Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
Dunette Castagnette

CROQUETTES marque ACTIVE rappellées !!!!!!!!

Messages recommandés

La société PCEB a procédé ce mercredi au rappel de croquettes pour chiens, en raison d'une suspicion d'intoxication alimentaire. Une vingtaine d'animaux seraient décédés sur le département. Alors que des analyses sont en cours pour confirmer le lien entre les décès et cet aliment fourni par une société gardoise, les clients sont donc invités à ramener les sacs.
Des sacs blancs de 20 kgs, de marque Active 28/14, étiquetés du numéro 922112007 6 2014 2130616. Voilà les produits que la société PCEB a décidé de rappeler ce mercredi, en raison d'une suspicion d'intoxication. Une vingtaine de chiens seraient morts dans le département après avoir ingéré cet aliment, fourni à la société audoise par un fournisseur gardois. Des analyses en cours doivent permettre de confirmer le lien avec ces croquettes mises en vente entre le 26 juin et le 8 août 2013 dans les magasins PCEB de Carcassonne, Rieux-Minervois, Douzens, Montlaur, Villasavary, et Limoux.


Retirés du marché depuis le 8 août
Si les aliments ont déjà été retirés du marché depuis le 8 août, certains clients sont encore en possession de sacs commercialisés avant cette date. Ils doivent donc retourner ces sacs, contre remboursement, au magasin PCEB le plus proche, et ne pas distribuer de croquettes à leurs chiens. La société se tient à disposition pour tout renseignement au 04 68 47 72 20.


http://www.midilibre.fr/2013/09/11/aude-des-deces-suspects-de-chiens-des-croquettes-rappelees,755797.php

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonsoir, un petit coucou avant d'aller me coucher, j'ai survolé un peu tous les jours.
J'ai eu la visite d'amis qui sont partis ce matin. Une whippet qui a passé la journée en clinique pour examens, echographie ce matin et fibroscopie cet A.M. avec prélévements pour savoir, nous attendons 10 jours. Je vous en dirai plus demain ou AM.
Bonne soirée et bonne nuit, faites de beaux rêves.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On en sait un peu plus aujourd’hui sur les croquettes commercialisées dans l’Aude que l’on soupçonne d’être à l’origine de la mort d’une vingtaine de chiens.



«Je peux vous dire que le 6 août, dès qu’on a eu connaissance du premier décès d’un chien qui avait consommé ces croquettes on a aussitôt retiré le produit des rayons. On a tout mis en œuvre pour retrouver les personnes qui en avaient acheté. C’était la période des congés mais tout le monde s’y est mis. On a fait du phoning, on est allés directement chez les clients.» Jean Caizergues, le patron de la société PCEB ne compte pas pour autant relâcher la pression. Il veut savoir pourquoi les croquettes livrées par son grossiste gardois, sont responsables de la mort d’une vingtaine de chiens depuis le début du mois d’août dans l’Aude et vraisemblablement aussi dans l’Isère. Un souci partagé par son fournisseur Charrière Distribution à Bagnols-sur-Cèze (Gard), qui assure que «l’ensemble des distributeurs essaie de faire la lumière sur cette affaire pour trouver l’origine du problème alors que rien n’a encore été trouvé montrant la nocivité éventuelle du produit.»



«Des analyses ont été faites mais nous n’avons pas les résultats», a assuré également la responsable de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) de l’Aude, en précisant que chaque département menait sa propre enquête se félicitant que l’entreprise PCBE «ait réagi très rapidement».



L’enquête pourrait donc s’orienter vers le fabricant de ces croquettes, la société espagnole Dogs GLS & Zac, installée dans le nord du pays près de Huesca.



Constatant que, malgré ses efforts, quelques sacs de ces croquettes restaient en circulation, PCEB a donc décidé de lancer un appel au public pour récupérer les produits encore en circulation. Certains ayant été consommés sans conséquences pour les animaux. «On a visité des clients qui assurent que leur chien a mangé ces croquettes et n’ont eu aucun problème» s’interroge toujours Jean Caizergues.



Source; la dépêche.fr



----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------





Le ministère de l'Agriculture a confirmé vendredi des cas d'intoxications parfois mortelles de chiens qui pourraient être liés à leur consommation de croquettes fabriquées en Espagne. «Des analyses toxicologiques de ces aliments sont en courset des résultats sont attendus la semaine prochaine, indiqué le ministère. L'origine de ces intoxications, parfois mortelles, pourrait être l'ingestion de croquettes fabriquées en Espagne et contenant de la théobromine, une substance responsable d'intoxications chez le chien.



»
La Direction générale de l'alimentation (DGAL) a demandé aux autorités espagnoles «de lui transmettre le résultat des investigations conduites au sein de la société ayant fabriqué ces croquettes, dans les meilleurs délais».

Présente naturellement dans le cacaoyer, donc le chocolat en très faible quantité, et la gomme de guarana, la théobromine est utilisée en pharmacologie dans des médicaments antitussifs et vasodilatateurs notamment mais elle est mal métabolisée par les chiens et les petits animaux.

Selon le ministère, cinq distributeurs sont concernés: Au Truc Sarl (Isère), Animal service distribution (Isère), PCEB (Aude), HD distribution (Charente), Jean-François Martin (Pyrénées orientales). Par mesure de précaution et dans l'attente des résultats, les 5 distributeurs français ont procédé au retrait et au rappel auprès de leurs clients de tous les sacs de croquettes commercialisés depuis avril 2013.

Un lot de croquettes de la marque «Active»

L'alerte a été lancée jeudi par un distributeur audois de croquettes, Jean Carzaigues, après avoir été alerté par un client qu'un de ses chiens était mort après avoir absorbé des croquettes d'un lot fabriqué par une entreprise espagnole. Un lot de croquettes de la marque «Active», distribuées par l'entreprise PCEB (Produits chimiques et engrais de Bram), pourrait être à l'origine de la mort d'une vingtaine de chiens ces dernières semaines dans le département de l'Aude. Plusieurs cas d'intoxication ont également été recensés en Isère. Le PDG de PCEB a lancé une alerte pour retrouver entre 50 et 100 sacs du lot incriminé.

Il s'agit de sacs blancs de 20 kilos estampillés «croquettes chien ACTIVE 28/14» et fabriqués en Espagne. Ils portent les numéros «922112007 6 2014 2130616». Vendus du 26 juin au 6 août dans les magasins PCEB de Carcassonne, Rieux-Minervois, Douzens, Montlaur, Villasavary et Limoux, ils n'ont pas encore été localisés et il est malheureusement possible qu'ils aient déjà été consommés, a indiqué le patron.

Les personnes se trouvant en possession de ces sacs sont priées de pas les distribuer à leurs animaux et de les retourner au magasin PCEB le plus proche, contre remboursement.

Vente arrêtée depuis le 6 août

Le lot en question n'est plus vendu depuis le 6 août dernier, lorsqu'un client a informé PCEB que son chien était mort après avoir mangé des croquettes qui en étaient issues. Deux cents autres clients audois, majoritairement éleveurs ou propriétaires de meutes, ont acheté la même victuaille et au total une vingtaine de leurs chiens ont connu le même sort.

Des analyses sont en cours pour déterminer si les croquettes Active sont bien à l'origine de ces décès. «Je n'ai aucun élément qui me permette de savoir ce qui a tué ces chiens», a prévenu M. Carzaigues, laissant penser qu'une autre piste est possible.

En attendant, pas question de commercialiser ce lot. «L'ensemble des distributeurs essaie de faire la lumière sur cette affaire pour trouver l'origine du problème», a expliqué le dirigeant de Charrière Distribution à Bagnols-sur-Cèze (Gard), Stephan Charrière, tout en soulignant que jusqu'à présent, «rien n'a été trouvé» montrant la nocivité éventuelle du produit.

De son côté, la préfecture de l'Isère a annoncé jeudi soir que deux sociétés de distributions d'aliments canins du département avaient décidé de rappeler des sacs de croquettes.

Pour plus de précisions, vous pouvez contacter PCEB au 05 68 47 72 20.

Source: leparisien.fr



LeParisien.fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dans le Doubs aussi ! ces croquettes seraient fabriquées en Espagne :

http://www.estrepublicain.fr/actualite/2013/09/14/croquettes-mortelles-des-victimes-dans-le-doubs#1JkYX6TigkmXSZPl.01

Ces dix bêtes sont mortes après avoir ingurgité les croquettes d’origine espagnole, distribuées par la société Animal service, basée à Faramans, dans l’Isère, sous la marque « Dog ideal ».

« On a l’habitude de les acheter en gros, par lot de deux ou trois palettes, entre copains. On avait été démarchés sur un brevet de chasse. Elles étaient assez économiques », explique Gilles Voidey qui a perdu deux de ses trois chiens. Beagle harrier, griffon vendéen et nivernais, grand gascon saintongoie, c’étaient tous de rudes chiens de chasse.

« Le dernier lot nous avait été livré en juillet. Le premier décès est survenu le 29 de ce même mois. C’était un jeune chien, on a cru à une crise cardiaque. »

Six morts avant de comprendre

Pour les deux suivants, « on a fait réaliser une autopsie mais on s’est fait avoir. Le vétérinaire a diagnostiqué une malformation cardiaque. Mais le 15 août, quand trois autres chiens sont morts, dont les deux miens, on a bien vu cette fois que les intestins, le foie et les reins étaient atteints… et on a fait le lien avec les croquettes. L’après-midi même, quatre autres chiens mourraient. Ce jour-là, il ne fallait pas me chatouiller avec mes chiens, j’avais perdu une bête exceptionnelle… »

Depuis, l’alerte a été donnée. Dans l’Isère où est basé le distributeur mais aussi dans l’Aude, où un autre revendeur se fournissant chez le même fabricant espagnol, Bacu 3000, installé à Lleida, dans le Nord-Est de la péninsule Ibérique. Cette société alimente cinq grossistes en France, sur des marques à façon, dans l’Isère, l’Aude, les Pyrénées-Orientales et la Charente.

Déjà 50 cas en France

À ce jour, une quarantaine de cas de décès suspects ont été signalés en France contre plus de 150 en Espagne. Il faut y ajouter les dix Comtois et peut-être beaucoup d’autres… « Mon fournisseur qui nous a demandé de porter plainte afin de pouvoir se retourner contre le fabricant parle de 200. » Bizarrement, aucun cas n’a été signalé dans trois départements.

La mort peut-être fulgurante : « un ami a vu son chien tituber puis s’effondrer juste après avoir mangé. Mais en général, ça prend de une à deux heures », poursuit Gilles Voidey.

Selon la Direction départementale de la protection des populations de l’Isère qui a poussé l’enquête et fait effectuer des analyses des croquettes incriminées, une première piste se dégage. « On a relevé un fort taux de cacao et de théobromine (une molécule apportant l’effet stimulant du chocolat chez l’homme) qui présente une toxicité particulière chez le chien. Toutefois, cette piste reste à confirmer et bien d’autres toxiques sont recherchés. Nous aurons des résultats la semaine prochaine. »

Les 5 distributeurs français sont

Au truc SARL (Isère), Animal service distribution (Isère), PCEB (Aude), HD distribution (Charente), Jean-François Martin (Pyrénées orientales)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est honteux !!!!!!!
mettre des produits dangereux pour gagner du volume et donc se faire plus de fric grrr force 15 grrr force 15 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
oui c'est malheureusement le problème un peu partout, sauf (peut être) dans le bio.
Et voila pourquoi je ne donne presque plus de croquettes et privilégie l'alimentation maison

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.