Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…
Janick11

Endormir son animal (euthanasie), présence à ses cotés

Messages recommandés

J'espère que ces quelques lignes vous aideront dans ce moment difficile.
Il a été écrit 10 jours après le départ de notre chienne (je n'en change aujourd'hui aucune ligne, ni ne corrige les fautes de frappe).
Joy était notre première chienne, à nous, tant pour moi que pour mon mari ou ma fille. Nous l'avions parfaitement mal élevée. 24H/24 et 365j/365 avec nous, elle avait développé une intelligence hors du commun.
Nous l'avons accompagnée jusqu'au bout, par amour, et parce qu'il ne pouvait en être autrement tant elle occupait une place essentielle au sein de notre famille.
Je ne sais si je pourrais un jour parler d'elle sereinement.

Endormir son animal (EUTHANASIE), PRESENCE à ses cotés
(ce texte a été écrit pour un autre forum le Mer 14 Sep 2005 - 16:53. Etant rédactrice de ce texte, il a sa place également sur Nos poilus. Ci-après la version originale)




Endormir (euthanasie) et présence des maîtres

Je n’aurais jamais cru écrire un jour un tel message, mais, j’ai lu des demandes d’aide sur ce sujet et, si je ne suis certainement pas celle qui a vécu ce moment le plus souvent, l’endormissement de Joy il y a une semaine seulement est tellement présent dans ma mémoire, que je peux encore dire clairement ce que j’ai pensé avant pendant et après.

Peut-être pourrai je ainsi aider quelqu’un dans un futur très très très lointain.




1) Souvenir du passé: les chiens de la famille

Il y a quelques jours encore, j’avais uniquement “endormi” un des premiers chiens de ma mère, et j’étais présente au décès de son dernier chien lorsque le coeur s’était arrêté “naturellement” de battre après une nuit difficile.

Mes pensées il y a encore un mois, n’étaient pas très claires sur le sujet tout simplement car souhaitant garder le plus possible son ami(e) vivant à ses cotés, on y pense un éclair de seconde et on essaie d’oublier très vite.


Endormir Wendy, le 1er chien de ma mère, avait été très dur car une simple piqure endort à tout jamais un animal bien vivant . On ne peut une seconde pus tard dire “stop j’ai changé d’avis, peut-être y a t-il encore un moyen de le guérir”...
C’est un animal aimé chaud et vivant que la main de l’homme va endormir sans espoir de retour.
Le choix doit donc être réfléchi, il faut se faire à l’idée qu’il sera irréversible, et enfin l’accepter mentalement moralement et physiquement.

Pour Kaffy, son dernier chien, c’est la méconnaissance des dernières heures d’un animal qui nous a fait attendre le matin. Le soir, en sortant faire ses derniers besoins, elle s’était couchée sans pouvoir se relever et je l’avais portée à l’intérieur. Elle était en fin de vie mais je pensais à une fatigue. La deuxième partie de la nuit avait été très difficile avec des aboiements-hurlements. Elle souffrait. Nous comprenions que c’était la fin mais il fallait attendre l’heure d’ouverture du Cabinet vétérinaire.
A 8H30, j’ai quitté la pièce pour téléphoner. Lorsque je suis revenue quelque seconde plus tard, mon mari pensait qu’elle dormait mais le coeur s’était -enfin- arrêté “naturellement”.


Pourquoi vous raconter ces deux décès? même si ce n’était pas mes chiennes, j’ai ainsi connu les deux: l’un “provoqué”, l’autre “naturel”.




2) Le présent, décès de “MA” première chienne

a) l’attitude qui peut faire penser à une fin proche

Le début de semaine avait été moyen: elle dormait beaucoup, changeait peu d’emplacement, mais elle marchait encore dans le jardin.
Elle ne mangeait plus ni ses croquettes ni toute nourriture mise dans son plat, mais prenait la viande rouge que je lui coupais en petits bouts et lui donnais à la main.

Puis très vite, vendredi et samedi sa fatigue s’est accentuée.

Le dimanche 4 septembre 2005, Joy a eu la même attitude que Kaffy le dernier soir: difficulté à marcher, elle titubait et, fatiguée, se couchait. Il fallait la lever pour qu’elle rentre après ses besoins, mais se recouchait dès arrivée. Elle aboyait d’une manière aiguë pour qu’on reste près d’elle, n’ayant sans doute plus la force(?) de nous suivre à travers les différentes pièces.

Nous savions qu’il n’y avait aucune possibilité de traitement.
Nous avions les avis de notre vétérinaire habituel, de celui qui avait fait l’échographie, de celui qui l’avait opérée, et bien sûr les résultats des biopsie et histologie.

Cette attitude: tituber, ne plus se relever seule, ressemblait tellement au dernier soir du chien de ma mère que j’ai compris, ce soir là, qu’il n’y avait plus beaucoup d’espoir et que c’était bientôt la fin.



b) la prise de conscience et le choix à prendre

à 21H30 elle faisait sa première crise de convulsion (les pattes arrières se sont mises à trembler puis tout le corps à se raidir, la machoire était serrée, elle bavait).
Nous avons immédiatement su, mon mari et moi, avec un immense désespoir et une douleur nous serrant le coeur, le choix que nous devions faire.

C’est à ce moment là, devant les premiers signes de souffrance de Joy, que LA décision de l’endormir -maintenant- a été prise.
Nous en avions discuté avant, mais discuter n’est pas accepter et prendre LA décision.

Nous adorions Joy (et même s’il parait qu’il ne faut adorer que son Dieu, et bien Joy était notre dieu et nous l’adorions) et c’est justement le fait de l’aimer au plus profond de nous qui nous imposait l’idée de l’endormir à cette seconde, avant qu’elle n’ait d’autres crises, avant qu’elle ne souffre.

Nous, nous allions souffrir de ce choix de l’endormir à tout jamais, de ne plus la revoir à chaque seconde des 24H du jour, mais, elle, elle ne souffrirait pas.

Endormir son animal qui commence à souffrir à quelques heures de sa fin est la plus belle...non, je préfère dire la plus dure preuve d’amour que l’on puisse lui donner.


Si cette décision n’est pas prise le dernier jour, ou la dernière nuit, qui peut dire à quel moment le coeur va s’arrêter seul? sans doute, plus le chien est jeune, plus l’organisme se battra et les accès seront nombreux. Kaffy avait 13 ans. Il avait fallut 4-5H pour que le coeur s’arrête.
Où est l’amour du maître qui regarde son ami(e) dans cet ultime combat qu’il mène contre la mort “naturelle”?. C’est l’animal qui seul souffre physiquement, et dans quel but? qu’est ce que celà lui apporte? Rien. surement rien.


Un semaine après le décès de Joy, je ne peux pas dire que les cases de mon cerveau soient toutes encore à la bonne place!, cela tient plus des jetons de loto bien secoués dans leur sac que bien rangés sur leur carton!, mais je peux vous certifier que cette décision qui vous privera à tout jamais d’un animal aimé, est un acte d’amour: aller au delà de l’amour de la présence que l’on voudrait éternelle pour lui éviter toute souffrance dans ces derniers moments.



Je me dois de rajouter quelques lignes pour les personnes qui choisiront d'endormir leur animal, non dans l'obligation des dernières heures d'un cancer ou d'une maladie très grave, mais "programmer" car l'animal est en fin de vie.
C'est faire preuve d'un immense courage. D'un plus grand courage encore car sans doute ont ils encore quelques jours de complicité devant eux, mais pour la dignité de l'animal le maître doit décider "du" jour, avoir la force de prendre rendez-vous... aurais je eu cette force là si Joy avait vécu encore quelques années?




c) L’acte, être présent ou non ?

Ma mère n’avait pas pu assister à l’endormissement de sa chienne...
Pour moi, il n’était pas question de laisser Joy seule entre les mains d’inconnus pour ce geste.

Je ne sais pas si tous les vétérinaires font la même chose aujourd’hui, mais pour Joy, nous avons eu la chance d’avoir une personne douce et sensible, tant auprès de Joy que de ses maîtres effondrés.
Elle l’a laissée par terre et non mis sur la table d’auscultation (moins stressant je trouve pour tout le monde), et si un seul cathéter est mis au chien, deux seringues sont préparées: une qui endort le chien comme le ferait n’importe quelle anesthésie avant une opération puis, le rythme du sommeil se faisant entendre, la deuxième seringue est mise (je n'ai aperçu que les préparations, rien d'autre (la véto nous avait tt expliqué), l'important était Joy, l'entourer de mes bras, la tête dans son pelage).

Le chien peut ainsi s’endormir entre les bras de ceux qu’il a le plus aimés. Pas d'inconnu, pas d’euthanasie à la va vite. Non, un énorme câlin de ses maîtres et une simple aiguille comme pour une prise de sang qui endort, avant d’aller plus loin.


(Si vous hésitez ou refusez à rester auprès de votre animal à cet instant, soit par peur soit parce que votre tristesse de le perdre est trop grande -je respecte ce choix- prenez toutefois très vite conscience que vous n'aurez aucune seconde chance, et qu'une fois l'animal endormi, vos remords ou regrets de ne pas l'avoir accompagné dans ses dernières secondes alors que vous l'aviez aimé depuis son arrivée chez vous, seront inutiles et définitifs, mais sans doute difficile à oublier ou à se pardonner)



Je n’ai aucun regret de l’acte choisi. Aucun. Pas le moindre.
Il n’y avait aucune possibilité de guérison.
C’était visiblement ses dernières heures.
Je n’ai aucun regret de l’avoir endormie un dimanche à 22H plutôt que de l’avoir laissée vivre jusqu’au lundi matin avec sans doute un décès après plusieurs crises de convulsions.

Aucun regret.
Juste au contraire l’assurance d’avoir bien fait.
De l’avoir moi et mon mari serrée embrassée de toutes nos forces, avec tout l’amour que nous avions toujours partagé tous les 3, jusqu’à son dernier souffle, et longtemps après, cette vétérinaire était vraiment très très bien.


Une question revient pourtant chaque seconde: comment peut on endormir son animal? comment peut-on seulement avoir l’idée de l’endormir pour toujours?
Cette question je me la posais déjà bien avant et toujours aujourd’hui.
Mais la réponse n’est pas en liaison avec l’euthanasie, non, elle est uniquement la conséquence du fait qu’ils vivent si peu de temps par rapport à nous.

Comment peut on endormir son animal après seulement 11 ans de vie commune alors qu’il aurait du rester encore 30 ans avec nous?

La révolte n’est pas l’euthanasie, c’est la vie trop courte de l’animal.





d) La semaine qui suit

Comment vit on la semaine qui suit? mal ! très mal!
Avoir la sensation d'avoir bien fait n'enlève en rien l'immense douleur de la perte de son animal.

Là encore, beaucoup d’entre vous sont mieux placés que moi, mais je n’ai pas encore, aujourd’hui, ce calme au fond de moi qui permet de penser à Joy sereinement alors je me permets de parler de la douleur qui suit le décès.

Une semaine permet de faire le tour d’une bonne partie de ses habitudes. Chaque jour, chaque heure, à ses habitudes particulières.
Cette semaine n’est donc que tristesse à chaque seconde, minute, heure. Chaque réveil, chaque soirée, chaque repas, chaque porte ouverte, fermée, chaque regard porté sur le sol ou l’endroit préféré, chaque geste, tout.
Tout, l’animal faisait parti à part entière de la famille, de la maison, il était partout et il manque partout.

L’animal est là, vivant. Le cerveau, la vue le gardent en mémoire. Il semble devant nous et... douleur, tout à coup rien. Les yeux font le point sur le vide, les mains ne peuvent toucher ce corps que pourtant l’on “voyait”.

Mais chaque jour passant enlève une mini poussière de tristesse, une toute petite poussière, celle qui revient bien vite dans l’oeil dès que sa silhouette ou un de ses objets préférés ressurgissent devant vous, dès que quelques paroles ou quelques lignes vous la rappellent.

Je ne peux rien vous dire au dela de ce temps difficile puisque je n’y suis pas encore.






Si je devais aider une amie, j’aimerais qu’elle retienne:

De ce que je viens de vivre, et du rappel du passé, je suis sûre d’une seule chose:
- l’amour du maître doit offrir à son animal une fin digne et sans souffrance
- être et rester auprès de lui à cet ultime moment est la juste continuation des câlins qu’ils se sont fait toute la vie, et le dernier au revoir mutuel clôt doucement leur attachement.
- ne pas avoir de regrets adoucit l’immense tristesse de l’absence.


JOY Janick Stéphanie et René
_________________
Janick












***************************************************
[i]J'ajoute ici, pour "nos poilus", un autre texte écrit un mois après le décès de Joy, et qui peut aider ceux qui restent:


Sujet: J'arrive à la période "j'ai honte de l'oublier" Lun 3 Oct 2005 - 17:26
Bonjour,
seulement quelques lignes car j'ai un peu le cafard aujourd'hui.
Demain cela fera 1 mois.

J'arrive aux jours dont certaines m'avaient parlés: j'ai "honte" d'oublier Joy quelques minutes, parfois maintenant quelques heures par jours...

Je marche à travers la maison sans regarder mes pieds, j'ai jardiné hier pendant près de deux heures sans penser à elle: j'avais essayé à plusieurs reprises et à chaque fois j'avais vite arrêté: elle était toujours avec moi devant la maison lors des jardinages.

Bien sûr, il y a encore plein plein plein de réflexe mais c'est tellement moche l'idée que déjà je peux vivre sans y penser en permanence, sans être triste 24h/24.
Bien sûr, celà ne fait pas aussi mal que le départ, mais presque, oui, presque à 100%.
Je sais que c'st normal mais c'est tellement horrible au bout d'un mois et malgré 11 ans de vie commune de l'oublier quelques instants.

L'usine à sopalin remarche. je ne vais pas beaucoup écrire sur le forum aujourd'hui et demain. La mort ne devrait pas exister. Elle me manque tellement
_________________
Janick

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dur pour moi l'euthanasie de Tommy... mais j'ai eu ma petite récompense juste avant qu'il ne parte: il m'a lèché la joue, alors qu'il ne l'avais jamais fait avant...

Je ne regrette pas de l'avoir caressé jusqu'au bout et qu'il soit parti accompagné de quelqu'un qui l'aimait (malgré le peu de temps qu'il est resté avec nous).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
j'ai fait euthanasier deux poilus, deux lapins nains.
le premier gaby, a vécu 8 ans à nos côté, je suis partie de chez mes parents avec, car il n'était pas question que je me sépare de lui. et le cancer s'est installé, rien à faire, si ce n'est d'abréger ses souffrances. c'est naturellement sans même y réfléchir, comme si cela allait de soit, que je l'ai accompagné jusqu'à son dernier battement de coeur. je ne regrette pas, tout c'est passé dans le respect, le calme, la sérénité (oui j'ai bien dit la sérénité). le vétérinaire m'a laissé seule avec lui quelques minutes entre la première injection (anesthésiant) et la dernière (léthale).
j'ai pu lui dire adieu, et lui partir sans stresse.
le deuxième noisette n'avait pas un an, une maladie congénitale et dégénerative. je ne l'ai pas accompagnée. juste laissé au soin du vétérinaire. difficile de vous expliquer, mais la maladie ayant commencé dés les premiers jours aprés son arrivé que je crois qu'inconsciement mon attachement à elle ne s'est pas fait, même si j'ai tout fait pour la sauver.
je sais que j'accompagnerai Joy et Oscar, c'est une évidence sur laquelle il m'est inutile de réfléchir.

ton texte est trés beau Janick, il aidera surement des personnes dans le doute, dans le remord ou dans la douleur. merci pour eux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un texte trouvé sur le web, j'ignore qui en est l'auteur.


Quand le temps viendra…
Si arrive le moment où je deviens frêle et faible
Et que la douleur m'empêche de dormir
Alors fais ce qui doit être fait
La dernière bataille ne peut être gagnée.

Tu seras triste, je comprends
Mais ne laisse pas le chagrin t'arrêter.
Pour ce jour, plus que tous les autres
Ton amour et ton amitié doivent supporter l'épreuve.

Nous avons eu tellement de belles années
Tu ne voudrais pas me voir souffrir davantage.
Quand le temps viendra, s'il te plait laisse-moi partir.
Emmène-moi où quelqu'un prendra soin de moi
Et reste avec moi jusqu'à la fin.

Tiens-moi très fort et parle-moi
Jusqu'à ce que mes yeux ne voient plus.
Je sais qu'avec le temps tu seras d'accord
Que c'est une bonté que tu m'as faite.

Bien que ma queue ait branlé pour la dernière fois
Tu m'as sauvé de la misère et de la souffrance
N'aie pas de peine
Que ce soit toi qui aies dû prendre cette décision
Nous étions très proches pendant toutes ces années
Ne te laisse surtout pas envahir par le chagrin.

...ton ami à 4 pattes
qui te remercie de lui avoir offert une si belle vie !

[:elijano]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai du passer par là pour Kenzo et Félix, c'est pas facile! Mais quand on les aime, on va jusqu'au bout, et je n'ai pas regretté ma décision! Ils sont partis aimés et avec moi! Oscar et Iris n'ont pas eu cette chance et ça me fait mal! [img]http://yelims.f[IMG]http://smileys.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mon mari et mon fils étaient avec Caramel quand il a fallu l'endormir (moi j'étais au travail), et pour Tisha (la soeur jumelle de notre Geisha), nous étions là aussi.
Par contre, je regretterai toujours de n'avois pas été présente pour ma pauvre petite Cendrillon, je l'ai encore caressée la veille mais elle était déjà très loin, la vétérinaire dit qu'elle ne s'est rendue compte de rien, dans l'état où elle se trouvait. Mais j'aurais dû être là, je me le dis après coup parce qu'au moment même, cette période était tellement affreuse avec l'épidémie de coryza qui a décimé notre meute, que nous n'arrivions plus à raisonner logiquement. .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonjour vous,

Mon chat Turan (27 ans) est sur mes genoux ,il est rentré ,trempé, car il avait filé dans la rue.Cela veut dire qu'il est passé par le mur...à son âge !
Il ronronne, il est bien ,en fait il soigne mes douleurs ...en vérité.
Dois-je arrêter cette vie là?.Je le cherche tout le temps.Angoissée.
Alors , je devrais arrêter la mienne , car elle est de moins bonne qualité que la sienne.Il mange comme 10 ,que des bonnes choses, il a chaud .Il m'a comme "Pupuce"7 ans (cancer mammaire guéri ,) , et tous les autres qui ont défilé dans la "maison du bon dieu " de mes parents .A l'époque ,pauvres (artistes),ils n'avaient que du mou , coupé aux ciseaux , et la taille mince.Je leurs ramenais tous les chats abandonnés.
Turan pesait 12 kg , une force de la nature (trop gros disait le véto).L'hyperthyroIdie des vieux chats , le fait maigrir tous les jours .
Alors ,quand?
Mon fils vient le voir , c'était le sien,il dormait avec lui ,il l'attend toujours.Et ,lui, qui voulait emmener "Louloute" , 25 ans ,sa mère qui refusait de manger et de boire , ne peut se décider,il a le poil brillant,il râle ,il parle tout seul. c'est un vieux ..mais ,"il vit".Et ne souffre pas.Il est centenaire, je lui donne de l'aspirine pour ses douleurs.
Euthanasie?; mais je le suis pour les hommes , comme pour les animaux .Chacun ,a le droit de décider de sa mort , quand on souffre physiquement et moralement, pas les autres.Dommage que nos "compagnons "ne parlent pas.On nous inflige la vie ,déjà, sans nous demander notre avis???'. En Afrique :la sida,la famine , la misère, la faim, la guerre );j'ai baroudé ,ce n'est pas très beau ,la-bas ,de l'autre côté de votre écran.
"Ma Louloute "a attendu le dimanche pour voir son maître chéri , se blottir contre lui ,et son fils, et faire des mamours à ma belle fille .Elle ne tenait plus assise , et son regard était insoutenable.Mon fils a hurlé ,je cherche une clinique ouverte....
Le lundi matin , elle était morte sous ma chaise...Elle nous avait dit :"Adieu" et nous lui en avions donné la possibilité...Alors ?.Je dois vous dire que je suis agnostique.Et que rien ne me retient à quoique ce soit.Mais je respecte toute l'humanité, et ses croyances.
Ce sont "mes enfants,hé oui ,l 'aventurière s'est transformée en mémére à chats, mais ce sont ceux qui n'aiment que leur ego qui crachent leur haine .
Excusez-moi , quand j'écris , je me laisse aller
Bisous et mille mercis pour ces conseils dont je tiendrai compte ,croyez-moi.
Bisous
mamynet

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation :
je lui donne de l'aspirine pour ses douleurs.


Pas de commentaire sur le reste de ton message, je partage...

Mais l'aspirine ??? J'ai toujours entendu dire que c'était du poison pour les chats et qu'il ne fallait surtout pas leur en donner !!! C'est vraiment de l'aspirine que tu lui donnes ???

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
study

""""Les Antalgiques
Attention, il ne faut jamais donner des antalgiques humains tels que l'aspirine®️ (acide acetylsalicylique), le doliprane®️ (paracétamol), l'advil®️ (ibuprofène) et leurs dérivés à un chien ou a un chat. Ils entraînent des intoxications très graves voire quelquefois mortelles.

Votre vétérinaire peut parfois en utiliser certains mais il saura vous donner la dose exacte à respecter.""""


""""Des médicaments laissés sur une table de nuit, ou donnés par automédication peuvent
provoquer des intoxications graves :
Neuroleptiques (somnifères,
anti-dépresseurs…)
Anti-inflammations (aspirine,
ibuprofène…)
Médicaments pour le cœur

Le paracétamol est un poison mortel pour le chat """

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui mais si c'est vraiment de l'aspirine que Mamynet donne à Turan, c'est que le danger "poison" n'est pas si systématique que ça, non ??? C'est peut-être son véto qui le lui a prescrit et à une certaine dose ???

Mamynet, des précisions SVP !!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

vous vous souvenez d'Ewa, ma cop's et nounou de mes poilus.
et bien elle donne régulièrement de l'aspigic à sa chienne maya, pour la soulager de son arthrose ... et maya va trés bien. [:at war with emo]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

certes, mais comme tout médocs on doit respecter des doses selon le poids, non ?
en ça je me demande pourquoi ce véto l'indique comme poison [:at war with emo]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir vous,[img]http://yelims5.

je regrette d'avoir provoqué une levée de boucliers pour avoir donné à Turan de L'aspégic 100mg pour nourrissons (1 sachet par jour, quand il le prend ,autre histoire .C'est ma pharmacienne qui me l'a conseillé pour ses douleurs...elle me préparait les gélules pour l'hyperthyrroÎdie (cachet pour nous ,pulvérisé dans des gélules en dose infime).Elle m'a souvent dépanné pour des antibiotiques (équivalents à ceux du véto, pour ...nous)en dose correspondant au poids du chat .car Turan se battait souvent, et revenait aves des abcès horribles , je les vidais ,les nettoyais à la bétadine avec seringue + antibio , jamais de problème, ou complications.
D'ailleurs n'étant jamais malade , ni mes chats , je suis peu renseignées sur les médicaments, que j'évite surtout les antalgiques.Je veux savoir "comment je souffre"
Là, c'était exceptionnel ,pour lui éviter de souffrir d'arthrose , en plus (je connais).pour la fin du chemin.
Je sais que l'aspirine est un anti inflammatoire car il m'est interdit (dur).

Je vous remercie , et j'arrête tout quoique Turan , ne donne aucun signe d'empoisonnement , et je téléphone au véto et à ma pharmacienne demain !
Bisous
Mamynet:bisous02:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ééééh mamymet pas de soucis, on fait un échange de point de vues et d'infos, mais y a pas de lézard, on est pas en train de se chamailler ! lol!

tu sais raconter nos expériences, c'est une façon de faire profiter à tous, c'est enrichissant ! alors ne t'excuse pas il y a aucun probleme !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonne nuit,

Mais je ne fais pas de polémique avec des détails qui n'ont eu aucune conséquence grave et je vais nourrir les fauves.
Mais ,je suis heureuse de savoir les inconvenients des antalgiques , il en de même pour nous , pour de nombreux médicaments (le Viox, par ex que mon toubib m'a prescrit ,(antiinflammatoire très dangereux), que j'ai eu la chance de jeter à la poubelle..A vrai dire , je fuis les médecins , les vétos , et les consultations ...ils me font monter la tension à 20.
Bisous
mamynet:zen:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mamynet a écrit:
et j'arrête tout quoique Turan , ne donne aucun signe d'empoisonnement , et je téléphone au véto et à ma pharmacienne demain


Comme dit Isabelle, c'est juste un échange de connaissances entre ce que l'on peut lire sur les sites vétérinaires, et ce qui ce fait.

Si tu peux demander à ta véto demain, si vraiment ce peut être un poison, MAIS SURTOUT quelle dose il ne faut pas dépasser par rapport au poids de l'animal (que ce soit chien ou chat) ce serait un renseignement très très utile pour nous tous et toutes, et ton chat pourrait continuer à soigner ses rhumatismes en toute sécurité [url=http://les-smil



Et si chacune de nous pouvait en faire autant à la prochaine visite, on partagerait les avis de nos vétérinaires respectifs !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pour l'aspirine la seule posologie que j'ai trouvée concerne la forme injectable. Elle est de 15 mg/kg. Le paracétamol lui est formellement contre-indiqué. Attention quand même à l'aspirine qui doit être donnée vraiment ponctuellement surtout chez le chat car c'est un viel anti-inflammatoire qui abime la muqueuse gastrique, il y a un réel risque d'ulcères.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour et grand merci,[img]http://yelims5.
je laisse Turan tranquille ,il aura droit à des massages pour ses vieilles douleurs.je n'ai pu joindre ma pharmacienne mais je vais lui dire ...
Bisous flower

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, :-)
je voudrais savoir, si quelqu'un ne connait pas un autre moyen que l'euthanasie chez le veto... ces voleurs en italie me faisait payer la consultation, puis LOUER le "frigo" par jours ...que ce soit pour mon chat ou ma souris j'ai préférer rejoindre la france une semaine plus tard...

Je voudrais savoir si c'est normal? Suspect (payer la"consultation" + louer le "frigo")

et s'il n'y a pas d'autres moyens que la ceringue, avec une plante par exemple...[IMG]http://smileys.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Payer par "jour", je ne pense pas qu'ils font cela en France. En tout cas, pour la chienne je n'ai pas eu cela. Il y a un forfait et le nombre de jours n'entre pas en compte.

Par contre, un petit animal tu peux l'enterrer chez toi si tu connais une personne avec un terrain. Cela évite "frigo", délais et coût de la crémation.

En ce qui concerne les plantes, la littérature en est pleine, surtout chez les grecs.. mais je ne me lancerais pas dans ce genre de pratique au risque de faire souffrir l'animal bien plus que par mort naturelle, si c'est mal dosé.

Tu as laissé un animal en Italie ? chez le véto ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

en France l'euthanasie se fait par double injection (la première est un anesthésiant, la seconde est léthale), le prix est forfaitaire selon la taille et/ou le poids de l'animal.
ensuite si tu désire récupérer ton animal tu ne paies rien de plus.
sinon tu as le choix entre : eucarissage (gratuit je crois), crémation collective ou crémation individuelle où tu peux récupérer les cendres. selon la formule choisie, la taille et le poids de l'animal, le prix varie.

je n'ai jamais entendu parlé de frais à la journée de garde en frigo, ni d'euthanasie autre que par injection. maintenant, l'injection peut être faite à la maison, certains véto l'acceptent, et le fait que l'animal soit anesthésié avant l'injection léthale, fait qu'il part sans souffrance, rassuré par la présence de son compagnon de vie humain à ses côtés.

j'espère avoir répondu à ta question, c'est toujours si douloureux de devoir en passer par là [:dugnou29]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oui, c'est vraiment pas drole...non je n'ai laissé personne en Italie tout seul, mes animaux viennent tous avec moi et ils ont pris l'habitude
(:mais ...mais??? que ce qu'ils font...il recommencent??? encore!!!??)
ne vous en faitte pas pour les conditions de voyage tout se passe trèès bien jamais eu de pertes à déclarer.

Mon premier chat se mourrait d'une leucémie, on c'est décidé en larmes à le faire heutanasier, mais le vétérinaire nous a fait des problèmes, alors on est revenue à la maison...c'était inhumain.
Pour ma souris (ba oui c'est petit, c'est pas forcément aussi intelligent qu'un chat, mais je pleure pareil...quelle arnaque) j'avais peur qu'il me refasse le meme coup.
Alors re en France. Je voulais m'informer. merci beaucoup pour vos réponses [IMG]http://smileys.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ce matin, notre chat, Mickey, qui devait avoir 20 ans dans quelques semaines, a été euthanasié. La vétérinaire, une jeune femme très gentille, a commencé par examiner le chat, elle l'a palpé puis lui a pris sa température. Il était en hypothermie ce qui veut dire que le taux d'urée dans son sang devait être très élevé (celà fait un an qu'il boit beaucoup) et nous a expliqué qu'on pouvait le mettre sous perfusion, mais qu'étant donné son age, ce ne serait que reculer de quelques jours la fin de sa vie.
Elle nous a expliqué qu'il valait mieux l'euthanasier, ce que nous avions déjà envisagé, et nous a bien expliqué comment ça se déroulait. Elle a d'abord endormi notre chat, il était dans nos bras, nous l'avons caressé, embrassé et il est entré doucement dans un sommeil profond. Nous sommes restés avec lui. Mais elle nous a découragés de rester lors de l'injection léthale, et je crois qu'elle a bien fait, car l'image que nous conserverons est celle d'un petit chat qui dort.
C'est vrai que c'est une décision difficile à prendre, qu'elle est irréversible, mais doit-on agir en égoïste ou éviter de trop grandes souffrances à un petit être qui nous aime alors qu'on sait pertinemment qu'il n'y a plus d'espoir d'un mieux-être pour lui?
Maintenant notre petit poilu repose dans le jardin, nous allons planter un rosier où il se trouve et ce sera "le rosier de Mickey"
Merci à tous de permettre de s'exprimer sur ce forum, c'est un moyen d'exorciser par des mots un ineluctable pesant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
oui Nadine, c'est un moment extrêment pénible. Inéluctable car les animaux n'ont pas notre longévité, mais douloureux et pénible.

moi aussi je suis restée pour l'euthanasie de mes chiens. Je pensais que ce serait au-dessus de mes forces, mais je ne voulais pas regretter un jour de ne pas avoir eu le courage de leur tenir la tête pendant ce moment définitif. Je suis heureuse de l'avoir fait car ils sont partis confiants et heureux dans mes bras, et c'est ce que tu as fait.

après, c'est l'absence qu'il faut gérer, accepter, digérer, mais curieusement tous les bons souvenirs reviennent, ça n'apaise pas l'absence, mais ça apaise le chagrin. Pense à la vie que tu lui as donnée. Qui aurait pu l'aimer autant que toi ? Votre relation était unique et il faut garder à l'esprit que ton chat t'a apporté énormément autant que tu lui as apporté énormément.

c'est un moment où on se pose plein de questions...

courage à toi, et garde l'espérance car vous avez partagé votre vie au maximum... Il faut du temps ... mais ce temps est ton allié...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fanette a exactement exprimé ce que je ressens, moi aussi. J'étais présente lors de l'euthanasie de ma Scoubidou, 18 ans, emportée en trois jours par une sorte de cancer alors qu'elle n'avait jamais été malade, à part une bronchite. Elle s'est endormie très paisiblement et n'a pas souffert du tout.
Je trouve que c'est une décision qui, lorsqu'elle doit être prise, doit l'être à temps. Il m'est arrivé de vouloir retarder ce moment, mais je l'ai regretté ensuite, car ces quelques jours, voire quelques heures de retard, étaient "de trop" pour le petit animal et c'était égoïste de ma part.
Courage, Nadine. Un jour tu arriveras à penser à ton Mickey sans pleurer, mais avec douceur. Les animaux que nous avons aimés restent une inestimable richesse dans notre vie, car nous ne perdons jamais ce qu'ils nous ont donné.
Surtout, si tu as envie d'en parler, n'hésite pas, souvent ça soulage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout a été dit par "mes amies" du forum !
Je suis passée par là, maintes fois et je ne regrette en rien mes décisions! C'est un acte d'amour envers nos poilus, justement nous, nous pouvons prendre une décision et les laiser doucement partir dans leur "sommeil", ils sont dans nos bras jusqu'au bout du supportable, en aucun cas je n'aurai voulu affronter leur mort dans la nuit seule et désespérer de les voir souffrir............ après tout ce qui a été possible avec le véto, il faut se dire que le moment est arrivé ..............
Bon courage, Mickey a eu une belle vie !!!!!!!!!!!!!!!!!!! 20 ans !!!!!!!!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Idem tous mes chats sont décédés dans mes bras... sauf un parce que j'étais très malade (cancer) sinon ça serait tous mes chats.

Et quelle douleur, quelle douleur!!!!!!!!!! No

Bon courage Nadine. J'endosse parfaitement ce que disent Fanette et Scouby. C'est la dernière grande preuve d'amour qu'on puisse apporter a notre animal même si ça nous tue le coeur...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oh Nadine que te dire sinon que tu l'aime très très fort pour l'avoir donne une fin digne de ton trésor
quelle douleur de perdre un petit amour qui vous a tant donner
bon courage à toi
Nous t'embrassons tres fort
Brahms et sa manounette

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nadine, n'ait aucun regret, car il s'est endormi paisiblement. Tu ne pouvais pas lui offrir une plus grande preuve d'amour que celle d'abréger ses souffrances ! La souffrance s'estompera petit à petit, mais ne disparaitra jamais, malheureusement!!!!!!! Mais tu te sentiras mieux à certains moments et à d'autres tu seras triste ! Dans ces moments de tristesse, on sera là pour te soutenir...
[IMG]http://smileys.















Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour tous vos messages et pour votre gentillesse. Ils nous aident vraiment à passer ce cap difficile.
Depuis trois jours, nous parlons sans cesse de notre chat et nous sommes complètement persuadés d'avoir eu raison de l'euthanasier et de l'avoir accompagné jusqu'au bout. Durant sa vie, il nous a apporté tant d'amour que nous lui devions bien ça. J'ai eu plusieurs chats, le premier s'est fait tuer par un chasseur (un courageux!) et nous avons retrouvé sa dépouille deux mois après (deux mois d'angoisse, de doutes et d'espoir), le deuxième est mort à 10 ans dans une crise d'urémie et Mickey. Des trois, il a certainement été le plus calin et le plus dépendant de nous.
Mais tant que nous parlerons d'eux, que nous regarderons leurs photos (avec plein de tristesse) ils seront vivants en nous.
Il a rejoint dans notre souvenir Babette, une petit chienne euthanasiée à 12 ans en 1976, Wali, un bouvier des Flandres euthanasié suite à maladie à l'age de 6 ans en 1980, Mimi, une chatte écaille de tortue morte à 8 ans des suites d'une grave opération en 1980, Virgo, un berger allemand euthanasié à 10 ans en 1982, Ouisti, un adorable chat noir et indépendant tué par un chasseur en 1986, Thalie euthanasiée à 13 ans en 1997, Cacou un petit chat noir et blanc mort à 10 ans en 1996 et Mickey qui allait avoir 20 ans dans quelques semaines.
Aujourd'hui, j'ose imaginer qu'ils sont tous ensemble, quelque part, et qu'ils y sont heureux.
De tout coeur, je vous [img]http://13smiley toutes et tous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nadine, tu as du faire face déjà à plusieurs deuils, ça n'a pas du être facile ! J'ai vécu plusieurs fois cette souffrance et cette fois-ci c'est beaucoup plus dur que les autres fois. Bon courage à toi et en cas de besoin on est toutes là pour toi !!!!
[IMG]http://smileys.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité elodya
Je viens de faire endormir ma chienne de 15 ans et demie qui tenait de plus en plus mal sur ses pattes arrières malgré les médicaments, elle avait encore de l'appétit, elle avait encore des moments d'energie mais je supportai pas l'idée de la voir se dégrader.Et depuis Dimanche l'aggravation etait nette, Hier soir malgré mon aide et des pauses elle a eu enormement de mal à monter les escaliers, et déjà j'avais du l'aider à plusieurs reprises pour se relever. C'etait insupportable. Ce matin elle est resté couché au milieu de la cuisine sans bouger, sans réagir quand je l'appelai, elle me regardait juste.Elle s'est animée quand le veterinaire est arrivé , pour avoir son biscuit,et lui me parlait d'essayer de nouveaux médicaments pour la soulager et c'est vrai qu'elle a bougé pleine de vie à ce moment là, mais je voyais ses pattes arrières se tetanisaient et j'ai pas voulu prolonger cette situation pour quelques semaines ou quelques mois. Ai je pris la bonne décision ? je ne sais pas, tout ce que je sais c'est que je ne voulais pas la voir souffrir, c'etait trop dur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Elodya,

Tu as pris la bonne décision et ta chienne est partie, avec toi à ses côtés. Je sais que c'est dur de vivre ensuite sans la présence de notre petit poilu mais c'est encore plus dur de les voir souffrir jour après jour sans leur apporter de soulagement.
Elle est partie heureuse, dans tes bras, et le temps efface petit à petit la douleur pour ne plus laisser subsister que de la tendresse.

Bon courage Elodya et je [IMG]http://smileys.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Courage Elodya, ces moments sont toujours tellement durs !
Comme tu décris la situation de ta chienne, je crois effectivement que c'était le moment de la laisser partir, Pour ma part, plus jamais je ne ferai de l'acharnement thérapeutique comme je l'ai fait avec ma chatte Caramel. La pauvre a subi inutilement deux opérations et il a quand même fallu la faire euthanasier ensuite...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Surtout ne culpabilise pas !!!!!!!!!!!!!!! Tu as fait ce que beaucoup ne feraient pas! affraid J'ai agi comme toi quand je me suis rendue compte que Kenzo allait mal, qu'il stressait étant aveugle et sourd et sa tumeur au cerveau m'a confortée dans ce choix pas évident, mais il est parti dans mes bras et franchement si c'était maintenant je n"hésiterai pas non plus !
Bon courage à toi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité elodya
Merci
ces réponses sont d'un grand réconfort pour moi, cette décision difficile je ne l'ai pas prise à la légère et je savais depuis l'année dernière que j'aurais sûrement à la prendre et aujourdhui c'est fait, mais même si on y pense, on essaye de se préparer, c'est un déchirement.Ce matin elle était là et ce soir la maison est vide, pas de petite puce qui m'accueille en rentrant et qui se précipite vers sa boite à biscuit,récompense pour avoir garder la maison .
Je viens de regarder la video de ce matin et sur plus un quart d'heure elle n'a bougé que ses yeux, elle que je n'arrivais jamais à avoir de face et tranquille avant.
Elle me manque
Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Courage, je sais que ce sont des jours très durs à passer. [:elijano]
N'hésoite pas à venir en parler sur le forum qi tu en as envie, ça fait diu bien parfois.
[IMG]http://smileys.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu sais, il est normal d'être triste, nos poilus nous donnent tant qu'il ne peut être autrement ! Mais saches que tu lui as prouvé ton amour en faisant ce geste d'amour. Il est égoïste de regarder son animal souffrir sans rien faire pour lui. Mon Câlin était comme ta puce. Il me fixait dans les yeux, mais ne bougeait plus et je ne l'ai pas vu fermer les yeux durant les dernières 24 h. Mais j'aurai aimé qu'il me dise ce qu'il voulait. Lui qui était si alerte, je ne pouvais pas le laisser comme ça sans régir, puis il ne pouvait pas manger le jour ou j'ai du prendre la très difficile décision de l'euthanasier. Donc, encore une fois, tu ne dois pas du tout le regretter, car je pense que c'est ce que ton tendre poilus attendait...
[IMG]http://smileys.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Marie-H
Nous sommes vendredi soir, les jours s'égrainent depuis que j'ai pour la dernière fois serré ma boule de poils contre moi. Mon petit Saturnin, Yorkshire de 10 ans, était tout pour moi. J'ai dû faire ce choix dont tu parles, lundi soir à 16h45, il y a à peine 4 jours...
Depuis ce jour, plus un seul mot ne sort de ma bouche, j'ai une extinction de voix, tant j'ai pleuré, tant j'ai serré mes dents, comprimé ma poitrine. Je suis encore en état de choc, ma tête est en pièces détachées. Tout ce que tu décris, est mon lot quotidien. Chaque coin, recoin de mon appartement, chaque endroit, chaque odeur me rappelle mon petit Saturnin. J'ai tout laissé en place, les croquettes sont encore dans son petit bol, l'eau dans sa coupelle. Je vit des moments de crises spasmodiques, de grandes pleurs, j'étouffe mon visage dans mes mains tant cette séparation m'est insupportable.

Je n'ai plus goût à rien, je n'ai plus envie de me promener dans la nature, comme je le faisais avec Saturnin. Je ne supporte plus de rentrer à la maison, mon appartement me compresse.

Saturnin avait bientôt 10 ans, il était très très mignon, un vrai chien de cirque en plus ! Il savait faire des choses tellement drôles ! Et jamais, jamais il ne grognait, jamais, jamais il n'a pincé ou montré ses petites dents. Un chien tel que je n'en aurai jamais, il est unique dans ma vie, rien ni personne ne le remplacera. J'ai tout fait avec lui, acheté, revendu, déménagé d'appartements en maisons. Il faisait partie des chantiers en travaux, il participait à tout, je l'ai même emmené un jour dans une église !

J'ai eu le grand bonheur de devenir maman, et Saturnin a vécu toute la grossesse avec moi, couché sur mon ventre à écouter de la musique et sentir mon bébé bouger en moi. Quand mon petit garçon est né, le rythme a bien changé, mais je sais que Saturnin aimait par dessus tout mon petit garçon. C'est moi qui aujourd'hui ai des remords, car je sais très bien que je ne pouvais plus autant accorder de temps à mon Saturnin.

Je ne sais pas ce qui a provoqué ses premières crises d'épilepsie, mais au fil des mois, Saturnin perdait son énergie, il gardait des séquelles de ces crises violentes. Au bout de quelques mois, il passait des heures à trembler, à ne plus interagir, à se cacher dans un coin, sous une table, je consultais régulièrement mon vétérinaire. On a mis Saturnin sous Crisax, les crises au départ s'espaçaient mais elles reprenaient le dessus. A chaque ballade, Saturnin faisait une crise d'épilepsie....
J'ai encore beaucoup de mal à tout exprimer, mais la seule chose que je puisse dire aujourd'hui avec certitude, c'est que si j'avais le choix d'une seule chose dans ma vie aujourd'hui, je reviendrai en arrière de quelques jours, et je ne procèderai pas à l'euthanasie. Je ramènerai Saturnin à la maison, pour le soigner encore et encore, jusqu'au bout de ce que je pourrais donner (pourtant je l'ai fait, mais j'ai toujours ce sentiment de remords qui me ronge)... car la vérité avec l'euthanasie, c'est qu'on n'est JAMAIS préparé à cette séparation, c'est qu'on ne réalise pas, ce que cela inflige. Je ne sais pas comment j'ai pris cette décision, mon cerveau est en friche, je sais juste qu'avec le vétérinaire on a fait un bilan très analytique de tout, et on est arrivé à cette conclusion tragique pour moi.

J'espère un jour pouvoir me le pardonner, même si tout le monde me dit que je suis folle, que Saturnin avec une superbe vie avec moi, que c'était une preuve d'amour de le faire endormir.... il n'en reste pas moins que moi.... je ne l'accepte pas, et sans doute ne le ferais-je jamais.

Aujourd'hui je vis seule avec mon petit garçon, notre cellule familiale déjà toute petite avec Saturnin, s'est encore resserrée, nous avons un tableau accroché dans l'entrée nous représentant tous les 3, car voilà ma famille... Aujourd'hui, le membre essentiel de cette famille est absent, mais je respire à pleins poumons pour essayer de retrouver son odeur, je guette chaque recoin, pour me surprendre à le voir assis, se léchant les babines, je m'effondre le soir quand bébé dort, dans son panier à serrer ses petits jouets de chien entre mes mains, en espérant qu'il viendra les réclamer pour jouer...

Suis-je folle? Une chose est sure, l'euthanasie est un cadeau car il nous permet de ne pas laisser souffrir ceux que nous aimons. Mais l'euthanasie est aussi une horreur, car on pense la maîtriser, et on se trompe complètement. On n'est jamais préparé à perdre un Saturnin...

Marie, 27 mai 2011

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Marie-H,
je suis d'accord, l'euthanasie est un acte très difficile, j'y suis passée par 2 fois déjà ! la 1 ère ça a été un soulagement car je sentais vraiment que c'est bien ce que mon chat Prince voulait, d'ailleurs, ce jour-là il était entré lui-même dans la cage et n'a pas du tout bougé pendant l'endormissement et ensuite l'euthanasie. Mais pour mon 2 ème chat Câlin, il a bougé et a eu des réflexes comme si il allait vomir, il a fait un arrêt cardiaque, le véto n'a pas eu le temps de lui faire la 2 ème injection. Alors oui pour lui je le regrette, bien qu'au fond de moi, je sais bien que c'était la seule issue possible, à part si je voulais voir mon chat souffrir et agonir pendant des jours. Et non, ça n'est pas ce que je voulais ! Donc, oui, j'ai eu raison ! Puis, personnellement, je suis pour l'euthanasie pour moi-même, j'ai déjà prévenuma mère et mon mari, au cas où il m'arrivait quelque chose je ne veux pas qu'on me laisse souffrir c'est sûr !
Alors, n'aies surtout pas de regrets. Vouloir garder notre trésor, alors qu'il souffre, ça n'est que pur égoïsme et même si on n'a aucune certitude que notre animal veuille bien partir (malheureusement il ne parle pas et c'est bien dommage ), on doit penser à son bien. Nous avons de merveilleux souvenirs et c'est ceci qui peut nous aider à atténuer un peu notre souffrance. Biensûr, elle ne pourra jamais disparaître, mais elle sera sans doute moins forte !
[IMG]http://smileys.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Janick a écrit:
J'espère que ces quelques lignes vous aideront dans ce moment difficile.
Il a été écrit 10 jours après le départ de notre chienne (je n'en change aujourd'hui aucune ligne, ni ne corrige les fautes de frappe).
Joy était notre première chienne, à nous, tant pour moi que pour mon mari ou ma fille. Nous l'avions parfaitement mal élevée. 24H/24 et 365j/365 avec nous, elle avait développé une intelligence hors du commun.
Nous l'avons accompagnée jusqu'au bout, par amour, et parce qu'il ne pouvait en être autrement tant elle occupait une place essentielle au sein de notre famille.
Je ne sais si je pourrais un jour parler d'elle sereinement.

Endormir son animal (EUTHANASIE), PRESENCE à ses cotés
(ce texte a été écrit pour un autre forum le Mer 14 Sep 2005 - 16:53. Etant rédactrice de ce texte, il a sa place également sur Nos poilus. Ci-après la version originale)




Endormir (euthanasie) et présence des maîtres

Je n’aurais jamais cru écrire un jour un tel message, mais, j’ai lu des demandes d’aide sur ce sujet et, si je ne suis certainement pas celle qui a vécu ce moment le plus souvent, l’endormissement de Joy il y a une semaine seulement est tellement présent dans ma mémoire, que je peux encore dire clairement ce que j’ai pensé avant pendant et après.

Peut-être pourrai je ainsi aider quelqu’un dans un futur très très très lointain.




1) Souvenir du passé: les chiens de la famille

Il y a quelques jours encore, j’avais uniquement “endormi” un des premiers chiens de ma mère, et j’étais présente au décès de son dernier chien lorsque le coeur s’était arrêté “naturellement” de battre après une nuit difficile.

Mes pensées il y a encore un mois, n’étaient pas très claires sur le sujet tout simplement car souhaitant garder le plus possible son ami(e) vivant à ses cotés, on y pense un éclair de seconde et on essaie d’oublier très vite.


Endormir Wendy, le 1er chien de ma mère, avait été très dur car une simple piqure endort à tout jamais un animal bien vivant . On ne peut une seconde pus tard dire “stop j’ai changé d’avis, peut-être y a t-il encore un moyen de le guérir”...
C’est un animal aimé chaud et vivant que la main de l’homme va endormir sans espoir de retour.
Le choix doit donc être réfléchi, il faut se faire à l’idée qu’il sera irréversible, et enfin l’accepter mentalement moralement et physiquement.

Pour Kaffy, son dernier chien, c’est la méconnaissance des dernières heures d’un animal qui nous a fait attendre le matin. Le soir, en sortant faire ses derniers besoins, elle s’était couchée sans pouvoir se relever et je l’avais portée à l’intérieur. Elle était en fin de vie mais je pensais à une fatigue. La deuxième partie de la nuit avait été très difficile avec des aboiements-hurlements. Elle souffrait. Nous comprenions que c’était la fin mais il fallait attendre l’heure d’ouverture du Cabinet vétérinaire.
A 8H30, j’ai quitté la pièce pour téléphoner. Lorsque je suis revenue quelque seconde plus tard, mon mari pensait qu’elle dormait mais le coeur s’était -enfin- arrêté “naturellement”.


Pourquoi vous raconter ces deux décès? même si ce n’était pas mes chiennes, j’ai ainsi connu les deux: l’un “provoqué”, l’autre “naturel”.




2) Le présent, décès de “MA” première chienne

a) l’attitude qui peut faire penser à une fin proche

Le début de semaine avait été moyen: elle dormait beaucoup, changeait peu d’emplacement, mais elle marchait encore dans le jardin.
Elle ne mangeait plus ni ses croquettes ni toute nourriture mise dans son plat, mais prenait la viande rouge que je lui coupais en petits bouts et lui donnais à la main.

Puis très vite, vendredi et samedi sa fatigue s’est accentuée.

Le dimanche 4 septembre 2005, Joy a eu la même attitude que Kaffy le dernier soir: difficulté à marcher, elle titubait et, fatiguée, se couchait. Il fallait la lever pour qu’elle rentre après ses besoins, mais se recouchait dès arrivée. Elle aboyait d’une manière aiguë pour qu’on reste près d’elle, n’ayant sans doute plus la force(?) de nous suivre à travers les différentes pièces.

Nous savions qu’il n’y avait aucune possibilité de traitement.
Nous avions les avis de notre vétérinaire habituel, de celui qui avait fait l’échographie, de celui qui l’avait opérée, et bien sûr les résultats des biopsie et histologie.

Cette attitude: tituber, ne plus se relever seule, ressemblait tellement au dernier soir du chien de ma mère que j’ai compris, ce soir là, qu’il n’y avait plus beaucoup d’espoir et que c’était bientôt la fin.



b) la prise de conscience et le choix à prendre

à 21H30 elle faisait sa première crise de convulsion (les pattes arrières se sont mises à trembler puis tout le corps à se raidir, la machoire était serrée, elle bavait).
Nous avons immédiatement su, mon mari et moi, avec un immense désespoir et une douleur nous serrant le coeur, le choix que nous devions faire.

C’est à ce moment là, devant les premiers signes de souffrance de Joy, que LA décision de l’endormir -maintenant- a été prise.
Nous en avions discuté avant, mais discuter n’est pas accepter et prendre LA décision.

Nous adorions Joy (et même s’il parait qu’il ne faut adorer que son Dieu, et bien Joy était notre dieu et nous l’adorions) et c’est justement le fait de l’aimer au plus profond de nous qui nous imposait l’idée de l’endormir à cette seconde, avant qu’elle n’ait d’autres crises, avant qu’elle ne souffre.

Nous, nous allions souffrir de ce choix de l’endormir à tout jamais, de ne plus la revoir à chaque seconde des 24H du jour, mais, elle, elle ne souffrirait pas.

Endormir son animal qui commence à souffrir à quelques heures de sa fin est la plus belle...non, je préfère dire la plus dure preuve d’amour que l’on puisse lui donner.


Si cette décision n’est pas prise le dernier jour, ou la dernière nuit, qui peut dire à quel moment le coeur va s’arrêter seul? sans doute, plus le chien est jeune, plus l’organisme se battra et les accès seront nombreux. Kaffy avait 13 ans. Il avait fallut 4-5H pour que le coeur s’arrête.
Où est l’amour du maître qui regarde son ami(e) dans cet ultime combat qu’il mène contre la mort “naturelle”?. C’est l’animal qui seul souffre physiquement, et dans quel but? qu’est ce que celà lui apporte? Rien. surement rien.


Un semaine après le décès de Joy, je ne peux pas dire que les cases de mon cerveau soient toutes encore à la bonne place!, cela tient plus des jetons de loto bien secoués dans leur sac que bien rangés sur leur carton!, mais je peux vous certifier que cette décision qui vous privera à tout jamais d’un animal aimé, est un acte d’amour: aller au delà de l’amour de la présence que l’on voudrait éternelle pour lui éviter toute souffrance dans ces derniers moments.



Je me dois de rajouter quelques lignes pour les personnes qui choisiront d'endormir leur animal, non dans l'obligation des dernières heures d'un cancer ou d'une maladie très grave, mais "programmer" car l'animal est en fin de vie.
C'est faire preuve d'un immense courage. D'un plus grand courage encore car sans doute ont ils encore quelques jours de complicité devant eux, mais pour la dignité de l'animal le maître doit décider "du" jour, avoir la force de prendre rendez-vous... aurais je eu cette force là si Joy avait vécu encore quelques années?




c) L’acte, être présent ou non ?

Ma mère n’avait pas pu assister à l’endormissement de sa chienne...
Pour moi, il n’était pas question de laisser Joy seule entre les mains d’inconnus pour ce geste.

Je ne sais pas si tous les vétérinaires font la même chose aujourd’hui, mais pour Joy, nous avons eu la chance d’avoir une personne douce et sensible, tant auprès de Joy que de ses maîtres effondrés.
Elle l’a laissée par terre et non mis sur la table d’auscultation (moins stressant je trouve pour tout le monde), et si un seul cathéter est mis au chien, deux seringues sont préparées: une qui endort le chien comme le ferait n’importe quelle anesthésie avant une opération puis, le rythme du sommeil se faisant entendre, la deuxième seringue est mise (je n'ai aperçu que les préparations, rien d'autre (la véto nous avait tt expliqué), l'important était Joy, l'entourer de mes bras, la tête dans son pelage).

Le chien peut ainsi s’endormir entre les bras de ceux qu’il a le plus aimés. Pas d'inconnu, pas d’euthanasie à la va vite. Non, un énorme câlin de ses maîtres et une simple aiguille comme pour une prise de sang qui endort, avant d’aller plus loin.


(Si vous hésitez ou refusez à rester auprès de votre animal à cet instant, soit par peur soit parce que votre tristesse de le perdre est trop grande -je respecte ce choix- prenez toutefois très vite conscience que vous n'aurez aucune seconde chance, et qu'une fois l'animal endormi, vos remords ou regrets de ne pas l'avoir accompagné dans ses dernières secondes alors que vous l'aviez aimé depuis son arrivée chez vous, seront inutiles et définitifs, mais sans doute difficile à oublier ou à se pardonner)



Je n’ai aucun regret de l’acte choisi. Aucun. Pas le moindre.
Il n’y avait aucune possibilité de guérison.
C’était visiblement ses dernières heures.
Je n’ai aucun regret de l’avoir endormie un dimanche à 22H plutôt que de l’avoir laissée vivre jusqu’au lundi matin avec sans doute un décès après plusieurs crises de convulsions.

Aucun regret.
Juste au contraire l’assurance d’avoir bien fait.
De l’avoir moi et mon mari serrée embrassée de toutes nos forces, avec tout l’amour que nous avions toujours partagé tous les 3, jusqu’à son dernier souffle, et longtemps après, cette vétérinaire était vraiment très très bien.


Une question revient pourtant chaque seconde: comment peut on endormir son animal? comment peut-on seulement avoir l’idée de l’endormir pour toujours?
Cette question je me la posais déjà bien avant et toujours aujourd’hui.
Mais la réponse n’est pas en liaison avec l’euthanasie, non, elle est uniquement la conséquence du fait qu’ils vivent si peu de temps par rapport à nous.

Comment peut on endormir son animal après seulement 11 ans de vie commune alors qu’il aurait du rester encore 30 ans avec nous?

La révolte n’est pas l’euthanasie, c’est la vie trop courte de l’animal.





d) La semaine qui suit

Comment vit on la semaine qui suit? mal ! très mal!
Avoir la sensation d'avoir bien fait n'enlève en rien l'immense douleur de la perte de son animal.

Là encore, beaucoup d’entre vous sont mieux placés que moi, mais je n’ai pas encore, aujourd’hui, ce calme au fond de moi qui permet de penser à Joy sereinement alors je me permets de parler de la douleur qui suit le décès.

Une semaine permet de faire le tour d’une bonne partie de ses habitudes. Chaque jour, chaque heure, à ses habitudes particulières.
Cette semaine n’est donc que tristesse à chaque seconde, minute, heure. Chaque réveil, chaque soirée, chaque repas, chaque porte ouverte, fermée, chaque regard porté sur le sol ou l’endroit préféré, chaque geste, tout.
Tout, l’animal faisait parti à part entière de la famille, de la maison, il était partout et il manque partout.

L’animal est là, vivant. Le cerveau, la vue le gardent en mémoire. Il semble devant nous et... douleur, tout à coup rien. Les yeux font le point sur le vide, les mains ne peuvent toucher ce corps que pourtant l’on “voyait”.

Mais chaque jour passant enlève une mini poussière de tristesse, une toute petite poussière, celle qui revient bien vite dans l’oeil dès que sa silhouette ou un de ses objets préférés ressurgissent devant vous, dès que quelques paroles ou quelques lignes vous la rappellent.

Je ne peux rien vous dire au dela de ce temps difficile puisque je n’y suis pas encore.






Si je devais aider une amie, j’aimerais qu’elle retienne:

De ce que je viens de vivre, et du rappel du passé, je suis sûre d’une seule chose:
- l’amour du maître doit offrir à son animal une fin digne et sans souffrance
- être et rester auprès de lui à cet ultime moment est la juste continuation des câlins qu’ils se sont fait toute la vie, et le dernier au revoir mutuel clôt doucement leur attachement.
- ne pas avoir de regrets adoucit l’immense tristesse de l’absence.


JOY Janick Stéphanie et René
_________________
Janick












***************************************************
[i]J'ajoute ici, pour "nos poilus", un autre texte écrit un mois après le décès de Joy, et qui peut aider ceux qui restent:


Sujet: J'arrive à la période "j'ai honte de l'oublier" Lun 3 Oct 2005 - 17:26
Bonjour,
seulement quelques lignes car j'ai un peu le cafard aujourd'hui.
Demain cela fera 1 mois.

J'arrive aux jours dont certaines m'avaient parlés: j'ai "honte" d'oublier Joy quelques minutes, parfois maintenant quelques heures par jours...

Je marche à travers la maison sans regarder mes pieds, j'ai jardiné hier pendant près de deux heures sans penser à elle: j'avais essayé à plusieurs reprises et à chaque fois j'avais vite arrêté: elle était toujours avec moi devant la maison lors des jardinages.

Bien sûr, il y a encore plein plein plein de réflexe mais c'est tellement moche l'idée que déjà je peux vivre sans y penser en permanence, sans être triste 24h/24.
Bien sûr, celà ne fait pas aussi mal que le départ, mais presque, oui, presque à 100%.
Je sais que c'st normal mais c'est tellement horrible au bout d'un mois et malgré 11 ans de vie commune de l'oublier quelques instants.

L'usine à sopalin remarche. je ne vais pas beaucoup écrire sur le forum aujourd'hui et demain. La mort ne devrait pas exister. Elle me manque tellement
_________________
Janick


Bonjour,
Je suis confrontée à cette perte cruelle d'un animal qui faisait partie intégrante de notre famille depuis 11 ans. Notre chien Roméo était vraiment au plus mal depuis une semaine. Tout est arrivé d'un coup, un mercredi, il avait du mal à se déplacer. Le véto nous avait donné 3 médicaments, pas d'amélioration au bout d'une semaine, le chien ne se nourrissait plus, faisait pipi couché, ne se levait plus ou avec du mal et retombait. Le véto disait problème arthrose, neurologique ou AVC. Mais pas d'examen. Nous avons vu un second véto qui a confirmé qu'une euthanasie serait la meilleure des choses pour lui (ce que l'on n'aime pas entendre même si psychologiquement on y avait déjà pensé vu son état qui ne s'améliorait pas du tout). Il lui a tout de même fait une prise de sang et la seule chose au-dessus de la norme était ALKP mais pas de beaucoup. Enfin vu son âge et son état, je pense que c'était la meilleure des choses pour notre chien. On s'en rendait bien compte. Bien sûr on aurait aimé qu'il s'endorme tout seul et qu'on le retrouve mort plutôt que d'arriver à l'euthanasie...
Grâce à votre témoignage, mon mari (son maître principal, il l'avait super bien éduqué) et un de mes enfants ont pu assister à son départ. Très dur mais aucun regret, le chien devait avoir ses maîtres auprès de lui. Nous avons pu le récupérer et l'enterrer dans notre jardin (là où il a toujours vécu, pour moi c'était sa place) avec des dessins de nos enfants auprès de son corps. Psychologiquement c'est très dur mais il va falloir laisser le temps estomper le chagrin.
C'est un manque énorme !!!
Je revois notre chien en train de faire plein de choses et cela fait tellement vide maintenant, il y a un manque terrible.
Mon conseil : accompagnez votre animal lors de l'euthanasie, c'est le plus beau et dernier plaisir à lui faire, c'est super dur mais au-moins pas de regrets après.


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Comme je vous comprend toutes, nanie et Marie. C'est un acte dur, mais noble, trés trés noble. Et même si on peut se dire qu'on tue notre animal, et bien il ne faut pas culpabiliser et vous avez accompagnez votre chéri jusqu'au bout et là, je vous admire.

J'y pense tous les jours, car fanny a 14 ans, c'est mon premier chien, le chien d'une vie, de ma vie. C'est mon âme, mon coeur, mon oxygène cette chienne. Plus que je ne l'aime, j'ai besoin d'elle, de la savoir là, à la maison, à m'attendre. C'est un besoin vital et quand elle partira j'ai trés peur de ne pas m'en sortir. J'ai peur de ne plus aimer Dakota et Chopin.

Je dois avouer que Chopin, je l'ai aimé dés la première rencontre à l'elevage, et cet amour a grandit, et Chopin arrive à ce jour au même degrés d'amour que Fanny. Mais c'est différent, j'aime mon Chopin plus que tout, mais j'ai besoin de Fanny, un besoin vital.

Je dois reconnaitre que j'ai pris Chopin pour survivre à Fanny et à sa perte, pas pour autre chose, car je n'avais pas besoin d'un autre chien, j'avais juste besoin d'aimer à nouveau aprés Fanny, et voila pourquoi j'ai pris Chopin, en ayant trés trés peur de ne pas l'aimer. Hors, ce fut un amour fou dés le début, ouf.
Pour Dakota, cela fut différent, Dakota ne se laisse pas manipuler et caresser, du coup, ce fut trés dur de l'aimer, car pour moi aimer, c'est serrer dans ses bras l'etre aimé, quand cet amour est trop fort. J'ai besoin de serrer l'être que j'aime. Et avec ma petite Dakota, je ne pouvais pas, donc l'amour n'a pu naitre.
Et Dakota l'a senti (même si je la traitais comme les autres) elle sentait qu'elle n'avait pas sa place à la maison et une copine l'a sentie aussi, même si je tentais de le cacher à Dakota. Hors on ne peut pas cacher ses sentiment à un chien, il est plus fort que vous;

Et un jour, Dakota ayant quitté ce club canin qui l'a cassé, s'est un peu laissé manipulé et embrassé par moi. Et là, l'amour a pu s'épanouir et grandire. Dakota sent maintenant que je l'aime, avec un grand A. Et petit à petit, elle accepte mes calins, et surtout mes taquineries, car maintenant que je l'aime, je la taquine (autre façon personnelle d'aimer), comme je le fais à Fanny et à Chopin.
Hier, j'ai fais un grand calin à dakota, et elle n'a pas ruminé.

Mais que restera t'il aprés Fanny ?
Voila pourquoi je n'ai pas vraiment lu vos interventions, car égoiste comme je suis, j'ai pensé à Fanny en vous lisant un peu. Je sens votre douleur avec celle que j'ai pour Fanny.
Je l'aime trop Fanny, oui trop, personne ne devrait aimer ainsi, car cela fait trop mal.

Voila, j'avais besoin de me confier, même si c'est égoiste de parler de moi alors que vous venez de perdre votre amour.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nathalie, j'avais le même amour avec Câlin, mais il était exceptionnel, il était Câlin comme son prénom l'indique, tout comme toi il était mon besoin vital, mon équilibre ! Je comprends ta crainte par rapport à Chopin. D'ailleurs, comme Princesse ne se laissait pas prendre dans les bras, je m'éloignais d'elle car je comparais Câlin et princesse et petit à petit c'est elle qui s'est rapprochée de moi d'elle-même ! Effectivement, je me sentais coupable de m'éloigner d'elle. Si tu en as déjà conscience, le jour où tu perdras Fanny, tu ne t'éloigneras pas de Chopin ni de Dakota...
[IMG]http://smileys.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Calin a écrit:
Nathalie, j'avais le même amour avec Câlin, mais il était exceptionnel, il était Câlin comme son prénom l'indique, tout comme toi il était mon besoin vital, mon équilibre ! Je comprends ta crainte par rapport à Chopin. D'ailleurs, comme Princesse ne se laissait pas prendre dans les bras, je m'éloignais d'elle car je comparais Câlin et princesse et petit à petit c'est elle qui s'est rapprochée de moi d'elle-même ! Effectivement, je me sentais coupable de m'éloigner d'elle. Si tu en as déjà conscience, le jour où tu perdras Fanny, tu ne t'éloigneras pas de Chopin ni de Dakota...
[IMG]http://smileys.


Merci Calin

Dis moi, tu as eue princesse avant Calin ? Ce n'est pas Chopin qui refuse mes calins, mais Dakota. y'a du mieux.

Je voudrais juste savoir si tu as eue ta Princesse aprés le dc de ton calin, ou quand calin était encore en vie, c'est important pour moi.

Comme tu le dis pour ton Calin, qu'il était un besoin vital (qui va à l'encontre de toute rationalité), donc tu peux comprendre ce que représente Fanny pour moi, vu que tu vivais la même chose avec Calin. Oui, ce n'est pas rationel, ce que l'on ressent. C'est autre chose que de l'amour, l'amour, on l'explique, mais le besoin vital (je te cite) n'est pas explicable.
C'est pour cela que je voulais assurer mes arrières en prenant Chopin quand Fanny avait dix ans et encore en trés bonne santé.
Dakota, c'est le cadeau pour Chopin, sa copine de jeu car Chopin voulait jouer avec fanny, mais elle est trop agée pour cela, alors j'ai pris une petite copine pour Chopin. Si tu savais comme il a fait la fête quand elle a débarqué devant lui.

Voila calin, j'attend la réponse et combien de temps tu as mis pour faire le deuil ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.