Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

PlumeBlanche

Membres
  • Compteur de contenus

    320
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    9

PlumeBlanche a gagné pour la dernière fois le 4 janvier 2020

PlumeBlanche a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

26 Excellent

Visiteurs récents du profil

45 115 visualisations du profil
  1. Les tortures terrestres sont de plus en plus adoptées par les Français. Ces animaux sont fortement appréciés pour leurs caractères inoffensifs et leurs douceurs. Ils sont très attachants et très affectueux. Ce sont d’excellents animaux de compagnie que vous allez sans doute apprécier. Cependant, s’occuper d’une tortue de terre n’est pas chose facile. Non seulement le choix de l’animal ne doit pas être fait sur un coup de tête, mais vous devez prendre toutes les mesures nécessaires pour élever votre animal dans de très bonnes conditions. Quelle est la réglementation en vigueur s'agissant de l'élevage de tortue domestique ? Comment bien s’occuper d’elle ? Si vous élevez une tortue ou vous vous apprêtez à en adopter une, alors cet article vous est destiné. Nous vous y donnons tous les conseils pour bien vous occuper de votre animal. Que savoir avant d’acheter une tortue ? Bien que les tortues soient mignonnes et attirantes, vous ne pouvez pas adopter toutes les espèces. En effet, la vente des tortues est contrôlée en France depuis un arrêté du 19 novembre 2007. Cet arrêté évoque les réglementations visant l’interdiction de la possession de certaines espèces de tortures terrestres. Plus tard en 2008, un arrêté a été pris afin de fixer les règles de détention des animaux d’espèces non domestiques. Au vu de cette législation, les tortues de Floride sont interdites à la vente et à la détention, car elles constituent une menace pour l’équilibre écologique. Cependant, la tortue d’Hermann, qui est la seule espèce d’origine française peut être élevée à condition que vous n’en fassiez pas un commerce et que vous ne possédez pas plus de 06. Vous devez faire une déclaration de détention à la préfecture du lieu de détention de l’animal. La tortue grecque peut également être élevée en France dans les mêmes conditions que celles de l’élevage de la tortue Hermann. Par ailleurs, la tortue des Balkans issue de l’Europe de l’Est, la tortue étoilée et la tortue rayonnée s’adaptent facilement au climat de la France. L’achat de votre tortue doit se faire dans une animalerie tout en prenant le soin de vérifier son état de santé. Vous pouvez également acheter votre animal chez un éleveur professionnel. L’habitat de la tortue Une fois que vous avez adopté votre nouveau compagnon, il est important de répondre à tous ses besoins. Bien que la tortue aime passer du temps en plein air, il est important de lui construire un terrarium. Aussi, il est nécessaire de prévoir un espace aquatique où votre compagnon pourra se servir à boire et s’hydrater. Le terrarium de la tortue de terre Le terrarium de votre animal doit être suffisamment grand pour lui permettre de se sentir à l’aise. La tortue doit pouvoir se déplacer dans son terrarium sans difficulté et pouvoir y effectuer quelques activités. C’est la raison pour laquelle nous vous recommandons de construire le terrarium en tenant compte de la taille de votre animal. Aussi, il est indispensable d’intégrer un système de chauffage dans le terrarium, ou tout au moins de le placer près d’une source naturelle de chaleur. N’oubliez pas que les tortues sont des reptiles, c’est-à-dire des animaux à sang froid. Pour maintenir la chaleur dans le terrarium, il est conseillé d’opter pour un modèle en verre. La luminosité de l’espace de vie de votre animal est également importante. Pour cela, il existe des lampes spécifiques que vous pouvez trouver facilement dans les magasins. Les tortues ont besoin d’environ 10 à 12 heures de lumière par jour pour avoir une température correcte. Si vous ne disposez pas de moyens pour mettre un terrarium à la disposition de votre tortue, il est nécessaire de lui construire un enclos, tout en y mettant un substrat comme support. Il existe plusieurs types de substrats, mais il est préférable d’utiliser des substrats naturels tels que le sable, le feuillage ou le sol. Vous pouvez également opter pour des alternatives comme le papier journal. Pensez à changer régulièrement le substrat afin de garantir l’hygiène de votre compagnon. Un espace aquatique Votre tortue a besoin de s’hydrater. Pour cela, la maison ou la cabane construite pour votre animal doit être intégrée d’une petite piscine avec des végétaux. Cela sera très bénéfique pour votre compagnon, car il pourra s’imprégner d’eau et s’hydrater parfaitement. À défaut d’avoir la petite piscine, le terrarium doit être placé à proximité d’un espace aquatique. L’hibernation Certaines tortues ont besoin d’hiberner. Renseignez-vous sur votre compagnon afin de savoir s’il est concerné par l’hibernation. Si oui, la période parfaite pour effectuer l’hibernation est entre fin octobre et début mars. Pour les petites tortues, la période d’hibernation ne doit pas excéder 4 semaines. En ce qui concerne les tortues adultes, elle peut aller jusqu’à 15 semaines environ. Vérifiez que votre animal est en bonne santé et dispose de suffisamment de réserves graisseuses avant le début de l’hibernation. L’alimentation de la tortue terrestre L’alimentation d’une tortue de terre varie d’une espèce à une autre. Quoi qu’il en soit, l’alimentation de votre animal doit être variée. Son menu doit être composé de 90 % de légumes et de 10 % de fruits. Les légumes bénéfiques pour la tortue sont entre autres le cresson, le plantain, la luzerne, le pissenlit ou encore la capucine. Ces végétaux permettent à la tortue d’avoir un apport riche en fibre. Pour les tortues carnivores, vous trouverez facilement en magasin des aliments adaptés. Par ailleurs, il est nécessaire de se renseigner au préalable sur l’alimentation de votre tortue. N’hésitez pas à donner des compléments alimentaires à votre compagnon afin d’éviter le développement des carences. Veillez à ce que votre tortue s’alimente tous les jours. Les soins et une bonne hygiène de vie S’occuper d’une tortue implique également de veiller à ce qu’il soit toujours en bonne santé. La meilleure manière pour que votre animal conserve une santé de fer est d’adopter de bonnes habitudes. Nettoyez régulièrement son habitat en ramassant ses excréments et en renouvellement quotidiennement l’eau mise à sa disposition. Enfin, rendez-vous régulièrement chez le vétérinaire pour des contrôles de routine.
  2. Les chiens n’ont pas la langue bleue à l’exception du chow-chow, une race de chien dont la langue est bleue naturellement. De ce fait, si votre animal de compagnie a la langue bleue, vous devez vous inquiéter. La langue bleue du chien est le signe d’un problème de santé, généralement d’ordre respiratoire. À quoi correspond la langue bleue de votre chien ? Pourquoi sa langue a-t-elle cette couleur ? Que faut-il faire à cette situation ? Dans cet article, nos experts vous expliquent les raisons pour lesquelles la langue de votre compagnon a cette couleur ainsi que la conduite à tenir. À quoi correspond la langue bleue de votre chien ? Lorsque le chien a la langue bleue, il s’agit d’une cyanose. Elle se définit comme une coloration anormalement bleutée ou violacée des muqueuses, voire de la peau. Ce phénomène est lié à une atteinte grave du tissu sanguin. En effet, le sang a toujours une couleur rouge, que ce soit dans les artères ou les veines. Lorsque la langue du chien devient bleue, cela veut dire que dans le sang canalisé par les veines, il y a une faible concentration d’oxygène. Ainsi, le sang renvoie la couleur bleue que vous voyez sur la langue de votre animal. De plus, la couleur bleue de la langue de votre chien est aussi marquée que l’hémoglobine du sang transporté présente peu d’oxygène. La coloration bleutée de la langue de votre chien est donc absolument un signe d’alerte. Cela prouve l’insuffisance de l’oxygénation de l’organisme de l’animal et évoque un problème respiratoire. Face à cette situation, il est nécessaire de consulter un vétérinaire au plus vite. Vous devez plus vous inquiéter lorsque la coloration de la langue est accompagnée d’une toux rauque, d’un comportement apathique ou d’une respiration bruyante. Il existe deux types de cyanose. La cyanose centrale Cette forme de cyanose est une maladie qui touche tout l’organisme de votre chien. La coloration bleutée ou violacée se remarquera donc sur tout le corps de votre compagnon : les muqueuses ainsi que la peau. La cyanose périphérique C’est une cyanose qui touche spécifiquement un seul endroit du corps du chien. Comme son nom l’indique, la muqueuse se localise en périphérie, c’est-à-dire de façon cachée. Cette forme de cyanose est cependant difficile à observer. En effet, elle n’apparait que sur la peau ou sur les extrémités corporelles très souvent cachées par les poils sombres. Autres causes de la cyanose En dehors du dysfonctionnement des poumons du chien ainsi que du manque d’oxygénation de certaines parties du corps du chien qui sont les principales causes de la cyanose, la langue de votre chien peut devenir bleue pour d’autres causes. Par exemple, si le problème survient brusquement en quelques minutes, cela peut être lié à un problème d’oxygène dans l’environnement où il se trouve. Cela peut être également dû à une strangulation par l’effet d’un collier trop serré. Le changement de couleur de la langue peut enfin être lié à une obstruction de trachée par un objet ou un aliment. Lorsque votre toutou présente les symptômes d’une cyanose, vous devez agir au plus vite. Que faire lorsque la langue de votre chien bleuit ? Face à cette situation, vous devez appeler un service vétérinaire d’urgence afin de détecter la cause de cette coloration. Avant l’arrivée du service d’urgence, vous devez adopter certains bons gestes. Desserrer le collier du chien Si votre chien porte un collier, celui-ci peut être trop serré au point d’étouffer votre animal. Vous devez donc desserrer le collier de votre compagnon, voire l’enlever. Aussi, vous pouvez le sortir de son environnement afin qu’il reçoive de l’air frais. Vérifier les voies respiratoires Regardez si rien n’obstrue les voies respiratoires du chien, ce qui l’empêcherait de respirer, et par conséquent d’absorber l’oxygène nécessaire dans le sang. Ouvrez la gueule du chien afin de vérifier que rien n’y est coincé. Vérifier que le chien n’a rien avalé de toxique La cyanose peut être le signe d’une intoxication par le paracétamol. Le paracétamol est toxique pour le chien à partir de 200mg/kg par jour. En fonction du poids de votre compagnon, et de la composition chimique du médicament, vous pourrez déterminer s’il peut y avoir intoxication ou non. En cas de doute, présentez la boîte de paracétamol au vétérinaire. En cas d’intoxication par le paracétamol, n’essayez pas de faire vomir votre chien au risque d’aggraver son état. Maintenir l’animal dans la position couchée Lorsqu’en plus de la couleur bleue de la langue, le chien a des problèmes respiratoires, cela voudra dire que le pronostic vital est engagé. Dans ce cas, il faut conduire votre compagnon au plus vite à l’hôpital. Au cours du transport, il est recommandé de maintenir le chien, en veillant à ce qu’il ne se relève pas. Il doit rester en position couchée sur le côté. Une fois à l’hôpital, le vétérinaire fera des examens complémentaires afin de déterminer la cause de la coloration bleutée de la langue de votre toutou. Le vétérinaire peut prescrire une prise de sang, une radiographie thoracique, la mesure de la pression artérielle, ou une échographie du cœur. Un traitement adéquat sera donc administré à votre compagnon. Astuces pour favoriser une bonne oxygénation du sang de votre chien Pour réduire les risques de cyanose chez votre toutou, il est nécessaire de trouver des moyens pour favoriser une bonne oxygénation de son sang, et de veiller au bon fonctionnement de son système respiratoire. Nous vous recommandons d’aérer l’environnement dans lequel vit votre compagnon. Il doit pouvoir profiter constamment d’un bon air. Aussi, votre animal doit effectuer régulièrement des exercices physiques. Son collier ne doit pas être étouffant, et organisez souvent des balades en extérieur avec votre animal. Mieux, il est recommandé de faire des contrôles de routine chez le vétérinaire afin de s’assurer de l’état de santé de votre animal. Par ailleurs, vous pouvez stimuler le bon fonctionnement respiratoire du chien en utilisant un modificateur d’ambiance. Quoi qu’il en soit, vous devez agir très vite lorsque votre chien a la langue bleue.
  3. C’est bientôt l’hiver, une période très dure pour les oiseaux de jardin. Avec le gel, le raccourcissement des journées et le verglas, il est de plus en plus difficile pour les oiseaux de se nourrir. C’est donc le moment de leur venir en aide, en leur offrant une alimentation adéquate. Quelles graines pour quels oiseaux de jardin ? Retrouvez dans cet article, une sélection de graines bénéfique pour les oiseaux de jardin. Nous partageons également avec vous quelques conseils pour nourrir convenablement les oiseaux. Graines adaptées pour les oiseaux de jardin Les oiseaux de jardin ont des préférences pour certaines graines particulières. Vous pouvez les obtenir dans les magasins dédiés à l’alimentation animale. Par ailleurs, il est possible d’offrir aux oiseaux de jardin des mélanges de graines. Graine de millet Encore appelée millet proso blanc, la graine de millet est fortement prisée par les petits oiseaux. C’est une graine d’herbe très petite disponible en rouge et en blanc, qui est fortement recommandée pour l’alimentation des oiseaux de jardin. Cette graine est très appréciée par les moineaux, les pinsons et les bruants. Lorsqu’il est mélangé à d’autres graines, il peut être servi à d’autres espaces d’oiseaux. Riche en amidon, en protéines, en fibre et en gras, la graine de millet est parfaite pour combler les besoins nutritifs des oiseaux. En outre, vous pouvez cultiver cette graine dans votre jardin afin d’en faire une source naturelle de nourriture. Le maïs concassé Le maïs concassé est destiné aux gros oiseaux qui se nourrissent au sol. Il est disponible en différentes tailles de broyage. C’est une graine vendue à un prix abordable et qu’on peut retrouver facilement. En effet, le maïs concassé est vendu aussi bien dans les magasins d’oiseaux, dans les jardineries et dans certains magasins d’aliments pour animaux agricoles. Les espèces d’oiseaux qui le préfèrent sont essentiellement les étourneaux, les bruants et les grumeaux. Il est préférable d’opter pour le maïs grossièrement moulu qui attire le plus les oiseaux. Si vous comptez donner le maïs concassé aux oiseaux de petite taille, nous vous recommandons de l’écraser finement et de l’ajouter à d’autres graines. Graine de tournesol décortiqué L’avantage des graines de tournesol décortiqué c’est qu’elles sont déjà débarrassées de leurs coques. Cela facilite la tâche aux oiseaux, et évite d’avoir des déchets autour de la mangeoire. Elles sont riches en huile, ce qui est source de calories pour les oiseaux de jardin. Même si elles sont populaires auprès de plusieurs oiseaux de jardin, les graines de tournesol décortiqué sont à un prix élevé. Mais le prix vaut le coup, car ces graines sont sans déchets. Elles sont particulièrement appréciées par les cardinaux, les moineaux, les pinsons, les mésanges et tous les oiseaux chanteurs en général. Graine de carthame Les graines de carthame ressemblent beaucoup aux graines de tournesol blanc. C’est une graine très spéciale, qui a un goût un peu amer et qui est vendue à un prix élevé. C’est la graine préférée des oiseaux chanteurs de grande et moyenne taille notamment les cardinaux, les mésanges, les perruches, les perroquets et les colombes. C’est une graine riche en protéine et en acide linoléique, ce qui permet de réduire les maladies cardiaques. En raison du coût élevé de cette graine, il est possible de la mélanger avec des copeaux du tournesol ou du millet. Vous pouvez la servir dans tous les types de mangeoires à graine. Graine de tournesol noire Les graines de tournesol noires sont l’une des graines les plus consommées par les oiseaux de jardin. Très riches en huile, ces graines conviennent à la plupart des oiseaux. Elle est utilisée pour composer de nombreux mélanges de graines pour oiseaux. En dehors des graines de tournesol noires, il existe également les graines de tournesol rayées qui sont riches en gras et sont affectionnées par les oiseaux. Cependant, il est conseillé de ne pas fournir les graines de tournesol rayées aux oiseaux ayant des becs faibles ou les petits oiseaux. En effet, les coques de ces graines sont plus épaisses et plus dures que celles de tournesol noir. Cela peut donc rendre la consommation difficile pour les oiseaux de petite taille. Vous pouvez également mélanger ces deux types de graines de tournesol pour l’alimentation des oiseaux. Graine de Niger Encore appelée graine de chardon, la graine de Niger est une graine de petite taille, très fine et très légère qui peut être facilement consommée. Comme son nom l’indique, cette graine est originaire du Niger, un pays de l’Afrique de l’Ouest. Elle est riche en huile, en matière grasse et en protéines. Très appréciée des petits oiseaux, cette graine est plus chère que les grosses graines. Elle est destinée pour l’alimentation des verdiers, des tarins, et des accenteurs. Cependant, en raison de sa finesse et de sa légèreté, il est préférable de l’offrir que dans de petites mangeoires ayant une de très petites ouvertures afin d’éviter qu’elle ne se renverse. Comment bien donner les graines aux oiseaux de jardin ? Après avoir sélectionné les graines nécessaires à l’alimentation des oiseaux, il est important de le leur donner convenablement. Nous vous donnons quelques conseils pour nourrir convenablement les oiseaux de jardin. Prévoir des mangeoires Pour la distribution de graines, prévoyez des mangeoires à silos ou des filets pour les petites espèces. Concernant les espèces qui préfèrent manger au sol, nous vous recommandons de distribuer les graines sur des planches afin d’éviter qu’elles n’entrent en contact avec l’humidité du sol. Pour ces oiseaux, équipez-vous des mangeoires-plateaux ou encore des plateaux munis d’un toit. Par ailleurs, vous pouvez fabriquer un bloc de saindoux aux graines pour les oiseaux de jardin. Prévoir un point d’eau Après avoir fourni les graines oiseaux, vous devez prévoir un point d’eau à renouveler régulièrement. Les oiseaux ne tirent que peu d’eau de leur nourriture. Ils doivent donc pouvoir s’hydrater convenablement. Les points d’eau doivent être situés près des mangeoires. Pensez également à fournir des matières grasses pour certaines espèces comme les mésanges.
  4. Les chiens et les chats sont les deux animaux de compagnie préférés de la plupart des Français. Ces deux animaux ont toujours été présentés comme de véritables ennemis incapables de vivre ensemble sous un même toit. Bien que ce mythe soit ancré dans l’imaginaire du collectif, il existe certaines races de chiens qui se lient facilement d’amitié avec les chats. Quelles sont ces races ? Nous vous proposons dans cet article les meilleures races de chien qui peuvent vivre en toute cohésion avec les chats. Labrador Retriever Le Labrador Retriever est un chien très aimant et très affectueux. Extraverti de nature, il a beaucoup d’amour à donner et est également un excellent animal de compagnie. Très gentil, ce chien a la réputation d’être gentil avec tout son entourage. Chien très prisé par les familles françaises, il pourra vivre facilement avec un chat. Très intelligent, il est très doux et adore jouer. Le labrador Retriever s’attache très vite à tous ceux qu’il rencontre. Il n’aura donc aucun mal à bien s’entendre avec un chat. Cependant, vous devez préparer ce chien à cohabiter avec les chats dès son jeune âge. Basset Hound Le Basset Hound est un chien de chasse avec un caractère têtu qui est devenu un animal de compagnie très apprécié. Il est d’ailleurs appelé le chouchou des Américains. Loyal, discret et surtout très patient, ce chien dispose de certains caractères similaires à celui du chat. Il peut parfois se montrer paresseux. Très posé, c’est un chien qui peut vivre facilement avec un chat, car il est très sociable et a constamment envie d’être entouré. Il peut donc cohabiter avec un félin pour tuer la solitude. Ce chien établit également facilement des relations amicales avec d’autres animaux, quelles que soient leurs espèces. Le Carlin Le Carlin est sans doute la race de chien la plus gentille. Très doux, attentionné et très sociable, il se familiarise facilement avec son entourage. Il est gentil aussi bien avec les humains qu’avec des animaux d’autres espèces. Très tolérant, il ne supporte pas la solitude. Ce sera donc génial pour lui de vivre avec un animal d’une autre espèce. Mieux, le Carlin s’adapte à toutes les situations et à tous les partenaires. Il peut donc garder son calme et s’habituer à vivre avec un félin. Si vous avez un chat et vous souhaitez accueillir un chien, nous vous recommandons d’opter pour un carlin. De plus, vous n’aurez pas de difficulté pour l’éduquer. Le Boxer Bien que son physique montre un chien imposant, le Boxer est un chien très doux. Il ne faut surtout pas se fier à son apparence. Très sociable, il n’aura pas de mal à vivre avec un chat. Très taquin, il aime avoir de la compagnie pour jouer. Il s’entend d’ailleurs très bien avec tous les animaux. Il n’y a donc aucune crainte à faire cohabiter un Boxer et un félin. Toutefois, le Boxer peut parfois être très excité avec une certaine fougue que le chat ne sera pas en mesure de supporter. Pour une cohabitation réussie entre un Boxer et un chat, il serait préférable que les deux animaux aient grandi ensemble. Le Terre-Neuve Reconnu pour son caractère doux, sociable et patient, le Terre-Neuve ne s’entend pas qu’avec les humains. Il peut aussi se montrer très sociable avec les chats. C’est un chien de race calme, poser qui peut tolérer facilement les tentatives d’approche du chat. Très protecteur, votre chat se sentira en sécurité en sa présence. Toutefois, le Terre-Neuve est un grand chien particulièrement lourd et puissant. Pour plus de prudence, évitez de le faire cohabiter avec des chatons. Le Cavalier King Charles C’est un chien reconnu pour être facile à vivre et facile à éduquer. Pour cela, c’est l’une des races les plus prisées par les amoureux de chiens. Il est doté d’un très bon caractère, ce qui l’amène à se sociabiliser facilement avec son entourage. Très taquin, avec le Cavalier King Charles, c'est toujours de la bonne humeur. Mieux, il n’est pas agressif. En raison de son caractère, ce chien pourra s’entendre à merveille avec un chat dans le foyer. De plus, il a l’esprit de famille et tolère très bien la compagnie d’un chat. L’Épagneul Papillon Une cohabitation entre ce chien et un félin sera sans doute une réussite à condition que le félin ne le provoque pas. Il faut dire que l’Épagneul Papillon est l’un des chiens les doux et les plus attentionnés. Il n’agresse pas donc le chat ne risque pas d’être agressé. Très affectueux, c’est un chien qui a beaucoup d’amour à donner. Il donne de l’affection à tous les membres de son foyer. Le chat ne sera donc pas épargné. De plus, l’Épagneul Papillon aime particulièrement se blottir contre les chats. Le Basenji Très discret, le Basenji est un chien qui n’aboie presque jamais. Très calme, la cohabitation avec ce chien est très facile. Il pourra respecter facilement le caractère d’un félin. Le Basenji est un chien exceptionnel qui peut vivre avec d’autres animaux. Très indépendant, il est parfois assimilé à un chat surtout en raison de son souci d’hygiène remarquable. Avec ses caractères compatibles à ceux d’un chat, la cohabitation entre ses deux animaux se fera sans aucun problème. Réussir la cohabitation entre un chien et un chat Bien que vous connaissiez à présent les meilleures races de chiens qui peuvent vivre facilement avec les chats, ce n’est pas suffisant pour réussir la cohabitation. Vous devez en effet prendre certaines précautions pour que les deux animaux puissent vivre ensemble en toute harmonie. Il faut d’abord une bonne introduction entre les deux espèces et il faut leur laisser le temps de s’accepter. Il a été prouvé qu’un chiot et un chaton élevé ensemble arrivent à mieux se tolérer mutuellement. Lorsque les deux n’ont pas été élevés ensemble, les premières présentations doivent se faire avec beaucoup de prudence. Faites plusieurs essais jusqu’à ce qu’ils s’acceptent. Par ailleurs, évitez de brusquer vos animaux. Nous vous conseillons d’évoluer à leur rythme.
  5. Après une intervention chirurgicale, il est important de prendre soin de votre chien, de le couvrir d’amour et de lui montrer combien de fois vous tenez à lui. Cette attention particulière que vous accordez à votre animal permet d’accélérer le processus de guérison. Votre animal pourra passer une bonne convalescence et se remettra très vite sur pieds. Comment prendre soin de son chien après une opération ? Nous vous donnons dans cet article des conseils et astuces pour mieux gérer la période postopératoire de votre toutou. Préparer son retour Les effets de l’anesthésie vont sans doute affecter votre animal. Après l’opération, c’est le moment de rentrer à la maison et de veiller aux petits besoins de votre toutou. Avant son retour, nous vous recommandons de préparer un lit propre et confortable. À défaut d’avoir un lit, vous pouvez préparer une couverture propre sur laquelle il pourra s’allonger. Le lit ou la couverture du chien doit être installé dans un coin, où vous pourrez le surveiller sans qu’il soit dérangé. Il doit être installé bien au chaud, avec une température comprise entre 22 ° et 24 °C les premiers jours après l’intervention. Assurez-vous que les autres animaux de la maison n’aient pas assez à son secteur, au risque de le déranger. Par ailleurs, pensez à glisser une alèse ou un morceau de plastique sous la couverture, car les chiens urinent souvent dans leur sommeil après avoir subi une intervention chirurgicale. Connaître le dossier médical de votre compagnon Avant de quitter l’hôpital, assurez-vous de maîtriser le dossier médical de votre animal. Il est nécessaire d’avoir toutes les informations sur son état de santé, les prescriptions ainsi que les interdictions. N’hésitez pas à poser toutes vos questions, et si vous avez des doutes sur un sujet, n’hésitez pas à en parler au vétérinaire. Prenez le soin de noter les noms des médicaments, les doses et les heures de prises. Posez surtout des questions sur l’alimentation de votre chien : la quantité de nourriture et d’eau à donner ainsi que la fréquence de sortir si possible. Certaines interventions nécessitent des contrôles en cabinet. N’oubliez pas de demander et de noter la date du prochain rendez-vous. Bien s’occuper de la plaie de cicatrisation Une fois rentré, vous devez vérifier et protéger la cicatrisation. Suivez exactement les recommandations du vétérinaire. Nous vous conseillons d’ailleurs de ne pas toucher la plaie, sauf recommandation contraire du spécialiste. Si un pansement est présent sur la plaie, vous devez toujours le garder propre et sec. Ne le laissez pas sauter les points de suture, encore moins enlever le pansement. Pour plus de sécurité, il est préférable de placer une collerette de protection à votre animal. Aussi, le léchage des plaies peut entraîner des inflammations cutanées ou encore des infections. Quand la plaie n’a pas de pansement, vous devez la surveiller visuellement. Si vous remarquez des saignements, ou si une rougeur importante est visible sur la plaie, appelez immédiatement le vétérinaire. Lorsque vous remarquez que votre chien ressent des douleurs, évitez absolument de lui donner un médicament non prescrit. Contactez plutôt le vétérinaire. S’occuper de l’hygiène de votre animal Après une intervention chirurgicale, il est important d’accorder une attention particulière à l’hygiène de votre compagnon. L’attention à accorder devient encore plus importante lorsque votre toutou porte une collerette. En effet, le port d’une collerette ne permet pas aux chiens de faire leur toilette. Pour cela, nettoyez bien l’intérieur de la collerette régulièrement sans l’enlever. Brossez régulièrement votre chien de la tête jusqu’au pied et utilisez si possible un nettoyant sans rinçage disponible sous forme de mousse. Ces nettoyants sont très pratiques et permettent de garder votre chien propre sans le mouiller. Limiter ses activités physiques Après une intervention chirurgicale, vous devez limiter les activités physiques de votre animal. Il est recommandé de laisser quelques jours à votre compagnon pour lui permettre de récupérer. De façon générale, les chiens doivent rester à la maison pendant les trois premiers jours. Après ils peuvent reprendre les petites balades en extérieur accompagné de leur maître. Par ailleurs, les différentes activités physiques après l’opération ainsi que leur durée dépend du type d’opération. Après une stérilisation, les chiens peuvent faire de courtes promenades en laisse jusqu’au retrait des fils. Après une opération chirurgicale très complexe, les sorties sont autorisées uniquement pour les besoins hygiéniques tout en les gardant en laisse. Les sauts et les courses sont interdits. Par ailleurs, la reprise quotidienne des activités sportives doit se faire progressivement. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire. Observer votre chien Pendant la période de convalescence, vous devez bien observer votre animal. Soyez attentif à tous les changements. En effet, après l’opération tout peut bien se passer pour votre chien comme il peut également avoir des complications. Soyez donc très regardant afin de détecter tout changement d’attitudes afin de contacter au plus le vétérinaire. Certaines complications peuvent être dangereuses pour le chien. Prendre en compte ses autres besoins L’opération n’annule pas les autres besoins de votre chien. Il a toujours besoin de se nourrir, de s’hydrater, de faire ses pipis et ses cacas. Concernant l’alimentation de l’animal, vous pouvez lui donner de petites quantités d’eau et de nourriture. Attention à ce qu’il ne vomisse pas. Vous pouvez rapprocher sa fontaine d’eau pour lui permettre de s’hydrater convenablement. La quantité des repas peut augmenter au fur et à mesure que votre toutou retrouve la santé. La liste des aliments que peut manger le chien vous sera donnée par le vétérinaire. Aussi, pensez à mettre à sa disposition des gamelles pour faire ses besoins. Descendez-le en extérieur si nécessaire pour qu’il fasse ses besoins. Surtout, n’oubliez pas de le couvrir de ses câlins quotidiens, et de le couvrir de beaucoup d’amour. Enfin, la clé pour prendre soin de votre chien après une opération c’est d’écouter et de respecter les recommandations du vétérinaire. Faites attention à tous les changements sur votre animal et prévenez en cas d’inquiétude. Veillez également à l’hygiène de votre chien.
  6. Tous les amoureux de volatiles rêvent d’avoir une volière composée d’espèces différentes et d’oiseaux ayant différents plumages. Cependant, le problème majeur est d’amener toutes ces espèces à avoir une vie commune. Il y a des spécimens qui ne tolèrent pas les colocataires alors que d’autres sont plus ouverts à une cohabitation. Les calopsittes font partie de cette dernière catégorie. Toutefois, ce n’est pas avec toutes sortes de volatiles qu’ils peuvent partager leurs territoires. Pour en savoir plus sur les espèces susceptibles de cohabiter avec les calopsittes, lisez cet article. Quels oiseaux choisir pour que l’entente soit parfaite ? Comment faire en sorte que tout se passe au mieux ? Calopsitte et Calopsitte Les calopsittes, ces oiseaux avec le bec crochu, sont habituellement calmes et indulgents. Faire cohabiter votre oiseau avec un ou plusieurs congénères garantit une bonne entente dans la cage. Il en découle des avantages comme le fait que l’animal ne risque plus de développer des troubles comportementaux. De même, vous pouvez avoir des oisillons lorsque vos deux volatiles sont de sexe opposé. Cependant, ce n’est pas parce que deux spécimens appartiennent au même genre qu’il faut hâter les présentations. En effet, prenez le temps de familiariser les futurs colocataires en amont à toute existante commune. Comme association, faire cohabiter des mâles dans une volière est déconseillé. Et pour cause, vous assisterez à des bagarres et à des cris peu mélodieux. Calopsitte et caille du Japon L’une des règles pour faire cohabiter deux animaux est qu’ils soient de gabarits proches. Toutefois, il y a des exceptions comme dans ce cas. La caille est un petit oiseau qui passe le clair de son temps au sol de la volière contrairement aux calopsittes qui sont en hauteur. Les deux colocataires ne risquent donc pas de se quereller pour une conquête territoriale. Les cailles sont insensibles aussi bien au bruit qu’à l’agitation des autres oiseaux en hauteur. Elles préfèrent cavaler dans leur petit monde. Par ailleurs, cette vie commune entre calopsittes et cailles permet de ne pas gaspiller la nourriture. En fait, les cailles se nourrissent en partie des graines tombées au sol. Calopsittes et perruches ondulées Il s’agit d’une association audacieuse. Toutefois, ces deux espèces peuvent parfaitement vivre en harmonie si les oiseaux sont gardés dans la maison. La seconde condition est que la volière abrite assez d’espace. Cela évite les disputes et permet à chaque spécimen de se retirer en période de conflit et de revenir quand la balle est à terre. Dans leur milieu naturel, les calopsittes (cockatiels) et perruches ondulées partagent le même habitat. Ce sont donc de vieux amis proches. Notons cependant que lors de la reproduction, ces deux oiseaux devront être séparés. Il arrive parfois que des oisillons de cockatiels soient tués par des perruches. Calopsittes et canaris En prenant chaque espèce avec son caractère ou son tempérament habituel, faire vivre les calopsittes et les canaris ensemble ne pose pas de problème. Ce sont deux volatiles qui ne s’entendent pas forcément bien. Toutefois, vous pouvez être convaincu qu’il n’y aura pas de bagarre ou presque. En effet, l’un (canari) est peureux alors que le second (cockatiel) est calme et réputé gentil. Étant de plus petite taille, il est conseillé de commencer votre élevage par les canaris. Ensuite viendront les calopsittes. Dans le cas contraire, vos canaris se sentiront très intimidés par la grande corpulence de leurs voisins. Calopsittes et perruches turquoise Le principal caractère qui définit les perruches turquoise est la méfiance. Elles vivent bien avec les oiseaux aux becs droits. Toutefois, ces perruches (les mâles surtout) se montrent agressives lorsque le colocataire est un bec crochu. L’exception est quand même de mise lorsqu’il est question de spécimens dociles comme les cockatiels. Les perruches turquoise sont vivaces, c’est-à-dire qu’elles affectionnent les nids en hauteur. Elles auront un penchant naturel à déloger tout occupant du nid le plus haut. Pour ce faire, il est conseillé que la disposition des nids soit à la même hauteur et dans des coins distincts. Calopsittes et Catherines Les toui catherines sont une espèce facilement reconnaissable par leur petite taille. Ils sont assez curieux, comiques et très communicatifs. À cet effet, ils pourront vous faire savoir par des petits cris stridents si quelque chose ne va pas (faim, conflit, bruits, etc.). Mettre des catherines et des calopsittes dans une même volière est sans danger. Cela ne veut pas dire qu’ils cohabitent comme de vieux amis. La plupart du temps, il s’installe une relation dans laquelle, l’un domine et l’autre se soumet. Ceci fait que chacun connaît sa position et la respecte. Les rares cas de bagarre surviennent en reproduction suite à la curiosité des catherines qui cavalent un peu partout. Calopsittes et mandarins Comme les calopsittes, les mandarins sont aussi d’Australie. En plus, ce sont deux espèces qui cohabitent à l’état naturel. Une vie commune dans une volière ne pose donc pas de problème. Il y a néanmoins un hic en termes d’espace indispensable à respecter. Chacun doit avoir son cadre de vie sans perturber son voisin pendant les repas et pour nicher. Quelques règles pour favoriser la proximité entre espèces dans une volière Lorsqu’il est question de cohabitation entre oiseaux, il y a des principes empiriques à respecter pour garantir de meilleures chances de survie et d’entente. Faire cohabiter des animaux de taille similaire Ne pas faire vivre des oiseaux présentant une très grande différence de gabarit. D’abord, les petits se sentent intimidés par les grands. Ceci est encore plus prononcé quand les espèces de grande conformation sont agressives. Certaines exceptions à cette règle ont été précédemment mentionnées. Mais gardez à l’esprit qu’en cas de bagarre, vous risquez d’avoir des blessés graves ou des morts. Veiller au confort de chaque espèce ou couple d’espèces L’une des règles de base dans la cohabitation est que chaque sujet ait un minimum d’espace de vie. Lorsqu’ils sont surpeuplés, les oiseaux craintifs deviennent renfermés alors que ceux aux forts tempéraments deviennent plus agressifs. Privilégiez les cages ou les volières qui offrent assez d’espace pour un confort optimal. Quel que soit le nombre de couples présent, assurez-vous qu’il y a toujours plus de nids pour éviter les querelles. Toujours dans ce contexte, pensez à installer plusieurs mangeoires pour l’alimentation. Ne pas précipiter la vie commune Avant de rejoindre les précédents locataires, chaque nouveau sujet doit faire une période en quarantaine. Pendant cette période, vous devez vérifier si le nouvel arrivant n’a pas de difficultés pour respirer ou s’il souffre de diarrhée. Si une seconde cage est prévue pour la quarantaine, l’idéal serait de la mettre non loin de la volière. Cette proximité permet de repérer tôt les rivalités à travers les comportements de chacun. Ne pas introduire une nouvelle espèce pendant la reproduction Comme beaucoup d’animaux, les oiseaux sont plutôt agressifs au cours de la reproduction. En effet, un mâle introduit en période d’accouplement peut être source de conflit pour gagner la seule femelle. Il y a aussi le fait que les parents ayant des œufs ou des petits à protéger deviennent combatifs quand des visiteurs indésirables approchent leurs nids.
  7. Votre chiot ne fait que pleurer la nuit ? Cette situation est très pénible surtout pour les propriétaires novices. Il faut dire que le sommeil peut être difficile pour les chiots notamment lorsqu’ils arrivent dans un nouvel environnement. Ils ont besoin de temps pour s’adapter au nouveau foyer et à leur milieu de vie. Pourquoi votre chiot pleure-t-il la nuit ? Que faire face à cette situation ? Nous vous donnons dans cet article quelques conseils pour accueillir un nouveau chiot dans votre famille ainsi que des astuces pour lui permettre d’arrêter les pleurs et de bien dormir la nuit. Pourquoi votre chiot pleure-t-il la nuit ? Avant de trouver des solutions aux pleurs intempestifs de votre chiot, il est important de déterminer leurs causes. Effectivement, le chiot pleure la nuit pour plusieurs raisons. Cela peut être dû à un état d’anxiété ou de stress. Il peut également pleurer en raison de quelques douleurs, voire des maladies. L’anxiété Les chiots sont généralement adoptés à 2 ou 3 mois. Ces petits toutous qui ont passé tout leur temps à dormir avec leur mère vont pour la première fois se séparer de leur famille canine, et se retrouver dans un autre environnement. C’est un moment très difficile pour le chiot, surtout lorsqu’il se retrouve seul la nuit. De ce fait, le chiot peut se sentir mal à l’aise la nuit, ce qui entraînera les pleurs. C’est d’ailleurs pour cette raison que les premières nuits d’un chiot sont souvent très délicates. Des douleurs Bien que la cause principale des pleurs d’un chiot la nuit soit la solitude et le manque de repères dans son nouveau foyer, cela peut être également dû à des douleurs ou à une blessure. Pour cela, prenez le soin de vérifier si votre chiot se tord de douleurs ou s’il a une blessure sur son corps. Par ailleurs, les pleurs peuvent être également dus à une maladie. Nous vous recommandons d’effectuer toutes les analyses vous confirmant l’état de santé du chiot avant de l’accueillir. Que faire quand votre chiot pleure la nuit ? Voir son chiot pleurer la nuit est très embêtant. Voici donc pour vous quelques conseils pour aider votre chiot à gérer ses nuits sans pleurs. Sachez qu’il vous faudra être très patient, et vous devez éviter de le stresser. Laissez-le dormir avec vous Permettez à votre chiot de dormir avec vous lors de ses premières nuits. C’est le moment pour vous de commencer à construire une relation avec votre compagnon. De plus, l’éducation au sommeil se fait étape par étape. Pour cela, votre chiot doit dormir avec vous au moins pendant la première semaine de son arrivée dans votre maison. Si vous n’aimez pas trop dormir avec les chiens, vous pouvez installer votre animal dans un panier, que vous installerez dans votre chambre. Un panier pour chien permettra à votre compagnon de dormir dans le maximum de confort. Aussi, votre chiot pourra rester bien au chaud. Cependant, il est important de choisir le panier idéal qui puisse convenir à votre toutou. Gardez le calme Si votre chiot pleure la nuit, il faut absolument éviter de crier ou de le punir. Entendre les pleurs d’un chiot la nuit n’est certes pas plaisant, mais vous devez pouvoir garder le contrôle. Ne criez pas sur votre chiot et ne le punissez pas. Cela pourrait augmenter sa frustration, et lui faire croire qu’il est effectivement en danger. Ses pleurs seront donc plus accentués. Pour cela, vous devez laisser du temps à votre animal pour qu’il s’habitue à son nouveau foyer. Soyez patient et attentionné envers votre chiot. Offrez-lui une caisse de transport Les chiots n’aiment pas les grands espaces. Pour cela, vous devez prévoir un nid bien douillet pour votre chiot. L’idéal est d’opter pour une caisse de transport. En plus d’être confortable, la caisse de transport est très sécurisée. Les chiots s’y sentent bien. Cet espace est réservé à votre toutou, pour lui apprendre à être autonome. Installez dans la caisse un matelas vétérinaire confortable pour que votre compagnon puisse trouver rapidement le sommeil. Vous pouvez également y ajouter une peluche ou un tissu portant l’odeur de sa mère ou de son ancienne maison. Votre chiot sera ainsi rassuré, et pourra vite se calmer. Utilisez certaines techniques Votre nouveau chiot était sans doute attaché à sa mère. Cette séparation brusque le déboussole et l’amène à perdre ses repères. Afin d’aider votre compagnon à bien dormir, vous pouvez reproduire certains comportements de sa mère. Par exemple, prenez-le dans vos bras, puis caressez-lui le dos avec une éponge légèrement humide. Cela permettra de simuler la langue de sa mère. Aussi, vous pouvez placer dans son panier une tenue ou un accessoire lui rappelant sa mère. De même, il est conseillé de placer un réveil à tic-tac dans le couchage de votre animal. Le bruit produit par le réveil lui rappellera sans doute sa mère. Tous ces comportements permettront à votre chiot de moins pleurer, et de dormir plus sereinement. Couvrez-le suffisamment d’amour afin qu’il se sente en sécurité dans son nouveau foyer. Mettez l’eau fraîche à sa disposition Les chiots ont parfois soif dans la nuit. Les pleurs de votre boule de poils peuvent d’ailleurs être dus à la soif. Pour cela, pensez à laisser de l’eau fraîche à votre toutou afin qu’il puisse boire lorsqu’il ressentira le besoin. Mettez l’eau dans un bol propre, que vous déposerez près de son panier. Cependant, nous vous recommandons de laisser une quantité d’eau raisonnable. Il ne faut pas que votre animal en abuse, car les chiots ont des vessies très petites, et certains accidents peuvent arriver en cas d’excès d’eau. Enfin, les pleurs du chiot la nuit sont donc une situation normale que vous devez apprendre à gérer avec beaucoup de patience. Votre animal a besoin d’un temps d’adaptation pour pouvoir s’intégrer dans la famille. En attendant, vous devez appliquer les astuces données pour emmener votre animal à dormir la nuit. Faites preuve de patience et couvrez votre compagnon d’amour et d’attention.
  8. La cohabitation entre un chat et un lapin n’est pas chose évidente, car nous sommes en présence de deux animaux ayant des relations amicales plutôt tendues. Le chat avec son instinct de chasseur représente un danger et une grande frayeur pour le lapin. De nombreuses personnes estiment d’ailleurs que la cohabitation entre ces deux espèces est impossible. Le lapin et le chat sont-ils de bons amis ? Peut-on faire cohabiter ces deux animaux ? Si oui, quelles sont les précautions à prendre pour une bonne cohabitation ? Toutes les bonnes informations sont partagées avec vous dans cet article. Le lapin et le chat sont-ils de bons amis ? Bien que beaucoup de vidéos soient diffusées aujourd’hui afin de nous montrer que le lapin et le chat peuvent vivre ensemble, il est important de savoir que l’amitié entre ces deux espèces est vraiment rare. En effet, les chats sont des chasseurs, de grands prédateurs qui sont à la recherche de proies. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils étaient domestiqués et sont présents dans nos maisons depuis des millénaires. Quant au lapin, il a un caractère très doux et est très peureux. Il peut donc être facilement intimidé par le félin. Ce dernier peut même blesser mortellement le lapin. Cela ne dépend pas de l’éducation ou de la confiance en votre félin. Son instinct de chasseur et de prédateur peut prendre le dessus à tout moment. Aussi, en raison de la taille, les chats terrorisent très souvent les lapins. Le lapin peut également représenter un danger pour votre félin. La morsure du lapin est aussi très douloureuse. Mais de façon générale, le chat représente plus de danger pour le lapin. Pour ces raisons, il est vraiment déconseillé de mettre ces deux animaux ensemble. Si vous avez déjà un chat, il est préférable de ne pas adopter des lapins et vice-versa. Peut-on faire cohabiter ces deux animaux ? Bien que cela soit vraiment déconseillé, vous pouvez tout de même essayer de faire cohabiter ces deux animaux en prenant en compte certaines précautions. Le premier aspect à prendre en compte est la sécurité de vos animaux domestiques. Votre lapin ne doit être jamais seul en présence de votre chat. Il est préférable de les mettre dans des pièces isolées. Gardez le chat dans une pièce à part, et laissez votre lapin en liberté sous surveillance. Aussi, vous avez besoin d’une très bonne organisation pour gérer la cohabitation entre ces deux animaux. De plus, les interactions doivent être limitées au maximum. Les bases d’une cohabitation réussie entre le lapin et le chat Avant d’essayer toute cohabitation entre votre félin et votre rongeur, vous devez avant tout maîtriser les caractères de vos animaux, surtout de votre chat. Ensuite, il est très important de privilégier la socialisation progressive sans brusquer vos animaux domestiques. Le caractère de votre félin L’instinct de chasseur et de prédateur des chats varie d’un individu à un autre. Sa réaction dépend également de sa race, son âge, sa taille et de beaucoup d’autres facteurs. Il vous revient donc de connaître le caractère de votre félin et ses réactions. Nous avons des espèces très sauvages et très dominatrices. Avec ce genre de chat, la cohabitation sera bien évidemment très compliquée. Par contre, si vous avez un félin avec un tempérament doux, vous pourriez espérer que la rencontre avec le lapin se déroule dans de bonnes conditions. De façon générale, les vieux chats sont plus tolérants et acceptent plus vite les petits animaux. D’ailleurs, leur âge avancé ne les rend pas aptes à chasser. Ainsi, si votre félin est en âge avancé, vous pouvez penser adopter un lapin. Quant aux jeunes chats, ils voudront jouer avec le lapin. Toutefois, la moindre blessure peut lui être fatale. Vous devez donc faire très attention. La socialisation progressive La socialisation permettra de faire comprendre à vos deux animaux domestiques qu’ils ne représentent pas des dangers l’un pour l’autre. À cette étape, jouez sur les odeurs pour faire les présentations entre vos compagnons. Vous pouvez prendre par exemple la couverture de votre félin et la posez dans le panier de votre lapin et vice-versa. De ce fait, les deux animaux seront habitués à leurs odeurs respectives. Ensuite, vous pourrez les présenter. Pour une bonne présentation, nous vous recommandons de garder votre félin en laisse ou de le tenir dans vos bras, et de laisser le rongeur dans sa cage. Observez minutieusement les deux animaux au cours de la présentation. En cas d’agression ou de tout signe d’agression, vous devez arrêter la prise de contact et protéger au mieux votre lapin. La peur peut être fatale pour votre petit compagnon. Cela pourrait même provoquer une crise cardiaque. Vous pourrez essayer plus tard une nouvelle présentation. Donnez du temps à vos animaux. Ne forcez pas les choses et laissez vos compagnons aller à leur rythme. Si votre présentation réussie, n’hésitez pas à faire plusieurs autres afin de mettre vos animaux en confiance et de vraiment les habituer l’un à l’autre. Que faire en cas d’échec de la cohabitation entre le lapin et le chat ? Si malgré toutes vos tentatives vos animaux n’arrivent pas à vivre ensemble, ne vous découragez pas. Comme nous l’avons précisé, il est très rare que ces deux animaux entretiennent de bonnes relations amicales. Vous pouvez toujours essayer de les mettre en contact. Si tous vos efforts aboutissent à des échecs, il serait peut-être temps de prendre une décision. Pensez à d’autres alternatives comme avoir une maison plus grande par exemple. Vous pouvez également occuper suffisamment votre félin afin qu’il n’ait pas le temps d’attaquer votre lapin. Au pire, il serait mieux de trouver un nouveau foyer pour l’un de vos animaux. Cette décision n’est pas facile à prendre surtout lorsque l’on est habitué à ces deux compagnons. N’oubliez pas que vous le faites pour leur bien et pour leur sécurité. Ce qu’il faut retenir est qu’il n’est pas du tout recommandé de faire cohabiter un lapin et un chat. Ces deux animaux doivent vivre loin l’un de l’autre pour leur bien.
  9. S’occuper des animaux demande souvent de connaître un minimum d’astuces. Il faut pouvoir en prendre soin quelle que soit la période de l’année. La période de forte chaleur par exemple, demande à ce que ces êtres soient dans un espace qui facilite leur suivi. Bien à l’ombre, mais pas privés de lumière, disposant d’eau et de nourriture à bonne heure. Alors comment prendre soin des poules en été ? Voici quelques conseils pratiques à prendre en compte. Évaluer les besoins des poules Pour prendre soin des poules, il faut se demander de quoi elles ont besoin pour s’épanouir et rester en bonne santé. Cependant, pour assurer tous ces paramètres, il faut se préparer. Vous devez commencer par penser au cadre qui abrite ces animaux. Si l’espace n’est pas favorable en été, pensez à installer le poulailler. Il ne faut pas oublier que les poules aiment gambader en extérieur. Faites des économies d’argent pour couvrir les besoins des poules Prendre soin des poules est une tâche qui nécessite assez de dépenses. Les animaux devront être nourris, quelles que soient vos conditions financières. C’est pourquoi il faut prendre des mesures et s’attendre à faire face à leurs besoins. Pour réduire les dépenses, il est possible de se procurer des poules naines, contrairement à celles qui sont normales. Elles reviennent moins chères. D’autre part, vous devez savoir qu’il faut du temps pour prendre soin des poules. Chaque jour, il va falloir consacrer un maximum de temps dans l’objectif de les nourrir, de leur donner à boire, nettoyer leurs saletés, les examiner, etc. Une durée allant d’une à deux heures environ serait requise. Quel habitat pour protéger les poules ? Une des choses les plus importantes à prendre à cœur en été, c’est la protection des animaux contre le soleil. Même si les poules sont très résistantes au froid, elles n’ont pas assez de ténacité pour affronter la chaleur intense. La meilleure solution dans ce cas, c’est d’optimiser le poulailler qui les abrite. Ces animaux aiment prendre des bains de soleil au cours de la journée. Le poulailler doit alors leur permettre de se promener au soleil, mais aussi de s’abriter pour se protéger contre la chaleur. Toutefois, c’est à vous de décider si vous voulez les laisser en extérieur. Il est possible de les garder enfermés afin de les protéger de la forte température. Cependant, lorsqu’elles sont enfermées, elles ont besoin de plus de soins. Le poulailler adéquat pour abriter les poules en été Aujourd’hui, il est possible de fabriquer ou de payer le poulailler désiré. Il doit être bien espacé. Pour ce faire, vous devez prendre en compte le nombre de poules à installer. Vous en trouverez dans les magasins de bricolage, en animalerie ou dans les endroits de vente de produits de la ferme. Les prix devraient varier entre 200 € et 600 € compte tenu du produit choisi. Si vous préconisez d’enfermer les poules pour leur protection, alors, un grand poulailler serait nécessaire. Il faudrait que les animaux qui y sont, puissent circuler librement. Il faut en moyenne 40 cm² à une poule normale et 20 cm² pour la race naine. Pour plus de confort, installez l’abri dans une zone avec de la verdure et de la terre. Il faut permettre à l’animal de profiter des herbes et des bains de poussière. Dans le poulailler, placez des perchoirs, des nids et des litières. La nuit, les poules préfèrent se percher en hauteur ou se mettre sur leur nid pour dormir. Tâchez de prendre des perchoirs pas trop fins afin d’en profiter le plus longtemps possible ou privilégiez les modèles amovibles. Ils sont très faciles à nettoyer. Il faut prévoir des nichoirs dans lesquels les poules vont pondre. Tâchez d’en prendre à la bonne taille. Au sol, du copeau de bois serait très idéal comme litière absorbante. Ceci vous allégera la tâche lors des nettoyages d’excréments. L’entretien du poulailler Au lever du soleil, vous pouvez laisser sortir les poules pour leur plaisir. À la fin de la journée, veillez à ce que tout le lot soit à l’intérieur pour la nuit. Ce qui est sûr, lorsqu’elles s’habituent, elles se rendent toutes seules dans le poulailler dès que la nuit commence à s’installer. La nuit, le poulailler doit être verrouillé pour la sécurité. L’abri des poules devrait être nettoyé chaque jour. Le nettoyage régulier empêche les insectes nuisibles de s’installer. Les risques qu’une épidémie se répande dans la tare sont également minimisés. Il faut remplacer la litière quotidiennement et nettoyer le poulailler de fond en comble. Balayez et nettoyez le sol avec de l’eau, nettoyez les nichoirs, les abreuvoirs et les perchoirs. Des poules dans un cadre propre se porteraient forcément bien. Bien nourrir les poules en été Comme les poules sont dans un cadre restreint ou limité, il leur faut une alimentation équilibrée. Il ne faut pas oublier que ce sont des animaux très sensibles au stress. Pour réduire les gaspillages de nourriture, il faut penser aux distributeurs automatiques. Ce sont des accessoires qui protègent bien l’aliment avant sa consommation. Pour une période de trois jours par exemple, vous pourrez prévoir pour 4 poules une nourriture d’environ 10 kg. Par ailleurs, concernant l’abreuvement, c’est un critère très important à considérer en été. C’est une période où les poules se déshydratent régulièrement. C’est pourquoi il est impératif de mettre dans l’espace qui leur est destiné plusieurs points d’eau. Évitez donc de placer ces abreuvoirs dans des zones chaudes. Pour 4 poules, environ 5 litres d’eau devraient tenir pendant au moins 3 jours. Disposez les points d’eau légèrement en hauteur. Cela éviterait que ça se renverse partout et se mélange aux excréments. Les poules doivent être surveillées Ce sont des animaux qui sont pour la plupart du temps exposés à des prédateurs. Surtout, lorsqu’ils pondent des œufs. Dans le cas où le poulailler donnerait accès à l’extérieur, pour d’éventuels bains de soleil en journée, vous pourrez par exemple prévoir une porte automatique programmée à s’ouvrir et à se fermer de façon précise. Les soirs et les matins par exemple. Vous pourrez aussi installer un système de sécurité comme le grillage pour limiter l’accès à l’espace. En définitive, prendre soin des poules est une activité qui demande de l’attention et une certaine préparation. Toutefois, il faut se préparer psychologiquement, financièrement et organiser son temps. Tout ceci consistera à bien protéger les animaux, à bien les nourrir, pour qu’elles soient en bonne santé.
  10. S’il y a bien un problème que redoutent les propriétaires de félins, ce sont les odeurs des litières qui peuvent être très désagréables. Les odeurs des litières sont parfois très présentes malgré les efforts de nettoyage, ce qui peut vous mettre mal à l’aise. Il existe cependant quelques astuces simples qui permettent d’avoir une litière pour chat sans odeur. Pourquoi la litière de votre félin sent-elle mauvais ? Comment réduire efficacement ses odeurs ? Découvrez dans cet article nos conseils pour réduire efficacement les odeurs des litières de vos félins. Pourquoi la litière de votre félin sent-elle mauvais ? La litière est un bac dans lequel le félin fait tous ses besoins. Elle est destinée à recueillir les déjections des félins. C’est un accessoire absorbant, très pratique et qui facilite la vie à tous les propriétaires d’animaux. Cependant, l’émission des excréments de votre félin peut entraîner des odeurs nauséabondes. Il faut dire qu’en se dégradant, l’urine et les selles du chat dégagent des composants odorants. Aussi, l’odeur des excréments de votre animal est due essentiellement à son alimentation. En fonction de la ration de votre chat, ses excréments peuvent être très nauséabonds surtout lorsqu’ils sont accompagnés de gaz. Astuces pour avoir une litière pour chat sans odeur Avoir une litière pour chat sans odeur n’est pas impossible. Il suffit de respecter certaines règles d’hygiène. Optez pour une bonne litière Pour avoir une litière sans odeur, il faut avant tout choisir une de très bonne qualité. Privilégiez les litières très absorbantes faites à base de fibre végétale telles que le maïs, le chanvre, l’orge ou le coco. De plus, ces litières végétales ont une odeur neutre. Elles sont beaucoup plus absorbantes que les litières minérales et restent propres pendant longtemps. Les litières à base de granulés minéraux microporeux telle que la silice sont également très efficaces. Elles sont en effet constituées de petites billes qui absorbent les odeurs et les urines. Choisissez un bac à litière de bonne taille Le bac à litière de votre félin doit être suffisamment grand et confortable. Nous vous recommandons par exemple d’opter pour une maison de toilette. Il s’agit d’une litière qui dispose d’un couvercle, et aussi d’une chatière. Une litière de grande taille pourra contenir facilement l’odeur. Ainsi, l’odeur ne s’échappera pas facilement du bac, et il y aura également moins de projections des grains de litière sur le sol. Installez la litière à un endroit convenable Si vous optez pour un bac à litière de bonne taille, il est important de l’installer à un endroit adéquat. Il est fortement déconseillé de placer la litière à un endroit confiné. Privilégiez les espaces aérés et bien ventilés. Ainsi, l’odeur ne sera pas présente au point de vous déranger. De plus, évitez de placer la litière près de la nourriture ou de l’eau de votre animal. Si vous vivez dans une grande maison, nous vous conseillons d’installer la litière à l’extérieur. Lavez régulièrement la litière Pour éviter les odeurs, il est primordial de laver quotidiennement la litière. Prenez également le soin de laver rapidement la litière afin d’éviter que le plastique ne s’imprègne d’urine. Pour un bon nettoyage, il vous faut du savon et de l’eau de javel. Vous devez prendre le soin de frotter très fort afin d’enlever les odeurs. Par ailleurs, certains produits spécifiques peuvent vous permettre d’avoir une litière sans odeur. Par exemple, le vinaigre blanc est très efficace si vous avez envie d’avoir une litière très propre. Pour l’utiliser, il suffit d’imprégner un chiffon de vinaigre pour essuyer le bac. Cependant, l’odeur du vinaigre peut déranger certaines personnes. Dans ce cas, ajoutez quelques gouttes d’huile essentielle pour atténuer l’odeur. Aussi, le bicarbonate de soude est efficace pour lutter contre les odeurs. Même s’il est plus utilisé dans les tâches ménagères, il peut être aussi utile pour la litière. Après le nettoyage de la litière, versez-en un peu dans le fond du bac, avec de le recouvrir avec la litière. Utilisez un destructeur d’odeurs Les destructeurs d’odeurs sont très utiles. Il suffit de les mettre dans le bac à litière, et vous ne sentirez plus aucune odeur nauséabonde. Ces destructeurs d’odeurs libèrent aussi des parfums, à choisir en fonction de vos préférences. Privilégiez les destructeurs biodégradables qui sont sans danger pour les chats. Vous pouvez également utiliser un désinfectant en mousse après le nettoyage de la litière afin d’éliminer toutes les bactéries. Utilisez un sac à litière Les sacs à litière pour chat permettent de protéger le bac ou la maison de toilette. Ils permettent d’éviter les contacts directs entre les excréments et le bac. Ces sacs ne retiennent pas souvent les mauvaises odeurs. Ainsi, la litière pourra toujours avoir une bonne odeur. Changez régulièrement la litière En plus d’une bonne hygiène, il est important de changer régulièrement la litière de votre félin. La litière doit être en effet utilisée selon les prescriptions du fabricant. Aussi, après une très longue durée d’utilisation de la litière, il devient difficile d’enlever les odeurs. Dans ce cas, tous vos efforts de frottement seront sans résultats. Il est donc préférable de changer la litière. Changez l’alimentation du chat Comme nous l’avons dit précédemment, l’odeur des litières est due aux excréments. L’odeur de ces excréments dépend fortement de la ration de votre animal de compagnie. Pour ce faire, il est nécessaire de revoir la composition de la ration du chat. Pour le bien-être de votre animal, choisissez les aliments digestibles. Aussi, vous pouvez fournir à votre animal des compléments alimentaires pour une meilleure digestion. Nous vous recommandons également d’opter pour les aliments naturels. Privilégiez les boîtes et croquettes naturelles. Vous pourrez ainsi avoir la certitude que votre animal ne consomme pas d’additifs chimiques. Voici pour vous autant d’astuces pour avoir une litière sans odeur. Le plus important, c'est d’adopter une très bonne hygiène de vie et faire attention à certains détails. Cependant, si malgré toutes ces astuces la litière de votre animal a toujours une forte odeur, il serait préférable de consulter un vétérinaire.
  11. Si vous remarquez un changement de comportement chez votre chat, vous devez vous poser des questions. En effet, le changement de comportement n’est pas un évènement anodin à prendre à la légère. Il peut être dû à plusieurs facteurs, et parfois cacher des problèmes très graves. Pour cela, vous devez accorder une attention particulière à votre félin et consulter au plus vite un vétérinaire. Quelles sont les causes du changement de comportement d’un chat ? Quand faut-il s’inquiéter ? Comment apaiser son félin ? Lisez cet article pour obtenir de réponses à toutes ces préoccupations. Quelles sont les causes du changement de comportement d’un chat ? Le changement d’attitude de votre chat peut être dû à plusieurs raisons. Ces raisons sont généralement d’ordre environnemental, psychologique ou même sanitaire. Il est important de savoir que tout changement dans la vie d’un félin peut avoir des conséquences sur son comportement. Les raisons environnementales Si vous venez de déménager, c’est tout à fait possible que votre félin change de comportement. Le chat est un animal avec des habitudes précises et qui n’aime pas laisser sa routine. Ainsi, si vous habitez une nouvelle maison ou si vous avez modifié son espace de vie, il peut manifester des troubles de comportement. De même, si son nouvel environnement de vie n’est pas confortable et ne lui convient pas, votre chat peut changer radicalement. Aussi, lorsque vous offrez une nouvelle litière à votre félin et qu’il commence à uriner à côté, c’est sans doute pour marquer son territoire. Par ailleurs, si vous déplacez les mobiliers, ajoutez de nouveaux objets de décoration ou si vous changez les peintures de la maison, cela peut perturber le chat au point d’avoir un impact sur son comportement. Les raisons psychologiques Les raisons psychologiques sont relatives au stress, à l’ennui ou à une malnutrition. Les raisons psychologiques ne sont pas visibles à l’œil nu. Vous devez donc maîtriser le quotidien et les habitudes de votre félin pour les détecter. Les causes du stress chez le chat sont nombreuses. Il peut s’agir de l’arrivée d’un nouvel animal de compagnie, de la présence d’un autre chat dans ses environs et parfois des punitions incessantes. Le stress du félin se manifeste par des toilettages intempestifs, de l’agressivité, des griffades intensives et des miaulements fréquents. Quant à l’ennui, il résulte du manque de jeux et d’activité physique pour le chat. Les raisons sanitaires Votre chat peut également changer de comportement en raison d’une maladie. Sachez que les félins n’aiment pas montrer leur douleur. Ils préfèrent souffrir en silence. Pour ce faire, si votre animal de compagnie change de comportement, assurez-vous qu’il ne cache pas une maladie ou une blessure. Certaines maladies immunitaires, neurologiques ou encore les troubles hormonaux ont des impacts sur le comportement. Quand faut-il s’inquiéter ? Lorsque vous remarquez un changement de comportement chez votre chat, vous n’avez pas besoin de vous alarmer sur le coup. Certains symptômes doivent vous amener à vous inquiéter et à consulter un spécialiste. Lorsque les troubles de comportement persistent Si vous remarquez que le changement de comportement de votre félin persiste, vous devez vous inquiéter. Vous devez pouvoir déterminer la cause de ce changement d’attitude afin d’y apporter une solution. En effet, certains changements de comportements sont passagers, et votre animal peut reprendre ses habitudes après quelque temps. Mais, si vous remarquez que les changements empirent et qu’il n’y a pas une amélioration, vous devez consulter. En présence de certains symptômes spécifiques Si en plus du changement de comportement, votre félin présente certains symptômes spécifiques, c’est le moment de vous inquiéter. Par exemple, si votre chat refuse de manger et de jouer, il y a sans doute un problème. De même, s’il a du mal à dormir et affiche parfois une mine abattue, c’est la preuve que ces changements de comportements cachent d’autres problèmes plus graves. Aussi, si votre animal de compagnie vomit, fait des diarrhées, ou s’il y a la présence de sang dans ses urines, vous devez impérativement voir un spécialiste. Par ailleurs, lorsqu’en plus du changement d’attitude votre chat perd de plus en plus du poids, vous devez être alarmé. Il est donc important d’être attentif à tous les changements comportementaux et physiques de votre animal afin d’éviter le pire. Comment aider son chat ? Vous souhaitez sans doute que votre félin reprenne ses habitudes et revienne à de meilleurs sentiments. Pour ce faire, vous devez avant tout identifier la cause de son changement afin d’y apporter la solution adéquate. Voici pour vous quelques idées pour aider votre animal. Un environnement de vie adéquat Si le changement de comportement est dû à un facteur environnemental, alors vous devez installer votre animal dans le maximum de confort. Mettez-le dans un espace très propre et très aéré. Vous savez à quel point les chats sont maniaques et aiment rester dans un environnement propre. Prenez le soin de bien entretenir son lieu de vie ainsi que sa litière. Fournissez-lui une litière de grande taille afin de lui permettre de faire ses besoins aisément. Si vous venez de changer de maison ou vous avez refait la peinture, laissez-lui le temps de s’adapter à son nouvel environnement de vie. Des jeux pour son épanouissement Lorsque les changements de comportement de votre félin sont liés à un manque ou à une insuffisance d’activité physique, vous devez donc revoir son programme quotidien. Incluez-y des moments de jeux qui pourront le divertir. Les chats adorent grimper et se griffer. Pour cela, nous vous recommandons d’acheter un arbre à chat ainsi que plusieurs autres jouets qui pourront lui permettre de s’amuser. Consultez un vétérinaire Comme nous l’avons dit précédemment, les changements de comportement peuvent être des symptômes de certaines maladies. Dans ce cas, la meilleure solution est de consulter au plus vite un vétérinaire. Ce dernier est habileté à effectuer un diagnostic sur votre animal et lui prescrire un traitement adéquat. Consultez un comportementaliste Si malgré tous vos efforts, votre félin ne reprend pas ses habitudes, consultez un comportementaliste qui pourra y apporter une solution.
  12. L’été est là ! C’est le moment tant attendu pour profiter du soleil et du beau temps. Cependant, si vous êtes ravi de retrouver la chaleur, tel n’est pas le cas de votre lapin. Le lapin est un animal fragile qui souffre énormément pendant la chaleur. Il est très sensible aux fortes chaleurs, notamment, lorsque la température est au-delà de 28 ° C. Une chaleur estivale peut donc être très dangereuse pour votre animal. Pour cela, il est important de trouver des moyens pour rafraîchir votre lapin. Comment rafraîchir son lapin pendant les fortes chaleurs ? Lisez cet article pour obtenir une réponse. Pourquoi le lapin est-il très sensible à la chaleur ? Si le lapin est si sensible à la chaleur, c’est surtout parce qu’il ne transpire pas. Son système de thermorégulation est peu performant. Il faut dire que transpirer permet de rafraîchir les fluides corporels par évaporation de l’eau. Le seul moyen par lequel le lapin arrive à se rafraîchir, c’est à travers le halètement. De ce fait, le passage de l’air dans son nez ainsi que le refroidissement de ses oreilles lui permettent de baisser un peu la température. Cependant, le refroidissement par halètement n’est plus efficace au-delà de 28 °C. De plus, en cas de forte chaleur, le lapin se déshydrate rapidement. Telles sont les raisons pour lesquelles votre lapin peut souffrir lorsqu’il y a une canicule. Comment rafraîchir le lapin pendant une chaleur estivale ? Pour rafraîchir votre animal pendant la chaleur, vous devez miser sur l’aération de la maison, ainsi que le refroidissement du logement. Ensuite, vous devez hydrater convenablement votre lapin. Aérer le logement Une bonne aération permet d’avoir un logement bien frais. Dans la journée, fermez les volets et les fenêtres afin d’empêcher le soleil et la chaleur d’entrer. Le soir et la nuit, pensez à ouvrir les fenêtres, afin de renouveler l’air de la maison. Dès que vous remarquez qu’il fait plus froid dehors que chez vous, ouvrez les fenêtres pour que l’air circule dans la maison. Nettoyez régulièrement votre maison pour avoir un environnement propre. Refroidir votre logement Après avoir aéré votre maison, vous devez également essayer de la refroidir. Pour cela, nous vous recommandons de vous équiper d’un ventilateur. Cependant, évitez de diriger le ventilateur directement sur votre lapin. L’autre astuce très efficace pour refroidir votre logement est de poser un chiffon humide sur votre fenêtre. Ouvrez les fenêtres en grand et placez le chiffon humide devant l’ouverture. Le chiffon humide sera séché par les courants d’air, ce qui favorisera la diffusion de l’humidité dans la pièce. Refroidir la cage du lapin Il est très important de refroidir la cage ou l’abri de votre lapin. Tout d’abord, vous devez changer l’emplacement de la cage du lapin. Placez-la dans la partie la plus fraîche de la maison. Pendant la canicule, il est recommandé d’installer la cage de votre animal au sous-sol. S’il vit en extérieur, pensez à aménager des zones d’ombres afin d’éviter au maximum le soleil. Par exemple, vous pouvez installer une bâche au-dessus de son clapier afin qu’il puisse profiter de l’ombre. Aussi, nous vous conseillons de placer une serviette mouillée sur la cage ou sur le clapier pour que l’abri de votre animal puisse garder un peu d’humidité. Vous pouvez également placer des blocs glacés autour de la cage. Par ailleurs, nous vous recommandons de mettre sur le sol du carrelage rafraîchi au réfrigérateur, et si possible d’un tapis rafraîchissant. Les lapins aiment bien s’allonger sur les carreaux pour ressentir un peu de fraîcheur. Hydrater régulièrement le lapin Pour rafraîchir votre lapin en période de chaleur estivale, il est important de l’hydrater convenablement. Servez-lui régulièrement de l’eau. L’eau doit être à une température ambiante et non glacée afin d’éviter les troubles digestifs, car comme vous le savez les lapins sont très fragiles. Pour inciter votre animal à boire, vous pouvez associer un biberon à sa gamelle. Aussi, ajoutez quelques gouttes de jus de fruits naturels dans l’eau afin d’amener votre lapin à boire. Si vous voyez qu’il ne boit pas beaucoup, vous pouvez le faire boire avec une pipette. En outre, pour une bonne hydratation, privilégiez les fruits riches en eau tels que la pastèque, le melon, la courgette, et le concombre. Ces fruits sont très conseillés en été pour rafraîchir votre animal. N’oubliez pas que les fruits doivent être servis sans peau, sans feuilles et sans pépins. Mouiller le lapin Pour protéger au maximum votre lapin en été, vous devez le refroidir. Pour cela, vous devez diminuer l’épaisseur de son pelage. Il faut savoir que le pelage de votre animal est une source de chaleur, qui permet de le protéger en hiver. La réduction des poils est valable aussi bien pour les lapins à poil long, que ceux à poil mi- long. Ensuite, vous devez mouiller le lapin, en le couvrant d’une serviette humide. Il est également possible d’utiliser un vaporisant d’eau. Aussi, vous pouvez frotter votre compagnon avec un gant de toilette mouillé. Nous vous conseillons d’insister sur ses oreilles. Enfin, il est fortement déconseillé de baigner le lapin, car c’est un animal qui n’aime pas se baigner. Comment reconnaître que votre lapin souffre de la chaleur ? Pour reconnaître un coup de chaleur chez le lapin, vous devez être attentif à tout changement de comportement chez votre lapin. Par exemple, votre lapin peut avoir une respiration plus rapide, avec parfois du liquide autour du nez. Un lapin qui souffre peut également être peu réactif, avec des yeux dans le vague. Il peut aussi avoir moins d’appétit, avec des oreilles toujours chaudes. Dans des cas avancés, le lapin peut ne plus avoir aucune réaction. Face à ces symptômes, vous devez vous inquiéter et consulter au plus vite un vétérinaire. Si votre lapin convulse ou n’est plus conscient de ce qui l’entoure, vous devez voir un spécialiste au plus vite. De même, lorsque votre animal présente des pertes d’équilibre, nous vous recommandons de voir un vétérinaire. Pour résumer, retenez que les lapins sont très sensibles à la chaleur. Pour cela, il est indispensable de penser à les rafraîchir et d’être attentif à toutes leurs réactions.
  13. Les propriétaires de chiens comprennent de plus en plus que pour le bien-être de leurs chiens, ils doivent leur fournir un bon régime alimentaire. L’alimentation doit être équilibrée et être également composée de fruits. Les fruits s’avèrent plus utiles en été, car les chiens auront grandement besoin de fraîcheur. Les chiens peuvent consommer plusieurs fruits et il est d’ailleurs recommandé de varier l’alimentation de son animal. Mais les chiens peuvent-ils manger du melon ? Si oui, quels sont les avantages de ce fruit pour votre animal de compagnie ? Comment et quand donner le melon à votre chien ? Lisez cet article pour obtenir des réponses à vos préoccupations. Le melon, le fruit adéquat pour votre chien en été Si vous vous demandez si vous pouvez donner du melon à votre animal de compagnie, sachez que la réponse est affirmative. Oui, les chiens peuvent consommer du melon. Ce fruit est très bénéfique pour les chiens, car il leur permet de se désaltérer pendant la chaleur. Il peut être consommé à tous les stades de développement de l’animal. C’est un fruit très riche en nutriment, composé de glucides, de fibres, de calcium, de fer et de plusieurs vitamines (B1, B2, B3, B6). Il est également riche en vitamine A et C et en eau. De plus, c’est un fruit très digeste, qui ne posera aucun problème à votre animal. Cependant, vous devez donner le melon à votre animal en prenant certaines précautions. Quels sont les bienfaits du melon pour le chien ? Les avantages du melon pour votre animal sont multiples. Non seulement il ralentit le vieillissement cellulaire, mais il permet également le renforcement du système immunitaire de votre animal. En outre, le melon permet d’hydrater votre compagnon. Ralentissement du vieillissement cellulaire Comme nous l’avions dit précédemment, le melon est riche en vitamine C. Vous n’êtes pas sans savoir que cette vitamine dispose de propriétés antioxydantes très puissantes, ce qui lui permet de lutter efficacement contre le vieillissement des cellules. Ainsi, en consommant du melon, votre chien pourra prévenir les symptômes de la vieillesse. Il gardera son physique de jeune et pourra rester actif pendant longtemps. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est recommandé de donner du melon aux chiens seniors. Renforcement du système immunitaire Les vitamines que comporte le melon notamment la vitamine C sont très utiles pour une bonne croissance et pour le renforcement du système immunitaire. La vitamine C permet de prévenir certaines pathologies. Elle permet au chien de développer des capacités de défense naturelle contre certains virus. Pour ce faire, le melon est idéal pour les chiens ayant un problème de croissance et qui est vulnérable. L’hydratation du chien Le melon a une forte teneur en eau. De ce fait, il permet aux chiens de rester bien hydratés. La consommation du melon peut permettre à votre animal de combler l’insuffisance de la consommation d’eau. Cela permet également de prévenir tous les troubles sanitaires relatifs au manque d’eau. Mieux, grâce à sa teneur en eau, le melon élime toutes les toxines présentes dans l’organisme de votre animal. Cette action purifiante du melon permet au chat de garder une bonne peau, avec des poils soignés. De plus, les fibres contenues dans le melon favorisent une bonne digestion chez votre animal de compagnie et permettent de lutter contre la constipation et tous les inconforts gastriques. Comment donner le melon à votre animal ? À présent que vous savez que votre chien peut consommer du melon, vous vous demandez sans doute comment le lui donner. Sachez que vous devez prendre certaines précautions avant de donner le melon à votre chien. Enlever les pépins et la peau du melon Avant que votre animal ne consomme le melon, vous devez impérativement enlever ses pépins et sa peau. En effet, ces deux parties sont très difficiles à digérer et peuvent entraîner d’autres problèmes gastriques pour votre animal. La chair du melon est la seule partie comestible. Vous pouvez donc donner à votre toutou la chair crue du melon, ou la mixer afin d’obtenir un jus. Espacer le repas et le melon Le melon est un fruit très nourrissant. Il peut rassasier votre animal et ce dernier n’aura plus envie de manger sa nourriture habituelle. Pour cela, nous vous recommandons de ne pas le lui donner juste avant le repas. Pensez à espacer le repas et le melon de quelques heures. Vous devez éviter que le melon se substitue à la nourriture de votre animal. Fournir une quantité raisonnable Bien que le melon soit adapté pour votre chien, vous ne devez pas lui de très grandes quantités. Il est conseillé de fournir le melon en petite quantité à votre compagnon. Aussi, la quantité de melon que peut consommer votre animal dépend de sa santé et de son poids. Il est également préférable de donner ce fruit assez rarement afin de ne pas surcharger l’organisme de l’animal de fruits. Tenez-vous à deux ou trois portions par jour. Par ailleurs, si vous comptez mixer le melon avec d’autres fruits, assurez-vous de choisir des fruits pas trop sucrés, et ajoutez le melon en petite quantité. Contre-indication du melon chez certains chiens Le melon est contre-indiqué chez les chiens souffrant de diabète sucré afin de ne pas déséquilibrer leur glycémie. Pour cela, si votre chien est diabétique, évitez absolument de lui donner du melon. De plus, si votre animal souffre de troubles digestifs, il est préférable de ne pas lui donner le melon. Autres fruits recommandés pour les chiens En dehors du melon, votre chien peut consommer plusieurs autres fruits. Par exemple, le chien peut consommer la pastèque, qui présente d’ailleurs beaucoup de similitudes avec le melon. C’est également un fruit riche en eau et en vitamine qui peut être très avantageux pour votre compagnon. Tout comme le melon, prenez le soin d’enlever les pépins et la peau avant de la donner à votre animal. La poire, la pêche, la pomme et la noix de coco sont autant de fruits que vous pouvez donner à votre compagnon. N’oubliez pas qu’il est indispensable d’inclure les fruits dans l’alimentation de votre animal.
  14. Même si les chats sont bien armés pour supporter la chaleur pendant l’été, il est quand même utile de leur venir en aide afin d’améliorer leur quotidien pendant cette période très désagréable. Il est important d’aider votre félin à se rafraîchir pendant les températures très élevées. Comment donc rafraîchir son chat ? Quelques astuces simples à réaliser peuvent vous permettre d’aider votre chat à faire face efficacement à la chaleur. Découvrez dans cet article toutes les astuces pour rafraîchir votre petit tigre. Investissez dans une fontaine à eau Si vous voulez que votre félin reste bien frais malgré la chaleur, il est impératif qu’il soit bien hydraté. Pour cela, assurez-vous que votre chat boit régulièrement de l’eau. Pour plus de praticité, vous pouvez investir dans une fontaine à eau. La fontaine est encore plus utile si votre animal n’aime pas s’approcher de son bol d’eau. Avec une fontaine, l’eau se renouvelle constamment, et votre animal aura toujours à sa disposition de l’eau propre. Il faut préciser que les chats ont horreur de l’eau stagnante. Ils préfèrent avoir de l’eau propre, fraîche, toujours en mouvement. Cependant, si vous n’avez pas la capacité d’acheter une fontaine à eau, vous pouvez la fabriquer vous-même. Placez de façon stratégique les bols d’eau Afin d’amener votre matou à s’hydrater convenablement, pensez à placer les bols d’eau à plusieurs endroits stratégiques. Les gamelles d’eau doivent être installées aux endroits où votre animal a l’habitude de passer. Elles peuvent également être placées à l’ombre, et aux endroits où il fait frais. C’est une bonne technique pour encourager votre chat à se rafraichir correctement et à une fréquence suffisante. Veillez à changer régulièrement l’eau afin de fournir à votre animal de l’eau propre. Placez des galons dans la gamelle d’eau Afin de maintenir l’eau de votre matou fraîche, nous vous recommandons de mettre quelques glaçons dans la gamelle d’eau. Votre animal pourra ainsi se rafraîchir constamment. L’idée n’est pas de bourrer la gamelle de glaçons, mais de mettre juste quelques morceaux pour que l’eau soit fraîche. Cependant, le chat ne doit pas abuser d’eau fraîche. Cela pourrait lui donner des maux de ventre. Privilégiez la nourriture humide L’autre astuce pour vous permettre de rafraîchir votre chat est de lui fournir essentiellement des nourritures humides. Pendant la chaleur, vous devez privilégier au maximum les nourritures humides telles que les pâtées, le jus de thon… Évitez autant que possible les croquettes sèches. Par ailleurs, nous vous recommandons d’offrir à votre félin des fruits riches en eau tels que les melons et les pastèques. Gardez les volets fermés Lorsque vous ouvrez les volets et le soleil pénètre votre maison, cela augmente la chaleur. Le soleil réchauffe en effet toutes les pièces de la maison. De plus, la chaleur reste même si vous ouvrez les fenêtres. De ce fait, votre matou sentira encore plus la chaleur. Pour ce faire, nous vous conseillons de fermer les volets ainsi que les rideaux afin de permettre au félin de moins sentir la chaleur. Brossez régulièrement le félin Loin d’être un simple atout de beauté, les poils sont pratiques pour protéger le chat contre le froid, la pollution, la chaleur et même l’humidité. Et vous savez sans doute que pour rafraîchir un chat, il doit d’abord se sentir bien dans sa peau. La mue du chat a lieu au printemps, et pendant l’été, certains poils tombent afin de permettre à l’animal de régulariser sa température. Pour cela, le brossage régulier des poils de votre matou permettra d’enlever tous les poils morts, favorisant ainsi une protection maximale contre la chaleur. Brossez les poils de votre animal de compagnie tous les jours afin d’aérer son pelage. Passez un gant humide sur ses poils L’utilité du gant humide est de rafraîchir le corps et les poils du chat. Cela permet de lutter contre la chaleur chez le matou. Pour ce faire, munissez-vous d’un gant humide que vous appliquerez au-dessus de sa tête, sur tout le corps ainsi que sur le ventre. Prenez le soin de bien insister sur les pattes. Cependant, les chats n’aiment pas beaucoup l’eau. Pour cela, il est préférable que l’eau ne soit pas trop froide. Aussi, pour rafraîchir l’air dans la pièce, placez un linge humide devant le ventilateur. Utilisez un brumisateur Le brumisateur permet d’apporter une sensation de fraîcheur. Il peut donc être très utile pour rafraîchir votre chat. Équipez-vous d’un brumisateur pour aider votre félin lors de fortes chaleurs. Pour plus d’efficacité, pensez à mettre le brumisateur au frais avant de l’utiliser. Vaporisez le brumisateur sur votre matou plusieurs fois par jour. Pour l’utiliser, placez-vous à une vingtaine de centimètres du félin, tout en évitant d’asperger le chat directement en pleine tête. Évitez également les yeux au risque de les endommager. Ne fermez pas la porte de la salle de bain Pour se rafraîchir, les chats aiment bien s’allonger sur le sol frais. Cette position est très agréable pour les félins et leur apporte une sensation d’apaisement. La salle de bain est inéluctablement la pièce dont le carrelage du sol est bien frais. Pour permettre à votre matou de jouir de la fraîcheur du sol, laissez la porte de la salle de bain ouverte. Le félin pourra y faire ses siestes pendant de fortes chaleurs. Mieux, pour qu’il se rafraîchisse les pattes, pensez à laisser un fond d’eau dans la douche. Gardez le félin à la maison entre 10 h et 16 h La chaleur bat son plein généralement entre 10 h et 16 h. Le soleil est à son zénith à cette heure. Pour cela, il est préférable de ne pas laisser votre matou sortir de peur qu’il soit victime d’une insolation. C’est le moment de le laisser faire sa sieste bien au frais. Rafraîchir son couchage Pour permettre à votre félin de bien se rafraîchir, vous pouvez faire baisser la température dans son corps. Pour le faire, placez une bouteille d’eau au congélateur, enroulez-la dans un linge puis placez-la dans le couchage de votre animal. Vous pouvez également utiliser un gel antidouleur pour baisser la température de votre matou.
  15. Les chats adorent mastiquer toutes les plantes, que ce soit les herbes, les fleurs ou les feuilles. Ils aiment passer beaucoup de temps dans le jardin, car ils ont besoin de se vermifuger régulièrement et de se débarrasser des boules de poils. Le seul bémol c’est que toutes les plantes ne leur sont pas profitables. Il existe en effet des plantes toxiques qui peuvent être nuisibles pour les chats. Quelles sont ces plantes ? Comment reconnaître une infection liée à une plante toxique ? Quelles sont les précautions pour limiter l’intoxication ? Liste des plantes les plus toxiques pour les chats Il existe une variété de plantes toxiques pour les chats. Les plus toxiques sont des espèces de la famille des Aracées, des Ficacées, des légumineuses et des Primulacées. L’intoxication du félin au contact de ces plantes peut aller d’une intoxication légère à une intoxication mortelle. Il serait difficile d’établir une liste exhaustive des plantes les plus toxiques. Pour ce faire, nous vous présentons les plus nuisibles. Le dieffenbachia Espèce de la famille des Aracées, le latex de cette plante est une cause d’irritations violentes, voire de complications rénales mortelles pour le félin. Cette plante est donc très dangereuse pour votre animal. Outre le dieffenbachia, il existe plusieurs autres plantes dont le latex est très nuisible pour le félin. Nous avons par exemple les poinsettias, dont le latex peut entraîner des tremblements musculaires ou des diarrhées à votre félin. Les diarrhées sont accompagnées de vomissements dans certains cas et votre boule de poils peut présenter des troubles nerveux et cardiovasculaires. Le Yucca Le Yucca entre dans la même famille que la jacinthe, la tulipe et le sanseveria. Ces plantes sont classées dans la famille des Liliacées, et sont d’une toxicité digestive pour les félins. Toutefois, seuls les bulbes de ces plantes sont toxiques. Vous devez tout de même faire beaucoup attention afin d’éviter les risques d’intoxications digestives pour votre animal. L’ait, l’oignon et l’échalote Ces plantes sont particulièrement dangereuses pour votre félin. Elles entraînent en effet une intoxication du sang qui peut être mortelle dans certains cas. Pour cela, veillez à ne jamais laisser à proximité de votre animal des aliments contenant ces ingrédients. Le persil et le cacao très utilisés en cuisine sont à éloigner de votre chat. Les légumineuses Certaines légumineuses ne sont pas bénéfiques pour votre animal. Il s’agit essentiellement des pois chiches, du chou et des haricots secs. Ils sont à éviter absolument. Il en est de même du laurier et du persil. Ces légumineuses entraînent chez le chat des gastro-entérites hémorragiques qui peuvent même conduire à la mort dans des cas extrêmes. Le tabac Si vous êtes un fumeur et vous élevez un félin, vous devez faire très attention. Le tabac s’avère très toxique pour les félins. L’ingestion du tabac, ne se reste qu’une petite quantité peut causer chez votre animal des vomissements, des tremblements, la perte de la coordination motrice et une accélération du rythme cardiaque. Lorsqu’il s’agit de l’ingestion d’une grande quantité, votre animal est exposé à des troubles respiratoires très dangereux. Comment reconnaître les symptômes liés à une plante toxique ? Comme vous l’aurez constaté, les troubles causés par les plantes toxiques varient d’une plante à une autre. Vous devez donc faire très attention à toutes les réactions anormales et troubles de votre animal afin de le soigner au plus vite. Mais de façon générale, les symptômes les plus courants sont les troubles digestifs, les troubles nerveux, les problèmes respiratoires et cardiaques. Les troubles digestifs Vous remarquerez chez votre félin une salivation anormale, plus excessive que d’habitude. Il peut également avoir des difficultés à avaler ainsi qu’une perte de l’appétit. Les troubles digestifs se manifestent aussi par une urine sanglante, de la diarrhée et une gastro-entérite. Les troubles nerveux Les troubles nerveux se manifestent par des tremblements, des convulsions par moment ou même de la paralysie. Si vous remarquez ces symptômes chez votre boule de poils, cela peut être dû à une plante toxique dans votre environnement. Aussi, si votre animal ressent de plus en plus de faiblesse, consultez un vétérinaire avant que le pire ne survienne. Les problèmes cardiaques Les problèmes cardiaques dont il s’agit sont entre autres l’arythmie cardiaque, la tachycardie ou le ralentissement du rythme cardiaque. Les problèmes cardiaques ne doivent pas être pris à la légère. Ils peuvent entraîner la mort lorsqu’ils ne sont pas détectés et pris en charge très tôt. Les problèmes respiratoires Tous comme les problèmes cardiaques, les problèmes respiratoires doivent vous alerter. Toute difficulté à respirer ou des symptômes d’asphyxie doivent vous amener à contrôler la nature des plantes plantées dans votre environnement. Dès que vous identifiez l’un de ces symptômes chez votre boule de poils, consultez votre vétérinaire au plus vite. Enfin plus les troubles sont détectés très tôt, plus le traitement est efficace. Les précautions pour limiter l’intoxication L’idéal, pour limiter l’intoxication de votre animal, est d’éloigner avant tout les plantes précitées de l’environnement de son animal. Renseignez-vous sur la toxicité de la plante avant l’achat d’une plante, que ce soit pour la décoration ou le jardin. Toutefois, comme il est difficile d’établir une liste exhaustive des plantes toxiques notamment en raison de la variété de ces plantes, il est recommandé de mettre à la disposition de votre animal de l’herbe à chat. Évitez toutes plantes autres que les plantes à chat pour permettre à votre animal de se purger convenablement. De même, vermifugez régulièrement votre félin afin qu’il ne soit pas tenté d’aller grignoter les plantes. Par ailleurs, en cas d’intoxication, vous pouvez fournir quelques soins d’urgence à votre félin avant de le conduire chez le vétérinaire. S’il y a eu contact entre la peau de votre animal et la plante, retirez-la au plus vite et nettoyez sa peau. Aussi, afin de faciliter la tâche au vétérinaire, collectez quelques feuilles que vous lui montrerez pour qu’il fasse un meilleur
×
×
  • Créer...