Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

PlumeBlanche

Membres
  • Compteur de contenus

    128
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    7

PlumeBlanche a gagné pour la dernière fois le 10 septembre

PlumeBlanche a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

21 Excellent

Visiteurs récents du profil

9 451 visualisations du profil
  1. Si votre chat vomit, ne paniquez pas. Il faut savoir avant tout que le vomissement n’est pas forcément un problème. Il arrive en effet que le chat régurgite ce qu’il a mangé. Et il s’agit d’un reflexe tout à fait naturel. S’il ne s’agit pas de régurgitation en revanche, le problème peut être sérieux. Il est donc indispensable de consulter un vétérinaire, et ce, dans les plus brefs délais. Que faire si votre chat vomit ? Quand consulter ? Découvrez les meilleurs réflexes à adopter en cas de vomissement du chat. Votre chat vomit ? Régurgitation ou vomissement ? La première chose à faire lorsque votre chat se met à expulser le contenu de son estomac, c’est de déterminer s’il s’agit d’un reflexe physiologique ou du symptôme d’une maladie quelconque. La régurgitation Eh oui ! La régurgitation est très fréquente chez le chat. Cela lui arrive généralement lorsqu’il a trop mangé. Mais il peut également y avoir recours lorsqu’il purge, c'est-à-dire lorsqu’il se met à manger des plantes pour justement se faire vomir. Et ce, parce qu’il ressent un gêne pendant la digestion. Vous reconnaitrez facilement le fait de régurgiter par ceci : lorsqu’il rend tout ce qu’il a avalé, il ne semble pas en souffrir. L’expulsion se fait toujours tout en douceur, et de manière passive. Le vomissement On parle, en revanche, de vomissement lorsque l’expulsion se fait de manière agressive et que l’on voit de manière évidente que le chat souffre. C’est le signe qu’il y a eu contraction violente de l’estomac, ce qui n’est pas normal. Le vomissement s’accompagne généralement de nausées. Ces dernières se manifestent chez le chat par une salivation excessive. L’animal se met donc à baver de manière importante et inhabituelle. Il peut aussi se mettre à lécher ses babines et déglutir. Ce sont généralement les signes précurseurs d’un vomissement. Votre chat vomit ? Recherchez les causes possibles… L’une des manières de savoir si le vomissement est physiologique ou pathologique est également d’essayer d’en déterminer la cause. Le chat vomit à cause d’un trouble digestif Dans la majorité des cas, le vomissement est dû à une gêne au niveau digestif. La présence de boules de poils est la cause la plus citée. Mais le fait d’avoir trop mangé, le fait de manger quelque chose d’inhabituel, ou le fait d’avoir le mal du transport peut aussi entraîner des vomissements. Par conséquent, ne vous étonnez pas si votre chat vomit parce que vous lui avez donné une nouvelle marque de pâté, sans l’y avoir préparé à l’avance. Le chat peut aussi vomir s’il a mangé quelque chose qu’il n’aurait pas dû, s’il a ingurgité des toxines, s’il a mangé de la nourriture avariée ou s’il a avalé, par mégarde, des corps étrangers. Dans tous ces cas, il vomit parce qu’il essaie de se débarrasser du mal qui le dérange. Le chat vomit à cause d’une maladie Attention, certaines maladies peuvent entraîner des nausées et des vomissements. Pour être sûr que ce n’est pas le cas en conséquence, prenez le temps d’examiner votre animal et de déceler s’il y a d’autres symptômes comme une perte d’appétit, des comportements inhabituels, une importante perte de poids, ou encore, des diarrhées. Voici les maladies qui peuvent entraîner des vomissements : une allergie à l’aliment consommé, des infections gastro-intestinales, les infections digestives et intestinales, des tumeurs d’estomac, les tumeurs dans l’intestin, les maladies hépatiques, les maladies rénales, les maladies du foie ou du pancréas, etc. Que faire si le chat vomit ? Les premières reflexes Mais avant même d’essayer de comprendre si c’est pathologique ou non, n’oubliez pas de réagir vite dès lors que votre chat vomit. Ce que vous devez faire avant tout c’est de l’éloigner de ce qu’il a régurgité. Votre chat peut en effet se mettre à remanger le vomi. Or, celui-ci peut non seulement être bourré de bactéries et de microbes en tout genre, mais il peut également contenu l’élément toxique qui a provoqué le malaise. Après cela, vérifiez rapidement ses voies respiratoires. Assurez-vous qu’elles soient bien dégagées et qu’aucun contenu gastrique ne les bloque. Car votre chat risque de s’étouffer dans son vomi. Quand consulter un vétérinaire ? Déjà dans le doute, si vous n’êtes pas sûr que ce soit une régurgitation, vous devez aller consulter. Sinon, vous devez voir un vétérinaire si le vomi contient du sang, si votre chat est très faible, s’il a beaucoup de fièvre ou s’il présente des signes de souffrance.
  2. La chèvre devient un animal de compagnie très prisé à cause de son caractère très attachant. Elle ne nécessite pas de nombreux soins particuliers à part le vermifuge. Vous n’avez pas besoin de beaucoup d’espace pour l’accueillir. Elle est trois fois moins petite que la chèvre laitière. Souhaitez-vous accueillir une chèvre naine dans votre jardin ? Comme tout animal de compagnie, vous pouvez adopter votre chèvre dans un refuge, auprès d’une ferme ou bien dans une animalerie. Le prix varie en fonction de votre lieu d’achat. Toutefois, les conditions de vie des animaux sont aussi différentes. Etes-vous prêt à adopter une chèvre naine ? Quel budget pour acquérir une chèvre naine ? Retrouvez dans notre article tous nos conseils avant d'acheter et pour prendre soin de votre chèvre naine. Le budget pour adopter une chèvre naine Pour garantir le bien-être de votre animal, il faut prévoir à part le prix d’achat, une somme pour les frais médicaux ainsi qu’un lieu adapté pour l’accueillir. Le prix d’achat d’une chèvre naine En premier lieu, vous pouvez acheter votre animal dans une ferme. Les prix pratiqués sont plus élevés par rapport aux autres lieux d’achat. Pour un chevreau nain, il est fixé entre 100 à 190 euros. Le prix tient compte en premier lieu du sexe et du poids adulte estimé. Ainsi, un chevreau nain mâle coûte entre 100 à 130 euros tandis qu’une femelle est vendue entre 150 à 190 euros en moyenne. Le prix peut atteindre plus de 200 euros pour une femelle. La différence des prix est liée aussi aux caractéristiques particulières de l’animal comme les couleurs rares. D’autres fermes proposent un chevreau à 70 euros. Ce tarif élevé est dû en partie à la méthode d’élevage des chèvres dans la ferme. En principe, elles vivent dans un meilleur environnement. Elles sont prises en charge par des professionnels de l’élevage. Ainsi, l’acquisition dans une ferme est conseillée pour une meilleure garantie de l’état de santé de votre animal de compagnie. Une attestation de santé et un livret pour le suivi médical sont livrés à l’achat. Le coût inclut aussi les vermifuges pour traiter les parasites et une identification exigée par la réglementation. Vous pouvez aussi en acheter un dans un refuge d’animaux. Le coût des accessoires Il faut prévoir non seulement un terrain clos, mais aussi un abri pour votre chèvre naine. Il en aura besoin pour se reposer et se protéger contre la pluie et le vent. Vous pouvez vous-même construire une petite cabane. L’idéal est de fabriquer la chèvrerie en bois. Son habitat doit être adapté à sa taille. En moyenne, il faudra 2 m2 pour chaque chèvre. Il est difficile de définir le coût pour la fabrication de l’abri. Il est conseillé de choisir un matériau solide comme le bois, le parpaing ou pierre. D’autres solutions pratiques sont aussi possibles telles que la caravane ou l’arrière d’un fourgon. Il faut s’assurer que l’endroit soit sec et mettre à sa disposition une paille fraîche et sèche. Votre futur animal de compagnie aura aussi besoin d’une litière, d’une mangeoire et d’un abreuvoir. Préparez un petit râtelier pour le foin. Il coûte de 300 à 400 euros. Ces équipements sont faciles à acquérir. Ils sont disponibles en animalerie. Choisissez des équipements robustes. Les frais médicaux Le budget vétérinaire pour une chèvre naine n’est pas trop important par rapport aux animaux domestiques comme le chat et le chien. Pour les frais médicaux, il faut prévoir 0,30 à 2 euros pour vermifuger votre animal. La vermifugation doit se faire régulièrement, quatre fois par an. Pour les produits antiparasitaires externes, ils ne dépasseront pas les 6 euros pour chaque traitement. Après l’identification, votre chèvre naine doit faire l’objet d’une prise de sang pour la prophylaxie de brucellose. Il faut recourir à un vétérinaire pour effectuer cette prise de sang. Elle coûte 4 euros pour une chèvre. C’est la rémunération du vétérinaire qui augmente les frais, fixée à 45 euros en cas de déplacement. Elle doit se faire tous les trois ans. Ainsi, un certificat « attestation de Provenance » est délivré par la Direction départementale de la protection de la population. La castration est une question de choix. Il faut seulement le faire correctement. Elle offre de nombreux avantages surtout si vous n’aimez pas l'odeur spécifique, mais elle vous demande plus d’argent. Elle vous coûtera de 75 à 150 euros. Pour une castration à l’élastique, il faut acheter aussi l’élastique et la pince à un prix de 100 euros pour un sachet de 100 gommes et de 15 euros pour une pince. En cas de consultation d’un vétérinaire, comptez 25 à 35 euros de plus. Nos astuces pour réussir votre adoption Pour réussir votre adoption, il faut tenir compte en principe de quelques points importants. La chèvre a un instinct grégaire D’abord, les chèvres sont des animaux grégaires. Pour son épanouissement, une mini-chèvre a besoin d’un congénère. Ainsi, pensez à acquérir au minimum deux chèvres. Vous avez le choix entre deux mâles ou deux femelles ou bien un couple. Acheter un couple vous permet de bénéficier de réduction au niveau du prix. Cependant, cet achat est déconseillé parce qu’un bouc nain a besoin de plusieurs chèvres pour satisfaire ses besoins. Évitez de faire cohabiter d’autres animaux de compagnie comme un chien ou un chat. Au minimum, choisissez un herbivore pour lui tenir compagnie. La cohabitation peut être difficile en cas de nouveau venu considéré comme un intrus. Elle est plus facile pour les chèvres déjà habituées à la présence d’une compagnie. D’où l’avantage de l’achat de duo, vous n’aurez plus de problèmes pour partager le même espace. Offrir un cadre de vie agréable À part l’abri, il faut aussi prévoir un terrain clos mesurant au minimum 400 m2 pour deux chèvres. Optez pour des clôtures adaptées aux chèvres. Parfois, elles peuvent foncer directement dans les clôtures. Il ne faut pas choisir aussi les clôtures toutes en bois. Elles peuvent bien les ronger au fil du temps. Pour terminer, l’achat d’une chèvre nécessite le respect des obligations légales spécifiques. Il en est ainsi de l’identification, précisément deux types d’identification : une boucle sur chaque oreille et une boucle de paturon. L’identification implique aussi la mise en place d’une puce électronique. L’identification permet de s’opposer à une euthanasie de votre animal.
  3. Les vétérinaires de garde peuvent être d’un grand secours. Lorsque votre animal de compagnie tombe soudainement malade, et que vous avez besoin de consulter un expert en toute urgence à des heures tardives ou pendant le weekend, ce sont à eux que l’on peut s’adresser. Mais bien évidemment, cela a un prix. Quel est le tarif moyen d’un vétérinaire de garde ? Combien coûte une consultation en urgence par un vétérinaire de garde ? Découvrez la réponse à toutes vos questions. Un vétérinaire de garde, c’est quoi ? Pour que vous puissiez mieux comprendre son tarif moyen, vous devez d’abord comprendre ce qu’est un vétérinaire de garde. Un vétérinaire comme tant d’autres… Il s’agit en réalité d’un expert de la santé animale comme les autres. C’est donc un vétérinaire qui remplit les mêmes fonctions et les mêmes rôles qu’un vétérinaire classique. A la différence près que – comme son nom l’indique si bien – il remplit également une fonction de « garde ». En tant que tel, il va donc veiller à des heures où le vétérinaire classique ne travaille pas, afin d’assurer une permanence la nuit, pendant le week-end mais aussi pendant les jours fériés. Et ce, afin qu’en cas de besoin, les maitres puissent le consulter à tout moment, si jamais leur animal de compagnie venait à tomber soudainement malade. Mais pas toujours le même… Eh oui ! Vous ne pourrez pas toujours tomber sur le même vétérinaire de garde. En effet, celui-ci est amené à changer régulièrement en fonction des organisations faites auprès de plusieurs cliniques vétérinaires. Pour mieux vous expliquer, le service de garde fonctionne exactement comme avec les pharmacies. Plusieurs cliniques d’une même ville, d’une même région, se concertent et s’organisent entrent elles pour faire en sorte qu’un vétérinaire soit toujours disponible en dehors des heures de travail. Les vétérinaires de chaque clinique vont donc effectuer la maintenance à tour de rôle. Et ce, de manière à ce qu’il y ait un vétérinaire disponible 7j/7 et 24h/24. Quel est le tarif moyen d’un vétérinaire de garde en consultation ? Parce que le vétérinaire de garde travaille à des heures tardives et pendant les jours non-ouvrables, attendez-vous à ce que ses tarifs soient beaucoup plus élevés. Le coût d’une consultation par un vétérinaire de garde Le prix de consultation d’un vétérinaire de garde représente le double, voire plus du tarif d’un vétérinaire classique. Et pour cause ? Si vous consultez un vétérinaire dans la journée, le prix pour la consultation se situe entre 25 € et 35 €. Mais si votre chien tombe soudainement malade en pleine et que vous l’emmenez voir un vétérinaire, prévoyez aux environs de 70 € à 90 €. Le coût des interventions d’urgence par un vétérinaire de garde Le coût de toute intervention supplémentaire, effectuée par le vétérinaire de garde, peut également coûter extrêmement chère. Si l’état de votre animal nécessite, par exemple, des examens supplémentaires, il faut compter aux environs de 500 € à 1 000€ pour des échographies, des analyses de sang, etc. S’il s’avère que votre chien a besoin d’une opération en urgence, selon la complexité de l’intervention, elle peut également peut vous coûter plus de 1 500 €. Quand et où trouver un vétérinaire de garde ? Vous devez consulter un vétérinaire de garde à partir du moment où vous sentez que la vie de votre animal est en danger. Si vous constatez un changement de comportement important, comme une fatigue excessive ou une faiblesse soudaine, une diarrhée violente et trop récurrente, le refus de manger ou des gémissements persistants… bref, si vous avez l’impression qu’il serait trop risqué d’attendre le matin pour voir un vétérinaire classique, il est plus prudent d’emmener votre animal voire un vétérinaire de garde. Où trouver un vétérinaire de garde ? La meilleure manière de le savoir est d’appeler directement le vétérinaire que vous consultez habituellement. Avec un peu de chance, il sera lui-même de garde. Mais dans le cas contraire, il pourra vous renseigner et vous indiquer où vous devrez aller.
  4. Le régime alimentaire a un impact important sur la santé d’un chat. Le choix des nourritures participe grandement à l’amélioration de son bien-être. On admet que les nourritures naturelles demandent plus de temps pour la préparation, mais apporteте de nombreux avantages à votre félin. Quelles sont alors les bonnes raisons de lui offrir un régime 100 % naturel ? Quelles sont les meilleures nourritures naturelles pour un félin ? Retrouvez dans notre article quelques conseils importants concernant les produits naturels adaptés à votre chat et les informations utiles pour préparer son alimentation faite maison. Il est aussi recommandé d’obtenir des conseils de votre vétérinaire avant de décider. Les bonnes raisons de choisir les aliments naturels pour un chat Nourrir son chat avec des produits totalement naturels est possible. L’alimentation faite maison peut bien remplacer les aliments industriels comme les aliments secs et les aliments humides. Elle réussit à couvrir tous les besoins nutritionnels nécessaires au développement et épanouissement de votre chat. Il suffit de suivre quelques astuces. Comme son nom l’indique, l’alimentation naturelle à la différence des aliments secs et les aliments humides comme les boîtes de conserve ne renferme pas d’agents chimiques, de colorant et de conservateurs. Les aliments industriels sont à l’origine de nombreuses maladies comme la diarrhée et l’obésité. Tandis que les produits naturels favorisent des articulations saines avec un pelage brillant. Cependant, il faut connaître les nourritures naturelles que vous pouvez offrir à votre chat. En fait, il existe de produits naturels dangereux pour les chats qu’il faut bannir de son régime. De plus, il convient de respecter quelques instructions sur leur quantité pour satisfaire les besoins nutritionnels du chat ou bien pour éviter les excès ou les carences qui peuvent nuire à sa santé. Les besoins nutritionnels du chat Il est essentiel de connaître les besoins nutritifs de votre félin avant de choisir les produits alimentaires adaptés. Rappelons que le chat est un carnivore. Ainsi, son alimentation doit être à base de viande. Choisissez également un régime similaire à ceux qu’il aurait mangé à l’état sauvage. Un régime BARF consiste à offrir une nourriture la plus naturelle possible. Surveillez seulement la quantité des éléments nutritifs apportés par ces aliments. Pour bien nourrir votre chat naturellement, vous pouvez se référer à notre exemple de ration journalière : 60 à 80 % de viandes crues 10 % fruits et légumes 15 à 20 % de poissons cuits. Les aliments naturels doivent contenir les éléments nutritifs suivants : 26 % de protéines 40 % de matières grasses Des aliments riches en taurine pour votre chat Privilégiez les aliments riches en taurine, un élément nutritif utile pour un meilleur fonctionnement du cœur, de la vision et de l’appareil digestif du chat. Elle possède de nombreuses vertus pour la santé du chat. À titre d’illustration, on peut citer quelques aliments naturels riches en taurine comme le poulet. La viande de poulet fait partie des viandes saines adaptées à un chat. Elle contient beaucoup de taurine. Il y a aussi les viandes de bœuf. Elles renferment une quantité importante de taurine. Les viandes crues sont également recommandées. Les viandes cuites peuvent provoquer la diarrhée. Les fruits de mer contiennent aussi une dose de taurine. Choisir des aliments sains Optez aussi pour des produits sains. Quelles sont les viandes saines pour un chat ? Il y a d’abord le poulet et ensuite la viande de dinde. C’est mieux de les offrir cuites ou grillées sans huile. La viande de porc est cependant déconseillée aux chats à cause de la graisse. Concernant les charcuteries, les chats en raffolent, mais il faut au maximum éviter les charcuteries trop assaisonnées. Vous pouvez lui offrir occasionnellement des tranches de jambon ou de dindes qui ne sont pas trop riches en sel. Évitez les salamis, le saucisson et le jambon salé. Les poissons sont aussi des nourritures à la fois naturelles et saines. Ils sont riches en Oméga 3 et oméga 6, bons pour le pelage de votre chat. Il en est ainsi des saumons et truites. Optez si possible pour des poissons blancs et sans arêtes. Offrir des légumes et fruits à faible quantité Les légumes peuvent aussi faire partie du régime alimentaire du chat, mais à faible dose. Voici quelques légumes à offrir avec modération à votre félin : courge, pois, laitue. Les oignons crus et l’ail doivent être bannis de son régime alimentaire. Ils renferment des dérivés soufrés à l’origine d’une anémie ou vomissements du chat. Les pommes de terre, choux et navet cuits peuvent aussi être nocifs parce qu’ils se fermentent dans l’estomac en produisant des gaz. Même lorsqu’ils sont crus, ils sont toujours dangereux pour l’appareil urinaire de l’animal à l’origine des calculs rénaux. Comme les légumes, le chat peut consommer des fruits, mais en faible quantité à cause de la haute teneur en sucre. La fraise, les myrtilles et le melon sont bons pour sa santé du chat. Ils sont riches en Vitamine C et ont une vertu antioxydante et hydratante. Les aliments nocifs pour un chat De nombreux aliments sont dangereux pour un chat. Les fruits à pépins et à noyaux sont interdits pour votre félin. Les noyaux et pépins de pommes, abricots, poires contiennent du glycoside cyanogénique dangereux pour un chat. Ces aliments peuvent être mortels. De même, l’avocat est aussi nocif, à cause de la persine, qui a un effet négatif pour le cœur et les poumons de l’animal. Il est également riche en graisse provoquant une inflammation du pancréas. Il ne faut pas donner à votre chat du raisin ou raisins secs. Ce fruit est mauvais pour la santé du chat.* Les champignons sont aussi déconseillés. Ils engendrent des problèmes de foie et neurologiques. Le café est aussi un aliment toxique. La caféine entraîne des problèmes cardiaques et peut être fatale si le chat a avalé une grande quantité. Les chats sont aussi généralement intolérants au lactose. Ainsi, offrir du lait à un chat n’est pas une bonne idée. Les œufs crus sont aussi des aliments toxiques. Ils renferment de l’avidine qui entraine un dysfonctionnement du métabolisme des graisses, du sucre et des acides aminés. Certaines plantes comme le lys, les tulipes et l’azalée sont aussi toxiques. Les aliments assaisonnés et riches en sel et huile restent déconseillés.
  5. De nombreuses raisons peuvent être à l’origine des comportements hyperactifs des chiens. La nourriture et l’environnement sont les causes les plus fréquentes. L’anxiété d’un chien peut aussi être naturelle en raison de sa race. Elle se manifeste à travers des agitations intempestives et des mouvements compulsifs. Le chien devient plus difficile à dresser. Dans ce cas, vous pouvez recourir à un vétérinaire. Cependant, il est tout à fait possible de soigner l’anxiété d’un chien avec des traitements naturels. Comment aider votre animal au mieux ? Quels sont les traitements qui pourront l’apaiser ? Découvrez notre petite sélection des remèdes naturels pour combattre l'anxiété chez le chien. Pourquoi choisir les remèdes naturels pour aider un chien anxieux Votre vétérinaire peut prescrire des médicaments tels que les antidépresseurs pour calmer votre chien. Les traitements médicamenteux peuvent produire des effets secondaires indésirables à votre animal de compagnie. Ainsi, nous avons sélectionné pour vous remèdes naturels efficaces et qui ne présentent pas de danger pour votre chien. Soulignons toutefois que les remèdes naturels nécessitent plus de patience. Ils agissent plus lentement que les traitements médicamenteux. Ainsi, il faut attendre plusieurs semaines pour obtenir des résultats. Ils regroupent les plantes, les huiles essentielles naturelles et des compléments alimentaires pour traiter l’anxiété de votre chien. Quels sont donc les traitements naturels les plus sûrs pour apaiser votre toutou ? Découvrez dans notre article les traitements internes et externes pour lutter contre l’anxiété d’un chien. Chien anxieux : les traitements par voie interne Des traitements internes naturels comprennent les essences de fleurs, les compléments alimentaires et les plantes. Les essences de fleurs pour apaiser un chien anxieux Les fleurs de Bach sont des solutions naturelles efficaces. Certaines ont des effets immédiats. Pour ce faire, il convient de verser deux gouttes dans l’eau potable ou bien mettre la solution dans sa bouche et sur ses gencives 3 à 4 fois par jour pendant au minimum 21 jours. Il existe de nombreux types de Fleurs de Bach. On peut citer : l’Aspen, le Cherry plum, Mimulus, le Red Chestnut, Rock Rose, Rescue. Elles possèdent toutes des vertus anti-stress. Pour faire le meilleur choix, il est nécessaire de repérer les problèmes dont souffre votre chien. L’Aspen sert à traiter les peurs d’origine inconnue. Le Cherry Plum aide un chien à maîtriser son comportement et éviter l’agressivité. Le Mimulus est une solution pour les peurs identifiées. Rescue est un remède à effet immédiat. Les compléments alimentaires Certains nutriments possèdent aussi des vertus pour lutter contre la nervosité du chien. Il faudra au minimum une cure de deux mois pour avoir un résultat satisfaisant. Des recettes à faire soi-même peuvent grandement vous aider. Voici quelques compléments alimentaires pour votre chien pour retrouver l’équilibre sur le plan psychique : Le concentré résistance est une recette à base de bourgeons de Cassis bio, racine d’Echinacée et de d’Eleuthérocoque, une goutte par kilo du poids de l’animal suffit. Les Vitamines C naturelles sont aussi des suppléments nutritionnels efficaces. Les doses varient en fonction du poids de l’animal. La Théanine est un antistress naturel. Elle exerce un effet immunisant et relaxant. C’est un ingrédient du thé vert. Elle a ainsi le pouvoir d’apaiser votre chien. Il y a aussi la Thiamine, une Vitamine complexe B. Il agit sur le système nerveux central. L’insuffisance de ce nutriment rend sensible à la nervosité et l’anxiété. De ce fait, il faut s’assurer que votre animal ne souffre pas de carence de Thiamine. Le Décapeptide exerce aussi un effet anti-stress. Les plantes Il existe aussi des plantes calmantes pour traiter l’anxiété naturellement. La phytothérapie pour chien est une pratique médicale répandue, et beaucoup de plantes ont des propriétés bénéfiques pour la santé canine. On peut avancer quatre types de plantes pour remédier aux comportements peureux de votre chien. En premier lieu, il y a l’avoine, une plante qui calme les nerfs. Elle apporte aussi des suppléments nutritifs à votre chien parce qu’elle est enrichie de sucres. La camomille est aussi une plante efficace pour soigner la nervosité d’un chien. N’hésitez pas à en donner à votre chien afin qu’il dorme bien. La valériane et la calotte aident aussi votre animal de compagnie à lutter contre les tensions nerveuses. Elles sont vendues sous forme de teinture ou en capsules. Les plantes Chien anxieux : les traitements par voie externe Ils regroupent les huiles essentielles et le massage, des solutions efficaces pour se déstresser. L’aromathérapie Le pouvoir antistress de l’aromathérapie n’est plus à démontrer. Les huiles essentielles sont aussi des produits performants disponibles pour traiter le comportement stressé de votre chien. Les huiles essentielles de lavande et de camomille sont des huiles bio qui ne présentent pas de risque pour la santé du chien. Leur vertu calmante produit des effets pour vous et votre chien. Vous pouvez utiliser un diffuseur ou bien les verser sur une boule de coton ou pulvériser l’huile sur la literie de votre chien. Il est cependant déconseillé d’appliquer directement l’huile non diluée sur la peau de l’animal. Le massage Pour les traitements externes, le massage possède aussi une vertu antistress. Votre chien en a vraiment besoin s'il souffre d'anxiété : un massage régulier lui permettra de se détendre. Faites des mouvements circulaires autour de son corps comme le ventre et la colonne vertébrale. Il permet de renforcer le système immunitaire du chien. De nombreuses techniques de massage sont possibles pour déstresser votre toutou. Durant le massage, utilisez un gel aromatique. Ce dernier est constitué de noisette de gel d’Aloe Vera, de l’huile essentielle de mandarine et de Marjolaine. Il convient seulement d’éviter à tout prix le contact des huiles non diluées avec les yeux de l’animal. L’huile végétale fera l’affaire, mais il faut choisir les huiles sèches. En principe, le massage doit se faire régulièrement au moins une fois par semaine sauf pour les chiots. Les techniques de massage d’un chien sont variées. L’utilisation d’aimants reste aussi une solution très pratique. Vous n’avez qu’à placer des aimants durant 5 minutes sur les pattes avant et 5 minutes sur les pattes arrière une fois par jour au bout de cinq jours. Il faudra choisir les aimants de types magnets.
  6. Une balade tranquille dans un parc avec un chien semble anodine. Toutefois, quand il ne veut pas, c’est tout autre chose ! il y a des moments où le chien tire sa laisse, et refuse carrément d’obéir à son maître. Il court dans tous les sens et aboie sans cesse. Cette agitation est inquiétante pour le propriétaire. Pourquoi un chien tire t-il aussi souvent sur sa laisse ? Quels sont les gestes à avoir pour que cela ne se reproduise plus ? Voici un guide qui vous aidera à comprendre les raisons pour lesquelles cela arrive. Et quelles en sont les solutions ? Pourquoi mon chien tire sur la laisse ? Les sorties deviennent pénibles quand votre animal de compagnie tire trop souvent sur sa laisse. Cala peut devenir une source de stress pour le maître et le chien au long terme. Besoin inassouvi Il est tout à fait normal que votre chien soit excité à l’idée de sortir en promenade. De ce fait, dès qu’il sort de la maison, il veut courir partout. Ce geste est instinctif. Quand cette excitation persiste ou s’intensifie, c’est là qu’il faut se questionner. Le chien veut communiquer avec son maître, mais il ne sait pas parler. C’est donc à travers des gestes qu’il fait passer des messages. D’habitude, c’est à cause des besoins inassouvis qu’ils adoptent des comportements désagréables à notre égard. Il se peut qu’ils aient faim, soif ou qu’ils aient envie de faire leur besoin. Avec une laisse trop courte, le chien ne sera pas à son aise pendant la sortie. Normal, qu’il la tire constamment. Il est donc conseillé de vérifier la longueur de celle-ci. Manque d’obéissance Le chien a un côté rebelle. Il veut tester qui prend le contrôle. Quand le maître tire d’un côté, l’animal s’oppose et tire sa laisse dans un autre sens. C’est un cas de figure bien courant. Une tension se crée ensuite, car votre matou veut montrer son autorité. Si le propriétaire cède une fois, le cerveau de l’animal va enregistrer ce fait. Cette action deviendra une habitude. Lors de vos balades quotidiennes, maître et animal de compagnie ont chacun leur vitesse de marche. Cette différence d’allure, entraîne un dysfonctionnement, et peut amener l’animal à tirer sa laisse. Le maître marche doucement, tandis que l’animal de compagnon va plus vite, ou vice versa. Mécontent de cette situation, le chien n’a aucune solution que de tirer sa laisse. L’animal domestique fonctionne par habitude. Dès que le propriétaire se soumet à la vitesse de sa marche, ce dernier imposera cette allure à chaque sortie. L’idéal est de lui donner champ libre pour décider de la vitesse, tout en imposant votre autorité. Manque d’exercice physique Le chien est un animal très actif. En principe, il devrait effectuer une sortie journalière de 30 minutes par jour. Cette promenade stimulera sa capacité physique, intellectuelle et olfactive. Si votre chien ne sort pas assez souvent, il aura du mal à se contrôler lors de vos sorties. Le surplus d’énergies s’accumule, dès qu’il y a l’occasion de sortir. Il devient normal pour eux de se défouler à ce moment-là. Le fait d’être confiné dans une maison à longueur de journée génère du stress. Cette anxiété pousse le chien à courir partout. Ils voudront automatiquement profiter pleinement de leur peu de liberté. Tout canin, en manque d’exercice physique, peut ainsi manifester des troubles de tire de la laisse. Quelles sont les résolutions à prendre ? Il est important que votre compagnon comprenne les règles lors de vos sorties quotidiennes. Ne plus tirer constamment sur sa laisse est l'une d'entre elles. Veillez à leur besoins Avant chaque sortie, assurez-vous à ce que votre chien ait fait tous ses besoins. Cultivez cette habitude. Vérifiez également, s’il a faim ou s’il a soif. Donnez lui à manger, et à boire, pour vous éviter les tracas. Prêtez attention à ses aboiements. Une laisse doit avoir une bonne longueur, afin que le chien puisse marcher correctement. Évitez de la rembobiner autour de votre main. Cela va la raccourcir, et va créer une tension auprès de l’animal. Le début d’une promenade est crucial. Si tous les besoins du chien ont été soignés, il se sentira bien à l’aise. Ainsi, il sera plus disposé à suivre les ordres de son maître. Le calvaire de la sortie sera alors transformé à un moment de complicité entre chien-maître. Montrez qui est le maître En cours de route, le chien renifle et s’arrête. Quand votre chien s’arrête, ne vous arrêtez pas. Continuez votre route, en l’emmenant bien par sa laisse sans pour autant tirailler pour éviter de l’étrangler. Le chien est un animal intelligent. Il veut savoir qui contrôle la situation. Il teste son propriétaire, à travers ses arrêts fréquents. Si vous vous arrêtez à chaque fois qu’il renifle, cela montre que c’est lui qui maîtrise la situation. De cette manière, il va avoir tendance à imposer ses règles. Un des moyens pour montrer à un chien que vous tenez la règne, c’est de lui imposer votre allure pendant votre promenade. Faites des exercices ensemble. Accélérez, puis ralentissez en cadençant son allure et la vôtre. Après avoir parcourues quelques distances, vous pouvez faire demi-tour. Reprenez la pratique à chaque fois jusqu’à ce que cela devienne une habitude. Dépenser de l’énergie A la base, les chiens sont des animaux dynamiques et joueurs. A cause du rythme de la vie citadine, les maîtres n’ont pas assez de temps pour des exercices physiques. Nul ne peut remplacer la balade chez les chiens. Le maître doit s’arranger de sorte à ce qu’ils puissent sortir régulièrement. La promenade est une activité bénéfique, non seulement à votre matou mais également au maître. A part le bienfait physique, ce sera également un moment de détente et de complicité entre les deux. D’origine chasseur, l’odorat d’une boule de poils a besoin d’être entretenu. Découvrir de nouvelles odeurs est essentiel pour lui. Les sorties sont des occasions pour développer cette faculté olfactive. Apprendre à un chien à bien se comporter n’est pas une tâche facile. Pour ce faire, il faut tout d’abord connaître sa personnalité. La patience et la persévérance sont primordiales, faire connaissance avec un animal nécessite beaucoup de temps. C’est à travers les activités que des liens se tissent. Petit à petit, le maître découvre le caractère de son animal de compagnie. Vous saurez choisir le meilleur système éducatif à adopter pour votre chien. Votre canin de son côté apprend à obéir. Fini l’ennui du chien qui tire en laisse, la promenade sera une occasion pour se ressourcer.
  7. Votre chien mange de l’herbe ? Sachez avant tout que cela n’a rien d’exceptionnel. Tous les chiens, à un moment donné ou à un autre de leur vie, se sont mis à manger de l’herbe. Et le vétérinaire vous le dira, cela peut même être tout à fait normal. Cela dit, si votre toutou se met à brouter dans le jardin soudainement et de manière excessive, il y a matière à réflexion. Car tout comme ce comportement alimentaire inhabituel peut ne rien cacher de particulier, il peut également être la conséquence d’un mal-être ou d’une maladie. Il est donc toujours plus prudent d’en déterminer la cause. Pourquoi les chiens mangent-ils de l'herbe ? Faut-il s'inquiéter si mon chien mange de l'herbe ? Peut-il s'agir du PICA ? Découvrez toutes les raisons qui peuvent expliquer pourquoi un chien mange de l’herbe. Pourquoi un chien mange de l’herbe ? Une question d’instinct… On a souvent tendance à assimiler « chien » et « alimentation typiquement carnivore ». Et pourtant, selon les dires des spécialistes, le chien serait en réalité à la fois carnivore et herbivore. Et il semble même qu’ils tiennent cela de leurs ancêtres, les loups, qui mangeaient le contenu digestif de leurs proies herbivores, se composant justement et essentiellement d’herbes et de plantes. Si votre chien mange de l’herbe, rassurez-vous, il se peut qu’il reproduise tout simplement un comportement alimentaire ancestral. Pourquoi mon chien mange de l’herbe ? Une question de digestion… Le fait de manger de l’herbe chez le chien peut également se traduire par un malaise digestif. Manger de l’herbe permet de mieux digérer Le régime alimentaire du chien se compose essentiellement de viande. Ce qui, en somme, n’est pas facile à digérer. Le fait de manger de l’herbe permet ainsi à votre chien d’apporter de la fibre à son alimentation. Pour en revenir au loup, ce sont les plantes, les baies et les herbes contenues dans l’estomac de ses proies qui lui permettent d’assurer l’apport en fibre nécessaire à son organisme pour une bonne digestion. Manger de l’herbe pour soulager un estomac trop lourd Votre chien peut également se mettre à manger de l’herbe lorsqu’il a des difficultés à digérer. S’il a trop mangé, s’il a mangé quelque chose d’indigeste, ou si son dernier repas met trop longtemps à se résorber, il peut ressentir le besoin de le sortir. Il va alors se mettre à manger de l’herbe afin de se purger. En règle générale, il va manger les plantes en question très rapidement, afin de ne pas avoir à trop les mâcher. Et ce, dans le but d’irriter la paroi stomacale et provoquer un vomissement. Votre chien mange de l’herbe parce qu’il a faim Votre chien s’est mis à manger de l’herbe sans raison apparente ? Vérifiez qu’il n’a pas faim. En effet, s’il n’obtient pas la ration quotidienne suffisante, en d’autres termes, qu’il n’est pas rassasié, il peut se mettre à manger des plantes pour compenser. Pourquoi l’herbe ? Très riche en fibre, une fois fermentée pendant la digestion, l’herbe créerait une meilleure sensation de satiété. Par conséquent, si votre chien en mange, vous pourrez tout simplement régler le problème en lui donnant à manger. Et puisqu’il ressent le besoin de manger des aliments riches en fibres, donnez-lui des fruits et des légumes riches en fermentescibles comme la pomme, la banane, les carottes, les brocolis, les lentilles, les pois, etc. Un chien qui mange de l’herbe ? Peut-être un PICA ? Le PICA est un trouble du comportement alimentaire qui résulte soit d’un trouble du comportement soit d’une maladie. Il se manifeste par une tendance à manger tout et n’importe quoi chez le chien. L’ingestion de matières fécales en est le principal symptôme, mais l’animal atteint peut également se mettre à manger le sable, les tissus, les cailloux et bien sûr, l’herbe. En conséquence, si votre chien se met à manger de l’herbe, observez d’abord son comportement. S’il ne mange que de l’herbe, il est peu probable que ce soit le PICA. En revanche, s’il se met à ingurgiter d’autres matières non comestibles, pensez à consulter un vétérinaire. Car il est urgent de déterminer le problème sous-jacent. Chien qui mange de l’herbe – Quand consulter ? Notez avant tout que si votre chien se met à manger de l’herbe soudainement, cela devrait suffire pour attirer votre attention. Cela dit, le problème est rarement grave, et à priori, du moment que cela ne dure pas, il n’est pas nécessaire de consulter un vétérinaire. En revanche, si vous avez l’impression qu’il le fait de manière anormale et excessive, s’il a tendance à manger de l’herbe pour vomir régulièrement, il y a matière à s’inquiéter. De même, si le fait de manger de l’herbe devient une routine, ou s’il s’accompagne d’autres comportements anormaux, mieux vaut l’amener voir un vétérinaire.
  8. Dès qu’on parle de chat et chien, une image de tension, nous vient à l’esprit. Certes, il existe, ce cliché qui dicte que ces deux espèces soient des ennemis jurés. Que faire alors, si une personne veut adopter ces deux boules de poils en même temps. Zoom sur les réponses. Comment faire cohabiter un chat et un chien ? Comment faire pour que son chien et son chat s'entendent bien ? Que faire si un chien et un chat ne s'aiment pas ? L’objectif de ce guide est de faciliter la cohabitation de ces deux beaux animaux de compagnie; En trouvant le juste équilibre, vous pourriez sans entraves vous épanouir avec un minou et un toutou sous le même toit. Cohabitation entre chat et chien difficile : quelle est l’origine du conflit? Cette première étape est incontournable pour s’assurer de résultats positifs. Elle consiste à apprendre à connaître nos compagnons pour ensuite savoir comment s’y prendre. Ce qu’il faut savoir sur le chat Le chat est solitaire et réservé. Il a du mal à accepter la présence d’un autre animal de compagnie, même celui de son congénère. Dans le monde des chats, le plus ancien locataire fait automatiquement la loi. Il aime marquer son territoire. Il a tendance à vouloir dominer lorsqu’il est en présence d’autres animaux. Il est également un grand routinier. Il tient à ses habitudes. A l’arrivé d’un nouveau chat, celui-ci doit impérativement se soumettre à ses règles. Hostile à tout changement, l’introduction d’une nouvelle espèce constitue un obstacle à son rythme. De ce fait, il est difficile pour lui de casser sa routine. La mésentente entre chat et chien est compréhensible, car ils n’ont pas les mêmes tempéraments, ni les mêmes codes de communication. Cette différence de perception engendre une tension. Une harmonie est possible, dans la mesure où le maître accepte que ces deux animaux ne seront jamais pareils. Connaître le chien Le chien est un animal sociable. Il est bien à l’aise avec ses congénères. Conçu pour vivre en meute, il n’a aucun souci à vivre avec d’autres animaux domestiques. Discipliné, il est fidèle à son maître. De ce fait, il est préférable de l’éduquer dès son jeune âge. Le dressage doit s’effectuer environ à son troisième mois de naissance. Un toutou bien dressé est un atout pour son maître. De nature sociable, il acceptera facilement, la présence d’autres animaux. D’autre part, c’est un animal très actif. Il a ce besoin constant de dépenser de l’énergie, à travers les balades ou les jeux. Le propriétaire doit tenir compte de ces distinctions entre les deux boules de poils. Il doit adopter la meilleure attitude, adaptée à chacun d’eux. Il ne faut surtout pas qu’il montre un favoritisme envers l’un ou l’autre. Cela envenime la situation. Leur interprétation des gestes Très souvent, le chat interprète les gestes du chien autrement que ses congénères. Et vice versa. Voici quelques comportements que vous devez connaître pour pouvoir agir: Un chat ennuyé par le chien lève sa patte pour montrer son mécontentement. Pourtant le chien pensera que le chat veut jouer. Toutou et matou ont ce mouvement instinctif de remuement de queue. N’empêche que la signification est différente. Un chien remue sa queue pour manifester sa joie, tandis que le chat la remue quand il est fâché. En se reposant, un chat dort sur le plancher. Pour un chien, cela signifie qu’il se soumet à lui. Un chat qui fuit ou qui court incitera le chien à passer à une course poursuite. L’instinct chasseur du chien va être encore plus titillé par la fuite du chat. Vous devez donc les entraîner à se comprendre pour que la cohabitation fonctionne. Conseils pratiques pour une bonne cohabitation entre chien et chat Voici quelques recommandations qui vous aideront dans la démarche de mise en entente du chien et du chat pour cohabiter. Préparer la rencontre Rien ne doit se faire à la hâte, tout doit se préparer. La première rencontre entre les deux animaux domestiques a un enjeu crucial. Tout d’abord, deux ou trois jours avant le jour J, imprégnez un jouet de l’odeur de l’autre animal. Si vous avez déjà un chien et vous voulez accueillir un chat, prenez un joujou, faites en sorte que celui-ci sent l’odeur du chat. Ensuite, emmenez l’objet à la maison, et laissez-le se familiariser avec l’odeur. L’animal qui va accueillir son nouveau compagnon doit être bien dressé. Si votre boule de poil a été déjà éduquée, une révision est indispensable. Dans le cas contraire, ne vous précipitez pas à l’adoption, procéder d’abord au dressage. Les ordres basiques tels que «assis», «pas toucher», et le «rappel» doivent être bien assimilés. Mesures à prendre pour le chien Le chien est un grand joueur. L’idéal, c’est de le promener et de le fatiguer avant sa présentation avec son nouveau compagnon. Épuisé, il n’aura que peu d’énergie pour courir après son nouveau colocataire. Il faut lui préparer des friandises en le gardant en laisse. La première fois, évitez de les mettre en contact direct. S’il est possible, mettez une barrière pour limiter le coin chat. Cela aidera le canin à comprendre, qu’il y a des limites à ne pas dépasser. Laissez-le observer à distance. Dans le cas, où il montre des signes d’agressivité, procédez au rappel à l’ordre. En même temps, utilisez les friandises, pour lui montrer que s’il est bien sage, il aura une récompense. S’il est surexcité, changez de pièce, et calmez-le. Après quelques temps, recommencez. Il ne faut pas brûler les étapes. Mesures à prendre pour le chat Le chat a besoin d’un coin propre à lui. C’est un animal territorial, il faut le respecter en tant que tel. Si ce besoin n’est pas assouvi, cela va générer du stress chez lui. L’espace doit être aménagé, de sorte à ce que le chien ne pourrait pas y accéder. Des accessoires comme: les arbres à chat, les étagères à chat, les griffoirs seraient les bienvenus dans l’aménagement. Soyez bien inventif et astucieux pour trouver tous les meilleurs moyens de le mettre à l’aise. Les aliments sont souvent source de dispute entre ces deux animaux. Au moment du repas, il est préférable d’installer la gamelle du chat en hauteur, et celui du chien en bas. De cette manière, l’un n’embête pas l’autre. Les deux boules de poils pourront manger tranquillement. Le chat est indépendant, le chien est fidèle, chacun a sa personnalité. Toutefois, une cohabitation entre les deux est possible. La réussite de cette entente requiert l’implication du tuteur. Son rôle est de les mettre à l’aise pour ensuite instaurer le respect mutuel entre animaux domestiques, et ce, dès le premier contact. Toute est question d’habitude. Au fur et à mesure que vous inculquez les bons gestes, ils seront aptes à vivre ensemble. Ils pourraient même accepter sans souci, pourquoi pas, la venue d’un autre animal de compagnie?
  9. Le rat domestique est un petit rongeur très affectueux. Il n’est pas difficile de prendre soin de cet animal de compagnie. Il n’occupe pas beaucoup de place et s’adapte facilement à son environnement.. Il a une espérance de vie de 2 ans, qui peut varier selon ses conditions de vie. Souhaitez-vous acquérir un rat pour vous tenir compagnie ? Tout propriétaire d’un animal de compagnie doit disposer d’un budget pour acquérir et entretenir son animal. Retrouvez dans notre article quel est le coût financier de l’adoption d’un rat domestique et quelles sont les informations utiles à connaître avant de valider votre choix ? Le prix d’achat d’un rat domestique En général, vous pouvez acquérir un rat domestique à un prix entre 10 à 20 euros. Pour adopter un rat, vous n’avez pas besoin d’un budget important par rapport aux autres animaux de compagnie comme le chien ou le chat. Ce prix change en fonction du lieu d’achat. Les dépenses liées à l’entretien de votre petit rat domestique peuvent toutefois vous coûter un peu cher surtout en cas de frais imprévus. Son caractère grégaire implique que le rat a besoin d’un congénère pour cohabiter avec lui. C’est un moyen de lui offrir un max de bien-être. Ainsi, il est recommandé d’acquérir deux rats au minimum. Pensez donc à doubler vos dépenses. Les prix varient en fonction du lieu d’achat. Pour les accessoires, l’achat en ligne offre de nombreux atouts. De plus, c’est pratique et plus rapide. Un futur propriétaire a le choix entre trois lieux d’achat : Une raterie : il s’agit d’un lieu qui regroupe les particuliers amoureux des rats domestiques, qui se sont spécialisés dans l’élevage privé de rats domestiques. Les animaux vivent dans des bonnes conditions. Pris en main par des passionnés, une raterie offre le maximum de bien-être aux animaux en matière d’hygiène, d’environnement et de nourriture. Elle assure un meilleur suivi de l’état de santé, de la reproduction des rats. Les responsables maîtrisent les règles de reproduction pour garder l’espèce. L'avantage de l’adoption d’un rat auprès d’une raterie est qu'il n'y a pas de risque quant à la santé de votre futur animal. Elles vendent des rats domestiques à un prix plus élevé. Vous avez la possibilité aussi d’acheter votre compagnon chez un particulier. Il en est ainsi le cas d’une personne qui possède trop de ratons. Ainsi, il pourra les vendre à une nouvelle famille d’accueil. N’hésitez pas à se déplacer auprès de votre vendeur afin de vérifier l’état de votre futur animal et connaître l’environnement de votre raton. Il faudra obtenir toutes les informations concernant son état de santé auprès du particulier. L’achat auprès d’un particulier est plus coûteux, au minimum 20 euros. L’achat en animalerie nécessite un budget plus conséquent. En principe, ce lieu d’achat n’est pas recommandé à cause des conditions de vie déplorables dans lesquelles vivent les animaux. Elle ne se préoccupe pas du bien-être de chaque animal. On rencontre ainsi des consanguinités fréquentes qui altèrent l’espèce. Si vous souhaitez acquérir auprès d’une animalerie, il faut prévoir 10 à 20 euros. Pour terminer, l’achat au refuge est aussi une bonne idée. Un refuge prend soin des ratons qui attendent des nouvelles familles d’accueil. Il regroupe des soigneurs chargés de suivre l’état de santé des animaux abandonnés par leurs propriétaires. Privilégiez les refuges et les rateries pour éviter des dépenses supplémentaires en matière de soins. Le coût des accessoires et d'entretien Le coût financier pour l’adoption d’un rat n’inclut pas non seulement le prix d’achat. Il faudra aussi tenir compte des frais pour lui offrir le bien-être. Avant son arrivée, pensez au lieu destiné à l’accueillir, à ses besoins alimentaires et à son caractère. Comptez aussi le coût des accessoires. D’abord, il convient de choisir une cage adaptée à votre rongeur. La cage offre plus de confort à l’animal. L’idéal est de choisir une cage répondant aux besoins de votre rat et le nombre d’individus qui vont cohabiter ensemble. Une cage spacieuse est indispensable lui permettant de grimper et de courir. Elle coûte environ 80 à 150 euros. Une cage neuve est beaucoup plus onéreuse, une cage d’occasion vous permet de faire un peu d’économie. Toutefois, une cage neuve dispose déjà de tous les accessoires nécessaires pour votre rat. De ce fait, vous n’aurez plus à acheter une maisonnette, une gamelle ou un biberon. Si vous optez pour une cage d’occasion, comptez le prix de chaque accessoire. Préparez environ 5 euros pour les biberons et 10 euros pour hamac et des tuyaux. Il faudra aussi acheter une cage de transport indispensable pour voyager avec votre petit compagnon. Il a aussi besoin d’une litière. Il est recommandé de choisir une litière en lin, en chanvre. Le prix d’une litière est fixé à 3 euros par mois. Les prix auprès des animaleries sont trop onéreux. Vous pouvez dénicher des offres moins chères sur Internet ou auprès des producteurs. Son caractère rongeur peut aussi causer des dommages aux meubles, tissus s’il sort de sa cage et les accessoires qui se trouvent là-dedans. De ce fait, il convient de racheter fréquemment ces jets. Ce qui génère des dépenses de plus. Concernant les dépenses alimentaires, vous avez besoin de 5 à 10 euros par mois pour bien nourrir un rat domestique. En total, il faut prévoir aux alentours de 150 à 200 euros pour les dépenses liées aux accessoires. Ce coût reste moins important par rapport au coût d’entretien des autres animaux de compagnie. Les frais médicaux L’adoption d’un rat domestique occasionne aussi des frais médicaux pour prévenir ou bien traiter les maladies. Il faut s’assurer qu’il est en bonne santé. S’il est affecté par une maladie qui nécessite une opération, cette dernière peut vous coûter plus de 200 euros. Il arrive aussi de faire appel à un vétérinaire. Une consultation payante vous coûtera environ 10 à 30 euros. Les soins augmentent aussi les frais qui peuvent aller jusqu’à 50 euros. Certains rats domestiques sont castrés ou stérilisés. Dans ce cas, le coût est fixé autour d’une centaine d’euros.
  10. Le chat est un animal de nature actif et joueur. C’est pourquoi il a besoin de jouets pour stimuler cet instinct. Les activités physiques sont également nécessaires pour son développement. Il existe, de nos jours sur le marché, une panoplie d’accessoires pour distraire les chats. Toutefois, ce ne sont pas tous les jouets qui sont bons pour leur épanouissement. Certains exigent une surveillance optimale et d’autres présentent des dangers permanents pour leur santé. Quels jouets offrir à son chat ? Quels jouets sont dangereux pour les chats ? Voici 5 jouets, avec lesquels votre chat ne doit pas jouer. Le laser Le débat concernant l’utilisation du laser comme jeu d’éveil pour chat, fait rage. Des groupes de personnes confirment que les lasers sont inoffensifs pour les boules de poils. Ce qui n’est pas forcément faux. Au bout du fait, il est essentiel de souligner que c’est la lumière exposée directement à sa rétine qui l’est. Car celle-ci abîme les yeux, et en sont largement dangereux. A part ce danger provoqué par le laser, il peut également avoir des conséquences sur le mental des matous. Psychologiquement, les félins n’ont pas la faculté de comprendre que la lumière n’est pas une chose qu’ils peuvent toucher. Le fait d’attraper la lumière du laser, sans pouvoir l’attraper suscite chez eux un stress et une anxiété. A ce stade, une sensation de non accomplissement peut venir les embêter. Ce sentiment qui vient de l’énigme du laser. Les fils, les ficelles et les lacets Un chat jouant avec de la pelote est une photo stéréotype gravée dans notre mémoire, depuis des années. Tout porte à croire que c’est le jouet préféré des chats. Il est vrai qu'ils s’amusent bien avec ce genre d’objet. De plus, ceci travaille leur agilité, grâce à la pelote qui se roule partout. Pourtant, contrairement à ce concept, les fils et/ou les ficelles qui composent la pelote sont dangereux pour la santé des chats. Tout comme les lacets. Au cours du jeu, ils peuvent s’entremêler et votre minou risque d’être coincé dans cet enchevêtrement. La situation peut s’empirer à la formation des nœuds. Un étranglement est fort probable. Si vous voulez que votre compagnon soit en totale sécurité, soyez présent pour pouvoir intervenir dans ces cas. L’arbre à chat, à moins de 4 mois En principe, l’arbre à achat est un accessoire, servant à aider le chat à s’épanouir. Celui-ci comporte des étages, des tunnels, et même des maisonnettes. De nature chasseur, nos félins domestiques se sentent bien à l’aise en circulant dans ce genre de structure. Toutefois, si les chats sont trop petits, ils peuvent se coincer dans les tuyaux. Un arbre à chat n’est pas recommandé pour les chats de moins de 4 mois. A cet âge, ils ne sont pas encore assez robustes et agiles pour jouer tout seul avec un arbre à chat. Ils peuvent monter sans problème, mais la descente pourrait causer problème. Ils ne sont pas assez forts pour sauter à une certaine hauteur. La chute pourrait leur être fatale. Si vraiment vous voulez à tout prix offrir à votre animal de compagnie un accessoire de ce genre, vous êtes invité à vous armer de patience et d’attendre l’âge conseillé avant de vous lancer. Attention à la matière des jouets Les chats trouvent du plaisir à griffer et à mâchouiller tout objet qu’ils trouvent. Il faut faire attention aux jouets qui s’effritent facilement. Ce qui est le cas pour les ballons en plastique. A force d’être tripotés, ils s’éparpillent en miettes. Si par mégarde votre matou avale un gros morceau, celui-ci va bloquer son tube respiratoire, et pourrait bien le suffoquer. Quant aux petits bouts, ils vont aller directement dans l’estomac. L’appareil digestif des animaux n’a pas la capacité de digérer ces particules. Une occlusion intestinale pourrait survenir. Les jouets à plume font partie des accessoires qui se dégénèrent en quelque temps. Composés de plume et de colle, ils ne sont pas comestibles et contiennent des éléments toxiques. Il en est de même pour la fameuse boule en aluminium. Votre minou aura tendance à l’avaler. Alors qu’arrivée dans l’estomac, elle peut engendrer un trouble digestif. Autrement dit, ce sont les corps étrangers qui peuvent causer des détriments à votre minou : débris de fer, de bois, cailloux etc.. Tout comme le fait que les produits ménagers sont à surveiller de près. Il faut toujours se mettre à ses gardes avec les accessoires laissés à la portée des chats. Au cas où le chat s’étouffe ou qu’il montre des signes inhabituels, il est fortement conseillé d’aller consulter le vétérinaire le plus proche, au plus vite. Quelques vrais jouets pour enfants Beaucoup sont ceux qui considèrent leur chat comme leur enfant. Une réaction qui s’installe chez nous instinctivement. L’envie constante de faire plaisir à son animal de compagnie est naturel chez tout bon maître. Viennent automatiquement les habitudes d’acheter des jouets. Il y a cette considération de l’animal comme une progéniture. De ce fait, beaucoup achètent des jouets pour enfants à leur chat. Mais tout ne leur convient pas. Les peluches, par exemple, en font partie. Les matières avec lesquelles elles sont fabriquées peuvent être dangereuse pour le chat. Une fois ingurgitées, elles pourraient provoquer un trouble respiratoire. Tout jouet contenant des objets pointus, n’est pas adapté aux minous. En les manipulant, il se peut que l’animal se blesse les pattes, les yeux ou toute autre partie de son corps. Il en est de même pour les petites voitures qui sont assemblées avec des vis et des constituants en miniatures. Certes, le chat est curieux et qu’ il a besoin d’objets pour éveiller ces instincts. Cela dit, votre rôle du tuteur est très important. Vous êtes prié de veiller sur lui. De sorte qu’il puisse s’épanouir dans un environnement sécuritaire. Ces 5 jouets ne sont bien évidemment pas à bannir. Ils requièrent par contre toute votre attention et beaucoup d’exigence. Les jeux sont faits pour tisser un lien entre le propriétaire et son compagnon. De ce fait, avant d’offrir un jouet, essayez de découvrir la personnalité de votre boule de poil. Vous pouvez également pratiquer des activités basiques comme courir, jouer à cache-cache, se promener au jardin ou au parc. Ce sont des pratiques habituelles dont votre bout de poile ne s’en lassera jamais.
  11. Quand on adopte un chiot ou un jeune chien, il est important de commencer très tôt à travailler son éducation. Cette étape se nomme le dressage canin et vise à lui apprendre certains comportements et ordres en prenant en compte le caractère de l'animal, le mode de vie, ... Mais dresser un chien est également un apprentissage pour le maître qui doit mettre en place diverses méthodes. Il faut donc se renseigner sur les techniques de dressage pour chien ainsi que les équipements qui peuvent vous aider. Vous désirez avoir une relation fusionnelle entre maître et chien. Mais bien souvent, votre toutou n’en fait qu’à sa tête pendant les exercices de dressage ? Exaspéré, il est normal que vous ne savez plus comment vous y prendre. Beaucoup de maîtres se sentent perdus face à un chien qui ne veut pas obéir. Le collier de dressage pour chien peut être une bonne alternative pour vous. Quoi que, certains paramètres sont à considérer pour trouver un collier d'apprentissage adapté à votre animal de compagnie et surtout, qui ne nuira pas à sa santé. Voici quelques conseils utiles pour vous accompagner dans votre choix d'un collier de dressage pour chien. Qu’est-ce qu’un collier de dressage Un collier de dressage est un dispositif destiné à aider un propriétaire à éduquer son chien. Il se présente sous forme d'un simple collier qui se pose autour du cou du chien et qui sera équipé de divers accessoires selon les fonctionnalités choisies. Lorsque le collier de dressage n'est pas actif, le chien va alors le porter comme un collier d'ornement classique. Cet outil peut être utilisé à distance grâce à une télécommande, ou par un déclenchement automatique. Le contact direct entre le tuteur et le chien n’est pas indispensable. En effet, certains colliers de dressage tels que les colliers anti-fugue s'activent quand le chien s'éloigne trop de vous ou du domicile. Malgré tout, il est recommandé d'utiliser un collier de dressage avec activation manuelle via une commande à distance. Cela offre plus de sécurité au dresseur. Cette technique est plus précise, car l’émission des signaux peut être située exactement au moment voulu. Comparé au dressage classique, qui nécessite beaucoup de temps et de patience, le collier a un effet instantané. À chaque fois que le toutou fait des gestes inappropriés, le système est activé pour lui faire comprendre qu'il doit arrêter. Dès que celui-ci reçoit le signal, il se calme, comme par magie. Très souvent, il est recouru après que l’application d’autres méthodes ait échouée. Certains propriétaires de chien conseillent même d'utiliser un collier d'apprentissage en complément d'une méthode d'éducation canine classique. Pourquoi utiliser un collier pour dresser un chien ? Un collier de dressage peut devenir indispensable lorsqu’un chien n’obéit pas aux directives de son maître. En principe, un toutou dressé doit maîtriser les ordres basiques tels que : «assis», «couché», «rappel», etc. Lorsqu’il est moins réceptif aux instructions de son propriétaire, c’est à ce moment qu’un collier de dressage entre en scène. En conséquence, le dressage canin peut se faire à l'aide d'un collier. Car la situation peut engendrer des comportements agressifs, l’emmenant à devenir insolent. Par ailleurs, cet accessoire est mis en avant en tant que collier d’éducation. Il peut aider les propriétaires qui souhaitent initier leur chien aux respect de consignes sans avoir à passer obligatoirement par un éducateur, un comportementaliste ou encore un maître chien professionnel. Le collier suffit en lui-même pour dompter le toutou, le principe étant de l'habituer à comprendre et respecter les ordres. Le collier de dressage n’est pas un mythe, c’est une technique basée sur le réflexe conditionnel. Il est vrai que cet équipement est contesté par une partie des professionnels animaliers. Pourtant, les colliers de dressage ont beaucoup évolué ces dernières années en prenant en compte le bien-être du chien. On est donc très loin de l'ancien collier étrangleur qui brutalisait l'animal. Malgré tout, il faut être conscient qu'utiliser un collier pour dresser un chien permet de corriger les mauvais comportements grâce au renforcement négatif. À la différence de l'éducation positive qui prône la récompense, le collier de dressage prône la punition. Par conséquent, cette solution exige du dresseur qu'il choisisse un collier de dressage qui convient à l'animal et qu'il se renseigne pour l'utiliser correctement. Différence entre colliers de dressage, anti-aboiement et anti-fugue Le collier de dressage est souvent confondu avec le collier anti-aboiement ou encore le modèle et anti-fugue. Le principe de base reste le même, mais les résultats attendus sont différents pour ces trois types de colliers. En effet, le collier n'agit pas de la même façon pour un chien récalcitrant aux ordres, un chien qui aboie tout le temps et un chien qui a la mauvaise habitude de fuguer. Le collier de dressage fonctionne par une commande à distance. Au moment où le chien désobéit, le maître déclenche le dispositif qui punit l'animal. Une stimulation électrique ou des vibrations sont alors envoyées au chien. Il s'agit donc d'une aide pour éduquer le chien et corriger ses mauvaises habitudes. Quant au collier anti-aboiement, il sert à limiter les aboiements du chien. Un détecteur de vibration est inclus dans le collier. Il s’active à chaque fois que le chien aboie de façon excessive ou modérée selon le réglage. Ce type de collier est le plus souvent utilisé quand le chien aboie la nuit ou la journée lors de vos absences. Les voisins peuvent se plaindre, il s'agit alors d'une solution rapide et efficace. Le collier anti-fugue, appelé également collier de rappel GPS, aide le chien à ne pas sortir de son territoire. Il est muni d’un signal sonore ou de vibration qui se met en marche systématiquement à chaque fois que le chien s’approche de la limite. Si celui-ci persiste, les impulsions électriques surgissent et peuvent même s’intensifier. Pour ce dernier, il convient de bien faire comprendre au chien son principe de fonctionnement. Ce qui signifie qu'il faut tout d'abord que le chien comprenne que pour arrêter les stimulations, il doit se rapprocher de vous et non s'éloigner. Les différents types de collier de dressage canin Comme expliqué plus haut, les colliers de dressage ont énormément évolué ces dernières années et sont plus respectueux du bien-être de l'animal. Il existe plusieurs types de collier de dressage canin disponibles sur le marché. Chacun a ses propres spécificités mais ils ont tous le même rôle : vous aider à dresser votre chien. Voici le comparatif des différents types de collier de dressage canin. Collier de dressage à stimulations électrostatiques (ou électriques) Ce type de collier émet des décharges électriques légères et indolores, afin d’interpeller le chien. Sur la plupart des colliers à stimulations électriques, vous pouvez régler l'intensité du signal qui se déclenchera manuellement. Le chien comprend immédiatement qu'il a fait une bêtise ou a mal réagi. La répétition des stimulations permet de corriger les mauvais comportements en quelques jours ou semaines. Le principal avantage du dressage avec collier électrique est la possibilité de gérer la punition en fonction de la situation. Pour les désobéissances peu importantes, vous avez le choix d'envoyer un signal très faible et pour les comportements agressifs ou dangereux, un signal plus fort. Collier de dressage à jet ou à spray Au déclenchement de la commande du collier de dressage à jet, du liquide est envoyé vers la truffe de l’animal pour lui rappeler un ordre. Bien entendu, le produit pulvérisé n'est pas dangereux pour l'animal et s'estompe avec le temps. Mais sur le moment, cette action s'apparente à une punition pour le chien qui comprend alors qu'il a mal agit. Collier de dressage à vibrations Ce dispositif dégage des vibrations à intensités différentes. Le degré du signal est réglable, selon le besoin du dresseur. Les vibrations sont désagréables pour l'animal qui modifie son comportement pour les éviter. Mais attention à limiter son utilisation car les vibrations peuvent être mal vécues par le chien en cas de répétition fréquente ou de forte intensité. Collier de dressage à ultrasons ou bips sonores C’est un système qui envoie des ultrasons ou bips sonores non-nuisibles en cas de désobéissance. En tant que dresseur, vous n'entendez pas les ultrasons émis par le collier mais le chien oui. Collier de dressage à éviter Il existe des modèles plus brutaux envers les chiots et les chiens qui sont donc à éviter. L'utilisation de ces colliers pourrait traumatiser fortement votre compagnon ou le blesser, ils sont donc déconseillés. D'ailleurs, la relation avec votre chien pourrait en être affectée. Il s'agit du collier étrangleur et du collier à pincement. Ils viennent se serrer autour du cou du chien ou le pincer, ce dernier ressent alors une douleur physique plus ou moins importante. Bien choisir le collier d’éducation de son chien : les conseils Maintenant que vous connaissez les modèles de collier d'éducation pour chien, encore faut-il choisir le collier adapté à votre chien. Un collier d’éducation pour chien doit être soigneusement choisi, pour son épanouissement. Pour cela, plusieurs facteurs sont à prendre en compte : âge, taille et caractère du chien, gravité du comportement à corriger, ... Le plus important étant d'acheter un collier de dressage qui convient au chien. Si vous voyez que le collier ne lui convient pas, il ne faut pas persister mais le remplacer par une autre technologie tout simplement. Voici nos conseils pour acheter le meilleur collier d'éducation pour votre chien. Identifier les comportements à corriger à l’aide du collier Il est primordial de détecter le comportement que vous voulez corriger, avant d’acheter un collier d’éducation. La punition n'a pas vocation à être la même pour chaque désobéissance. Un jeune chien est en-cours d'apprentissage et le collier doit être utilisé comme un rappel aux ordres pour le guider vers le bon comportement. Pour un chien plus âgé qui est agressif ou qui urine partout par exemple, la difficulté d'apprentissage sera certainement plus élevée. Voici les techniques pour savoir comment réagir si votre chien n'est pas propre à la maison. En d'autres termes, nous vous conseillons de commencer par un collier de dressage envoyant un signal faible à l'animal pour commencer. Opter pour un collier d’éducation non traumatisant Le collier d’éducation doit contribuer au développement du canin. Il ne doit en aucun cas le terroriser. Prenez soin d'analyser les signes que votre chien vous envoie lors de l'utilisation du collier pour son éducation. Choisir le mode d’avertissement selon le caractère de votre chien Chaque toutou est unique, ainsi le mode d’avertissement doit être choisi par rapport au tempérament du chien. Si vous voyez que le fonctionnement du collier de dressage, c'est-à-dire le type de signal, a un impact négatif sur le chien, il faut soit arrêter soit essayer un autre modèle. Ensuite, si vous observez que votre chien déprime ou a tendance à s'isoler depuis que vous utilisez le collier de dressage, parlez en à votre vétérinaire pour avoir son avis. Mais ne laissez pas la situation perdurer dans le temps. Choisir le collier selon la taille et le poids de votre chien La morphologie de l’animal est un élément à considérer, si vous voulez que votre collier d’éducation soit efficace. Pour bien le choisir, il faut principalement que sa taille s'ajuste bien au cou du chien. Respecter toujours les contre-indications des colliers de dressage À bon escient, le collier participe au bien-être du chien et assure sa sécurité comme celui de son entourage. Un chien qui porte un collier de dressage implique donc une grande responsabilité et ne doit pas être pris à la légère. L’utilisateur doit suivre à la lettre toutes les indications fournies par le fabricant. Cet accessoire ne doit pas être entre les mains d’une personne malveillante. Si vous avez décidé d’utiliser un collier de dressage pour éduquer votre chien, veuillez bien faire attention au point suivants : Ce dispositif est contre-indiqué pour les chiens moins de 8 à 10 mois. Le collier de dressage ne convient pas aux chiens malades ou en gestation. Avant d’utiliser cet accessoire, assurez-vous que ce n’est pas le cas pour votre compagnon. La durée de l’émission des signaux doit être brève, et ne pas dépasser les 3 secondes. Et pour éviter toute démangeaison, le port du collier ne doit pas dépasser les 15 minutes. Le collier de dressage pour chien n’est pas une recette magique. C’est un instrument qui permet au maître, de contrôler les comportements compulsifs du chien, pendant un certain temps. Son usage ne doit pas virer à l'addiction. L’objectif est d’accompagner le chien vers une indépendance et non d’instaurer une pratique répressive. Le résultat dépend donc entièrement de vous !
  12. Le mot vermifuge vient de deux mots latins « vermis » et « fuge » qui signifient ver et éliminer. Le vermifuge pour chien désigne donc les produits pour lutter contre les vers digestifs chez un chien. On fait la différence entre les vermifuges naturels et les vermicides. Le vermifuge naturel n’est pas toujours adapté à tous types de chien. Il est conseillé aux chiens qui ont un mode de vie protégé. Parfois, les vermicides doivent être alternés à ces antiparasitaires naturels. Les produits naturels sont efficaces pour traiter les infestations légères et qui n’affectent pas encore la santé de l’animal. Alors pourquoi vermifuger régulièrement votre chien ? Quels sont les vermifuges naturels disponibles ? Comment offrir le vermifuge naturel à votre chien ? Découvrez dans notre article les raisons principales de la vermifugation d’un chien, les types de vermifuge naturel disponibles et les techniques pour administrer le vermifuge naturel à votre chien. Les bonnes raisons de vermifuger régulièrement votre chien Les vermifuges sont des produits efficaces pour protéger votre chien des parasites digestifs. Si ces derniers ne sont pas traités à temps, ils affectent le système digestif de votre toutou. Ainsi, ils sont à l’origine des maladies et de l’affaiblissement de son système immunitaire. Les parasites causent différents troubles digestifs. Généralement, ils se logent dans l’intestin grêle et le côlon. Les cas les plus graves se manifestent quand les vers se trouvent dans le cœur ou les poumons de l’animal. Certains vers sont aussi transmissibles à l’homme surtout aux personnes sensibles comme les enfants. Une vermifugation régulière permet alors de prévenir et de traiter l’infestation des vers. Les vermifuges sont donc à la fois des moyens de prévention et des moyens de traitement. Il servent à protéger non seulement votre compagnon, mais tout son entourage. Vous pouvez détecter une infestation de vers chez votre chien à partir de quelques symptômes. Il en est ainsi des vomissements, de diarrhées fréquentes, amaigrissement, vers dans les crottes, etc. Ce dernier signe marque une infestation de vers importante. Chez un chiot, le traitement doit se faire dès la deuxième semaine après sa naissance et de manière régulière. Il a besoin d’une vermifugation chaque mois jusqu’à l’âge de 6 mois puis 4 fois par an. Quels vermifuges naturels choisir ? Les vermifuges naturels ne contiennent pas de produits chimiques. Ils sont vendus sous formes de comprimés ou en liquides. Des aliments naturels peuvent aussi servir de vermifuges naturels à condition de respecter les doses prescrites. Le traitement avec des produits entièrement naturels est possible. Ils sont vendus dans les animaleries ou magasins spécialisés. Pour la première vermifugation d’un chiot ou d’une femelle gestante, faire appel à vétérinaire est fortement recommandé. Il offre des conseils sur le type de vermifuge à utiliser. En fait, le choix du vermifuge doit tenir compte du mode de vie du chien et les parasites qui pourraient potentiellement l’affecter. En principe, certains vermifuges ont un effet réduit. Ils agissent sur un ou deux vers tandis que d’autres sont actifs sur un grand nombre de parasites. Les vermicides sont plutôt des médicaments antiparasitaires. Il est toujours conseillé de recourir à un vétérinaire avant de les utiliser. La prise de vermicides est soumise à une prescription d’un vétérinaire. Ces produits ne sont accessibles qu’auprès des pharmacies ou d’autres instituts habilités. Les vertus antiparasitaires des aliments naturels Voici quelques aliments naturels qui ont une vertu antiparasitaire. Les aliments naturels sont moins chers et plus faciles à donner aux chiens. L’ail est un vermifuge naturel efficace pour éliminer les parasites intestinaux. Mélangez 1/5 de gousses d’ail dans son repas pendant trois jours. L’ail est toxique pour votre toutou si la dose est supérieure ou égale à 0,5 % du poids du chien. L’allicine qu’il renferme est fatal en cas de surdosage. Les graines de courge sont aussi des aliments naturels qui améliorent considérablement le transit digestif de votre chien et tuent les parasites intestinaux. Il faudra mettre dans sa nourriture une cuillère à café de poudre issue des graines de courge durant une semaine. La terre de diatomée possède aussi une vertu antiparasitaire. Elle renferme de roche minérale et d’algues. Combinez la poudre avec de l’eau ou du yaourt ou du lait. Ensuite, mélangez la recette dans sa nourriture quotidienne pendant 15 à 30 jours. Il faut une cuillère à soupe de poudre par jour pour un chien pesant plus de 23 kg. Pour un chiot, une cuillère à café de poudre est suffisante. L’argile est également un produit naturel très facile à utiliser. Il suffit de le mettre dans l’eau et l’offrir à votre ami à quatre pattes. Cependant, il faut bien s’assurer qu’il soit bien dilué dans l’eau et le remplacer deux fois par jour. Les carottes aident aussi les chiens à se débarrasser des parasites internes. Mélangez de petits morceaux de carotte dans sa nourriture. Comment administrer un vermifuge à votre chien ? Les techniques varient en fonction de la forme du vermifuge. Il faudra tout d’abord respecter la dose prescrite par le vétérinaire. Préparez le comprimé ou bien la solution. Quatre méthodes sont possibles pour administrer le vermifuge à votre chien : L’administration spontanée : vous n’avez pas besoin de le mélanger avec une nourriture. Il va tout de suite le prendre. Cette méthode est efficace pour les comprimés ragoûtants. Elle s’avère difficile pour le vermifuge sous forme de liquide. Dans la plupart du temps, vous avez besoin de seringue pour faire avaler la solution à votre chien. De plus, il faut l’administrer plusieurs fois afin de s’assurer qu’il a bien ingéré le vermifuge et afin d’éviter qu’il rejette d’un coup toute la solution. L’administration enrobée consiste à introduire le comprimé ou la solution dans une nourriture préférée du chien. Cette méthode reste la plus facile. Le but étant de couvrir le comprimé par la nourriture. L’administration forcée demande plus de vigilance. Vous devez vous-même ouvrir la bouche du chien et enfoncer le comprimé le plus loin possible. Vous pouvez lui offrir un aliment après la prise pour une bonne ingestion.
  13. Remarquez-vous que votre chien aboie plus que de raison ? Les voisins commencent à se plaindre du comportement de votre chien. Les aboiements intempestifs des chiens deviennent perturbants non seulement pour les propriétaires, mais pour tout son entourage. Afin de résoudre le problème, il convient de savoir quelles sont les causes à l’origine de ce changement avant d’adopter les mesures adaptées. Comme le chat qui utilise le miaulement pour communiquer avec les humains, les aboiements sont des moyens de communication des chiens entre eux et avec les humains. Ils aboient pour faire passer un message à son maître. S’ils sont excessifs, il faut agir parce que ce comportement peut être dangereux aux enfants et aux personnes âgées. Quelles sont donc les causes de ces aboiements ? Pourquoi votre chien aboie-t-il ? Comment lutter contre les aboiements trop fréquents ? Dans cet article, nous vous donnons différentes explications des aboiements excessifs de votre chien et proposons quelques solutions efficaces pour corriger ce comportement. Les causes des aboiements intempestifs d’un chien A priori, l’aboiement d’un chien est un comportement normal chez un chien qui veut attirer l’attention de son maître ou d’autres personnes. Certaines races de chiens ont un caractère plus bavard que d’autres. Il en est par exemple d’un Chihuahua, Westie, Berger Allemand. Le comportement de votre chien dépend également de son éducation. Il existe donc différentes explications aux aboiements des chiens. On peut avancer quelques raisons : L'instinct de protection Les chiens possèdent un instinct de garde. En général, le chien aboie pour signaler la présence d’une personne non-familière. Dans ce cas, il défend son territoire. Il va alerter les voisins ou les propriétaires au moindre bruit surtout pendant la nuit. L’aboiement chez un chien qui protège son territoire est un agissement banal. L’excitation Un chien excité qui aboie est normal. Il manifeste son enthousiasme lorsque vous jouez avec lui ou pour différentes raisons qui le rend joyeux. Il ne cesse alors d’aboyer pour exprimer sa joie. L’anxiété L’anxiété affecte aussi les chiens. C’est une cause fréquente des aboiements des chiens. Un chien qui se sent seul aboie beaucoup. Il exprime ses ennuis. Cette solitude est associée à d’autres comportements comme le fait de creuser des trous dans le jardin. On appelle ce trouble « l’anxiété de séparation ». L'anxiété de séparation affecte les chiots qui sont séparés trop tôt de leurs mères. Elle trouve aussi son origine dans le manque d’attention. Les chiens sont des animaux de compagnie très affectueux. Il arrive que dans les familles d’accueil les jeunes chiots s'habituent trop à des câlins et des caresses. Une fois grandis, ils commencent à éprouver cette anxiété de séparation en cas d’absence fréquente du maître. Le stress Le chien sujet au stress aboie toute la journée. Il a peur en cas de bruit ou d’intrus. La peur d’un nouvel environnement peut aussi être à l’origine de ce comportement. Le manque d’exercice ou d’activités physiques rend aussi un chien frustré. Pour manifester sa frustration, il aboie beaucoup pour faire passer le message à son maître. Le syndrome d’hypersensibilité et d’hyperactivité Des troubles comme le syndrome d'hypersensibilité-hyperactivité peuvent être à l'origine des aboiements excessifs. Dans ce cas, le comportement du chien n’est plus normal et peut avoir des conséquences graves à son entourage. Il aboie toute la journée au moindre bruit ou mouvement. Ce syndrome provoque des agissements destructeurs chez le chien. Ils peuvent devenir agressifs et malpropres. Il commence à détruire des objets et ne peut pas se calmer. De plus, il devient difficile à éduquer ou à dresser. Le chien ne maîtrise plus ses émotions et ses morsures. Les dommages occasionnés par ce comportement peuvent être énormes. Le problème peut s’aggraver s’il n’est pas résolu à temps. Vous ne pouvez plus le contrôler et serez obligé de vous séparer de votre compagnon. Le syndrome d’hypersensibilité-hyperactivité touche généralement les chiots âgés de 6 semaines. Les solutions pour lutter contre les aboiements d’un chien Après avoir identifié les causes des aboiements excessifs de votre chien, il est nécessaire d’agir avec patience et prudence pour obtenir des résultats. Voici donc quelques solutions efficaces pour vous aider à empêcher votre compagnon d’aboyer trop. Faire appel à un professionnel Il est avant tout recommandé de recourir à un vétérinaire afin de s’assurer que le problème n’est pas causé par une pathologie comme l’hypothyroïdie. Dans des situations plus graves comme le syndrome d’hypersensibilité-hyperactivité, le traitement prend plus de temps. Le vétérinaire peut prescrire un traitement thérapeutique à long terme. Il peut durer plus de 6 mois. Il pourra aussi donner des médicaments aux chiens afin de traiter la pathologie. La thérapie comportementale et les médicaments doivent être cumulatifs. Sinon, le traitement va aboutir à un échec. Pour traiter les aboiements, il existe également des solutions que vous pouvez appliquer chez vous. Recourir à un éducateur canin permet aussi d’obtenir des résultats satisfaisants. Vous pouvez faire appel à un professionnel spécialiste du comportement animalier si vous n’êtes pas doué pour assurer personnellement l’éducation de votre compagnon. Bien éduquer votre chien Il faut à tout prix éviter les punitions. Ce geste aura moins d’effet et peut empirer son comportement. Vous pouvez commencer par un entraînement pour l’habituer à respecter votre ordre. Le chien est un animal intelligent, facile à dresser. Ainsi, offrez-lui une récompense quand il accepte de respecter votre parole. Cette technique va sûrement l’encourager à se calmer. Supprimez petit à petit les friandises jusqu’à ce qu’il se soumet dès le premier ordre. Le dressage avec un clicker a déjà fait ses preuves par rapport au dressage classique. Ce comportement désagréable peut aussi être résolu par des colliers anti-aboiements. Cette solution ne doit pas être privilégiée et seulement utilisée à court terme. Cet outil aide votre compagnon à lutter contre l’aboiement excessif. L’utilisation de collier doit être accompagnée d’une éducation pour avoir du succès. De nombreux modèles sont disponibles en animalerie. Les colliers de dressage sont aussi des équipements complémentaires afin de réussir l’éducation de votre chien. Le fait d’ignorer son aboiement est aussi une solution efficace pour corriger son comportement. Si le maître offre une satisfaction à son chien chaque fois qu’il aboie, il va utiliser les aboiements pour avoir ce qu’il veut. La meilleure façon d’éviter cette situation serait de ne pas céder à sa demande. Concernant les problèmes d’anxiété, offrez-lui des jouets pour se distraire. Trouvez des activités adaptées à l’âge de votre chien. Vous devez consacrer un peu de temps régulièrement pour jouer avec lui.
  14. Le chinchilla est un petit animal de compagnie adorable avec une fourrure exceptionnelle. Les enfants adorent particulièrement ce petit rongeur. Lui offrir le maximum de bien-être contribue considérablement à accroître son espérance de vie. Cette dernière est fixée entre 10 à 20 ans. Si vous vous occupez bien de votre animal, il pourra vous tenir compagnie pendant près d’un quart de votre vie. Avant d’en adopter un, il convient de se renseigner sur toutes les informations nécessaires pour prendre soin de votre futur animal. Il faut connaître a priori son alimentation, ses habitudes, son caractère et son mode de vie. Le futur propriétaire doit savoir tous les besoins spécifiques de l’animal. En fait, le chinchilla possède des caractéristiques différentes du lapin et des autres petits rongeurs. Quelles sont alors les informations pertinentes à connaître avant d’en acheter un ? Qu'est-ce qu'il faut savoir avant d'adopter un chinchilla ? Comment bien élever un chinchilla à la maison ? Comment bien prendre soin de son chinchilla ? Découvrez dans notre article toutes les particularités de ce petit rongeur. Mode de vie d’un chinchilla Le chinchilla est un animal crépusculaire. Il faudra tenir compte de ce critère avant de valider votre choix. Préparez-vous donc à s’habituer à des nuits bruyantes. Son caractère nocturne s’explique par le fait que le petit rongeur devient actif dès que la nuit tombe. En général, il dort durant toute la journée. Le fait de dormir la journée permet ainsi à le garder en bonne santé. Les tapages nocturnes peuvent vous empêcher d’avoir une nuit paisible. La meilleure solution est donc d’éviter de mettre sa cage dans votre chambre à coucher. Toutefois, il peut s’adapter au mode de vie de son propriétaire et devenir diurne. Le chinchilla possède également un comportement vif et curieux. Contrairement à un chat ou un chien, il est difficile de le dresser. Le chinchilla n’est pas affectueux. Cependant, il peut être un animal de compagnie sociable si son maître l’habitue au câlin dès son plus jeune âge. En général, il n’aime pas les caresses, un comportement qui justifie son caractère indépendant. Cependant, il apprécie la vie en groupe avec un autre chinchilla de même sexe. La cohabitation sera possible si les deux animaux se rencontrent dès tout petit. Il faut éviter la cohabitation avec un autre rongeur au risque de produire des bagarres. Il veut qu’on lui consacre un peu de temps quotidiennement. Cela lui évitera de s’ennuyer. Il a aussi besoin de sortir de sa cage mais sous surveillance pendant 30 minutes par jour afin d’améliorer le fonctionnement de son système digestif. Une petite balade dehors lui fera du bien chaque jour. Le chinchilla est aussi un animal sujet au stress. Par conséquent, il a besoin de se sentir en sécurité par rapport à son environnement. Il n’a pas un caractère enjoué. Cet animal de compagnie n’est pas adapté aux enfants qui veulent se distraire avec lui. Lorsqu’il a très peur, il fait le fur slipping en lâchant beaucoup de poils, nocifs à votre santé. Pour son bien-être, offrez-lui un environnement calme et serein. Un lieu animé en permanence favorise son anxiété. Il est fortement déconseillé de le déplacer fréquemment. Si vous voyagez souvent, il faut remettre en cause votre choix. À cause de sa fourrure, les enfants ont envie de le caresser et de manipuler. Un maître confirmé saura prendre soin de ce petit rongeur indépendant. L’environnement adapté à un chinchilla Son comportement très actif nécessite une cage spacieuse qui va accaparer une place importante dans votre maison. La cage idéale est celle adaptée à son mode de vie. Ainsi, si vous vivez dans un petit appartement, mieux vaut adopter un autre animal de compagnie. Le chinchilla a besoin d’une cage suffisamment grande lui permettant de bouger, de sauter et de grimper d’un point à un autre. La cage doit être large et haute en même temps. En principe, il faut prévoir une cage de 1 mètre de haut et 60 cm de largeur pour un chinchilla. Les dimensions devront s’adapter au nombre d’individus destinés à cohabiter là-dedans. Le futur maître doit préparer avant son arrivée un habitat approprié. Il faudra aussi penser à la largeur entre chaque barreau. Elle ne doit pas dépasser de 2 cm. Sinon, le chinchilla va essayer de se glisser entre les barreaux et risque également de se bloquer. Optez pour une cage de qualité capable de supporter ses capacités de sauteur. Le chinchilla est également un animal très sensible à la propreté. L’hygiène ne doit pas être négligée. Un nettoyage régulier s’avère indispensable pour enlever les restes de nourriture et de changer la litière. Un grand nettoyage hebdomadaire est indispensable pour se débarrasser de toutes les saletés, les bactéries et autres parasites qui peuvent causer des maladies respiratoires ou des maladies intestinales. Les accessoires doivent aussi être nettoyés régulièrement. Vous devez consacrer du temps chaque jour pour nettoyer sa cage. Elle garantit à votre petit protégé une bonne qualité de vie. Il faut s’assurer de la propreté de l’animal, de la cage et de tout son environnement. Un bain de sable ou de terre de bonne qualité offre une bonne hygiène à votre chinchilla. Au cas contraire, la négligence peut affecter son comportement. Concernant l’alimentation du chinchilla, rappelons que c'est un mammifère herbivore. Il se nourrit principalement de foin. Il a aussi besoin d’eau pour se rafraîchir pour son transit digestif. Soulignons également la nature rongeur du chinchilla. Il aura tendance à mettre sous sa dent tous les objets en bois ou en plastique qui se trouvent dans sa cage. Il peut même ronger les barreaux de sa cage. La solution consiste à mettre à sa disposition des accessoires fabriqués à partir de matériaux résistants comme l’inox ou l’aluminium afin d’éviter de racheter ces équipements. Lorsqu’il se balade dans la maison, il faut s’attendre qu’il fasse des dégâts. Les risques de maladie Les poils fins du chinchilla peuvent être à l’origine d’allergies chez les humains. Les enfants sont les plus sensibles à cette maladie. On rencontre la perte de poils surtout pendant la mue, la période pendant laquelle l’ancien pelage chute. Il faudra donc faire attention aux risques d’allergie. L’adoption d’un chinchilla présente aussi des risques de maladie comme la teigne. Cette dernière est transmissible à l’homme. Une bonne hygiène est la meilleure solution pour prévenir les différentes pathologies. Il convient de se laver les mains après chaque contact avec le chinchilla.
  15. Le hamster, ce doux rongeur qui incarne la douceur séduit de plus en plus. C’est un rongeur solitaire, il a de ce fait besoin d’une cage propre à lui. Le choix de son habitat est garant de sa santé, de sa croissance ainsi que de son épanouissement. Nous voulons tous offrir le maximum de confort à notre hamster. La variété de modèles et de gamme qu’il y a sur le marché porte souvent à confusion. Quelle est la taille idéale de la cage pour hamster ? Comment bien choisir entre les différents modèles de cage pour hamster ? Quel est le prix d'une cage à hamster ? Voici un zoom sur tout ce que vous devez savoir afin de choisir la meilleure cage pour votre petit rongeur. De quelle taille doit être la cage pour hamster ? La taille minimale correcte pour une cage à hamster est de 30 cm de large, 30 cm de haut et 45 cm à 50 cm de hauteur. Toutefois, plus l’abri est grand, plus votre animal de compagnie se sentira à son aise. Dans ce cas, il pourra courir, et faire pleines d’autres activités physiques utiles pour son développement. Si vous avez assez d’espace, n’hésitez pas à opter pour des modèles plus grands, cela va être bénéfique pour votre compagnon. L’espace entre les barreaux devrait être entre 0,5 cm et 1 cm. Si cet espace est trop large, votre animal risque de se faufiler, et vous risquez de le perdre. Il est à rappeler que ce genre de rongeur ne supporte pas la présence d’un autre rongeur dans sa cage. Si vous comptez avoir plus d’un, prévoyez une cage pour chacun, pour éviter les conflits. Qu’en est-il de l’aération? L’aération est un critère à ne pas négliger pour toute cage à hamster. L’endroit où vous allez placer l’habitacle devrait être bien étudié. Il faut que l’air puisse bien y circuler. Les urines des rongeurs contiennent des ammoniaques, qui sont des substances pouvant être toxiques. En grande quantité, leurs odeurs peuvent rapidement devenir insupportables, et peuvent nuire à la santé de votre animal de compagnie. Afin d’éviter cette accumulation de toxines, l’abri devrait être nettoyé et assaini une fois par semaine. La meilleure astuce, c’est d’avoir une habitation démontable, pour faciliter son vidage. Une cage bien ventilée est donc bénéfique non seulement pour votre animal, mais également pour vous et votre famille. Quelle matière choisir? La matière avec laquelle l’abri à hamster est fait, est importante. Chacun a ses avantages et ses inconvénients. La cage en bois : elle est réputée comme étant jolie à voir. Contenant une sorte de tiroir coulissant en bas, ce système est très pratique pour le nettoyage. Petit hic avec ce type de cage, c’est que le bois a parfois du mal à absorber l’urine. Côté hygiène, ce n’est pas trop recommandé. La cage en plexiglas : elle permet de voir votre petite boule de poil à tout moment. Il vous sera plus facile de le surveiller, ou de le voir en pleine activité, juste pour le plaisir. Cela dit, au fil du temps, le plexiglas devient opaque. Très souvent, au moment où la température est élevée, l’intérieur de la cage surchauffe. Le terrarium : cette cage offre un refuge plus proche de l’environnement naturel à l’hamster. Il est plus sécuritaire et le risque de fuite est minime. Cependant, lors du nettoyage, vous êtes obligé de tout démonter. Quelques équipements indispensables Les rongeurs sont des animaux très vifs. De ce fait, nous recommandons ces quelques accessoires dans la cage de votre hamster. Grâce à quoi, ils se sentiront un peu proche de leur habitat naturel. Voici une liste exhaustive d’articles que vous pouvez mettre dans le refuge de votre hamster : une litière : indispensable pour les besoins, il faut la changer régulièrement. la fameuse roue : aide l’animal à dépenser de l’énergie. un abreuvoir : à contrôler, en cas de fuite, sinon il va inonder toute la litière. un étage : prévient les chutes qui peuvent être fatales pour l’hamster. un tunnel : utile pour grimper dessus, ou se cacher. des pièces échangeables : pour stimuler l’instinct rongeur du hamster, habituellement, l’on use de branches d’arbres. des pierres : utilisées pour les griffes. de la terre à bain : sable très fin, à base de pierre ponce. Aide à l’entretien des poils. Ces accessoires ne sont pas évidemment pas tous indispensables. Vous êtes libre de choisir ce qui convient au mieux à votre petite boule poil. Cela dépendra de votre budget, et aussi de la taille de votre cage à hamster. Quel budget prévoir pour une cage à hamster ? Le prix de la cage à hamster est très variable. La taille, la matière, le modèle et les fonctionnalités sont comptabilisés pour déterminer leur valeur. Les moins chers : constitués des petits modèles, transportables partout, fabriqués avec du plastique ou du bois. Aucun équipement n’est inclus dans ce type d’habitat. Le prix est entre 20 € à 30 €. Ces cages sont parfaits pour les petits rongeurs ou si vous disposez d’un petit espace Les moyennement chers : la fourchette de prix moyenne est entre 40 € à 80 €. La taille est assez correcte, même si beaucoup jugent la matière, comme n’étant pas assez résistante. Les plus chers : avec un prix qui peut aller de 100 € à 300 €. Les grandes cages faites de matières durables sont les plus concernés. Ils sont dotés d’accessoires fonctionnels qui peut varier selon vos préférences. Notons que ces prix ne sont qu’à titre indicatif. Vous pouvez trouver moins chers ou plus chers. Ce ne sont que des fourchettes, afin de vous donner des idées des tendances du moment. Cependant, avant tout achat, il faut toujours comparer les prix. Après vous pouvez raisonner en termes de rapport qualité prix. La décision d’adopter un animal de compagnie ne doit pas se prendre à la hâte. Tâchez de vous renseigner autant que possible sur la mode de vie de l’animal que vous convoitez. D'abord, concentrez-vous sur ses quelques questions : quelle race adopter ? Comment les nourrir ? Comment ils se comportent ? Que faire en cas d’accident ? D’autre part, assurez-vous que votre animal de compagnie soit suivi régulièrement par un vétérinaire. Tout ceci avant de vous lancer dans l’achat de la cage après avoir porté votre choix.
×
×
  • Créer...