Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
Invité

LE BLEU

Messages recommandés

Invité
bonjour,
D'après le calculateur génétique (bien pratique ce truc là !) gris perle x bleu ça donne du bleu et du noir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui mais très mauvaise qualité dans les 2 cas Marion.

Ensuite le noir n'est JAMAIS porteur de bleu.

Ensuite pour sortir du bon bleu et bien ça ne se sort pas en 1 fois mais c'est un travail de chaque année pour stabiliser la couleur.

La variété bleue est une variété très complexe a fixer il faut donc chaque année être attentif pour savoir ce dont on aura besoin l'année d'après.

bleu x bleu ou bleu x noir ou blanc sale x bleu .... Mais pour le savoir il faut se faire son oeil clin d\'oeil

chaque croisement apportera ses qualités mais aussi ses défauts.

noir x blanc sale donnera facilement un liseré à la plume
bleu x bleu donnera une bonne couleur de fond mais aura tendance à rendre nuageuse la variété et surtout l'animal aura plus tendance à se décolorer au soleil
noir x bleu aura tendance à foncer le plumage...

Mais chacun de ses croisement sera necessaire pour aboutir à la meilleur couleur...

Bref variété très difficile car toujours en travail mais très intéressante à élever surtout pour se faire l'oeil.

Je l'élève depuis 7 ans et c'est toujours aussi intéressant clin d\'oeil

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bonjour a tous au lala que de complication j'ai trouvé un gris perle pour cette année ca va rien donner DE BON???

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Bonjour,
Très intéressantes ton expérience et tes connaissances Julien, ça le calculateur génétique ne le dit pas Very Happy !
Donc le gris perle (outre le fait qu'il n'améliore pas la forme (sauf si on en a des aussi beaux que Droopy !), donne un mauvais rendu avec du bleu au niveau coloris?
Je ne m'en doutais pas, j'en prend bien note en tout cas car moi aussi comme certains j'aimerais me mettre au bleu que je trouve superbe surtout quand il est foncé.

A+

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je crois que Christophe POIZEAU avait aussi tenté l'expérience bleu x GP et avait tiré les mêmes conclusions que moi.

Ensuite pour la couleur bleu, attention, il ne faut pas confondre bleu et bleu andalou qui lui est plus sombre que le premier et est pourvu de liserés clin d\'oeil

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Hello,
Si en plus tu nous embrouilles rire2 !
Bleu andalou cela existe chez la bantam (même si pas reconnu), je voudrais bien voir une photo....
Le bleu qui me fait craquer c'est celui de ces sujets que j'avais trouvé sur un des posts d'expo :
/photos-f5/expo-de-chatillon-sur-chalaronne-t556.htm

Voilà !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pareil comme il faut regarder des images je réponds ce soir clin d\'oeil

oui l'andalou existe et il est très simple a obtenir clin d\'oeil Par contre, non reconnu.

je tembrouille ? et encore je n'ai pas parler de la sélection pour la qualité de la plus qui a tendance à se dégrader chez la bleue et la GP dingue lol!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Julien-02 a écrit:
pareil comme il faut regarder des images je réponds ce soir clin d\'oeil

oui l'andalou existe et il est très simple a obtenir clin d\'oeil Par contre, non reconnu.

je tembrouille ? et encore je n'ai pas parler de la sélection pour la qualité de la plus qui a tendance à se dégrader chez la bleue et la GP dingue lol!

dit moi va tu a niort il me semble que c'est le 15 aout que vous faite un truc car peu etre aurrais tu des poussins bleu pour un bon départs ou des jeunes a vendre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
je n'ai que très peu à vendre à cette période et bien sur ce ne sont pas les bons car ces derniers sont gardés pour les expo et en vente à ce moment clin d\'oeil

Mais oui je vais bien entendu à la journée technique que nous organisons chez Antho clin d\'oeil

Ensuite je serai aussi à Niort pour notre Régionale Sud du :cfbp: fin janvier 2010 clin d\'oeil

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Julien-02 a écrit:
je n'ai que très peu à vendre à cette période et bien sur ce ne sont pas les bons car ces derniers sont gardés pour les expo et en vente à ce moment clin d\'oeil

Mais oui je vais bien entendu à la journée technique que nous organisons chez Antho clin d\'oeil

Ensuite je serai aussi à Niort pour notre Régionale Sud du :cfbp: fin janvier 2010 clin d\'oeil

alors je devrais attendre janvier 2010 pour avoir de bon sujet c'est bien ça je serais alors patiente ce sera pour l'année prochaine donc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je suis un ancien des années 70 qui revient à la Pékin sur le tard.
Que de nouvelles variétés !! et que de belles connaissances sur la génétique des couleurs !!

Aussi quelques questions :

Quelle est la formule génétique (au plan colori) des Pékins :

- noires (s'agissant de noires à pattes jaunes, Coquerel parle de EE sans Ml ni cha/cha) est ce exact ?
et plus exactement quelles différences y a t il au plan génétique entre les noires 'ternes" et les noires à reflet verdatre ?
- noires à camail fauve : je parle ici des coqs souvent issus en serie de père noir à reflet verdatre;
- bleues uni ? bleues andalou ? différence génétique entre ces deux bleus ?
- fauves et différence avec les rouges ?

Merci à l'avance pour vos jeunes lumières

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ml = Melanotish (Mélanine) Donne des reflets verts très jolis!
Gène dominant. Avec lui, le rouge autosomale (Ar+) et le doré lié au sexe (s+) ne peuvent pas s'exprimer sur le phénotype.
Ainsi, on n'a pas de camail doré comme l'on voit chez beaucoup de coqs Nègre-soie ou encore chez quelques pékins. D'où la réponse à la deuxième question.

Bleu: E/E Bl/bl+
Bleu andalou, je sais pas mais je suppose: E/E Bl/bl+ avec Pg/Pg?

Le fauve est éclairci par un gène qui dilue le rouge: Di.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Quote="Kleenex"]Ml = Melanotish (Mélanine) Donne des reflets verts très jolis!
Gène dominant. Avec lui, le rouge autosomale (Ar+) et le doré lié au sexe (s+) ne peuvent pas s'exprimer sur le phénotype..[/quote]


J'aimerai que tu me dises d'ou tu tire cette info car , jusqu'a preuve du contraire chez les sujets à liserés double type barnevelder ou combattants indien se cotoient Ml , Pg ; s+ et, à ma connaissance , sauf problémes visuels de ma part ,s+ voir Mh s'expriment largement

quant au rouge autosomal AR (Ar+ étant la forme dite "sauvage "donc absente ), il affecte nombre de lignées d'argentés (sur base perdrix ou froment ), en présence de Pg, Mh , S, Co , Db ( associés ou non )
Ce géne "parasite" est connu depuis années puisque la couleur "saumonée " de la faverolles serait , pour certains éleveurs étrangers , induite par le mélange de ces génes dont AR
exemple par les photos (courtoisies de Sigrid van Dort )

Pour info , cette poulette est issue d'un croisement entre herminé blanc et maillé argenté ......

Pour les éleveurs de perdrix maillé argenté que nous sommes , pour certains, c'est trés certainement ce géne qui est présent dans certaines lignées et qui touchent nos coqs ( nico 62 me comprendra)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
D'accord mais ici on parle de noir EE. La question portait sur les différences entre noir terne et noir à reflets verts ainsi que sur la possible apparition de camail coloré dans les sujets issus de noir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
christophe.poizeau a écrit:
Quote="Kleenex"]Ml = Melanotish (Mélanine) Donne des reflets verts très jolis!
Gène dominant. Avec lui, le rouge autosomale (Ar+) et le doré lié au sexe (s+) ne peuvent pas s'exprimer sur le phénotype..


J'aimerai que tu me dises d'ou tu tire cette info car , jusqu'a preuve du contraire chez les sujets à liserés double type barnevelder ou combattants indien se cotoient Ml , Pg ; s+ et, à ma connaissance , sauf problémes visuels de ma part ,s+ voir Mh s'expriment largement

quant au rouge autosomal AR (Ar+ étant la forme dite "sauvage "donc absente ), il affecte nombre de lignées d'argentés (sur base perdrix ou froment ), en présence de Pg, Mh , S, Co , Db ( associés ou non )
Ce géne "parasite" est connu depuis années puisque la couleur "saumonée " de la faverolles serait , pour certains éleveurs étrangers , induite par le mélange de ces génes dont AR
exemple par les photos (courtoisies de Sigrid van Dort )

Pour info , cette poulette est issue d'un croisement entre herminé blanc et maillé argenté ......

Pour les éleveurs de perdrix maillé argenté que nous sommes , pour certains, c'est trés certainement ce géne qui est présent dans certaines lignées et qui touchent nos coqs ( nico 62 me comprendra)[/quote]

Je pensais qu'il s agissait de croisement pma x pmd qui entrainait l'introduction dans la souche du gene doré qui est dominant? scratch

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Grand Merci pour ces précisions.

Reste la question du génotype bleu uni versus bleu andalou ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
christophe.poizeau a écrit:
Kleenex a écrit:
Ml = Melanotish (Mélanine) Donne des reflets verts très jolis!
Gène dominant. Avec lui, le rouge autosomale (Ar+) et le doré lié au sexe (s+) ne peuvent pas s'exprimer sur le phénotype..


J'aimerai que tu me dises d'ou tu tire cette info car , jusqu'a preuve du contraire chez les sujets à liserés double type barnevelder ou combattants indien se cotoient Ml , Pg ; s+ et, à ma connaissance , sauf problémes visuels de ma part ,s+ voir Mh s'expriment largement


"Le noir uni a pour génotype E/E Ml/Ml" :
Source : Genetics of Chicken Colours - The Basics pages 29-30
Auteurs : Sigrid Van Dort, David Hancox & friends
Paru en langue anglaise en 2009
http://www.chickencolours.com

christophe.poizeau a écrit:
quant au rouge autosomal AR (Ar+ étant la forme dite "sauvage "donc absente ),


Ce n'est pas ce qui est écrit dans le livre ci-dessus.
L'allèle Ar+ (rouge autosomal) serait présent chez le coq sauvage, c'est l'allèle ar (forme mutée = absence de rouge autosomal) qui serait présente chez nos variétés "argentées".
Voir ouvrage ci-dessus, pages 16 à 20 et pages 66 à 68 (entre autres).

octave a écrit:
Reste la question du génotype bleu uni versus bleu andalou ?


Toujours suivant l'ouvrage ci-dessus :

Bleu uni : E/E, ER/ER ou eb/eb avec ar/ar S/S Bl/bl+ co+/co+ pg+/pg+ ml+/ml+
Bleu "andalou" (bleu à liseré) : E/E ou ER/ER avec ar/ar S/S Bl/bl+ Co/Co Pg/Pg Ml/Ml

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Le noir uni n'est pas toujours accompagné de Ml.

Exemple sur les races Françaises :

Gauloise noire, Alsaciennes = E/E Ml/Ml
Géline de Touraine = E/E ml/ml

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation :
L'allèle Ar+ (rouge autosomal) serait présent chez le coq sauvage, c'est l'allèle ar (forme mutée = absence de rouge autosomal) qui serait présente chez nos variétés "argentées".


Est ce une forme dominante? Comment s'en débarrasser? La perçoit-on obligatoirement chez les sujets porteurs?
Meri pour vos réponses

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Intéressant, Romath Very Happy
On dit en effet aussi que la sélection peut permettre de chasser les traces de doré ou d'argenté qui persistent en l'absence de Ml.

Comment cette différence de génotype a-t-elle été mise en évidence chez les races françaises que tu cites ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nico62 a écrit:
Citation :
L'allèle Ar+ (rouge autosomal) serait présent chez le coq sauvage, c'est l'allèle ar (forme mutée = absence de rouge autosomal) qui serait présente chez nos variétés "argentées".

Est ce une forme dominante? Comment s'en débarrasser? La perçoit-on obligatoirement chez les sujets porteurs?
Meri pour vos réponses

Ce gène serait responsable de la poitrine saumonée des poules "doré saumoné", "argenté saumoné", et des traces rougeâtres qui persistent chez les poules froment argenté.
Le gène "rouge autosomal" est en effet dominant, c'est pourquoi on écrit "Ar+" avec majuscule et l'allèle muté "absence de rouge autosomal" tout en minuscules "ar".
Tout n'est pas encore élucidé concernant ce gène.
Suivant les illustrations du livre cité plus haut, il devrait exister des poules "argenté saumoné" S/S ar/ar ou "doré saumoné" s+/s+ ar/ar sans la poitrine saumonée, mais qui en a vu et à quoi ressemblent-elles...?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
si c'est une forme dominante je peux en déduire que les perdrix maillées argentées qui en sont atteintes ne sont pas a utiliser pour la repro pour éviter la propagation de ce gene. C'est bien cela?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le problème c'est qu'on ne peut pas voir si, par exemple, un coq est argenté impur (S/s+) ou s'il est argenté pur mais avec une influence du rouge autosomal (S/S Ar+/Ar+). Il est alors indispensable de faire au moins un croisement pour voir.

Si un coq argenté avec rouille dans les épaules, croisé avec une poule argentée sans Ar+, donne des poulettes s+/s+ ou quelques sujets argentés avec épaules blanches, le coq est argenté impur. S'il reste de la rouille dans tous les argentés nés (qui est l'unique couleur née), il y a une influence de Ar+.

Tu as tout à fait raison: les variétés argentées pures ne doivent pas du tout avoir le gène Ar+. Malheureusement, Ar+ est bien souvent amené lorsque l'on croise la souche d'argentés avec un sujet doré, par soucis de consanguinité ou pour améliorer la lignée d'argenté par exemple. C'est là que ça bloque: on connait bien souvent mal les antécédents des souches et ce croisement peut avoir des répercutions sur des lignées entières...

Combien de sujets argentés à épaules rouilles obtiens-tu?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Alice a écrit:
Intéressant, Romath Very Happy
On dit en effet aussi que la sélection peut permettre de chasser les traces de doré ou d'argenté qui persistent en l'absence de Ml.

Comment cette différence de génotype a-t-elle été mise en évidence chez les races françaises que tu cites ?


Et bien, dans un premier temps, une observation attentive des animaux permet déja d'avoir une idée de leur génotype. En effet, Ml n'a pas qu'un effet sur le plumage, mais aussi sur les tarses, les ongles, le bec, la couleur de l'oeil etc....

Une gauloise noire qui a des ongles et un bec noir a de forte chance d'être ML alors qu'une géline de Touraine qui doit avoir les ongle blanc, probablement pas. Ml est aussi présent chez de nombreuses volailles Francaises qui ne sont pas noir comme par exemple la Gournay, la Houdan, la Bresse blanche, etc...


Chez la Bresse blanche, Ml est responssable de l'intensité des tarse bleu plus ou moins foncé selon la présence ou non de Ml et participe a l'obtention de l'oeil de vesse. Chez la Gournay, la proportion de blanc dans le plumage noir est lié à Ml ainsi que la présence ou non des tarses marbrés.

Et puis, dans un deuxième temps, la cartographie génétique des sujet permet d'infirmer ou de confirmer les observations de terrain. lol!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Exact MATTIEU, et puis en génétique, il n'y a QUE des exceptions !!! LOL

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
[i]Source : [i]Genetics of Chicken Colours - The Basics pages 29-30
Auteurs : Sigrid Van Dort, David Hancox & friends
Paru en langue anglaise en 2009
http://www.chickencolours.com

Bleu uni : E/E, ER/ER ou eb/eb avec ar/ar S/S Bl/bl+ co+/co+ pg+/pg+ ml+/ml+
Bleu "andalou" (bleu à liseré) : E/E ou ER/ER avec ar/ar S/S Bl/bl+ Co/Co Pg/Pg Ml/Ml[/quote]

L'allèle Ar+ (rouge autosomal) serait présent chez le coq sauvage, c'est l'allèle ar (forme mutée = absence de rouge autosomal) qui serait présente chez nos variétés "argentées".[/i][

Merci Alice pour tes précisions basées sur une biblio précise. C'est pro !
J'ai donc ma réponse pour bleu uni versus andalou.
Je reste par contre dans le flou pour rouge versus fauve chez les Pékins.
j'ai lu le topic "fauve et rouge"de ce forum où il semble y avoir unanimité pour dire qu'il sagit non seulement de deux couleurs différentes mais aussi de deux familles donc a priori d'allèles voire de gènes différents ?
Par contre le 17.10, Kleenex m'indique que " Le fauve est éclairci par un gène qui dilue le rouge: Di."

Que nous dit sur ces deux couleurs, l'ouvrage que tu cites (sachant au passage, qu'un voile marron vient parfois contaminer le bleu...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kleenex a écrit:
Le problème c'est qu'on ne peut pas voir si, par exemple, un coq est argenté impur (S/s+) ou s'il est argenté pur mais avec une influence du rouge autosomal (S/S Ar+/Ar+). Il est alors indispensable de faire au moins un croisement pour voir.

Si un coq argenté avec rouille dans les épaules, croisé avec une poule argentée sans Ar+, donne des poulettes s+/s+ ou quelques sujets argentés avec épaules blanches, le coq est argenté impur. S'il reste de la rouille dans tous les argentés nés (qui est l'unique couleur née), il y a une influence de Ar+.

Tu as tout à fait raison: les variétés argentées pures ne doivent pas du tout avoir le gène Ar+. Malheureusement, Ar+ est bien souvent amené lorsque l'on croise la souche d'argentés avec un sujet doré, par soucis de consanguinité ou pour améliorer la lignée d'argenté par exemple. C'est là que ça bloque: on connait bien souvent mal les antécédents des souches et ce croisement peut avoir des répercutions sur des lignées entières...

Combien de sujets argentés à épaules rouilles obtiens-tu?


Je n'ai pas compté mais je sais d'où cela vient... Je ne comprends pas comment ont peut améliorer une souche en l'occurence de perdrix maillé argenté en amenant du perdrix maillé doré sachant les dégats que cela fait sur les lignées suivantes du fait de l'introduction de ce gene.
Petite question un coq porteur d'Ar+ et une poule qui ne le possède pas nous donne quel phénotype de coq selon toi? je te dirais après en pratique ce que j'obtiens clin d\'oeil

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il me semble que la différence entre la plupart des auteurs et Carefoot et Van Dort, c'est que ces derniers sont des éleveurs amateurs qui ont pratiqué des accouplements tests sur des races de poules d'ornement (et non pas de rente ou de laboratoire), pendant de nombreuses années, avant d'écrire à ce sujet.

Sinon, pour dire ma banalité à mon tour, c'est l'homme qui a inventé la science pour expliquer la nature.
Cette dernière n'a rien à faire de la génétique, des variétés, des standards que nos congénères ont inventés.
Si l'homme savait tout sur tout depuis la nuit des temps, il n'aurait pas besoin d'étudier encore et toujours les phénomènes qui l'entourent, et il n'aurait pas droit à l'erreur.
Un livre écrit par un éleveur ou un généticien reflétant l'état des connaissances ou des hypothèses à un moment donné de notre histoire est, de ce fait, tout aussi valable que l'expérience d'un éleveur sceptique dans son poulailler, qui préfère parler plutôt qu'écrire pour partager ses découvertes.
Les mécanismes de la génétique en font presque une "science exacte", mais nous ne connaissons pas tous les gènes des poules, ce qui amène une grande complexité dès qu'on veut s'attaquer à l'étude de leurs variétés.
Il y a d'autres espèces animales (ex : le chat) pour lesquelles la connaissance des gènes présents dans les élevages familiaux est bien plus complète et mieux maîtrisée, et du coup il y a beaucoup moins de surprises.

Pour octave : "fauve et rouge" :
Suivant la race et la souche, ces deux variétés peuvent être basées sur un patron "perdrix" ou "froment".
Ce patron est additionné de gènes restricteurs de noir de type "columbia" (Co et Db) qui repoussent les parties noires du plumage sur les extrémités.
Ces "herminés noirs" sont sélectionnés pour ne présenter quasiment plus de noir, donc paraître unis.
Le gène acajou Mh (lui aussi réducteur de noir) peut aussi faire partie de la fête.
Dans ce cas, s'il est seul, le plumage a une teinte rouge.
S'il est absent, et/ou additionné de gènes diluant le pigment rouge doré, le plumage sera fauve.
La diversité des formules génétiques possibles donne une grande diversité de coloration chez les fauves et les rouges.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
[quote="MatthieuL59"][quote="Alice"]ce que je regrette c'est que c'est une montagne d'infos que l'on donne en pature à des gens (et la encore je ne vise personne) qui ne les comprennent pas toujours et en feront n'importe quoi ... pour ls rebalancer sur un forum a n'importe quelle sauce ...

Ne serait il pas effectivement judicieux de mettre en place sur le site BDP, une synthèse des différentes combinaisons génétiques possibles pour chacune des couleurs de BDP, simple reflet synthétique des connaissances à une époque donnée ?

Lorsque je dis "possibles", c'est au sens données connues ou non mais aussi au sens des différentes alternatives resensées (combinaisons différentes générant possiblement le même colori voire plusieurs avis d'auteurs/éleveurs différents).

Cela serait bien pratique car tout en évitant des questions itératives cela permettant de centrer le débat sur les éléments nouveaux ?
Cela implique par contre un petit comité d'experts pour la validation des données intoduites ou modifiées au rythme de l'évolution des connaissances.
Suis je un vieux poussin irréaliste ?? scratch

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
MatthieuL59 a écrit:
ce que je regrette c'est que c'est une montagne d'infos que l'on donne en pature à des gens (et la encore je ne vise personne) qui ne les comprennent pas toujours et en feront n'importe quoi ... pour ls rebalancer sur un forum a n'importe quelle sauce ...

Tu as raison, mais c'est valable pour tous les domaines, tous les forums, toutes les discussions.
Et finalement, est-ce si grave qu'un néophyte qui veut faire le kéké confonde deux gènes des volailles, ou écorche le nom latin d'une plante exotique ?
Difficile d'empêcher tout le monde de déformer des informations au départ valables... justement, nos médias le font tous les jours...
Nous vivons dans un monde où la communication prend le pas sur les contenus, mais la sélection avicole ne se joue pas sur un forum, plutôt dans les poulaillers...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
octave a écrit:
Ne serait il pas effectivement judicieux de mettre en place sur le site BDP, une synthèse des différentes combinaisons génétiques possibles pour chacune des couleurs de BDP, simple reflet synthétique des connaissances à une époque donnée ?

Lorsque je dis "possibles", c'est au sens données connues ou non mais aussi au sens des différentes alternatives resensées (combinaisons différentes générant possiblement le même colori voire plusieurs avis d'auteurs/éleveurs différents).

Cela serait bien pratique car tout en évitant des questions itératives cela permettant de centrer le débat sur les éléments nouveaux ?
Cela implique par contre un petit comité d'experts pour la validation des données intoduites ou modifiées au rythme de l'évolution des connaissances.
Suis je un vieux poussin irréaliste ?? scratch


Il se pourrait que le CFBP ait déjà réalisé, d'une certaine façon, ce que tu appelles de tes voeux, dans le livret d'accueil qui est envoyé à chaque nouveau membre lors de son adhésion...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Si vous avez en possesion le livre de Sigrid , vous avez lu aussi ( j'espere ) qu'elle a dit que un livre pareil n'est jamais fini , elle sais que certains choses sont déjà passées , depuis que le livre est sorti .

Mais c'est vraiment grâce a son livre que la génétique est sorti de l'ombre , dans une language compréhensible pour toute le monde , contrairement a les livres comme "Les poules diversité génétique visible" de G.Coquerelle , faut d'abord lire le livre de Sigrid avant le comprendre étonné .

Ensuite tu comprends les conneries aussi lol!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je voudrais juste rentré un peu dans le jeu.
Pour mémoire, toutes les données que vous citer Coquerelle, Sigrid et autres auteurs vous parlent de données issues de variétés pures.
Qui peut prétendre avoir, avec tous les brassages, essais, introductions de races différentes dans les Pekins, des sujets de variétés pures? Ces données restent dans ce cas des théories et des spéculations, alors créez des cahiers des repros ( papier ou informatique), suivez vos élevages, la sélection commence dans le poulailler. Combien de génération faut il pour avoir "éliminer" tous les gènes parasites ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
déja trop de personnes ne réagissent que par les données génétiques et ne pratiquent pas assez de sélection dans leur élevage sur un phénotype au standard. A voir les couleurs bizarres qui trainent en expo, je pense qu'il y a beaucoup plus de travail en pratique qu'en théorie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tu as raison jeanluc63 , je pense ausi que la poule pur n'existe pas .

Mais je pense que la théorie ( la génétique ) peut être un complément sur la pratique ( la sélection ) , parfois les "couleurs bizare" suit d'une croisement "bizare" ne sont pas du hasard .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Angela a écrit:
Tu as raison jeanluc63 , je pense ausi que la poule pur n'existe pas .

Mais je pense que la théorie ( la génétique ) peut être un complément sur la pratique ( la sélection ) , parfois les "couleurs bizare" suit d'une croisement "bizare" ne sont pas du hasard .


En connaissant une partie des éleveurs qui présentent les couleurs bizarres, je doute qu'ils soient tous issus de croisements contrôlés et sont pourtant vendus en expos.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
jeanluc63 a écrit:
Pour mémoire, toutes les données que vous citer Coquerelle, Sigrid et autres auteurs vous parlent de données issues de variétés pures.

Cette remarque ne me semble pas exacte à 100%.
Même si la description de sujets homozygotes pour les gènes constituant une variété standard est abondamment traitée dans leurs livres respectifs, l'un et l'autre des auteurs cités évoquent le phénotype de sujets hétérozygotes pour certains gènes.
Hélas cela n'a pas pu être développé suffisamment dans leurs ouvrages, car il faudrait des milliers de pages pour faire un inventaire des principales combinaisons possibles, rien qu'avec les gènes connus aujourd'hui.
Gérard Coquerelle a une approche scientifique et ne se focalise pas sur les variétés que les aviculteurs amateurs essaient d'obtenir pour respecter les standards. Sigrid van Dort développe davantage les principales variétés présentes en aviculture de sélection, dans la 2e partie de son livre ("les recettes"), mais la 1re partie présente de nombreuses photos de sujets qui ne sont visiblement pas "de variété pure".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
jeanluc63 a écrit:
Angela a écrit:
Tu as raison jeanluc63 , je pense ausi que la poule pur n'existe pas .

Mais je pense que la théorie ( la génétique ) peut être un complément sur la pratique ( la sélection ) , parfois les "couleurs bizare" suit d'une croisement "bizare" ne sont pas du hasard .


En connaissant une partie des éleveurs qui présentent les couleurs bizarres, je doute qu'ils soient tous issus de croisements contrôlés et sont pourtant vendus en expos.


En fait je me rends compte que je me suis mal exprimé Rolling Eyes
Je voudrais dire qu'on obtiendrait moins des couleurs bizzares en sachant ce qu'on est en train de faire .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Alice a écrit:
jeanluc63 a écrit:
Pour mémoire, toutes les données que vous citer Coquerelle, Sigrid et autres auteurs vous parlent de données issues de variétés pures.

Cette remarque ne me semble pas exacte à 100%.
Même si la description de sujets homozygotes pour les gènes constituant une variété standard est abondamment traitée dans leurs livres respectifs, l'un et l'autre des auteurs cités évoquent le phénotype de sujets hétérozygotes pour certains gènes.
Hélas cela n'a pas pu être développé suffisamment dans leurs ouvrages, car il faudrait des milliers de pages pour faire un inventaire des principales combinaisons possibles, rien qu'avec les gènes connus aujourd'hui.
Gérard Coquerelle a une approche scientifique et ne se focalise pas sur les variétés que les aviculteurs amateurs essaient d'obtenir pour respecter les standards. Sigrid van Dort développe davantage les principales variétés présentes en aviculture de sélection, dans la 2e partie de son livre ("les recettes"), mais la 1re partie présente de nombreuses photos de sujets qui ne sont visiblement pas "de variété pure".



Je partage l'avis d'Alice, d'autant que pour l'étude de chacun des gènes , le travail s'établit toujours a la fois sur race homozygote et hétérozygote afin d'établir au mieu le comportement du dit gène. Pour la gènomie aviaire, c'est le même principe. De cette façon, on détermine plus facilement la position du gène sur le chromosome.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
jeanluc63 a écrit:
déja trop de personnes ne réagissent que par les données génétiques et ne pratiquent pas assez de sélection dans leur élevage sur un phénotype au standard. A voir les couleurs bizarres qui trainent en expo, je pense qu'il y a beaucoup plus de travail en pratique qu'en théorie.


C'est parce-que pour beaucoup, les deux représentes la même chose, or, c'est une erreur !
Si la génétique et le phénotype sont évidement liés, la génétique ne représente qu'une part dans l'expression d'un phénotype et une part seulement.

Il n'y a pas de différence génétique entre la crête d'une Alsacienne, d'une Le Mans, d'une Charollaise ou d'une Wyandotte, pourtant, le phénotype est totalement différent.

La huppe de l'Appenzeloise, de la Sulmater et de la Padoue ont la même origine génétique et pourtant...

La génétique ne sers souvent qu'a estimer un possible phénotype mais le résultat est parfois assez déconcertant....

La pureté génétique ne sert qu'à avoir une bonne base, mais, ça ne représente que la moitié du travail.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
romath a écrit:
jeanluc63 a écrit:
déja trop de personnes ne réagissent que par les données génétiques et ne pratiquent pas assez de sélection dans leur élevage sur un phénotype au standard. A voir les couleurs bizarres qui trainent en expo, je pense qu'il y a beaucoup plus de travail en pratique qu'en théorie.


C'est parce-que pour beaucoup, les deux représentes la même chose, or, c'est une erreur !
Si la génétique et le phénotype sont évidement liés, la génétique ne représente qu'une part dans l'expression d'un phénotype et une part seulement.

Il n'y a pas de différence génétique entre la crête d'une Alsacienne, d'une Le Mans, d'une Charollaise ou d'une Wyandotte, pourtant, le phénotype est totalement différent.

La huppe de l'Appenzeloise, de la Sulmater et de la Padoue ont la même origine génétique et pourtant...

La génétique ne sers souvent qu'a estimer un possible phénotype mais le résultat est parfois assez déconcertant....

La pureté génétique ne sert qu'à avoir une bonne base, mais, ça ne représente que la moitié du travail.


Loin de moi l'envie de dire que la génétique aviaire ne sert rien, si preuve il y avait besoin, cette démonstration montre aussi que notre travail dans les volières est primordial

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bon, me voilà convaincu d'acheter l'ouvrage Genetics of Chicken Colours - The Basics de Sigrid Van Dort, David Hancox & friends

but... comment se le procurer in France ? Les libraires de ma capitale régionale, dont la F... ont déclaré forfait. j\'sais pas

Comment ont fait ceux qui le possèdent ? Quel est l'éditeur ? le N°ISBN ?
Faut il joindre directement l'auteur par e.mail ou y a t il un distributeur français ? pancarte ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
octave a écrit:
Bon, me voilà convaincu d'acheter l'ouvrage Genetics of Chicken Colours - The Basics de Sigrid Van Dort, David Hancox & friends

but... comment se le procurer in France ? Les libraires de ma capitale régionale, dont la F... ont déclaré forfait. j\'sais pas

Comment ont fait ceux qui le possèdent ? Quel est l'éditeur ? le N°ISBN ?
Faut il joindre directement l'auteur par e.mail ou y a t il un distributeur français ? pancarte ?


Tu peux te directement dirigé vers l'auteur , Sigrid , par email , et elle t'informera .

www.tuinvee.nl

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.