c'est qu'il est gentil et ne demande qu'à bien faire. Par exemple hier soir en rentrant dans le pré après avoir mangé, il s'est pris les pieds dans le tuyau d'arrosage qui était un peu en biais en travers du portillon PAFF . C'est mon fils qui le tenait, il l'a fait s'arrêter et reculer sans problème.
Ça me conforte dans l'idée d'y aller doucement, de lui laisser découvrir son monde avant de chercher à monter dessus...
Chapi, pour ce qui est de son comportement quand j'essayais d'approcher les autres, c'est exactement ce que tu décris sauf que gronder et repousser ne suffisait pas. Et puis j'avoue que j'ai perdu l'habitude du contact avec un grand cheval dsdd ... De plus, il y a 2 ans 1/2, j'ai eu un grave accident avec l'ânesse en montagne (elle m'est tombée dessus) j'ai eu une cheville explosée et je garde des séquelles physiques et psychologiques (peur des équidés, moi qui n'avais jamais peur; mais ça va beaucoup mieux et je progresse à grands pas (c'est le cas de le dire drffe ) grâce à Eclypse)

Je craignais d'y aller avec un stick, craignant de l'effrayer mais pas du tout! Ça a très bien marché.
J'ai suivi les conseils de Mireille et ça a dépassé mes espérances: je n'ai pas eu à le toucher avec le stick, juste établir un périmètre et il a gardé ses distances. Je suis passée de l'une à l'autre sans l'oublier lui et à la fin il a commencé à s'approcher tête basse feqef
Je ne peux pas le mettre seul car il n'y a qu'un abris.

Merci à vous pour ces conseils! mkmk

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Super tout ça, Eclypse c'est sur qu'en y allant à son rythme et au vôtre, cela ne peut être que bénéfique mkmk
Je pense aussi que ce loulou a besoin de se construire et d'acquérir de la maturité et surtout de trouver sa place ce qui le rassurera, pour ça les chevaux ont besoin que les choses soient bien établies et ne changent pas, en effet une vie seul et un débourrage trop précoce ne l'a surement pas aidé, pour ma part, je recommencerais avec lui comme s'il connaissait rien en récompensant beaucoup pour installer la confiance et privilégier le relationnel avant le travail en selle, bonne continuation à vous merci drffe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour Chapi, je travaillerais le fait qu'il tire à l'attache en lui apprenant à céder à la pression mais comment ça se passe en longe en main ?
Il recule aussi quand vous faites les postérieurs ou uniquement les antérieurs ?
Mais je continuerais à travailler en tenant la longe, en lui prenant le pied en demandant oralement et en pinçant la châtaigne, s'il recule, continuer à tenir et lui redonner dès qu'il s'arrête, juste le prendre sans curer pour qu'il assimile que le fait de s'arrêter libère son pied pour qu'après il ne cherche plus à le reprendre;
Une autre méthode serait de tourner légèrement le bout de son nez vers vous avant de demander le pied, de cette manière il ne pourra plus reculer tout droit sans bouger les hanches ce qui va être plus inconfortable et difficile pour lui, s'il ne bouge plus, bien récompenser à rendant le pied et félicitant, voilà ce que j'essayerais, bonne continuation drffe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
merci beaucoup mireille pour tes conseils! ça va bien m'aider! alors a la longe il suit super bien,ne tire pas, par contre je me suis aperçu que ressemant il me dépasse tranquillement comme si rien n'était,du coup je le fais reculer. et que quand il veut brouter et que je le tire doucement en lui disant viens pour avancer il lève d'un coup sec la tête en l'air. je pense qu'il commence a prendre de la graine,essaye de prendre le dessus gentiment,et je ne veux pas que cela puisse se produire. je vais lui apprendre a céder a la pression car j'ai remarqué que selon les pressions il se braque et appuis sur la pression,comme quand je veux lui faire baisser la tête,il la monte en forçant.

les postérieurs il ne les donne pas, donc pour le moment c'est je le prend 2 secondes et le repose et félicite. mais du coup depuis qu'il recule a l'attache j'ai pas essayer de lui prendre les postérieurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, je viens donner des nouvelles. ffsd
J'ai pris beaucoup de temps ces derniers jours pour aller dans le pré (j'ai la chance d'avoir le pré juste derrière la maison et aussi de ne pas travailler hors de la maison drffe ). J'ai répété encore et encore la même approche: stick en main, j'approche et câline chaque équidé. Et ce midi, ça y-est: Éclipse reste à distance quand je caresse les autres sans que j'ai besoin de gronder. Il refuse les "câlins collectifs" mais ça viendra peut-être, pour l'instant, je préfère ça...
De plus, après avoir lu pas mal de sujets sur ce forum, j'ai eu envie de m'intéresser un peu à l'éducation éthologique. Je savais plus ou moins de quoi il s’agissait mais pensais: "je ne suis pas concernée"... Sauf que, à force de lire et regarder des choses à ce propos, j'ai l'impression que je suis justement la plus concernée!
Désolée, je vous raconte ma vie, là dsdd . Depuis mon accident, ma vie est entre parenthèses (6 mois de béquilles, 2 ans de kiné et la douleur en permanence encore aujourd'hui), le but de chaque journée étant que mes 6 enfants se couchent propres en ayant mangé sainement et fait leurs devoirs (+ orthophoniste, psychomotricienne, équitation, judo, chant...). Et là, ce matin, en commençant à mettre en application les bases, je réalise que ce cheval, acheté pour le bonheur de mon fils, me comble moi aussi! JE N'AI PLUS PEUR, NI DE LUI, NI DES PONETTES, NI DE ME RECASSER QUELQUE CHOSE feqef
Bon, désolée, je m'emporte un peu edez

Bref, quelqu'un pourrait me conseiller un livre simple et clair (pour que mon fils puisse le lire aussi) sur l'éthologie?
Autre question: Éclipse a été débourré de façon conventionnelle et nous (mes enfants et moi) avons également appris à monter ainsi. Est-il possible de concilier travail au sol éthologique et monte avec mors?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, je suis contente pour vous que cela se passe mieux et oui il n'y a aucune contradiction à travailler au sol de manière éthologique et la monte en mors, c'est la façon dont on s'en sert qui compte, aussi un jeune cheval travaillera mieux sans mors mais pour monter un licol, il faut tout d'abord un apprentissage au sol, savoir le contrôler au sol pour avoir les bons outils pour le contrôler en selle;
Il y a beaucoup de livres, le manuel des savoirs éthologiques de 1 à 5 d'Elisabeth de Corbigny est bien fait du point de vue pédagogique;
Il y a aussi Natural horsemanship de Pat Parelli et les savoirs éthologiques édités par La Cense mais le tome 1 est quasi introuvable car épuisé;
Pour ce qui est des livres traitant l'éthologie pure, qui abordent le comportement du cheval, je vous recommande le livre de la vétérinaire Barbara Schöning "Mieux comprendre et éduquer les chevaux" manuel complet, il est très bien fait et documenté avec des exemples concrets et des solutions à des problèmes qui pourraient être rencontrés. Il est très agréable à lire et est une référence de chaque instant pour moi;
Et pour le domaine de l'épanouissement personnel, des peurs etc, je recommande " S'épanouir à cheval :équitation et développement personnel de Bernard Chiris et Monica Barbier éditions belin;
N'hésitez pas si vous avez des questions, j'essayerai de vous aider au mieux, bonne continuation drffe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.