Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Messages recommandés

Dimanche soir 6 janvier 2008 à 18h30, à l'émission Découvertes sur Radio-Canda, ils ont un reportage sur les problèmes psychologiques des chiens et les troubles de comportements que ça peut leur causer, avec la "méthode douce" (sic) qui permet de les régler.

A voir certain! J'ai hâte de voir comment ils vont traiter le sujet, quel genre de cas ils ont utilisés, et qui auront été les personnes consultés pour faire le reportage.

On s'en reparle?

salut

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui!! J'ai entendu ça ce matin à la radio!!
J'ai bien hâte de voir ça!!
Very Happy

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je regarde, c'est certain!
Si ça ressemble à ce que j'ai déjà vu dans un documentaire à PBS, ça va être intéressant.
A PBS, on parlait de la vague de positivisme .....à l'extrême, pour éduquer un chien.
C'est-à-dire, que dire NON à un chien pouvait causer des dommages, .....dans ce genre là, si vous voyez ce que je veux dire!
Je n'élaborerai pas plus , j'attends de voir l'émission.
Kobi.
PS, Laurence, puis-je refiler cette info ailleurs?
Kobi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kobi a écrit:
Je regarde, c'est certain!
Si ça ressemble à ce que j'ai déjà vu dans un documentaire à PBS, ça va être intéressant.
A PBS, on parlait de la vague de positivisme .....à l'extrême, pour éduquer un chien.
C'est-à-dire, que dire NON à un chien pouvait causer des dommages, .....dans ce genre là, si vous voyez ce que je veux dire! Je vois... et si c'est ça je vais être très déçue, car mes opinions très favorables au renforcement positif débarquent avant de me rendre là, voyons donc, j'en ai entendu parler de cette nouvelle croyance, j'en revenais juste pas! Mais j'en dirai pas plus moi non plus, vu que l'émission ne sera peut-être pas ainsi et que ça, ça fait partie d'un débat qu'on peut avoir ailleurs sans lien avec l'émission comme telle. De la façon que l'émission était présentée, ça semble plus être dans le sens que les chiens peuvent avoir, comme l'humain, des pb psychologiques, que cela leur fait avoir des troubles de comportements (comme nous), et qu'il y a une méthode douce pour les guérir de ces problèmes. C'est vague mais un 30 sec à la radio, ça passe vite, alors on verra...
Je n'élaborerai pas plus , j'attends de voir l'émission.
Kobi.
PS, Laurence, puis-je refiler cette info ailleurs? Bien sûr!
Kobi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
voici l'information trouvé sur internet, pas grand chose mais mieux que rien
Citation :
Chiens au bord de la crise de nerfs. La Dre Diane Frank étudie depuis 10 ans les phobies du meilleur ami de l’homme et cherche à savoir si ces pathologies sont innées ou acquises. Elle est considérée comme le dernier espoir des propriétaires de chiens agressifs ou anxieux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dites-moi si je me trompe, mais il me semble que la vétérinaire, Diane Frank, donnais trop vite du clomicalm?

J'aurais essayer de travailler avec le chien en premier lieu, et si par la suite, il n'y avait aucune amélioration, j'aurais essayer avec du clomicalm.

Qu'en pensez vous?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'ai écouté le reportage. C'était intéressant mais trop court. La recherche des deux vétérinaires est intéressante mais soulève quand même une question importante : si l'on arrive a distinguer les chiots qui ont un potentiel élevé de développer des troubles de comportements et des troubles mentaux dans le futur, qu'allons-nous faire avec ceux-ci ? C'est intéressant de se demander s'il serait possible d'inhiber ces «prédispositions» avec une éducation sur mesure...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon... ok. Alors voilà, j'ai trouvé ça très intéressant et plutôt pertinent (au moins ce n'est pas un reportage comme on disait plus haut qui interdit aux gens de dire "non" à leur chien!), et ce vet me semble une bonne personne, dévouée et qui croit à ce qu'elle fait, et je ne doute pas qu'elle aide bcp de gens et de chiens. Je pense aussi que ce reportage peut avoir, sinon ouvert l'esprit, du moins fait réfléchir bien des gens, et rien que pour ça ça vaut la peine. Mais j'ai 3 réserves générales :

1- Je crains que ça incite les gens à penser "pilules" trop vite pour régler bien des choses chez leur chien, parce que c'est plus facile que travailler un comportement, et que c'est un des travers de la nature humaine, choisir la solution de facilité pour régler un problème x; de plus, il n'a pas été dit suffisamment clairement à mon goût que les pilules ne règlent pas le pb du chien, mais aide à le calmer pour le travailler (ils auraient dû insister là-dessus un peu plus); par ailleurs, il y a des pathologies ou des troubles de comportement qui ne se guérissent pas, point, même avec pilule et travail, c'est la vie ça aussi; de plus, comme dit Jenn, il aurait été pertinent de suggérer d'essayer de travailler le chien avant de lui donner des pilules et non de les donner en partant, car certains n'en auraient pas besoin, même s'il elle a raison de dire qu'un chien dans cet état n'écoute rien de rien, il est pas capable, trop angoissé;

2- Je trouve dommage qu'il n'ait pas été dit aussi que oui, il est ultra fréquent que ce soit la faute des propriétaires ce qui se passe chez le chien. Je suis d'acc avec le vet, malheureusement car ça me touche directement dans mon vécu, qu'il y a des chiens réellement malades, mais il aurait fallu ne pas éluder le fait que bien des chiens ne le sont pas et que leurs comportements ne sont que la conséquence des agissements de leurs humains, car de un c'est ben de trop vrai (et à l'écouter elle, pris brut, c'est pas le cas!), de deux c'est tout de même ce qui est le plus répandu, de trois, ça va faire une belle excuse de plus à ceux qui baissent les bras au lieu d'essayer de quoi et qui se serviront aussi de ça pour considérer leurs animaux incurables et les domper;

3- Je suis perplexe versus l'étude qu'ils font sur les chiots de huit semaines dans le but de pouvoir dire au proprio le pourcentage de risque que son chien devienne agressif dans le futur. D'une façon, comme ils disent, c'est bien car les gens savent à quoi s'en tenir, d'un autre côté, quel % de gens, sachant cela vont avoir le goût de s'investir et de donner une chance au chien, alors qu'en sachant ça, il y en a un paquet qui vont d'avance choisir de s'en laver les mains et d'en prendre un autre!?? (alors que s'ils s'outillent comme il faut il y a bien des chances qu'ils arrivent justement d'avance à contrer ça en travaillant et en éduquant le chien différemment, ce qui devrait être le but de l'étude, mais ça c,est sans compter sur la paresse humaine).

Bref, c'est meilleur, plus pertinent, et plus instructif constructivement que ce qu'on voit d'habitude, mais, désolée si je peux paraître critique, mais ces trois lacunes me paraissent essentielles et dommageables... Confused

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

encore une fois....les pilules!!!! Rolling Eyes PERSONNELLEMENT, les pilules antidépresseurs, c'est de la bullshit autant pour les humains que les animaux.


Moi aussi ca m'inquiete le principe de distingués les signes d'agressivité chez le chiot...imaginez une petite famille qui se fait dire que leur chiot risque d'avoir tant de pourcentage d'agressivité...déja le probleme de ''débarras'' est très présent...

d'un autre cote pour les gens qui sont prêts a travailler avec le chien, plus tot ils le sauront, mieux ca va etre....mais vous savez autant que moi qu'il y a de moins moins de gens assez patients pour ça...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Désolée de te contredire, Passion, mais je ne crois pas que des anti- dépresseurs soient de la bullshit....ni pour humains ou animaux.
Je connais des gens qui ne seraient plus de ce monde sans les anti-dépresseurs.......peu pas en jurer pour les chiens mais les gens qui utilisent "rescue remedy" ou n'importe quoi pour leurs chats ou chiens...c'est dans le même but.
Kobi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kobi a écrit:
Désolée de te contredire, Passion, mais je ne crois pas que des anti- dépresseurs soient de la bullshit....ni pour humains ou animaux.
Je connais des gens qui ne seraient plus de ce monde sans les anti-dépresseurs.......peu pas en jurer pour les chiens mais les gens qui utilisent "rescue remedy" ou n'importe quoi pour leurs chats ou chiens...c'est dans le même but.
Kobi.


Je suis d accord avec toi j en ai deja pris

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je suis d'accord avec toi, Laurence...

Je trouve que le reportage mettait trop l'emphase sur les médicaments au détriment de la responsabilité du maître et des méthodes de renforcement positif.

Par contre, j'ai bien aimé savoir que les médicaments peuvent être nécessaires dans certains cas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voilà mon opinion : parce que les gens sont justement portés à être paresseux et sont généralement pressés de voir des résultats (ce qui peux être compréhensible quand ton chien saccage ton salon à tous les jours Wink ), la Dre Frank préscrit les antidépresseurs pour qu'il y ait amélioration rapidement et que les comportements dérangeants cessent. Il y a beaucoup des gens qui ne sont pas prêts à travailler leur chien de façon quotidienne ou de changer leur façon d'interagir avec leur chien du jour au lendemain, même s'ils adorent leur animal. C'est pourquoi, à mon avis, qu'elle introduit la médication si tôt dans le traîtement.

Elle a une approche semblable, pour le peu qu'on a vu dans le reportage, au Dr Dehasse. Il a fait un livre intéressant "Mon animal a t-il besoin d'un psy" où il parle vraiment du métier de vétérinaire-comportementaliste. Si vous voulez aller plus loin, je vous le conseille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le gros problème de ces émissions est la longueur avec laquelle on traite le sujet, le manque d’information des gens qui regardent donc qui risque d’interpréter à leur convenance, et le règlement rapide du problème selon l’intervenant. Je suis d’accord que certains animaux puissent avoir des problèmes comportementaux au même titre que les humains. Par contre le risque de donner trop rapidement des médicaments à un animal qui a un problème est élevé pour régler rapidement un comportement indésirable. Je ne crois cependant pas que cette vétérinaire utilise automatiquement et sans analyse le médicament. Mais, il se peut que suite à cette émission certains vétérinaires, dont le client en fait la demande, eux puissent en faire la surutilisation. L’idéal dans ce genre d’émission serait d’avoir toute l’information sur le pourquoi et comment l’animal en est venu à ce comportement, d’où vient le chiot, dans quel condition était la mère, comment était les chiots, de quel manière a-t-il évolué dans sa famille humaine etc….
Pour leur analyse sur les chiots bien que certains chiots puissent effectivement avoir déjà certains comportement acquis, je ne crois pas qu’il soit réaliste de catégoriser le comportement chiot qui peut évoluer grandement selon l’encadrement et l’éducation qu’il recevra.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
POUM a écrit:
je ne crois pas qu’il soit réaliste de catégoriser le comportement chiot qui peut évoluer grandement selon l’encadrement et l’éducation qu’il recevra.


En plus, oui, en effet, et oui, grandement. Certains chiens risquent d'être mis au rancard juste à cause de ça, alors qu'ils pourraient devenir tout à fait autre chose.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

2 chosse !

1er : a quand le Ritalin pour chien actif ? sa va venir a cela !!!
Mr tout le monde : J,aime les Jak Russel , mais son trop tanant = pilule , y é beau gentil tranquille , tabarrrouet!!!!!

2em : analyse du chiot, le chiot va surment se trouver ds une autre famille

dsl , émision était ben mieux que se quon a deja vue , mais , l, education d,un chien sa se fait thumleft , mais les humains ont pus le temp pour cela , et la perfection achat , né pas de se monde
et voila

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'ai quand même apprécié de voir que les 3 cas n'ont pas abouti avec des médicaments...

Le problème du "bichon agressif" était clairement un problème du côté du maître, j'ai été bien contente qu'elle le reconnaisse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Moi je dis qu'il faut arrêter de dire qu'on sait "ce que M. et Mme tout le monde va décoder de ce reportage".

Je suis "M. et Mme tout le monde" moi même (et vous aussi). Et on a une tête pour juger et un cerveau pour analyser. On est pas tous des nonos. (coup de gueule du jour loll)

La médication, c'est pas de la merde. Si certaines personnes de mon entourage immédiat d'en avait pas bénéficié (en plus d'une thérapie), il y aurait des morts autour de moi.

La médication, c'est pas d'la bullshit et c'est infiniment réducteur de penser ça.

Je ne comprends pas pourquoi les gens vont à l'hôpital pour soigner une jambe cassée et prennent des anti-douleurs, alors qu'ils montent sur leur grands chevaux immédiatement quand on leur parle de la médication pour guérir les troubles mentaux.

Bref...

Les reportages au Canada sont tous pareils. Ils sont tous trop courts. On aurait eu besoin d'1h pour faire le tour, et encore.

Ce que nous n'avons pas entendu dans le reportage a peut-être été dit, et coupé au montage. Donc, ne jettons pas la pierre au Dr Frank.

Pour les chiots, j'aurais voulu savoir d'où ils viennent ces chiots de petites races déjà "disjonctés". D'animaleries? D'usine? De brooker? D'internet? Ou d'un bon éleveur qui n'accouple que des parents sains d'esprit et qui vend ses chiots entre 8 et 10 semaines au lieu de 5 semaines?

Question sans réponse pour le moment, mais ce soir, en arrivant de travailler, je vais écrire à Radio-Canada pour leur demander de faire suivre mon questionnement au Dr Machin de Québec (j'ai oublié son nom).

Sur ce, je continue de dire que rien n'est tout noir, rien n'est tout blanc. La vie est faite de nuances diverses. Dire que la médication ne sert à rien, c'est basic en titi.

Dire que les troubles de comportement viennent TOUJOURS des proprios, c'est aussi réducteur et basic.

D'ailleurs on a déjà eu beaucoup de reportages à la télé sur la "guérison" des troubles de comportement par une meilleure approche au dressage. Il est normal qu'on ait parlé durant Découverte, de la guérison par la médication. C'était ça le but du reportage.

xx

Hélène xx

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
À première vue, je me suis dis moi aussi, bon la solution facile, les médicaments, mais à bien y penser je ne crois pas que les gens vont systématiquement aller vers les médicaments au lieu de travailler avec son chien.

Pourquoi, la personne tant qu'à moi qui n'est pas prêt à travailler son chien ne va aller voir un vétérinaire spécialiste à montréal à un prix élevé pour régler les problèmes de son chien et donner des pilules pour le restant de sa vie. Beaucoup de personne se disent surement suite à ce reportages, ben voyons des anti-dépresseurs pour chiens!!??? On aura tout vu!!!!!

Je crois que les gens qui vont se tourner vers cette solutions sont surtout du monde qui aiment leurs chien et qui désirent le garder quitte à essayer toutes les solutions possible et tant mieux si ça marche. C'est sure qu'il y a du monde qui vont vouloir cette solutions après être aller la voir, mais ça veut pas dire que la vet est d'accord avec ça et qu'elle donne des médicaments systématiquement, du moins je l'espère.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vaks a écrit:
On est pas tous des nonos. (coup de gueule du jour loll)

Certes. Mais à la quantité de chiens dompés et/ou rejetés par leurs propriétaires (et les raisons plus que discutables pour ce faire, y compris les défauts physiques), les chiffres parlent tous seuls quand à la capacité d'analyse et de jugement de la majorité, désolée.

La médication, c'est pas de la merde. Je suis bien d'accord là-dessus. C'est son usage et son abus qui posent cependant pb parfois.

Je ne comprends pas pourquoi les gens vont à l'hôpital pour soigner une jambe cassée et prennent des anti-douleurs, alors qu'ils montent sur leur grands chevaux immédiatement quand on leur parle de la médication pour guérir les troubles mentaux. Moi je comprends. Une jambe cassée c ordinaire et ça n'est pas tabou dans la mentalité collective. Un trouble mental ce n'est pas ordinaire, c'est tabou et ça dérange énormément. Une partie de mon travail est dans le domaine de la santé mentale, et ceci est flagrant.

Bref...

Les reportages au Canada sont tous pareils. Ils sont tous trop courts. On aurait eu besoin d'1h pour faire le tour, et encore.

Ce que nous n'avons pas entendu dans le reportage a peut-être été dit, et coupé au montage. Donc, ne jettons pas la pierre au Dr Frank. Personnellement, ce n'est pas ce que j'ai fait, bien au contraire (re. mon 1er paragraphe). Je sais très bien que bien des choses peuvent être coupées dans un reportage.

Pour les chiots, j'aurais voulu savoir d'où ils viennent ces chiots de petites races déjà "disjonctés". D'animaleries? D'usine? De brooker? D'internet? Ou d'un bon éleveur qui n'accouple que des parents sains d'esprit et qui vend ses chiots entre 8 et 10 semaines au lieu de 5 semaines? Très bon point supplémentaire sur cette partie du reportage.

Question sans réponse pour le moment, mais ce soir, en arrivant de travailler, je vais écrire à Radio-Canada pour leur demander de faire suivre mon questionnement au Dr Machin de Québec (j'ai oublié son nom). Tu pourras revenir ici si tu as une réponse de lui un de ces 4 stp?

Sur ce, je continue de dire que rien n'est tout noir, rien n'est tout blanc. La vie est faite de nuances diverses. Dire que la médication ne sert à rien, c'est basic en titi.

Dire que les troubles de comportement viennent TOUJOURS des proprios, c'est aussi réducteur et basic. C'est vrai. Mais de la façon que le reportage est fait (je donne le bénéfice du doute au docteur Franck de ne pas le penser elle-même), il est quasiment suggéré que ce n'est JAMAIS le cas, ce qui est tout aussi réducteur et basic, et en plus fort dangereux puisque la majorité des gens rejettent le blâme sur leur chien ("il comprend rien", "il est pas du monde", etc.) et non sur eux, rien n'est jamais de leur faute (ni l'endroit où il l'ont pris, ni leur éducation ou absence de, d'ailleurs 15 sec dans le reportage auraient pu être intelligemment utilisées pour parler de l'énorme influence de la provenance des chiens sur leur maladie mental éventuelle, car c'est la raison principale de ce pb sinon la seule).

D'ailleurs on a déjà eu beaucoup de reportages à la télé sur la "guérison" des troubles de comportement par une meilleure approche au dressage. Il est normal qu'on ait parlé durant Découverte, de la guérison par la médication. C'était ça le but du reportage. Je suis d'accord avec ça, mais comme tout traitement de n'importe quel sujet, il n'est pas bénéfique de ne montrer qu'un côté de quelque chose à ce point, les gens n'ayant pas écouté l'autre version possible des choses n'ayant alors qu'un côté de la médaille pour se faire une opinion. Personnellement, le professionnalisme journalistique (un domaine que j'aime beaucoup et que je respecte, donc j'ai des critères) à mes yeux passe aussi par l'objectivité et le "tour du propriétaire d'un sujet", et même en quelque minutes c'est possible.

xx

Hélène xx

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marie-Loup a écrit:
Laurence a écrit:
Vaks a écrit:


Dire que les troubles de comportement viennent TOUJOURS des proprios, c'est aussi réducteur et basic. C'est vrai. Mais de la façon que le reportage est fait (je donne le bénéfice du doute au docteur Franck de ne pas le penser elle-même), il est quasiment suggéré que ce n'est JAMAIS le cas, ce qui est tout aussi réducteur et basic, et en plus fort dangereux puisque la majorité des gens rejettent le blâme sur leur chien ("il comprend rien", "il est pas du monde", etc.) et non sur eux, rien n'est jamais de leur faute



Moi aussi ca me chicotte un peu ce genre d'affirmation mais je pense qu'elle le fait pour une bonne raison. Il y a beaucoup de monde (la majorité) qui vont consulter croyant que c'est leur chien qui a un problème, si un professionnel leur dit que ce sont eux (les proprio) qui sont le problème, il risque d'en perdre une méchante gang dans leur clientel. Tandisque si il leur dit qu'il est la pour les aider a changer le comportement de leur chien, sans les accuser, il a beaucoup plus de chance d'avoir des personnes qui vont consulter et suivre le traitement jusqu'a la fin.


Je comprends ton point mais je pense la même chose que ce matin, pour une toute aussi grande majorité de gens, qui vont se laver les mains de leurs propres responsabilités envers le pb (et qui de toute façon, vu leur mentalité de base, ne seraient pas allés consulter...) encore plus qu'avant ("Tu vois bien, ce que je disais, le vet aussi le dit, c pas la faute du proprio, c le chien qui est malade"!!!). Les raisons que tu donnes sont bonnes, mais le pb hier, c'est que ce sont tous les gens qui ont regardé l'émission et entendu ça, pas juste les clients de la clinique qu'on souhaite conserver et ne pas prendre à rebrousse-poil.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour les pilules, je connais une proprio de supposé refuge (qui n'en est même pas un vrai, mais bon elle fait du rescue) qui bourre de pilules du genre pour humains (donc en plus non dosées comme le Clomicalm montré hier) des chiens à pb car ils sont en famille d'accueil et elle veut pas perdre ses familles... Elle n'offre aucun support aux familles pour leur montrer à travailler le chien pareil durant ce temps, ça sert juste à rendre le chien vivable pas pire pendant l'accueil (anyway elle a jamais rien compris au comportement canin, mais bon). Conclusion? Le chien a une plus grande chance de garder sa famille d'accueil, mais retombe fou comme de la marde en sortant de là lorsque adopté! Que pensez-vous qu'il arrive ensuite pour la nouvelle famille??? (qui en plus aura probablement vu le chien calme puisque stone, et en plus, le mensonge sur la description du chien pour le placer plus facilement est monnaie courante dans le rescue en passant, et je parle pas à travers mon chapeau, j'en ai vu de toutes sortes et en ai pâti moi-même).

Alors vu de même, si au moins c'est un vet qui les prescrit, les pilules, c'est toujours ça de pris, joualvert! silent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Bravo pour ta dernière intervention Laurence!! On ne dit pas assez qu'il y a de l'arnaque partout dans le monde canin. Certains refuges sont mis sur des pieds d'estale alors que personne n'y a jamais mis les pieds. Je trouve que c'est inadmissible. J'ai été étonné de voir la tête des vétérinaires qui avaient une aussi mauvaise opinion des refuges que des usines à chiens.

Plus le temps passe, mieux je décode le "non verbal" de certains humains, les sous-entendus et les "menteries" pour enjoliver la réalité.

Merci de dire tout haut ce qui est souvent caché sous le tapis.

xx

Hélène xx

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Discussion très intéressante.

Je suis toujours un brin flabergastée de lire que les gens voient les anti-dépresseurs comme une sorte d'Antéchrist... Comme si ce qui est issu de la science et par conséquent de formulation chimique est forcément mauvais... Les médicaments sauvent des vies, d'humains surtout , de chiens aussi... Pourquoi a-t-on toujours tendance à l'oublier ?

Ce reportage, quoique parsemé de trous, était tout de même un des meilleurs que la télé nous ait donné dans la dernière année.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je n'ai pas de tv je n'ai donc pas vu le reportage.
je voulais juste dire que dans certains Etas aux US il y a des lois de ne pas prescrire des pillules sans intervention comportementale aussi (je parle de vet pas humains). Il me semble que oui, ca peut vraiment aider parfois dans des cas drastiques, par contre les pillules seules je n'y crois pas trop comme solution. Le proleme peut-etre chimique mais certainement l'environment y joue son role. Sans parler qu'on peut changer la chimie du corps avec des comme l'exercice, la peur, le repos, la diete....

oh, des refuges 'idealises' je deteste ca. Les refuges qui n'endorment pas ramassent tout l'argent tandis que les refuges qui pratiquent l'euthanasie sont pointes du doigt. Pourtant, si un chien n'est pas adoptable (agressif, trop de problemes de comportement etc) est-ce que ca vaut la peine de le garder au refuge pour des annees entieres? ou pire, le faire adopter fois apres fois? Les gens qui se font avoir de la sorte finissent par se dire qu'ils n'adopteront plus jamais d'un refuge. Et puis ca prend la place d'un bon animal qui a besoin de famille. beurk. La pire arnaque que j'ai vu c'est une usine a chiots qui se faisait passer pour un refuge. Leur 'refuge' etat une ferme quelque part loin et ils vennaient a Montreal pour des cliniques d'adoptions. Ce qui m'a mit la puce a l'oreille c'est qu'ils avaient souvent des chiots et des chatons, beaucoup trop souvent pour un refuge. Le nombre de gens qui ont pense bien faire en les aidant!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
zorro a écrit:
Les refuges qui n'endorment pas ramassent tout l'argent tandis que les refuges qui pratiquent l'euthanasie sont pointes du doigt. Exact. Pourtant, si un chien n'est pas adoptable (agressif, trop de problemes de comportement etc) est-ce que ca vaut la peine de le garder au refuge pour des annees entieres? Non parce que de un c'est tout sauf une vie pour un chien, la passer en cage, de deux s'il est super mal dans sa peau, et incurable, ça doit être dur, long et plate pour lui et je n'appelle pas ça "aimer" les animaux. Reste que ça se pratique actuellement à une couple d'endroits, en % plus ou moins élevé selon les endroits. ou pire, le faire adopter fois apres fois? Les gens qui se font avoir de la sorte finissent par se dire qu'ils n'adopteront plus jamais d'un refuge. Exact, et c'est prouvé; c'est un effet secondaire grave et bien réel à cette problématique. Comme si on avait pas déjà assez de mal de même à convaincre les gens du bien-fondé d'aller adopter en refuge. Si le gentil toutout stone ou encore celui au sujet duquel la description comportementale n'est pas véridique, se transforme en Tazmanian Devil en arrivant à la maison, comment peut-on demander aux gens d'y retourner dans les refuges, sans compter qu'ils vont parler autour d'eux de leurs mauvaises expériences et ça fait boule de neige. Et puis ca prend la place d'un bon animal qui a besoin de famille. En plus. beurk. La pire arnaque que j'ai vu c'est une usine a chiots qui se faisait passer pour un refuge. Leur 'refuge' etat une ferme quelque part loin et ils vennaient a Montreal pour des cliniques d'adoptions. Ce qui m'a mit la puce a l'oreille c'est qu'ils avaient souvent des chiots et des chatons, beaucoup trop souvent pour un refuge. Le nombre de gens qui ont pense bien faire en les aidant! pffff...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour ma part, j'ai regardé le reportage d'un autre oeil, soit celui d'une propriétaire elle-même au prise avec ce genre de problèmes. Tout ce que je me disais en le visionnant c'est enfin on en parle...ben coup dont, je ne suis pas seule Shocked. Je ne peux pas vous dire à quel point je me suis sentie longtemps démunie devant les problèmes de ma chienne et sainte qu'un tel reportage m'aurais fait du bien.

Je l'ai trouvé certes beaucoup trop court et trouve dommage que peu de temps ait été accordé à tout le travail qui a inévitablement été fait conjointement à la prise de médication sur ces chiens mais au moins ça envoie, je l'espère, le message aux gens que oui c'est possible ou du moins qu'on a peut-être pas tout essayé avant de songer définitivement à l'euthanasie.

J'ai trouvé très pénible la période où j'avais beau essayer-ci ou consulter là sans jamais le moindre petit résultat sans compter tous les jugements en général qui accompagnent le fait de vivre avec ce genre de chien. Le pire est que moi, j'ai eu la chance de venir échanger ici et y chercher une tonne de ressources qui me donnaient toujours le petit coup de pied pour continuer ce qui n'est pas le cas de tout le monde. Alors, pour moi, il est clair que juste le fait d'en parler est un grand pas pour ces chiens. J'espère ainsi que les gens qui ont reconnu un peu de leur chien en regardant l'émission pourront eux aussi se dire, de un que ce n'est pas nécessairement leur faute et de deux qu'il y a encore quelque chose de nouveau qu'ils n'ont pas essayés et qui pourrait peut-être marcher.

J'espère par contre qu'ils seront alors prêts à se retrousser les manches car le travail est ardu, la route parsemée de hauts et de bas et les résultats souvent loins d'être parfaits au bout de la ligne mais ça en vaut tellement le coup

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jaelle a écrit:
Pour ma part, j'ai regardé le reportage d'un autre oeil, soit celui d'une propriétaire elle-même au prise avec ce genre de problèmes.


Je comprends bien ton point, car une partie de moi l'a regardé de la même façon, puisque je l'ai vécu auparavant, et plus qu'une fois. Mais en même temps, je crois que cette vision des choses (avec vécu à la clé) me rend aussi plus "critique", ce qui est normal car j'y ai goûté et sais moi aussi (pas seulement en théorie, comme la majorité) ce que ça sous-entend, ce qui ne m'empêche pas de faire des critiques constructives au travers, malgré mes nombreuses inquiétudes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Laurence a écrit:
Je comprends bien ton point, car une partie de moi l'a regardé de la même façon, puisque je l'ai vécu auparavant, et plus qu'une fois. Mais en même temps, je crois que cette vision des choses (avec vécu à la clé) me rend aussi plus "critique", ce qui est normal car j'y ai goûté et sais moi aussi (pas seulement en théorie, comme la majorité) ce que ça sous-entend, ce qui ne m'empêche pas de faire des critiques constructives au travers, malgré mes nombreuses inquiétudes.


C'est parfait ainsi aussi Wink. Quant à moi, ce n'est et tu l'auras devinée Embarassed vraiment juste le côté émotif qui parle. Ce reportage est venue me faire du bien même si j'ai depuis le début de gros doutes sur les succès que je connais réellement attribuables à la médication versus le travail de désensibilisation. J'aurais aimée certes qu'on en parle mais j'étais tellement contente qu'on aborde ce genre de problèmes à la télé que c'est manifestement les sentiments qui ont pris le dessus sur le reste lorsque j'ai regardé le reportage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je trouve ton commentaire , très intéressant , Jaelle.
Tu mets " le doigt" sur quelque chose d'important.
Il y a de fortes chances, que les gens dans le reportage, aient essayé bien d'autres choses ( consultation, etc) avant de se tourner vers une autre ressource comme une médication contrôlée avec un Vet. compétent .
Le reportage est trop court, c'est son grand défaut et il n'en parle pas.
Il y a un grand nombre de personnes qui ont utilisé ,le rescue remedy ou d'autres produits d'homéopathie......et personne n'a jugé que c'était négatif.
Le résultat recherché est exactement le même, pourtant.
Peut importe le type de médication que l'on choisit pour problème X, la médication va faire un pourcentage du travail, l'autre pourcentage c'est à nous d'y voir.
Kobi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
merci pour le lien katmandou, je n'avais pas pu le voir

je vais dire comme vous le reportage etait beaucoup trop court,

un des + comme dit jaelle ca a surment permis a certain proprietaire qui etait a bout avec le comportement de leur animal de voir qu'il y a une autre alternative avant l'abandon et l'euthanasie, et a d'autre de se sentir moins seul,

par contre, je trouve qu'il ne parle pas assez de "l'accoter" des medicaments, que seul le medicament ne reglera pas tout, on peut en donner pour en donner, mais sans thérapie les resultats ne seront p-t jamais concluant.
Elle le dit au debut mais trop vaquement a mon gout comme si c'etait plus ou moins important. j'aurai aimer qu'il parle plus de la combinaisons thérapie et medication

sinon bien que ce ne soit pas la faute du vet, au debut du reportage quand il montre le chien dans ca cage, et qu'il dise que le cage n'a fait que agmenter le probleme, j'ai pas vraiment aimer, oui dans son cas c'est vrai, mais je trouve que de la maniere donc c'Est dit on dirait que utiliser une cage est mal et ne va nuire qu'aux chiens si on l'utilise pour eviter qu'il ne detruise tout, on ne sait rien est ce qu'il l'ont juste mis dedans et son partie ou l'on habituer, sa change aussi le resultat, mais bon j'admet que etant anxieux ca ne change pas grand chose et ce n'etait pas le but de l'emission

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Looky a écrit:
sinon bien que ce ne soit pas la faute du vet, au debut du reportage quand il montre le chien dans ca cage, et qu'il dise que le cage n'a fait que agmenter le probleme, j'ai pas vraiment aimer, oui dans son cas c'est vrai, mais je trouve que de la maniere donc c'Est dit on dirait que utiliser une cage est mal et ne va nuire qu'aux chiens si on l'utilise pour eviter qu'il ne detruise tout


Très bon point que j'avais oublié de citer au début. Je suis bien d'accord avec toi. C'est dommage en effet, car la cage est encore trop vue comme une punition par les gens, alors que bien utilisée, c'est un outil très important et qui fait souvent toute la différence, lorsque amenée positivement au chien, avec récompense, kong, repas à l'intérieur, pour lui montrer que ça peut devenir une tannière, un refuge de calme, etc., et souvent ça fait aussi la différence entre un abandon par des gens qui n'en peuvent plus de se faire tout démolir, et des gens qui vont non seulement finalement garder leur chien mais en plus arriver à travailler dessus pareil, autant parce que ça va avoir calmé le chien ou du moins diminué son angoisse (il se sent souvent responsable de garder toute la maison et pour un anxieux c'est pas bon, de plus on peut rajouter une couverture sur la cage et ça marche bien ça aussi) que parce que ça donne du courage aux gens pour s'impliquer dans des thérapies sur le comportement et l'anxiété au lieu d'être juste découragés tous les soirs en rentrant chez eux et ne plus avoir envie d'essayer rien (ou penser que y a rien à faire). Très très dommage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

J'ai écrit à Radio-Canada en leur demandant si possible, de transférer mon courrier au vétérinaire comportementaliste de Québec.

Il m'a gentiment répondu tout à l'heure, une belle longue lettre Very Happy

Je demandais s'il avait tenu compte de la provenance des chiots.

Voici sa réponse:

Bonjour Mme!

Merci pour votre intérêt pour le reportage. Je partage votre opinion sur la durée du reportage. Nous avions tourné plus de 35 minutes d'entrevue et avions discuté du sujet en profondeur mais il est impossible de présenter beaucoup de contenu en si peu de temps.

Il est certain que pour un auditeur informé, nous avons simplement effleuré le sujet sans trop développer. Par contre pour les gens moins au courrant de la réalité, le reportage était une très bonne entrée en matière.

Nous sommes tous conscients que les chiots provenant d'usine à chiots sont plus à risque de développer des troubles du comportement. J'en ai fait mention dans la conclusion de ma thèse disant que les chiots provenant de ces usines pourraient avoir subi une privation sensorielle suffisante pour créer des retards et des troubles permanents du comportement.

Pour ce qui est de notre étude, nous avons compilé la provenance des 102 chiots examinés. Il n'y avait aucune différence significative quant à l'expression des signes d'anxiété entre les chiots provenant d'animalerie (possiblement d'usine à chiot), d'un éleveur, d'un particulier ou de la SPA. Le milieu d'élevage joue pour beaucoup dans l'expression des comportements futurs mais la génétique de base aussi.

L'âge de servage est inconnue mais l'âge des chiots lors de l'évaluation variait de 9 à 16 semaines et les chiots étaient dans leur nouvel environnement depuis au moins une semaine.

Nous pourrions en parler durant des heures.

Au plaisir!

Martin Godbout
Vétérinaire comportementaliste


Alors voilà. C'était pour vous mettre au courant Very Happy Je trouve délicat qu'il ait pris la peine d'écrire une "vraie" réponse et non une réponse toute faite. Very Happy

xx

Hélène xx

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wow, ça c'est pour son geste de répondre ET le fait que ce soit détaillé ET personnalisé : thumleft

Et ça c'est pour toi d'avoir pris la peine d'écrire ET de venir poster comme je le souhaitais pour le bénéfice de tous :

Merci!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Ça me fait plaisir Laurence de partager ce beau courrier Very Happy J'avoue avoir été un peu "flattée" de recevoir une vraie réponse. Faut dire que mon courrier était joliment formulé aussi Very Happy Tout est dans la manière hein? On récolte ce que l'on sème. Je l'ai toujours dit.

xx

Hélène xx

P.-S.: voici ce que j'avais envoyé:

Bonjour à toute votre équipe!!

J'aimerais, dans un premier temps, vous féliciter pour le reportage sur l'anxiété chez les chiens. Nous aurions aimé qu'il soit plus long (il y a matière à élaborer beaucoup plus) mais c'est un début! Very Happy Merci d'avoir abordé le sujet!

Dans un deuxième temps, j'ai un service à vous demander. Pourriez-vous faire suivre mon courrier au vétérinaire de la région de Québec qui travaille en relation avec le Dr Frank de St-Hyacinthe? (je suis désolée, j'ai oublié son nom)

Voici donc la suite de mon message qui s'adresse à M. le vétérinaire spécialiste de la région de Québec.

Cher Monsieur,

Vous avez dit avoir étudié des chiots de 8 semaines, puis effectué un suivi à l'âge d'un an.

J'aimerais savoir si vous avez tenu compte, dans votre étude, de la provenance des chiots.

Il est primordial, selon mon expérience du monde canin, de prendre en compte d'où viennent les chiots quand on étudie leur socialisation à 8 semaines, leur approche envers l'humain, leur facilité à se laisser manipuler, leur anxiété envers l'inconnu, etc.

Nous savons tous que les chiots issus des usines et d'autres endroits peu recommendables, se retrouvent sur le marché vers l'âge de 5 ou 6 semaines. Nous savons aussi que ces mêmes chiots sont issus de chiennes ayant vécu toute leur vie en cage (ou dans des enclos fort mal tenus). Ces femelles reçoivent très peu de stimulations, sont elles-mêmes souvent névrosées et transmettent leur névrose à leurs chiots.

Avez-vous fait une distinction entre "chiot d'animalerie séparés de la mère à l'âge de 5 semaines" et "chiot d'élevage éthique issus de parents sains d'esprit, bien stimulé et manipulé depuis la naissance"?

Je serais intéressée par un suivi de votre part (si vous en avez le temps, bien entendu).

Au plaisir d'avoir de vos nouvelles

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Hélène d'avoir pris le temps de lui envoyer un message au Veto.

Je suis très contente qu'il (Dr Godbout) aie pris le temps de te répondre... WOW! quel professionnalisme de sa part.

Je lui lève mon chapeau. cheers

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.