Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

PlumeBlanche

Membres
  • Compteur de contenus

    247
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    9

Tout ce qui a été posté par PlumeBlanche

  1. Les enfants adorent les animaux de compagnie. Et il est d’ailleurs démontré que les enfants élevés avec un animal de compagnie sont plus sociables et maîtrisent au mieux leur émotion. L’importance d’un compagnon pour les enfants n’est donc plus à démontrer. Toutefois, on n’adopte pas un animal de compagnie sur un coup de tête, il est nécessaire de prendre en compte certains aspects. Quelles sont les précautions à prendre avant le choix de l’animal de compagnie ? À quel âge un enfant peut-il avoir un animal de compagnie ? Quel animal choisir ? Nous vous proposons ce petit guide pour vous aider à faire le bon choix. Quelles sont les précautions à prendre avant le choix de l’animal de compagnie ? Adopter un animal de compagnie n’est pas à prendre à la légère. C’est une décision importante qui nécessite beaucoup de temps, d’argent et qui fait appel au sens de responsabilité. Les animaux ont constamment besoin d’attention et il faut en prendre soin. Vous devez donc vous assurer que votre enfant est prêt et capable d’avoir un compagnon. Il doit être en mesure d’être toujours présent pour son compagnon, dans les bons et mauvais moments et surtout pouvoir gérer tous ses caprices. De plus, rassurez-vous d’être en mesure de vous occuper d’un animal de compagnie : son alimentation, ses soins et sa santé. Précisons tout de même qu’un animal de compagnie coûte cher. Entre la nourriture, la santé, l’assurance, les séances chez le vétérinaire et la garde, vous devez prévoir un budget conséquent. Mieux, vous devez prévoir un espace de vie pour votre futur compagnon. Par ailleurs, il est recommandé de vérifier qu’un membre de votre famille ne présente pas des allergies face à votre hôte. De nombreuses personnes sont par exemple allergiques aux poils des chats. À quel âge un enfant peut-il avoir un animal de compagnie ? Comme nous l’avons dit un peu plus haut, adopter un animal de compagnie implique beaucoup de responsabilités. Il est évident que tous les enfants ne pourront pas être en mesure de s’occuper d’un animal. Pour cela, il est recommandé d’attendre que votre enfant ait environ trois ans avant de lui offrir son animal de compagnie. À cet âge, votre enfant pourra s’occuper de son fidèle ami si vous lui apprenez les règles de base. Toutefois, ce n’est qu’à partir de cinq ans que votre enfant sera véritablement en mesure de s’occuper de son compagnon sous surveillance. Quel animal choisir ? Si vous êtes prêt à sauter le pas et à offrir un animal à votre enfant, il est nécessaire de faire en choix judicieux. Votre choix dépendra bien entendu des préférences de votre enfant et aussi de vos moyens. N’oublions pas que chaque animal à des besoins spécifiques auxquels vous devez répondre. Nous vous donnons quelques conseils afin de choisir le compagnon idéal pour votre enfant. Un chien Le chien est incontestablement le meilleur animal de compagnie des hommes. C’est d’ailleurs un compagnon très prisé par les enfants. Fidèle, protecteur, câlin, il adore les caresses et aime jouer avec les enfants. Il sera donc un très bon compagnon pour votre enfant. La femelle est souvent préférée au mâle, car elle est beaucoup plus douce. Si votre enfant est donc de nature timide et réservée, optez pour une femelle. Bien que le chien soit un excellent compagnon pour les enfants, son entretien n’est pas chose facile. Il a besoin constamment de soins et d’attention. Vous devez être en mesure de le sortir très souvent et lui donner une bonne éducation afin qu’il ne représente pas un danger pour les enfants. Prenez le temps de faire des recherches sur les différentes races afin de choisir celle dont le mode de vie est en adéquation avec votre famille. Un chat Adopter un chat est également une excellente idée. De nature très indépendant, le chat est le compagnon idéal pour les enfants. Si vous avez un enfant calme et câlin, le chat est l’animal de compagnie qu’il lui faut. Très collant, le chat a également besoin d’attention et d’affection. Toutefois, si vous voulez vivre en bonne cohabitation avec votre félin, il est nécessaire de lui apprendre les bonnes manières. Vous devez également mettre à sa disposition suffisamment de jeux afin de favoriser son épanouissement. Un rongeur Les rongeurs sont de plus en plus adoptés de nos jours notamment le lapin. C’est d’ailleurs le rongeur préféré des tout petits. Le lapin est un animal très doux et très affectueux. Il est très fragile et a besoin d’être couvert d’amour. Il a également besoin de faire des activités au risque de devenir agressif. Le cochon d’Inde serait également approprié pour votre enfant. Animal de petite taille et très sensible, c’est sans doute le compagnon idéal. Votre enfant pourra tisser une vraie relation avec le cochon d’Inde, qui est de nature très bavard. Prenez soin de le nettoyer régulièrement afin d’éviter les odeurs. Quant au hamster, il n’est pas très recommandé pour les petits enfants. Ce rongeur vit essentiellement la nuit, fait assez de bruit et a une espérance de vie relativement courte. Un oiseau Les enfants adorent les oiseaux. Vous pouvez donc en offrir à votre enfant. Il existe certaines races d’oiseaux telles que la perruche calopsitte qui sont très calmes et qui feraient d’excellents compagnons pour votre enfant. Toutefois, les oiseaux sont très bruyants, vous devez donc vous apprêter à voir votre tranquillité piétinée. De plus, ils ont tout autant besoin d’amour et d’attention que les chats et les chiens. Un poisson Si votre enfant est passionné par cette espèce, n’hésitez pas à l’adopter. Toutefois, s’il aime les câlins et les marques d’affection, le poisson n’est pas le compagnon idéal. De plus, pour élever un poisson, vous devez préparer un aquarium de taille convenable, et l’entretenir convenablement. Voici autant d’espèces animales convenables que vous pouvez adopter pour votre enfant. Avant de faire votre choix, renseignez-vous auprès d’un vétérinaire, afin d’avoir toutes les informations nécessaires sur le mode de vie de chaque espèce. Vous pourrez ainsi choisir l’espèce qui répond au mieux à vos besoins.
  2. Le sommeil est très important pour la santé physique et mentale de votre chien. Un bon temps de sommeil lui permet de récupérer et d’assimiler toutes les informations reçues en journée. Tout trouble de sommeil identifié chez votre toutou doit être réglé au plus vite afin de préserver sa santé. Savez-vous que le chien est un gros dormeur par nature ? De combien de temps de sommeil a-t-il besoin ? Quelles sont les différentes phases de sommeil chez le chien ? Quelle est la conduite à tenir en cas de troubles de sommeil  chez son animal de compagnie ? Retrouvez les réponses dans cet article. Savez-vous que le chien est un gros dormeur par nature ? Les chiens sont de gros dormeurs par nature. Un chien adulte passe d’ailleurs 50 % de son temps à dormir. La quantité de sommeil de votre toutou dépend non seulement de son âge, mais aussi de ses efforts physiques et de sa race. Ainsi, vous verrez un chiot et un chien âgé passer toute la journée à dormir. Certaines races ont des besoins en sommeil plus élevés que d’autres pour être en bonne santé. Le sommeil permet à votre animal de compagnie de se retrouver après une journée d’intenses activités. C’est pour ainsi dire que votre toutou doit bien dormir, et la qualité de son sommeil ne doit pas être prise à la légère. De combien de temps de sommeil a-t-il besoin ? Comme nous le disions précédemment, la quantité de sommeil dont a besoin votre toutou dépend de son âge et de ses activités physiques. Il serait donc convenable d’estimer séparément les besoins d’un chiot, d’un chien adulte et d’un chien âgé. Le sommeil du chiot Tout comme les nouveau-nés, un chiot doit beaucoup dormir. Il passe donc environ 90 % de son temps à dormir soit 20 heures de sommeil. Avec une telle quantité de sommeil, il pourra se développer correctement et bien assimiler ses apprentissages. Bien dormir lui permettra de retenir tout ce qu’il a appris en journée. Le sommeil du chien adulte En grandissant, le temps de sommeil de votre toutou se réduit, et il ne passera plus que 65 % ou 50 % de sa journée à dormir, soit 13 à 15 heures de sommeil par jour. Il faut également préciser que ses besoins vont dépendre de ses activités journalières. Plus il dépensera de l’énergie en journée, plus il aura besoin de dormir. Ce sommeil réparateur est primordial pour permettre au cerveau de votre toutou de se reposer afin d’éviter les troubles du comportement. Le sommeil du chien âgé Un chien senior passe environ 75 % de son temps à dormir. En vieillissant, le besoin de dormir est plus élevé, et les chiens âgés consacrent beaucoup de temps au sommeil. Le temps de sommeil va donc considérément augmenter soit environ 18 heures de sommeil par jour. Rappelons tout de même que les chiens âgés sont souvent confrontés à des troubles de sommeil qui ne leur permettent pas de se reposer convenablement. Par ailleurs, un chien peut dormir fréquemment en raison de l’ennui ou du manque d’exercice. Quelles sont les différentes phases de sommeil chez le chien ? Le sommeil des chiens se décompose en deux phases essentielles : le sommeil profond et le sommeil paradoxal. Le sommeil profond Cette phase très courte est considérée comme une phase de récupération au cours de laquelle votre toutou est immobile. Son activité cérébrale est ralentie au cours de cette phase, mais il maintient toujours son tonus musculaire. Le sommeil paradoxal Au cours de cette phase, le cerveau de votre toutou retrouve la quasi-totalité de son activité. Si vous avez déjà vu votre animal de compagnie bouger dans son sommeil, c’est sans doute parce qu’il est à la phase du sommeil paradoxal. À cette phase, le corps est complètement détendu et les muscles perdent leur tonus. C’est à cette étape que votre animal assimile toutes les informations reçues dans la journée. Il revit les moments de la journée afin de fixer les souvenirs. Pendant le sommeil paradoxal, votre animal peut faire des mouvements involontaires, émettre des sons et des gémissements, aboyer et parfois respirer de façon irrégulière. Certaines personnes assimilent cette phase à un cauchemar. Le chien fait-il des cauchemars ? Cette question est souvent posée par les propriétaires de chiens. Comme nous l’avons dit un peu plus haut le chien fixe les souvenirs pendant le sommeil paradoxal. De ce fait, s’il a vécu de mauvais moments pendant la journée, son cerveau les fixe et ils reviennent sous forme de cauchemars pendant le sommeil. Toutefois si les cauchemars sont répétés, c’est sans doute en rapport avec un traumatisme qu’il a vécu dans le passé. Il vous revient de l’aider à trouver un sommeil apaisé en lui faisant passer d’agréables moments en journée tout en restant patient. Quelle est la conduite à tenir en cas de troubles de sommeil ? Il peut arriver que votre animal de compagnie ait des problèmes de sommeil. Les troubles de sommeil ne sont donc pas l’apanage des hommes. Les chiens en souffrent également surtout lorsqu’ils sont âgés. Deux cas de figure sont associés à trouble de sommeil chez le chien. L’hypersomnie Il y a hypersomnie lorsque votre fidèle compagnon dort beaucoup sans pour autant dépenser de l’énergie. Cette situation peut être due à l’ennui ou à un manque d’activités. Toutefois, l’hypersomnie peut être également le symptôme d’une maladie grave. N’hésitez donc pas à consulter un vétérinaire. L’insomnie L’insomnie c’est lorsque votre toutou ne dort pas assez. Ce problème peut être dû à une pathologie chronique telle que l’insuffisance rénale ou l’arthrose. L’insomnie n’est pas à prendre à la légère, car elle peut engendrer des troubles de comportement. Elle peut également entraîner la perte de sens de sorte que votre chien confonde le jour et la nuit. En cas d’insomnie, une consultation au plus vite chez le vétérinaire s’impose. Ce dernier pourra traiter de façon adéquate votre fidèle compagnon. Il est important de retenir que tout comme les hommes, votre chien a également besoin de se reposer et de dormir convenablement. Il a des besoins de sommeil à satisfaire en fonction de son âge et de ses activités quotidiennes.
  3. Oiseaux de compagnie de la même famille que les perroquets, les perruches sont des animaux qui sont incapables de parler comme les perroquets même si on leur apprenait à communiquer. De même, Ils ont plus de facilité à vivre loin de l’homme contrairement aux perroquets. Par ailleurs, ils sont réputés quelque peu agressifs et sauvages car leur domestication est récente. Quels sont les caractéristiques et particularités des perruches ? Quelles sont les causes éventuelles des bagarres qui surviennent de manière quasi fréquente entre ces oiseaux ? Comment faire pour mettre de manière efficace et définitive terme à ces bagarres ? Qu'est-ce qu'une perruche ? D’ordinaire, la perruche est un oiseau qui vit de manière sauvage dans la nature et qui est caractérisé par un niveau d’exigence relativement moindre. C’est sans doute pour cette raison qu’elle s’adapte de plus en plus à sa domestication, qui est pourtant un phénomène récent. Elle peut donc vivre en liberté ou être domestiquée dans une cage au sein d’un jardin. Ce sont des compagnons d’intérieurs très aimables. Très beaux et charmants, ce sont des oiseaux qui attirent par leur belle apparence, notamment leur plumage. On distingue plusieurs variétés de perruches, de la plus petite à la plus grande sans oublier les perruches ondulées, chacune avec un comportement qui lui est bien spécifique. Elever et domestiquer des perruches n’est pas vraiment une activité simple et aisée. C’est pourquoi il faut connaitre l’essentiel sur cet oiseau, et surtout maîtriser son comportement. A ce propos, il est important de notifier que ce comportement varie d’une espèce de perruche à une autre. Mettre donc des perruches d’espèces différentes dans un même endroit causerait tout le temps des querelles. Les raisons qui poussent des perruches à se battre De nature pas quelque peu agressive, les perruches s’énervent vite, mais ceci pendant de très courtes durées. Plusieurs causes justifient la bagarre chez ces animaux de compagnie. La nourriture, la reproduction et le désir de rester maître de leur territoire sont les principales raisons pour lesquelles les perruches se battent de tout le temps. La nourriture, une raison valable pour se disputer En effet, mis ensemble dans une même cage, les oiseaux peuvent se disputer la nourriture, l’un considérant que l’autre en consomme un peu trop. Ce serait exactement comme les enfants qui quand ils sont servis dans un même plat, ont du mal à s’entendre pendant la consommation du repas. C’est un comportement assez normal chez les oiseaux. Les oiseaux peuvent se disputer les mangeoires, les abreuvoirs, le bain, etc. Celui qui arrive en premier au lieu d’approvisionnement n’acceptera pas qu’un autre vienne s’incruster. La reproduction et la territorialité Les agressions chez les perruches peuvent également être dues à un rejet d’un intrus, d’un oiseau malade ou de tout autre oiseau n’appartenant pas groupe. De même, elles peuvent être dues à l’envie de protéger la descendance lors de la phase de reproduction. Malgré leur caractère, les perruches ne règlent pas souvent leurs conflits par violence, mais plutôt par intimidation par le biais de leurs postures et cris. La violence s’impose lorsqu’il s’agit de faire partir un intrus du groupe afin de protéger le clan. Enfin, Il est aussi possible que lors de la montée hormonale, les perruches développent de l’agressivité. En effet, pendant la saison des amours, le taux de testostérone chez le mâle s’accroit. Cela peut augmenter l’agressivité chez ce dernier. Les perruches dominantes effraient aussi les autres à tout moment afin de marquer leurs territoires. La gestion des femelles et la protection du territoire sont les deux principales sources de dispute entre perruches males. Cela peut les pousser à un niveau d’agressivité optimal. Par ailleurs, les femelles, lors de la couvaison ont souvent des crises d’agitation pouvant les conduire à des actions d’agressivité. Quelles solutions lorsque mes perruches se battent ? Plusieurs solutions s’offrent à vous pour éviter que vos perruches se battent. Ceci peut aller jusqu’à la séparation des animaux. Zoom sur ce qu’il faut faire face aux récurrentes bagarres de vos perruche. Ce qu’il faut éviter de faire lorsque vos oiseaux se battent Faites attention à ne point mettre votre main dans la cage pour éviter que l’oiseau ne picore votre doigt au risque de vous blesser. Les perruches dominantes ont un caractère agressif. Par ailleurs, punir vos oiseaux lorsqu’ils se battent n’est du tout pas conseillé. C’est faire fausse route si vous pensez qu’en punissant vos oiseaux arrangerait quelque chose, au contraire ils seront plus frustrés. Les perruches voient la punition comme une interdiction de s’exprimer. Elles pourraient ainsi se renfermer sur elles-mêmes au point de supprimer certains comportements qui les caractérisent essentiellement. En procédant ainsi, vous ne feriez qu’instaurer un climat d’insécurité dans leur cage. Ce qu’il faut faire quand vos perruches se disputent Il arrive souvent que des oiseaux de la même espèce ne s’acceptent pas du tout. Dans ce cas, les soumettre à une cohabitation serait synonyme de problème. La solution adéquate pour remédier consisterait donc à les enfermer dans des cases séparées disposées côte à côte. Aussi, l’oiseau le plus souvent torturé ou maltraité peut-être déplacé pour limiter ou carrément éviter les querelles. Et ils prendront l’habitude de rester les uns près des autres en vue d’une cohabitation prochaine axée sur la tranquillité. Vous pouvez toutefois caresser délicatement la perruche avec douceur, histoire de la calmer lors d’une bagarre. Pensez aussi à agrandir la cage pour plus d’espace et augmenter le nombre d’abreuvoirs et de mangeoires pour qu’à l’heure de manger, les perruches n’aient pas besoin de se disputer pour la nourriture. Un espace plus large est source d’harmonie. Pendant la période des chaleurs, laisser les couples dans des cages différentes pour éviter des violences inutiles. Notez bien que c’est très rare que les perruches se battent jusqu’à mort. Et si c’est le cas, un bon aménagement de l’espace est requis, car il existe des possibilités que vos oiseaux soient mal à l’aise dans leur habitat. En somme, si vos perruches se querellent entre elles tout le temps, ce n’est pas bien. Toutefois, il ne s’agit pas d’un problème aussi alarmant. Vous pouvez contrôler tout cela ou même éviter ce genre de comportement chez vos oiseaux. Il vous suffit d’être indulgent et de ne point vous mettre en colère pour arranger la situation. Mais avant il faut à tout prix maitriser les différents comportements de vos oiseaux.
  4. Animaux calmes et nonchalants par nature, les chats peuvent parfois devenir agités et se mettre à bouger beaucoup plus d’habitude. Ce genre de situation bien que rare n’est pas forcément dû à un problème. En effet, les situations qui peuvent être à la base de ces inhabituelles agitations de chat sont diverses et variées. Quelles peuvent être les raisons à cause desquels les chats pourraient se mettre à courir partout ? Ce type de comportement peut-il être évité ? Comment faire pour y remédier si la cause est un problème ? L’origine du comportement agité du chat Comme tout animal, il peut arriver que le chat développe de manière soudaine une attitude inhabituelle et qu’il ne puisse plus se tenir sur place. Ainsi, le chat qui est calme de nature se mettrait à sauter partout. Plusieurs raisons peuvent expliquer cet genre de situations exceptionnelles. Les causes d’ordre génétique Originellement prédateur appartenant aux familles des félins, le chat est devenu plus calme que ces pairs félins en raison de sa domestication qui remonte à très loin dans l’histoire. Ainsi, malgré cette domestication, il reste un prédateur né, mais en miniature. Son instinct de chasseur pourrait donc se réveiller à certains moments de la journée, notamment au crépuscule et à l’aube. C’est d’ailleurs ce qui explique ce comportement d’agitation soudaine. En effet, dans la nature, le chat profite pleinement de sa liberté et peut courir dans tous les sens à la recherche de sa proie. Mais confiné à l’intérieur que chasse-t-il ? Et bien rien du tout. Il saute juste un peu partout pour se défouler, s’amuser et décharger son énergie sur une proie imaginaire qui n’existe point. On appelle ce comportement le coup de folie et il ne nécessite pas que l’on s’inquiète car il ne constitue pas un problème. De toutes les façons, il est inévitable. Comment se manifeste le coup de folie du chat ? Si votre chat se met à courir sans cesse partout, il est certainement atteint d’un coup de folie. Pendant ces moments, il est capable de grimper partout, même sur les rideaux. Il devient un cascadeur ambulant dans la pièce comme s’il était à la recherche d’un trésor lui appartenant et qu’il doit à tout prix trouver. Quand il est victime d’un coup de folie, le chat peut faire des arrêts puis continuer comme s’il réfléchissait avant de se relancer. Parfois, ces poils s’hérissent comme s’il faisait peur à un adversaire inconnu qu’on ne voit guère. D’un instant à un autre, il peut redevenir normal, c’est à dire calme et doux comme d’habitude. Le coup de folie est possible chez tous les chats surtout ceux d’intérieur. Des comportements d’origines sanitaires et médicales Le chat ne parle pas, il ne peut donc pas dire de manière explicite qu’il est malade et ce qu’il ressent. Ainsi, lorsque la maladie le lui permet, sa méthode de transmission du message peut être les jacasseries intempestives. Courir partout afin d’exprimer son mal Le chat peut se mettre à courir soudainement partout lorsqu’il est parasité. Ces parasites ont la capacité de déclencher chez l’animal des comportements très agités. Il se met à courir partout essayant de se débarrasser de ce qui le dérange. De même, quand il souffre de certains malaises tels que l’indigestion, votre chat peut également devenir agité. Par ailleurs, le fait de courir partout peut tout aussi représenter le symptôme de maladies plus graves. Dans ces cas, l’agitation excessive est accompagnée de comportements étranges et anormaux tels que des actes d’agressivité, des miaulements intempestifs, des tentatives de morsures. Les comportements d’origine médicale En dehors des maladies, le chat nouvellement vacciné peut développer certaines agitations incontrôlées. Cela peut être notamment dû à une vaccination mal faite qui le stimule et le pousse à courir partout. Ce serait sa manière de demander de l’aide. Enfin, un chat en chaleur a aussi tendance à être agité et à sauter dans tous les sens pour satisfaire ses envies. Dans ce cas, il est recommandé de lui trouver une femelle pour qu’il copule ou de le stériliser pour le calmer. Comment éviter ce comportement chez le chat Quel que soit l’origine du comportement excessivement agité du chat, il faut savoir que dans la plupart des cas, cette suractivité est évitable. En effet, en dehors de l’agitation d’origine génétique, les autres types de mouvements ininterrompus peuvent être évités. Des gestes pour aider votre chat pris d’un coup de folie Lorsque le chat adopte un comportement étrange qui se manifeste par une agitation de gauche à droite, il peut casser des objets de valeur qui sont dans la maison. Lorsque cela survient, il est important de garder son calme et de se rappeler que la nature sauvage du chat peut en être la cause. Aucune méthode palliative formelle n’existe dans ce cas de figure. La démarche consiste juste à aider le chat à se contrôler. Il faut faire en sorte que votre animal de compagnie se sente en sécurité, et pour cela, vous devez de temps en temps vous amuser avec lui. Caressez-le en toute douceur en lui parlant. Jouez avec lui, permettez-lui de faire ses sauts, mais en votre présence et à travers un jeu interactif. Que faire quand il ne s’agit pas de coup de folie ? Comme il est dit plus haut, le coup de folie n’est pas le seul problème qui peut faire courir un chat dans tous les sens. Son mal peut être lié aux parasites et à bien d’autres pathologies. Dans ce cas, il n’y a qu’un seul moyen de l’aider à y remédier. La bonne idée serait d’appeler un spécialiste c’est-à-dire un vétérinaire. Si votre chat est parasité ou souffre d’une autre maladie, le vétérinaire est à même de le détecter plus facilement que n’importe quel autre individu. Il usera de ses compétences et de son expérience pour trouver avec exactitude de quoi souffre votre chat et ce qui en est la cause. Aussi, le vétérinaire trouvera certainement la solution la plus appropriée à votre problème. En résumé, il n’y a pas vraiment de quoi se lamenter quand votre chat court partout. En effet, il s’agit d’un comportement qui est lié soit à un problème d’ordre génétique appelé coup de folie, soit à une maladie généralement peu grave et non affaiblissante que la consultation du vétérinaire permettra de vite guérir.
  5. Animaux domestiques reconnus comme des carnivores, les chiens ne consomment pas exclusivement de la viande. Il leur arrive souvent de consommer d’autres d’aliments. Parmi les autres aliments que le chien peut être amené à manger, il y’a les œufs. Qu’ils soient de poules, de pintades, de caille ou de toute autre volaille, les œufs sont des aliments considérés comme fortement nutritifs et grandement bénéfiques. Certains spécialistes vont jusqu’à dire que l’œuf serait un aliment complet. Quels sont les nutriments contenus dans l’œuf ? Quels sont les avantages et inconvénients liés à la consommation de l’œuf par le chien ? Doit-on prendre des précautions avant de faire consommer des œufs à des chiens ? Si oui, lesquels ? Les éléments constitutifs de l’œuf Très apprécié des hommes, l’œuf apparaît presque dans presque toutes les nourritures que nous mangeons au quotidien. En plus d’être disponible à moindre coût sur le marché, c’est un ingrédient alimentaire apportant à l’organisme humain et aussi à celui du chien des bienfaits incroyables. Les nutriments contenus dans un œuf L’œuf contient plusieurs éléments nutritifs très bons pour la santé. Bien que nombreux, on peut lister quelques-uns, notamment les plus importants qui s’avèrent nécessaires dans l’alimentation pour le bon fonctionnement de l’organisme. Il possède une forte teneur en protéine animale, c’est d’ailleurs le premier élément qui le caractérise en grande proportion. On retrouve aussi dans l’œuf des acides gras, des lipides, des acides aminés, des vitamines, des sels minéraux, des caroténoïdes et bien d’autres. À cause de ces nutriments, tous indispensables à la santé, les chiens peuvent bien manger des œufs. Les bienfaits de l’œuf pour le chien L’œuf participe énormément au bien-être du chien, d’autant plus qu’il apporte des nutriments essentiels pour sa bonne santé. En clair, la boule de poil dont l’alimentation est axée sur la consommation de l’œuf se retrouve avec le pelage, la peau et les yeux qui deviennent plus brillants. Même la coquille de l’œuf est essentielle pour la dentition des chiens, car elle leur apporte du calcium et leur facilite la tâche pendant le processus de digestion. Les œufs contribuent même au traitement des maux d’estomac et à la prévention de certaines maladies liées à la peau. Comment nourrir le chien aux œufs ? Bien qu’il soit avéré que les chiens peuvent consommer des œufs, il est important de préciser qu’ils ne doivent pas manger n’importe quel œuf . Quels sont donc les catégories d’œufs qui sont les mieux indiqués pour la santé des chiens ? Les chiens peuvent-ils manger l’œuf en entier ? Le type d’œuf à donner au chien Les chiens mangent des œufs, certes, mais tâchez de les nourrir avec de bons œufs. On entend par bon œuf, un œuf produit le plus naturellement possible. Ainsi, veillez à donner des œufs sains à votre boule de poils pour ne pas compromettre sa santé. Certes, des œufs biologiques feront l’affaire, mais vous pouvez aussi opter pour des produits locaux faciles à trouver dans les zones de campagne. Par ailleurs, vous avez également la possibilité de vous procurer des œufs en provenance d’un élevage bio où les poules sont libres de leurs mouvements et ne sont pas tout le temps enfermées dans des cages. Sous quelle forme le chien mange l’œuf ? Pour nourrir votre chien à l’œuf, il est primordial de maîtriser toutes les techniques liées à ce mode d’alimentation. En réalité, malgré les bienfaits reconnus aux œufs sur l’organisme du chien, nourrir cet animal avec un œuf entier n’est pas conseillé. En effet, le blanc d’œuf cru contient un élément nocif pour la santé de votre chien. Il s’agit d’une protéine dénommée l’avidine, qui lorsqu’elle se retrouve dans l’organisme du chien détruit la biotine (Vitamine B8), primordiale pour la santé du chien. Le jaune d’œuf quant à lui, étant cru contient plutôt de la biotine qui vient renforcer celui de votre animal de compagnie. Par ailleurs, l’œuf cuit ne représente aucun danger pour ce dernier. Néanmoins, la proportion des nutriments présents dans l’œuf diminue considérablement. Tenez bien compte de ces éléments pour décider de la manière de nourrir votre chien. Mais il serait mieux de donner du blanc d’œuf cuit et du jaune d’œuf cru à celui-ci. Les dangers liés à l’alimentation du chien à base d’œuf Aliment fortement protéiné, l’œuf est un aliment dont la consommation est fortement recommandée. Cependant, cette consommation doit se faire conformément à certaines règles bien établies, afin d’éviter de subir les effets pervers liés à la consommation de l’œuf. Les inconvénients des œufs pour le chien Consommé entièrement cru, l’œuf peut constituer un danger pour votre chien. Plusieurs études scientifiques ont d’ailleurs conduit à cette conclusion. Il existe même des vétérinaires qui réfutent ardemment l’idée d’alimenter un animal comme le chien avec de l’œuf, car il s’agit d’une pratique qui peut entraîner de nombreuses maladies. Par exemple, en consommant des œufs crus, les chiens peuvent attraper des salmonelles ou des E. coli, provoqués par un taux élevé de cholestérol dans l’organisme. Toutefois, retenez que votre chien peut consommer de l’œuf sans aucun effet secondaire sur sa santé, à condition que ceci se fasse de manière modérée et contrôlée. Quelques précautions importantes à prendre Pour éviter certains problèmes liés à la consommation des œufs par les chiens, il est recommandé de consulter un vétérinaire. En temps normal, la dose conseillée pour un chien est d’un œuf par jour. En consultant l’avis d’un vétérinaire, il pourrait définir le nombre d’œufs que vous pouvez donner à votre chien en considérant son âge, son poids, ainsi que sa race. De même, pour s’assurer de respecter les règles requises pour ce mode d’alimentation, prenez rendez-vous avec le vétérinaire, c’est toujours plus sûr. Inutile de faire du mal à votre animal bien aimé en voulant lui faire plaisir. Une autre option serait de mélanger l’œuf aux aliments que votre chien consomme quotidiennement. De ce fait, à défaut de lui donner uniquement des œufs, vous pourriez vous-même composer la nourriture de manière à ce qu’il soit bien équilibré. Mais attention à bien se renseigner en amont sur les proportions des nutriments qui doivent être présents dans l’aliment selon l’âge, le poids, et la race de votre chien. En somme, il faut retenir que les chiens peuvent consommer des œufs pour s’alimenter et se nourrir. Toutefois, il faut se rassurer de ce que le vôtre aussi lepeut, et suivant quels principes. Pour cela, demander l’avis d’un vétérinaire est fortement recommandé.
  6. Comme les humains, les animaux peuvent aussi être sujets à des allergies. Ces allergies peuvent être de plusieurs ordres, allant d’une simple rougeur à des troubles respiratoires sévères pouvant mettre la vie de l’animal en danger. Elles peuvent être localisées comme généralisées. Il est important de savoir les détecter afin de pouvoir prendre les mesures idoines devant soulager l’animal. Cependant chaque animal réagit de façon spécifique face à un allergène donné. C’est quoi une allergie chez les animaux ? Comment reconnaît-on les allergies chez les animaux ? Quels sont les différents types d’allergie et leurs causes ? Comment faire pour les dissiper de manière efficace ? C’est quoi une allergie ? Une allergie est une réaction immunitaire exagérée de l’organisme face à des agents étrangers appelés allergènes. Face à ses allergènes, l’organisme met en place un mécanisme de défense. A chaque fois que l’animal sera en contact avec cet allergène, la même réaction défensive va s’observer. Le plus souvent, les allergies sont imprévisibles. Elles peuvent apparaître dès le bas âge ou plus tard à l’âge adulte sans aucune raison. Certaines allergies disparaissent avec le temps tandis que d’autres durent toute la vie. La réaction à une allergie est propre à chaque individu. Elle peut être aussi due une prédisposition familiale et/ou génétique. Comment reconnaître une allergie chez les animaux ? L’allergie peut se manifester de différentes manières chez les animaux. Chez le chien et le chat par exemple, les réactions sont souvent similaires. Cela ne veut pas dire qu’un chien réagira toujours de la même façon qu’un chat face à tel ou tel allergène. Le plus souvent, chez les félins, les signes que vous observerez sont de type cutané. Il s’agit des démangeaisons, des rougeurs, des desquamations, des gonflements de la peau, etc. Il peut aussi y avoir des réactions digestives ou respiratoires, surtout en cas d’allergie alimentaire. Dans ce cas, les réactions sont souvent généralisées : rougeur des yeux, larmoiements auxquels peuvent s’ajouter des troubles respiratoires et digestifs. Quand vous remarquez un de ses symptômes ou d’autres réactions anormales chez votre animal, il est conseillé de vous rendre au plus vite chez le vétérinaire afin de le faire soigner. Les différents types d’allergies et leurs causes Il existe chez les animaux domestiques plusieurs types d’allergies. Découvrons ensemble les plus couramment rencontrés. Les allergies dues à l’alimentation Ce type d’allergie peut toucher les sujets jeunes tout comme les sujets adultes. Très souvent cette allergie se manifeste au début par un prurit (vive démangeaison). Ensuite, peuvent s’y ajouter des vomissements, des diarrhées, des signes de rougeur des yeux, des larmoiements, du rhume, et même des troubles respiratoires. L’allergène responsable peut être un aliment ou simplement un composant de l’aliment. Cela peut être également dû à un mélange inadéquat. Il est donc difficile à identifier d’où la nécessité de contacter un vétérinaire pour trouver la réponse et la solution. Les allergies causées par les piqûres d’insectes Les allergies causées par les piqûres d’insectes sont à prendre au sérieux. Hormis les piqûres des puces qui peuvent occasionner une DDAP (Dermatite par Allergie aux Piqûres de Puces), plusieurs autres insectes peuvent également être des sources d’allergie. En effet, des insectes tels que les abeilles, les guêpes, les fourmis, des mouches piqueuses, etc sont capables de donner des allergies à vos animaux domestiques quand ils les piquent ou se posent sur eux. Chez le chat par exemple, les allergies dues aux puces peuvent entraîner un léchage excessif de la région mise en cause, ce qui peut provoquer une alopécie extensive, même si l’animal ne semble pas être hypersensible aux piqûres des puces, il est ainsi conseillé de lui faire un traitement prophylactique antiparasitaire. La dermatite atopique Cette allergie est due aux agents allergènes qui se trouvent dans l’environnement de l’animal. L’atopie est une prédisposition à une hypersensibilité face aux allergènes présents dans l’espace environnant. Il peut s’agir par exemple de poussière de pollen, des acariens présents dans la poussière, des spores de moisissure, etc. Ces allergies sont souvent chroniques et peuvent durer toute une saison. C’est l’une des principales causes de consultation des animaux de compagnie. La dermatite atopique se manifeste pas des démangeaisons récurrentes, ce qui amène l’animal à se gratter, se lécher, se mordiller. Elle peut être locale ou généralisée. Les allergies de contact Comme l’indique le nom, l’allergie de contact survient lorsque l’animal va en contact de l’allergène. Elle est souvent cutanée et localisée. Ce type d’allergie est difficile à prévenir puisqu’ils surviennent toujours par surprise. L’allergène peut être du ciment, du latex, du caoutchouc… L’allergène peut provenir du plastique de la gamelle ou des jouets, ce qui va créer des lésions sur les babines. Les allergies dues au collier de l’animal par contre donneront des lésions dans le cou. Si l’allergène se situe au sol, l’animal aura des lésions sur toutes les parties qui sont en contact avec le sol. Comment soigner les allergies ? Les symptômes cités plus hauts peuvent varier d’un animal à un autre. Dans tous les cas il faut aller en consultation avec votre compagnon. Le vétérinaire est le professionnel le plus habilité à faire le bon diagnostic et trouver le traitement adéquat. Ce dernier pourra effectuer des examens médicaux pour détecter le type d’allergie dont souffre votre animal de compagnie. C’est pour ça que lorsque vous remarquez des réactions anormales chez votre compagnon, il est impératif de le faire consulter par ce professionnel. Suite aux résultats des différents examens, le vétérinaire pourra alors décider du traitement le mieux adapté et vous donnera les conseils pour éviter autant que possible une autre exposition de votre compagnon à l’allergène qui est mis en en cause. Le vétérinaire dispose de plusieurs moyens pour son traitement. On peut citer entre autre des corticoïdes, des antibiotiques, des antihistaminiques, des immuno-régulateurs…Il peut également faire des traitements locaux avec des désinfectants ou des crèmes. Quelques conseils pour soulager votre animal chez vous Vous pouvez agir sur certains allergènes tels que les puces, les acariens ; etc. Pour cela, prenez souvent le temps pour : Nettoyer quotidiennement la maison Utiliser les sprays anti acariens Laver régulièrement les affaires de l’animal Faire un traitement de prévention antiparasitaire Si les réactions cutanées allergiques sont locales, vous pouvez soulager votre animal en attendant de l’emmener chez le véto. Pour cela, vous devez : Commencer en nettoyant la zone infectée puis la désinfecter. Donnez ensuite à votre compagnon un antihistaminiques ou une crème auparavant prescrit par un vétérinaire Lorsque la réaction est généralisée, le mieux est de conduire directement votre compagnon chez le vétérinaire.
  7. Le chat est un animal un peu complexe. C’est pourquoi il a la réputation d’être un être solitaire. En effet, ce félin est capable de rester des heures, voir des jours loin des humains et des autres chats. Pourtant, les chats domestiques bien socialisés sont des animaux qui aiment être entourés, ce que nous les humains, nous ne comprenons pas toujours. Ces félins si particuliers sont très affectifs et très expressifs. Ils aiment bien les interactions avec les humains. Certains comportements indiquent leur besoin d’affection et d’attention. Que faut-il savoir sur la sociabilité des chats ? Par quels signes peut-on reconnaître qu’un chat a besoin d‘attention ? Découvrons ensemble dans cet article 5 signes permettant d’identifier les circonstances dans lesquelles les chats pourraient avoir besoin d’attention. Le chat, un animal sociable, mais difficile à cerner Le comportement d’un chat dépend de sa socialisation. Les chats domestiques sont en général très affectifs et très attachants. Ils savent exprimer leurs intentions et leurs sentiments. Ils communiquent souvent avec leur entourage par différents signes qu’on peut comprendre si l’on leur accorde une certaine attention. Parmi ces signes, il y a les miaulements, les ronronnements, les mouvements corporels, etc. En fait, quand on y réfléchit bien, tout le corps du chat est un moyen de communication. Il est donc important que les propriétaires ou maîtres des chats connaissent bien leurs animaux et aient des yeux sur eux. En effet, certains comportements des chats sont utilisés par ces derniers uniquement pour attirer l’attention de leur propriétaire ou maître sur eux. Les 5 signes qui montrent que le chat a besoin d’attention Quand nos chats se sentent délaissés, ils ont des moyens de nous le faire comprendre. A nous de savoir comment décrypter leurs messages afin de leur donner ce qu’ils désirent. Voici 5 signes importants caractéristiques manifestes d’un sentiment de manque d’attention chez les chats. Votre chat miaule beaucoup Le miaulement est le moyen le plus courant qu’utilise le chat pour communiquer avec les humains. Il permet au chat de signaler quelque chose à son propriétaire. Si vous remarquez que votre chat miaule plus que d’habitude et sans raison particulière, il a peut-être besoin que vous lui accordez un peu d’attention. Vous constaterez qu’il le fait surtout en votre présence. Son cri est pour dire, je suis là. Vous avez été occupé ou souvent absent ces derniers jours. Votre chat l’a senti et son miaulement est pour vous signaler sa présence et réclamer un peu d’attention. Prenez le temps de jouer avec lui et de le câliner. Ça ne lui fera que du bien. Attention, un miaulement excessif peut également être le signe d’un malaise. A vous de voir si votre chat présente d’autres signes pouvant vous orienter. Si c’est le cas, alors faites appel à un vétérinaire. Votre chat fait tomber des objets près de vous Si votre chat fait tomber des objets près de vous, c’est parce qu’il sait que cela attire l’attention. Alors, il attend que vous soyez à côté pour faire tomber un objet afin de vous interpeler. Si c’est un stylo ou un objet sans valeur, ça peut encore aller. Mais quand, votre chat va faire tomber votre téléphone ou un vase ou tout autre objet cassable et/ou précieux, alors là ça devient extrêmement désagréable. Un chat qui fait souvent tomber des objets ne se comporte pas avec hasard et spontanéité. Il le fait de manière totalement intentionnelle. Il ne le fait pas pour vous contrarier ou vous fâcher mais juste pour vous faire remarquer sa présence et vous faire comprendre qu’il a besoin que vous lui accordiez un peu de votre temps. Votre chat s’assoit ou se couche sur vos affaires personnelles Lorsque votre chat se couche ou s’assoit sur des objets que vous utilisez de manière courante à savoir : votre ordinateur, vos papiers, vos assiettes, sachez qu’il fait exprès. Il sait qu’en se mettant entre vous et la lumière de votre ordinateur par exemple, il attirera à coup sûr votre attention. Parfois, il refuse même de s’en aller, ou à peine vous le posez au sol qu’il monte à nouveau sur l’ordinateur. Cela vous agacera surement, mais ne vous énervez pas. En fait, s’il agit ainsi, c’est qu’il a réellement l’impression d’être délaissé et qu’il veut juste que vous le chouchoutez ou le câliniez un peu. Toutefois, dans certains cas, lorsque votre chat se couche sur votre ordinateur, c’est parce qu’il est à la recherche de la chaleur dégagée par l’appareil. Votre chat devient un pot de colle et vous suit partout Vous rentrez chez vous et votre chat est là à vous attendre. Il vient même jusqu’à vous accueillir. A peine rentré qu’il est déjà dans vos pattes. Il vous suit partout dans la maison. A peine vous vous asseyez, qu’il vient se mettre sur vos genoux. Il n’y a pas deux explications à ce type d’actes. Votre ami vous montre ainsi que vous lui avez manqué. Par ailleurs, quand votre chat vient se frotter contre vos jambes, recherchant le contact à tout prix. Il va même jusqu’à vous tapoter avec ses pattes et sa queue, un peu comme pour vous appeler. C’est sa façon de dire qu’il a besoin de votre attention et de votre temps. Profitez pour lui passer un coup de brosse, ou jouer avec lui pendant quelques temps. Votre chat fait ses griffes là où il ne faut pas Faire ses griffes est tout à fait naturel chez un chat. Cela lui permet de les nettoyer de s’étirer un peu et de libérer le trop plein d’énergie. Il le fait aussi pour marquer son territoire en y déposant des phéromones. Si, soudain, votre chat commence à faire ses griffes là où il ne faut pas, surtout s’il dispose d’un arbre à chat, vous trouverez surement cela intriguant et inquiétant. Avant de penser aux autres raisons pouvant expliquer cet écart de comportement, cherchez d’abord à savoir s’Il ne le fait pas dans l’intention d’attirer votre attention et de vous faire comprendre qu’il se sent seul et négligé. En effet, Il est conscient de ce que s’il fait ses griffes aux endroits interdits, Il finira bien par attirer votre attention. Pensez donc à protéger vos meubles, mais surtout veillez à montrer à votre animal de compagnie un peu plus d’attention. En agissant ainsi, vous lui montrerez que vous tenez à lui et parviendrez ainsi à canaliser son énergie et sa rage.
  8. Les poules pondeuses sont des poules spécialement dédiées à la production des œufs. Il en existe plusieurs races à savoir : les races traditionnelles et les races hybrides. Certaines races sont plus généreuses que d’autres. Quand on veut élever des poules pondeuses, il est vivement conseillé de choisir celles qui garantissent une production optimale. Quelles sont les caractéristiques d’une bonne poule pondeuse ? Quelle est la durée de vie d’une poule pondeuse ? Quelles sont les meilleures poules pondeuses ? Les caractéristiques d’une bonne poule pondeuse Plusieurs critères permettent de qualifier une poule pondeuse de bonne. Découvrons ensemble ces critères afin de savoir choisir la poule pondeuse convenable. La production des œufs Une bonne poule pondeuse produit en moyenne 200 à 270 œufs par an. Il y a certaines races qui font des performances de 300 œufs par an. En hiver, la production des œufs diminue considérablement à cause de la baisse de la température. Malgré cela, il y a des races rustiques qui continuent à pondre même si leur performance diminue. L’âge moyen de la poule pondeuse L’âge moyen auquel une poule pondeuse commence à pondre est de 6 mois. La production est plus ou moins bonne jusqu’à l’âge de 3ans où elle commence à diminuer. A l’âge de 8ans, la poule cesse de pondre et n’est bonne que pour la consommation. Cependant l’âge de début de la ponte chez les poules pondeuses varie en fonction des races. Les poules pondeuses de race moyenne commencent la ponte tôt, c’est-à-dire dès l’âge de 5 ou 6 mois. Les races lourdes commencent un peu plus tard, à partir de 7, 8 mois. Plus charnues, ces races sont plus utilisées pour la consommation. Cela n’empêche pas qu’elles soient également d’excellentes pondeuses. Les races naines sont d’excellentes pondeuses. Elles commencent beaucoup plus tôt mais leurs œufs sont de petites tailles. Quelle est la durée de vie d'une poule pondeuse ? Une poule bien nourrie et bien entretenue a une espérance de vie de 10 ans. Toutefois, cette espérance de vie varie en fonction de la race de la poule. Les poules rustiques, de race ancienne semblent être les plus résistantes. Les poules hybrides qui ont été croisées dans le but d’optimiser leur production ont une durée de vie deux fois moins importante que les premières. Quant aux poules naines, elles sont plus fragiles. Elles doivent faire l’objet d’une attention particulière pour être en mesure de vivre longtemps. Les meilleures races de poules pondeuses Une bonne poule pondeuse est celle qui fournit entre 200 et 270 œufs par an. Nous avons sélectionné ici pour vous les meilleures races de poules pondeuses. La poule rousse D’origine anglo-saxonne, la poule rousse dite fermière est issue de croisements entre poules sélectionnées pour leur capacité à pondre énormément. Elle a un poids moyen de 2,5 kg. Elle est souvent qualifiée de meilleure poule pondeuse par les sachants et experts du domaine de l’élevage de poule pondeuse. En effet, dès la première année, cette poule atteint les 280 à 300 œufs. Au cours de la deuxième année sa production baisse mais reste proche des 250. Ses œufs sont aussi assez gros. Ils pèsent environ 63 g. C’est une poule très aimée des éleveurs qui en font la reine de la basse cour. La Cou nu du Forez Le cou nu du Forez est comme son nom l’indique, dépourvu de plumes au niveau du cou. C’est ce plumage particulier qui fait son charme De couleur exclusivement blanche, elle est une bonne poule rustique. A l’âge adulte, elle pèse entre 2,3 et 2,8 kg. C’est une poule calme mais très active. Ses œufs sont bien gros. Ils pèsent entre 65 à 70 g, ce qui donne au cou nu du Forez une bonne cote. Sa chair est également très délicieuse. La Gâtinaise De couleur blanche, cette jolie poule est originaire de la région parisienne (Seine-et-Marne, Loiret). Pesant généralement à l’âge adulte entre 2,5 et 3 kilos, elle a un caractère calme et est très rustique. Elle est facile à élever car elle a la capacité de s’adapter à tous les climats. Elle a une bonne réputation en matière de ponte avec des œufs de 60 grammes et plus. C’est une poule assez intéressante car sa ponte commence relativement vite. Elle est également une excellente couveuse. La Marans Plus connue dans sa version noire, avec des flammes cuivrées dans le camail, la Marans pèse à l’âge adulte environ 3 kg. Elle produit entre 150 à 200 œufs par an. C’est une poule très convoitée à cause de ses œufs. En effet, les œufs de la Marais sont souvent de couleur rousse, ce qui est exceptionnel. De même, leur poids est souvent au-dessus de la moyenne et se situe entre 70 à 80 grammes. Cette poule traditionnelle se distingue des autres poules hybrides du marché par ses pattes emplumées. La poule Rhode Island Originaire de l’Etat de Rhode Island, cette poule de grande taille fait un poids de 3 kg environ à l’âge adulte. C’est une race issue de croisements effectués entre races de qualité. Elle a un plumage de couleur acajou à reflets brillants. Sa performance est de 250 à 290 œufs par an. Elle est très appréciée pour cette belle performance. La taille de ses œufs n’est pas non plus négligeable car ils pèsent généralement environ 60 g. La Harco La Harco est souvent confondue avec la Marans à cause de leurs plumages presque similaires. A la différence de la Marans, la Harco n’a pas de plumes au niveau des pattes et ses œufs sont de couleur blanche. Elle est toute aussi bonne pondeuse que la poule rousse. Elle est également rustique et très résistante. Elle est issue d’un croisement entre la Rhode Island et la Plymouth Rock. Elle est très appréciée des éleveurs. La Sussex Cette race traditionnelle de poule est très facile à trouver sur le marché. A l’âge adulte, elle pèse souvent entre 2,5 et 3 kg. Plusieurs fois plébiscitée, elle a une réputation de volaille à ‘’deux fins’’. En plus d’être une bonne pondeuse même si ses œufs ont un poids de 55 g environ, elle est très appréciée pour la consommation. Elle est plus connue sous sa version blanche herminée noire. Elle a également plusieurs autres couleurs comme le coucou, le fauve herminé noir, le doré ou brun, le gris argenté, le rouge herminé noir...C’est une race rustique qui ne craint ni le froid, ni l’humidité.
  9. Nombreuses sont les personnes qui ne supportent pas la cohabitation avec les chiens qui perdent vite leurs poils en raison de l’entretien que nécessite ce type de chien. On n’a toujours pas le temps de brosser quotidiennement les poils d’un chien. D’autres souffrent d’allergies aux poils de chiens, ce qui ne leur permet pas de cohabiter avec un chien dont les poils tombent sans cesse. Pour ces catégories de personnes, un chien qui ne perd pas beaucoup ses poils serait l’idéal pour une cohabitation harmonieuse. Quelles sont les races de chiens qui ne perdent pas beaucoup leurs poils ? Pourquoi certains chiens perdent plus leurs poils que d’autres ? Zoom sur ces races de chiens dans cet article. Quelles sont les races de chiens qui ne perdent pas beaucoup leurs poils ? Bien que certains soient sceptiques sur la question et émettent des réserves à affirmer qu’il existe des chiens qui ne perdent pas leurs poils, nous pouvons vous dire qu’il en existe bien et bel et sont d’ailleurs nombreux. Nous avons sélectionné pour vous, six races de chiens qui bénéficient de ce privilège. Le Caniche Les caniches sont les chiens par excellence qui ne perdent pas leurs poils, vraiment pas. Chiens frisés, bien qu’ils soient poilus, ils ne perdent aucun poil. Toutefois, en raison de leurs poils frisés, il est nécessaire de les brosser tous les jours afin d’éviter la formation des nœuds. Le caniche est donc adapté pour les personnes allergiques et qui ne veulent pas nettoyer en tout temps leur domicile pour raison de poils. Cette race de chien est particulièrement très affectueuse et constitue un parfait chien de garde. Tout mignon, le caniche ne laisse personne indifférente surtout les enfants, et saura protéger votre maison. Le Bichon frisé Les bichons frisés ont des poils volumineux mais qu’ils ne perdent presque pas. Toutefois, leur pelage demande un entretien régulier. En raison de leur couleur salissante, l’entretien du pelage se fait au moyen de brosses spéciales. Il est recommandé de s’approcher d’un toiletteur afin qu’il vous oriente. Le bichon frisé doit être nettoyé et peigné tous les jours surtout sur les pattes, les oreilles et le ventre. Dès que vous remarquez que ses poils sont trop longs, il est conseillé de les couper. Il est très joyeux, très actif, joueur et dynamique. Cette race de chien saura donc répondre à vos besoins si vous ne supportez pas voir les poils de chien traînés. Le Komondor Le komondor est également un chien frisé qui tout comme le caniche ne perds pas ses poils. Les poils de ce chien sont très particuliers. Ce sont des poils « deadlocks » qui veut dire « mèches de la peur ». Ces poils sont entremêlés de base et ce serait inutile de tenter de les démêler. Toutefois, lorsque les poils deviennent trop longs, il faut les couper afin d’éviter qu’ils dérangent le chien dans ses déplacements. Le komondor est une race de chien rarement adopté mais qui conviendra aux personnes allergiques aux poils. Le Lévrier Irlandais Les lévriers irlandais disposent des poils très courts, à peine visible. Ses petits poils durs demandent peu d’entretien . Un chiffon et un gant sont largement suffisants pour retirer les poils morts et les faire briller. Le lévrier irlandais perd à peine ses poils, donc pourra être adopté par des personnes allergiques. Cette race de chien est très active, très noble, et ne supporte pas de rester enfermée. Il est presque impossible de s’ennuyer en compagnie d’un lévrier. Si vous optez pour un lévrier, il est indispensable de lui programmer des sorties et des activités physiques. Le Teckel Il serait abusif de dire que les teckels ne perdent pas leurs poils. Ils en perdent mais très peu. Le teckel à poils ras et le teckel à poils durs sont ceux qui ne perdent presque pas leurs poils. L’entretien du pelage du Teckel n’est pas contraignant. Cette race de chien a un instinct de chasse et aboie beaucoup. Il est cependant très joueur et très tendre avec son maître. Avant d’adopter un teckel, assurez-vous que sa socialisation a été bien faite, sans quoi il peut parfois se montrer agressif. Le Schnauzer Le Schnauzer a des poils courts et durs qu’il ne perd pas. Vous ne verrez donc plus les poils traîner dans votre maison en l’adoptant. Toutefois, son pelage nécessite un entretien régulier afin d’être toujours brillants. Le schnauzer est très apprécié car non seulement il ne perd pas ses poils, mais est également un compagnon fidèle et loyal. Doté d’une forte personnalité, il se montre un peu trop confiant, sûr de lui-même, voire arrogant. Il faut donc avoir soi-même du caractère pour élever un schnauzer. Pour sa bonne santé, il a besoin de beaucoup d’exercices physiques. Pourquoi certains chiens perdent plus leurs poils que d’autres ? Tout comme les hommes, les chiens ne sont pas les mêmes et les caractéristiques varient d’une race à une autre. La perte de poils étant un phénomène tout à fait normal, le niveau de perte dépend de la race du chien. Il faut dire que les chiens nus, frisés, ondulés et bouclés ainsi que les chiens d’eau sont généralement ceux qui ne perdent pas beaucoup de poils. D’autres par contre en perdent beaucoup. Il s’agit d’un phénomène naturel. Cependant, certains facteurs peuvent favoriser la perte excessive des poils. Il peut s’agir d’une variation climatique ou encore de la lumière. Lorsque la perte devient excessive, voire inquiétante, il serait préférable de consulter un vétérinaire car chez certains, la perte de poils est due à une maladie. A présent que vous avez connaissance des races de chiens qui ne perdent pas beaucoup de poils, adoptez celle qui vous convient le mieux. Que vous soyez allergique aux poils ou que vous n’aimez pas voir les poils traînés dans votre maison, vous n’aurez pas de mal avec les races citées. Toutefois, il est nécessaire d’offrir à votre animal de compagnie, un nettoyage régulier et minutieux des poils.
  10. L’aquarium est un espace clos, un réservoir d’eau dans lequel vivent des animaux aquatiques tels que des poissons, des crustacées, des escargots, etc. On y retrouve également une flore aquatique et des appareils qui servent à maintenir un certain équilibre dans ce milieu vivant. Malgré un entretien régulier de ce bocal, il peut arriver que l’eau devienne brouillée, menaçant ainsi la vie de la faune et de la flore qui y est présente. Si les aquariophiles savent d’emblée reconnaître quand l’eau est trouble dans l’aquarium, chez les débutants en aquariophilie, ce phénomène peut ne pas tout de suite attirer l’attention. Comment savoir quand une eau d’aquarium est trouble ? Pourquoi l’eau de l’aquarium devient-elle trouble ? Comment remédier à cette situation anormale ? Quels sont les moyens pour éviter cette eau trouble ? Comment savoir quand une eau d’aquarium est trouble ? De manière générale, l’aquarium auquel a accès la plupart des gens est l’aquarium communautaire décoratif d’eau douce ou d’eau de mer. C’est un bac vitré à travers lequel il est possible de voir clairement les éléments qui le composent. Une eau trouble se vérifie en regardant à travers l’aquarium. En effet, en regardant attentivement, si vous voyez des poissons en mauvaise santé ou un changement de couleur de l’eau, ce qui signifie que l’eau de l’aquarium est impropre. Une eau trouble peut se traduire par une couleur blanchâtre, c’est-à-dire que quand vous regardez dans l’aquarium, vous n’arrivez pas à apercevoir le fond de ce dernier. Vous pourriez également voir des particules solides en suspension dans l’eau. Parfois, vous pourriez observer une eau de couleur verte ou brune ou encore sentir une mauvaise et désagréable odeur. L’eau trouble peut provenir de n’importe quel composant de l’aquarium et toucher tout type d’installation. On peut donc avoir : Une eau trouble dans un aquarium nouvellement mis en service, Une eau trouble dans un aquarium après premier cycle de fonctionnement, Une eau trouble dans un aquarium mis en place depuis des mois. Les causes d’une eau trouble dans l’aquarium Les raisons qui peuvent expliquer que l’eau de votre aquarium soit trouble, sont nombreuses. Ainsi, l’eau de votre aquarium peut devenir trouble dans les cas suivants : Eau trouble à la mise en route de l’aquarium Lorsque vous lancez votre aquarium, les différents éléments que vous introduisez dans l’eau tels que le gravier et le sable qui doivent être préalablement bien lavés, les plantes aquatiques et les divers équipements rendent l’eau trouble. En effet, une fois qu’elle rentre en contact avec ces nouveaux éléments, l’eau de l’aquarium aura tendance à se bouleverser. Cette situation est donc normale puisque l’eau n’est pas encore équilibrée. En effet, ce trouble-là provient des différentes particules insolubles présentes dans l’eau. Ce trouble va disparaître après que vous ayez mis le filtre en marche. Ce dernier se charge d’absorber toutes les particules en suspension dans l’eau. Au bout 24 heures tout au plus, l’eau reviendra claire. Dans le cas contraire, cela pourrait être dû à l’eau du robinet, ou à un mauvais nettoyage des différents éléments qui composent votre aquarium. La vérification du PH de l’eau est donc d’une importance capitale. Eau trouble après la mise en route de l’aquarium Après la mise en service de l’aquarium, l’eau ne devrait plus être trouble. Les filtres qui y sont installés se chargent de nettoyer de façon continue l’eau. Si le trouble persiste, une prolifération de bactéries dans l’eau, pourrait en être la cause. Les autres raisons qui pourraient l’expliquer, sont entre autres le fait que l’eau soit trop calcaire, ou que les plantes se détériorent, ou encore que la luminosité ne soit pas convenable. La luminosité non adaptée peut en effet accroître le développement d’algues, qui occasionnerait assurément le trouble remarqué et constaté dans l’eau. Eau trouble après l’introduction des poissons Après toutes les vérifications et corrections, en principe au bout de trois semaines, l’eau devrait être maintenant bien équilibrée et bien claire. Vous pouvez donc y introduire vos poissons et autres animaux aquatiques. Malgré que l’équilibre soit obtenu après le lancement de l’aquarium, il arrive en ce moment-là que l’eau redevienne trouble. Sachez qu’une eau troublée est mauvaise pour la santé de vos poissons et la pérennité de la flore aquatique. Les raisons de cette eau trouble persistante sont nombreuses. On peut citer entre autres : La surpopulation des poissons, La suralimentation des poissons, La dégradation de la végétation aquatique, La présence d’algues favorisée par une luminosité et un éclairage non convenable Une pompe à eau défaillante, mal entretenue ou inadaptée au type d’aquarium que vous avez, Un mauvais nettoyage des équipements présents dans le bac Les solutions à une eau d’aquarium trouble Étant informé des causes probables d’une eau trouble dans l’aquarium, les solutions à adopter dépendent de la source du problème. Voici quelques conseils pour vous aider à retrouver une bonne eau cristalline pour vos poissons. Comment régler le problème ? Le premier objectif est de protéger les poissons. Il existe des produits dans le commerce pour détoxifier le bocal. Ce sont notamment le nitrite et l’ammoniaque. Ensuite, il faut corriger le PH pour équilibrer l’eau. Il faut également introduire des renforçateurs biologiques pour réduire la prolifération des bactéries. En effet, ces bactéries permettent d’éliminer certaines substances organiques qui se sont dissoutes dans l’eau, ce qui a pour conséquence d’intoxiquer les éléments vivants dans l’eau. Ajoutez également un additif ou un anticoagulant qui se chargera d’éliminer les particules en suspension. Il faut aussi vérifier le système de filtrage et son fonctionnement optimal. Il doit être en somme adapté au type d’aquarium dont vous disposez. Certaines personnes se plaignent également de la couleur brune ou blanchâtre qui peut être visible dans l’eau. Une eau brune est causée par l’ajout du bois qui libère du tannin tandis que l’eau blanchâtre est causée par des bactéries mortes présentes dans l’eau. Les moyens de prévention Pour éviter que vos poissons vivent dans une eau brouillée qui peut mettre leur vie en danger, il faut prendre certaines précautions telles que celles énumérées ci-dessous : Introduire une quantité de poissons convenable selon la taille de l’aquarium, Mettre les poissons progressivement pour ne pas bouleverser brusquement l’équilibre de l’eau, Vérifier régulièrement le bon fonctionnement des équipements composant l’aquarium Installer un système de filtrage, l’entretenir et le changer si nécessaire, Renouveler régulièrement l’eau de l’aquarium Nettoyer correctement les graviers et les substrats à introduire dans l’aquarium avant la mise en route, Vérifier régulièrement le PH de l’eau avec des indicateurs prévus à cet effet.
  11. Les chats sont des animaux très expressifs. Mais ils n’ont pas les mêmes moyens de communication que nous les humains. Pour bien comprendre le comportement des chats, il faut prendre le temps de les observer car ces animaux de compagnie disposent de plusieurs moyens de communication. Les mouvements de leur queue par exemple peuvent en dire long sur leur état du moment et sur les messages qu’ils essaient de transmettre. Ainsi, lorsque vous voyez votre chat secouer sa queue, la bouger dans tous les sens ou encore, l’enrouler autour de ses pattes, sachez qu’il essaie de transmettre un message. Il ne faut donc pas considérer cette attitude comme un comportement anodin, car ce type de geste a dans tous les cas un sens précis et spécifique. Quelles sont les raisons qui peuvent pousser les chats à enrouler leurs queues autour de leurs pattes ? Quels messages peuvent-ils transmettre par le biais de cette action ? Voici quelques explications. Comprendre le langage corporel du chat A l’instar de tous les autres animaux domestiques et sauvages qui existent, le chat ne parle pas comme l’homme. Il s’exprime plutôt par d’autres types de langage tels que les miaulements, les grognements, les cris et les gestuels. Ces modes d’expression du chat ne sont pas toujours compris par les humains. D’ailleurs, parmi les moyens de communication utilisés par le chat, celui qui consiste à mouvoir la queue est un des moins compris par les humains. En effet, les chats utilisent leurs queues avant tout pour se protéger. Utiliser la queue pour communiquer est donc un rôle secondaire de cet organe. Par ailleurs, une multiplicité de messages peut se cacher derrière ces mouvements de la queue. Ces mouvements de queue peuvent donc insinuer la joie, la peur, la colère, le mécontentement, etc. En somme, chaque mouvement de queue a une signification précise. Pour détecter et comprendre cette signification, il faut observer avec attention votre chat. Ainsi, vous saurez le comportement que vous devez adopter à l’endroit de votre compagnon. La queue du chat, un moyen de communication important La queue du chat est un excellent moyen de communication. Cette partie du corps est d’ailleurs très souvent utilisée par les animaux pour exprimer leur ressentiment et leur humeur du moment. Les situations dans lesquelles les chats sont généralement amenés à bouger leurs queues sont les suivantes : Quand ils sont contents Quand le chat redresse sa queue à la verticale, cela veut dire qu’il est content. Il exprime ainsi son bonheur de vous voir ou l’envie de jouer avec vous. Cette queue verticale se remarque également chez les chattes en chaleur. Dans cette position, il est conseillé de faire attention car cela pourrait aussi traduire l’envie du chat d’uriner afin de marquer son territoire. Quand ils ont peur Dans ce cas, le bout de la queue de l’animal est courbé et pointe vers le bas. Le chat peut alors mettre sa queue entre ses pattes pour signaler sa frayeur. Dans cette posture, il est souvent concentré sur la source de sa peur. Il ne faut donc pas l’approcher dans ces moments car il peut être agressif. Quand ils se sentent menacés En plus de gonfler sa queue, c’est toute sa robe qui se hérisse quand le chat se sent en danger. Quand Il se sent menacé, c’est pour lui une façon de se mettre sur la défensive. Dans cette posture, il peut facilement riposter à l’attaque lorsque le danger se rapproche. Toutefois, dans certains cas, cette posture peut juste être dissuasive. Quand ils sont irrités ou énervés Pour exprimer son irritation et/ou son énervement, le chat fait des mouvements rapides et vigoureux de la queue de gauche à droite. Ce comportement peut être le signe d’un inconfort corporel ou d’une douleur. Si votre chat a de manière persistante, répétitive et récurrente ce type de comportement, il est conseillé de le conduire chez un vétérinaire. Quand ils sont intéressés par un objet Quand vous voyez la queue de votre chat bouger lentement, c’est qu’il est intéressé par quelque chose en particulier. Il se met également dans cette posture quand il joue ou quand il guette une proie. Pourquoi le chat enroule-t-il sa queue autour de ses pattes ? Les mouvements de la queue d’un chat sont des moyens de déchiffrer son état d’âme et ce qu’il a l’intention de faire. Le chat peut enrouler sa queue dans plusieurs situations. Pour lutter contre la fraîcheur L’une des raisons pouvant amener votre chat à enrouler sa queue autour de ses pattes est le froid. Le chat utilise alors sa queue comme une couverture. Cette attitude est pareille à celle qui consiste chez l’homme à rentrer le pied sous la couverture afin d’y trouver un peu de chaleur. Elle lui permet de se maintenir au chaud quand la température extérieure est basse ou quand il y a un fort vent qui souffle. En plus de cela, les chats s’accroupissent près du sol pour maximiser l’effet de chaleur et ainsi maintenir constante leur température corporelle. Pour se protéger Ceci peut survenir quand il y a des étrangers dans la maison ou quand il voit un autre animal dont il ne veut pas s’approcher ou avec lequel il ne se sent pas à l’aise. Dans ces moments, sa queue joue un rôle protecteur et défensif. Il enroule alors sa queue autour de ses pattes pour exprimer sa crainte ou sa méfiance. Dans ce genre de cas, le chat s’assoit et regarde attentivement l’intrus. Il va ainsi marquer une barrière physique entre lui et cet intrus qu'il considère comme dangereux. Pour ne pas être dérangé Dans ce cas, le chat est couché dans un coin de la maison. Il adopte cette posture pour exprimer son envie de s’éloigner et de ne pas être dérangé. Bien que les chats soient des animaux très affectifs, il y a des moments où ils aimeraient être seuls dans leur coin et observer au calme leur environnement. Si c’est le cas, il est conseillé de respecter leur espace et de les laisser tranquilles jusqu’à ce qu’ils retrouvent leur humeur habituelle et normale. Il existe de nombreuses autres situations au cours desquelles les chats enroulent la queue autour de leurs pattes. Cet article ne pouvant être exhaustif, il s’est juste appesanti sur les cas les plus courants et les plus récurrents. Toutefois, chaque chat est unique et spécial, ils ont donc des moyens d’expression divers et variés. Pour connaître ceux de votre chat, il est important de les observer avec une attention continue.
  12. Le chien bien qu’il soit un fantastique et agréable animal de compagnie, peut être amené à mordre une personne. Le plus souvent, les morsures du chien ne sont pas alarmantes. Cependant, elles doivent être toujours bien soignées et bien surveillées, et l’animal doit également être pris en compte. Dans quelles circonstances un chien peut-il mordre une personne ? Quelles sont les conséquences des morsures de chien ? Que faire quand on est mordu par un chien ? Comment éviter les morsures de chien ? Découvrez les réponses à toutes ces questions dans le présent article. Dans quelles circonstances un chien peut-il mordre ? Le chien est un animal ‘’intelligent’’. Il mord très rarement sans raison. Lorsque le chien mord, c’est donc qu’il y a souvent une raison bien précise. Souvent, un chien qui mord le fait dans des situations d’inconfort. Sa morsure est un moyen de se défendre et de mettre fin à une situation qui l’irritait au plus haut bien. Un chien peut donc mordre quand il a peur, quand il a mal, ou quand il est stressé. Il peut également mordre quand il est irrité, malade, ou protecteur d’un bien ou d’un espace. Il est important de noter qu’avant de passer à l’acte, le chien donne des avertissements. Tout d’abord, il commence à grogner dans un but dissuasif, retrousse ses babines, se fait le plus gros possible. C’est donc lorsque cette situation désagréable et d’inconfort dans laquelle l’Homme le met ne cesse pas, qu’il a tendance à l’attaquer et à le mordre. Ensuite, si vous êtes un(e) proche, il peut commencer à vous lécher la région mordue pour vous apaiser. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne vous mordra pas à nouveau si vous recommencez à l’irriter. Les conséquences d’une morsure de chien ? Selon les statistiques, les morsures animales les plus fréquentes sont les morsures de chien. Les conséquences de ces morsures vont du moindre au plus grave. Tout suite après l’attaque La personne mordue peut remarquer les symptômes suivants : Une blessure profonde, Une hémorragie, plus ou moins abondante, Une ou plusieurs fractures osseuses, Des dommages au niveau des nerfs et des muscles. Dans les heures ou les jours suivant la morsure Si aucun soin n’est appliqué, les symptômes peuvent s’aggraver et engendrer des maladies telles que Une infection bactérienne, Le tétanos (dans des cas rares), La rage si l'animal est porteur du virus. A long terme Sur le long terme, le blessé par un chien peut garder sur lui des séquelles indélébiles comme : Des cicatrices, D’autres types de séquelles physiques et psychologiques. Que faut-il faire suite à une morsure de chien ? D’après certaines études d’universitaires américains, les chiens mordent les adultes davantage au niveau des membres et les enfants au niveau de la tête ou du cou. On comprend bien pourquoi les morsures de chien sont à véritablement prendre au sérieux. Suite à une morsure de chien il faut adopter les gestes suivants : Évaluer la blessure Tout d'abord, commencez par examiner visuellement la blessure. Dans le cas d’une blessure au visage ou au cou, emmenez toute suite le blessé à l’hôpital. Il en est de même si la plaie est profonde et qu’il y a risque d’atteinte de certains organes vitaux. Si la lésion se situe au niveau du bras ou de la jambe, et qu’elle n’est pas profonde, vous pouvez adopter quelques gestes d’urgences. Les gestes d’urgences La gueule du chien est remplie de bactéries, ce qui n’est pas rassurant. Toute suite après une morsure de chien, si la plaie paraît superficielle, il convient de laver la plaie au savon (savon de Marseille de préférence) et rincer abondamment à l’eau froide. Ensuite, retirez les éventuels corps étrangers désinfectez la plaie avec un désinfectant non alcoolisé et non coloré. Puis, il faut mettre un pansement stérile pour protéger la plaie. Enfin, il faut consulter au plus vite un médecin. Quand se rendre chez le médecin ? Il est d’autant plus important de se rendre chez un médecin dans les cas suivants : Quand la morsure survient au niveau des mains, des pieds ou des articulations Quand la lésion est profonde Quand il y’a une infection de la plaie Pour enlever les corps étrangers s’avère compliqué et difficile Quand la victime est atteinte d’une immunodépression ou de diabète Quand la vaccination contre le tétanos de la victime n’est pas à jour Lorsque la personne a été mordue par un chien errant ou non identifié Dans tous les cas, une personne mordue par un chien doit se faire examiner par un médecin pour éviter toute situation aggravante. Dans quels cas se rendre immédiatement aux urgences ? Dans les cas suivants, une simple visite chez le médecin ne suffirait pas, Il est donc plutôt recommandé de se rendre directement aux urgences. Les cas nécessitant l’accès direct aux urgences sont ceux dans lesquels : La morsure a atteint le visage, le cou ou les organes génitaux, La victime a été touchée à l’os. L’hémorragie est importante, La victime ne parvient plus à bouger. Vérifier la vaccination contre la rage Cette vérification est importante. Réclamez au propriétaire le carnet de vaccinations de l'animal. Vous vérifierez ainsi que les vaccinations du chien sont à jour. Le chien devra ensuite être mis sous surveillance sanitaire pendant 15 jours. Il sera suivi par un vétérinaire, afin de détecter une éventuelle présence de maladie. Le premier contrôle se fait dans les 24 heures qui suivent la morsure, le second, 7jours après et enfin le troisième, 15 jours après. Si l’animal est inconnu Si l’animal mordant est inconnu, non vacciné ou errant, la vaccination antirabique est obligatoire pour la personne mordue. En ce qui concerne l’animal, faites appel à la gendarmerie pour qu’il puisse être immédiatement capturé et mis sous surveillance. S’il mourait avant sa capture, il est important de demander son autopsie pour être sûr de son état sérologique. Comment éviter les morsures de chien ? Parce que prévenir vaut mieux que guérir, voici quelques conseils dont la mise en application devrait vous permettre d’éviter des morsures de chien. Un chien qui a peur peut être agressif. Ne forcez pas le contact avec lui. Ne pas vous approchez d’un chien attaché en l’absence ou sans l’autorisation de son propriétaire ou maître. Ne vous mettez pas entre des chiens bagarreurs Ne dérangez pas un chien lors de son repas Ne jamais laisser un enfant sans surveillance avec un chien Ne pas déranger un chien qui dort ou qui est dans son panier Ne pas toucher un chien qu’on ne connaît pas Ne pas s’approcher d’une chienne qui garde ses chiots. Ne pas approcher votre visage de sa gueule.
  13. Pendant longtemps, les oiseaux étaient considérés comme des êtres peu intelligents. Mais aujourd’hui, la donne a changé, et d’après les recherches, les oiseaux notamment ceux gardés comme animaux de compagnie seraient en tête de liste des animaux les plus intelligents. Quels sont les oiseaux de compagnie les plus intelligents ? On vous livre dans cet article, le top 7 des oiseaux de compagnie les plus intelligents. Perroquet gris Les études ont démontré que le perroquet gris dispose d’un niveau d’intelligence très élevé. Bien que la taille de son cerveau soit très petite, cet oiseau d’Afrique dispose d’une grande mémoire ainsi qu’une capacité impressionnante à s’adapter à tous les milieux. Il est sans doute le meilleur perroquet en matière de reproduction du langage humain. Il serait doté des mêmes facultés intellectuelles que celles d’un enfant. À titre illustratif, nous avons Alex, le célèbre perroquet mort en 2007, entraîné par des chercheurs à Harvard, qui maîtrisait et pouvait utiliser une centaine de mots dans les contextes adéquats. Ce perroquet a démontré à tous qu’un oiseau était en mesure d’apprendre et de mémoriser beaucoup de choses. Grâce à lui, l’opinion des hommes a considérablement évolué en ce qui concerne l’intelligence des oiseaux. Par ailleurs, l’intelligence dont fait preuve le perroquet gris est maintenue tout au long de sa vie. Corbeau Les corbeaux existent en de nombreuses espèces. De nombreux tests effectués ont démontré qu’il s’agissait bel et bien d’un oiseau hyper intelligent. Tous ceux qui ont eu à élever une fois le corbeau peuvent témoigner de son sens éveillé. Très physionomiste, le corbeau a la capacité de reconnaître aisément les individus, et de les personnaliser dans sa mémoire. Une fois qu’il vous a déjà vu, il n’aura plus aucun mal à vous reconnaître ainsi que les circonstances de votre rencontre. Cette faculté lui permet d’identifier les personnes représentant une menace pour lui. Mieux, cet oiseau parvient à résoudre de petits problèmes, à utiliser certains outils et surtout à travailler en équipe. Magnifique oiseau de compagnie, vous ne vous ennuierez pas en sa présence. Le corbeau aurait beaucoup de ressemblance avec la Corneille noire, qui est elle aussi un oiseau très éveillé. Corneille noire Bien qu’elle ressemble beaucoup au Corbeau, une analyse minutieuse permettra d’identifier les différences entre ces deux oiseaux. On la retrouve beaucoup plus dans la campagne et elle est dotée d’une intelligence hors pair. Des examens avaient démontré que la Corneille noire était en mesure de ranger ses propres affaires et de planifier toutes ses tâches. On se rend donc compte que son intelligence s’apparente à celle d’un humain. Soumis également à ce fameux test raté par les singes, le Corneille a réussi avec brio, ce qui prouve la mémoire d’éléphant dont elle est dotée. Très maline, elle est à la fois intelligente et très belle, ce qui la rend attirante. Sa couleur noire lui offre un charme sans pareil. Cacatoès Les cacatoès présentent des caractères similaires à un perroquet. Ils sont cependant d’une espèce animale bien différente. Ces mignons oiseaux sont si intelligents qu’ils sont en mesure de jouer un instrument de musique. Ils sont très réceptifs à la musique et sont capables de former un véritable orchestre avec quelques outils : des brindilles comme baguettes pour la batterie, ces brindilles contre un tronc d’arbre pour un bon son. Aussi, ils sont capables de mémoriser facilement et de répéter après tout ce qui est dit en leur présence. De plus, les cacatoès sont extrêmement curieux et sont dotés d’une forte personnalité. Très attachants, ils entretiennent des liens très forts avec leurs propriétaires. Faucon crécerelle Les faucons crécerelles ont été utilisés dans le Moyen-Âge par des chasseurs. Ils étaient très utiles à l’homme pour faciliter la chasse. L’habileté et l’intelligence du faucon ne datent donc pas d’aujourd’hui. Ils sont dotés d’une capacité extraordinaire pour traquer les proies. Ils comprennent très vite les formations enseignées par l’homme et arrivent à exécuter fidèlement les tâches qui leur sont assignées. Ayant une bonne mémoire, le faucon grâce à ses aiguisés est aujourd’hui un allié incontournable pour réussir la chasse des pigeons envahisseurs. Mieux, les capacités de cet oiseau sont très remarquables. Si vous êtes un chasseur, le faucon crécerelle vous sera très utile. Perroquets Amazone Le perroquet Amazone est également comme les oiseaux précités doté d’une très grande intelligence. Il existe en de nombreuses variétés, et a été gardé pendant longtemps comme animaux de compagnie. Ils sont d’ailleurs toujours recherchés de nos jours. Cet oiseau a une capacité extraordinaire à imiter la parole. Son imitation est si parfaite que vous aurez du mal à la distinguer de celle d’un humain. En plus d’être talentueux pour la musique, les perroquets Amazon sont doués pour effectuer certaines tâches complexes. Il suffit de les former et ils s’en occupent pour vous. L’excellent mémoire dont ils disposent leur permet de garder tout ce qu’on leur enseigne. Ara Cet oiseau intriguant avec ses variétés de couleurs n’est plus à présenter. Il est considéré comme le perroquet le plus connu et est d’ailleurs très adopté comme oiseau de compagnie. Très doué, il épate plus d’un avec sa capacité à imiter la parole et à apprendre des tours. Très habile, l’Ara est très curieux et affectionne particulièrement son propriétaire. Grâce à son excellente mémoire, rien ne lui échappe. Ayant un petit cerveau, on ne s’entendait pas à ce qu’il soit si éveillé et qu’il puisse garder autant d’informations. Mais cet oiseau a prouvé le contraire. Son intelligence lui permet de s’adapter à toutes les situations. Si vous êtes propriétaire d’un Ara, vous auriez compris l’esprit éveillé dont il fait preuve. Vous l’auriez compris, le mythe selon lequel les oiseaux seraient sans cervelle est entrain de tomber. Grâce aux recherches effectuées, l’on a compris que les oiseaux étaient plus intelligents que l’on imaginait. Ainsi donc, si vous désirez adopter un oiseau comme animal de compagnie, faites votre choix parmi ceux présentés. Il est toujours mieux d’avoir à ses côtés un oiseau très intelligent et qui est en mesure d’entretenir de bonnes relations avec vous.
  14. Il n'y a pas que les hommes qui ronflent au cours de leur sommeil, les félins aussi le font. Chez le chat, ce phénomène est rare. Il survient quand l’animal est dans un sommeil profond et qu’il est totalement relaxé. Bien que le ronflement soit relativement anodin chez le chat, il peut être dû à certaines pathologies respiratoires. Que faut-il comprendre par l’expression « le ronflement du chat » ? Quelles en sont les causes ? Quelles sont les techniques pouvant permettre de mettre fin aux ronflements de votre chat ? Le ronflement chez le chat Comme c’est le cas chez l’homme, le ronflement du chat est causé par une obstruction des voies respiratoires supérieures, notamment celles situées entre la bouche et la gorge. Cette obstruction provoque une vibration des tissus mous situés près de l’agent obstruant. Elle intervient souvent à l’inspiration. Le passage de l’air par la région obstruée produit un bruit sourd et redondant qui peut être gênant. Le chat ronfle pendant le sommeil paradoxal (ou profond) au cours duquel il est complètement relaxé. Les causes du ronflement chez le chat Le ronflement de votre chat est un phénomène désagréable à vivre. En effet, pendant que le ronfleur dort profondément, vous luttez pour vous retrouver dans les bras de Morphée. Voici quelques raisons pouvant expliquer le ronflement de votre chat Votre chat dort dans une mauvaise position Il n’est pas rare de voir les chats prendre des positions insolites au cours de leur sommeil. Certaines de ces positions ne sont pas favorables à une bonne aération des poumons, ce qui peut favoriser le ronflement. Votre chat est en surpoids Le surpoids chez les humains comme chez les animaux a plusieurs conséquences néfastes. Si votre chat est en surpoids, cela veut dire qu’il est trop gras et que cette graisse peut se retrouver dans les tissus mous qui sont autour du pharynx. Ces tissus s’épaississent et réduisent la lumière des voies respiratoires, ce qui rend le passage de l’air difficile et occasionne le bruit du ronflement. Si c’est le cas, il faut revoir l’alimentation de votre boule de poils. Quelques exercices physiques supplémentaires lui feraient également un grand bien. Votre chat est âgé et vieillissant Les chats âgés ont souvent une perte de tonicité. Ainsi, les muscles des vieux chats perdent du tonus. Si cette perte de tonus s’effectue au niveau des muscles mous et lisses des voies respiratoires, ces derniers s’affaissent et rendent la respiration moins aisée et moins facile. Votre chat développe une allergie Comme c’est le cas chez de nombreux hommes, la fumée, la poussière, le pollen sont des éléments qui peuvent causer des allergies chez votre chat. En effet, la fumée de la cigarette est très nocive pour ceux qui la respirent, y compris les chats. Par ailleurs, en dehors du fait que l’allergie peut être à la base d’un ronflement chez le chat, une exposition prolongée à cette fumée peut endommager ses poumons, et conduire à de graves maladies telles que le cancer de poumons. Evitez alors au maximum de fumer à l’intérieur surtout en présence de votre chat. Votre chat est malade Le ronflement peut également être un symptôme caractéristique d’une maladie respiratoire dont souffre votre compagnon. Si le ronflement n’est pas seulement nocturne, ou s’il est apparu brusquement, alors vous devez craindre une maladie respiratoire. Ainsi, si votre chat commence à avoir une gêne respiratoire, si son état se dégrade au point où Il perd l’appétit, il est bien possible qu’il souffre d’une affection respiratoire qui peut être tant une simple rhinite qu’une pneumonie. Il urge alors de contacter le vétérinaire qui est le seul à pouvoir établir un diagnostic et mettre en place le traitement qu’il faut. Un corps étranger s’est glissé dans ses voies respiratoires Les chats sont des animaux qui se promènent beaucoup et mordent dans un peu de tout. Ils peuvent ainsi par mégarde avaler des objets qui resteront coincés dans leur larynx. Ces objets bloqués vont engendrer une gêne respiratoire chez le félin, ce qui peut être la source du ronflement. Lesdits objets pouvant facilement migrer vers les voies respiratoires hautes ou basses, il est important d’y remédier rapidement si c’est le cas. Ainsi, sans toutefois s’affoler, il faut vite conduire votre animal de compagnie dans un cabinet de vétérinaire. Les races de chats les plus exposées au phénomène Certaines races de chats sont plus enclines que d’autres à avoir des respirations bruyantes. Il s’agit par exemple des races telles que le British Shorthair, l’Exotic, le Persan, le Scottisch Fold, etc. En effet, ces races de chats ont le crâne plat et un nez écrasé. On parle de brachycéphalie. Cette disposition anatomique du nez fait que les fosses nasales sont réduites et le palais du pharynx plus long, ce qui favorise les ronflements. Les solutions à envisager face à un ronflement chez le chat Si votre chat ronfle, prenez le temps de l’observer. Cela pourra vous donner des indices sur l’origine probable de son ronflement. Vous saurez alors adopter la solution la plus adéquate. Si en observant votre chat, vous en déduisez que c’est son positionnement qui le fait ronfler, alors la solution est toute simple. Il faut l’arranger dans son panier en le mettant dans une position plus adéquate. Si votre chat mange mal, il peut être en surpoids, il faut donc agir tout de suite. Il doit se mettre obligatoirement au régime. Le régime doit être strictement respecté pour un bon résultat. Si vous ne savez pas comment vous y prendre, demandez conseil au vétérinaire. De même, il faut de l’activité physique à votre chat. Vous pourriez à cet effet instaurer des jeux avec lui. Misez également sur des jouets qui le feront bouger et brûler un peu de graisse. Une roue pour chat vous serait ainsi d’une grande utilité pour atteindre votre objectif. Si en plus du ronflement, vous remarquez des symptômes tels que la toux, un sommeil agité, un rhume continu, une agitation inhabituelle, il ne faut pas traîner avant de contacter le vétérinaire qui fera le nécessaire afin de fournir dans de brefs délais un diagnostic précis et par ricochet procéder à une rapide et efficace prise en charge. Dans le cas où c’est la race du chat qui le prédispose au ronflement, une chirurgie peut être envisagée. En effet, l’intervention chirurgicale a pour but de mieux ouvrir les narines et réduire le voile du palais. Toutefois, il peut arriver que cette opération soit impossible ou trop risquée, obligeant ainsi votre chat à vivre ainsi avec son problème.
  15. De la famille des cacatoès, la calopsitte est un oiseau de compagnie de plus en plus apprécié dans les pays occidentaux dont la France. Il s’agit d’une espèce qui sait être sociable quand on gagne sa confiance. Cependant, son apprivoisement peut s’avérer être une tâche particulièrement difficile. Pour y arriver, il faut connaître son comportement, son tempérament et s’armer de beaucoup de tact et de patience. Qu’est-ce qu’une calopsitte ? Quel intérêt y’a t il à en avoir une chez soi ? Comment faut-il s’y prendre au moment de l’apprivoiser ? C’est quoi une calopsitte ? De son nom scientifique nymphicus hollandicus, la calopsitte élégante, ou perruche nymphyique, est une espèce d’oiseaux d’origine australienne, que l’on retrouve de nos jours un peu partout sur la planète. Bien qu’étant relativement bruyant, la calopsitte est souvent utilisée comme oiseau de compagnie par l’homme. De taille similaire à celle d’un petit pigeon, elle a à l’état sauvage une longueur de 30 à 35cm, et peut peser entre 80 à 100 grammes. La calopsitte possède un pelage très foncé avec un miroir alaire blanc. Sa tête jaune munie de deux taches rouge-orange sur les joues la rend très élégant. La tête de la femelle n’est pas jaune et elle se distingue du mâle par des stries sous la queue et des points jaunes sous les ailes. Les calopsittes ont une espérance de vie de 15 ans environ mais les plus âgées peuvent aller jusqu’à 30 ans. Ce sont des oiseaux qui vivent en groupe, perchés sur des arbres. Leur alimentation est essentiellement composée de graines de graminées comme les graines de millet, de tournesol, etc. Elles se nourrissent également de fruits et légumes et même parfois de féculents. L’intérêt d’apprivoiser une calopsitte La perruche calopsitte est un oiseau doté d’une intelligence particulière. Elle est également très curieuse et très intéressante. Elle se montre très proche de l’homme quand une relation de confiance est établie entre les deux. Plus le sujet est jeune, plus il est réceptif et facile à convaincre. En plus de cela, adopter deux calopsittes pourrait vous avantager si vous en avez les moyens et le temps. En effet, avec un compagnon de la même espèce, la calopsitte se sent plus en sécurité et plus détendue. Si vous êtes quelqu’un de très occupé et que vous vivez dans un appartement, apprivoiser une calopsitte ne serait pas une bonne idée. Vous pouvez entraîner votre oiseau peu à peu vers la dépression. Ce sont des oiseaux qui ont tout comme les humains, besoin en permanence d’interaction. Comment apprivoiser une perruche calopsitte ? L’apprivoisement d’une calopsitte peut s’avérer fastidieux. Il faut beaucoup de tact et de patience avec ces oiseaux. Zoom sur quelques techniques infaillibles et efficaces. L’habitation La perruche est un animal qui aime être libre. Il faut donc que sa cage soit assez spacieuse afin de lui permettre de voler aisément, ceci contribuera à son bonheur. Mettez-y un perchoir, de préférence proche de la porte de la cage. Oiseau un peu bruyant, pensez à mettre sa cage dans la partie la plus mouvementée de la maison. Mettez quelques jouets dans la cage, ça lui fera beaucoup de bien de mordiller dedans. Une baignoire d’eau tiède, une fois par jour pour son hygiène, serait également une action fortement bénéfique. Comment approcher votre calopsitte ? Les premiers contacts sont très importants. Approchez-vous doucement de la cage. Tendez la main et attendez que l’oiseau vienne vers vous. S’il ne le fait pas, ne vous découragez pas. Laissez votre main quelques minutes, cinq ou dix, s’il ne vient pas toujours, n’insistez pas et reprenez une autre fois. Il faudra être très patient car un oiseau craintif aura plus de réticence à venir vers vous. Par contre, un oiseau curieux sera plus facile à apprivoiser. D’une voix douce, parlez à votre perruche de temps en temps à travers sa cage. Une fois chez vous, laissez le temps à votre oiseau pour se familiariser avec son nouveau logement. Vous pourrez attirer votre oiseau avec des friandises qu’il aime bien, souvent des graines de millet. Habituellement les perruches raffolent de ces graines. Elles se nourrissent également de légumes et de fruits. Posez la friandise et éloignez-vous. Si l’oiseau vient manger la friandise, la prochaine étape sera de le mettre dans votre main (la main dans la cage) et l’inciter à venir y chercher sa nourriture. Une fois que vous avez réussi cela, prenez un perchoir de votre choix et encouragez l’oiseau à venir se poser en lui proposant une friandise du bout de l’autre doigt. Petit à petit, vous remplacerez le perchoir par votre doigt. Si vous arrivez à faire en sorte que votre compagnon vienne se poser sur votre doigt, alors vous avez gagné le pari. Prochainement, il viendra à vous sans que vous ne l’appeliez ou ne lui présentiez une friandise. Une chose très importante, trouvez un nom à votre oiseau et appelez-le par celui-ci pour qu’il s’y habitue. A l’achat, choisissez une calopsitte élevée à la main car elle serait plus facile à apprivoiser. En effet, elle serait déjà habituée à la main et vous ferait plus vite confiance. Mais si vous voulez, vous pouvez élever vous-même votre perruche. N’oubliez pas que, plus une callopsitte est jeune, plus elle se laisse apprivoiser. L’alimentation Une perruche calopsitte n’est pas difficile à nourrir. Les graines de graminées constituent leur alimentation de base. Vous pouvez trouver en magasin des mélanges de graines assez intéressants pour votre oiseau. Si, vous voulez, vous pouvez vous-même faire des mélanges. Les graines de tournesol sont à prendre modérément parce qu’elles sont riches en matières grasses. Les légumes et les fruits feront également partie de leur alimentation, notamment les légumes verts. En effet, ces légumes contiennent de nombreuses vitamines qui sont utiles à la bonne croissance de votre chouchou. Vous pouvez également ajouter des féculents à sa ration alimentaire. Par ailleurs, Il faut penser à hydrater correctement votre perruche. Vous pouvez même faire des mélanges de jus de fruits et d’eau afin de varier les goûts et les nutriments que vous donnez à votre oiseau. Veillez aussi à ce qu’il ne manque jamais d’eau fraîche dans sa cage. Les erreurs à éviter Couper les ailes de votre perruche. Si vous le faites vous ne feriez que le stresser car il sera incapable de voler. Gronder votre perruche. Se comporter ainsi avec votre animal aura pour conséquence davantage de l’éloigner de vous. Faire des gestes brusques devant vos calopsittes. Ce genre d’attitudes a pour conséquence de les effrayer, ce qui les amènera sûrement à vous fuir. Forcer le contact avec les perruches. En vous comportant ainsi, vous aurez moins de chances de gagner leur confiance.
  16. Les serpents sont connus pour être des animaux sauvages et dangereux, donc indomptables en général. Les personnes vraiment à l’aise avec ces animaux sont les danseurs de charme, les zoologistes et les joueurs de flûte. Qu’en est-il alors de vous, si vous n’êtes aucune de ces personnes, mais que vous voulez domestiquer un serpent ? Pour répondre à votre terrariophilie (passion pour les reptiles), voici une liste des 3 serpents les plus faciles à élever avec leurs descriptions respectives. La sélection de cette liste est basée sur les critères suivants : la taille du serpent, sa venimosité et son mode de vie (alimentation, habitat, diurne/nocturne, …). Retenez qu’un serpent facile à élever est celui qui ne vous met pas en danger, et qui ne vous engage pas à trop de soins et de responsabilités. Le serpent des blés Les recherches montrent que c’est le top 1 des serpents les plus faciles à apprivoiser. Voici les informations à retenir sur ce serpent pour vous donner une idée sur les conditions de son élevage: Nom scientifique : Pantherophis guttatus Origine : Amérique du Nord Taille : 60cm à 1m80 Espérance de vie : 15 à 20 ans (si en captivité) Habitat idéal : Terrarium Nourriture : rongeurs, oiseaux, amphibiens, lézards Fréquence de repas : 1 fois par semaine si petit, 2 fois par mois si spécimen adulte Activité : Diurne Couleur : Orange clair, tâches rouges avec contours noirs Température adéquat : 20 à 30°C Caractère : dynamique, stressé en période de mue, de ponte, et de digestion Si vous aimez le serpent des blés, vous êtes un guttatophile. La spécificité de ce serpent est qu’il n’est rien d’autre qu’une couleuvre (espèce non menaçant), et peut aisément vivre en captivité car il n’est pas difficile de reproduire ses conditions de vie dans un terrarium. Le serpent des blés n’est pas dangereux pour l’homme car il est non venimeux, et n’a pas la capacité d’avaler une personne de par sa taille limitée. Le Boa Constrictor Il s’agit d’un serpent de taille assez imposante et accusé à tort d’être néfaste, pourtant il est tout le contraire, et figure parmi les serpents les plus faciles à élever. Voici quelques descriptions du boa constrictor que vous devez connaitre: Nom scientifique : Boa Constrictor Origine : Amérique du Sud, Les Antilles Taille : 1m80 à 3m20 Espérance de vie : 15 à 20 ans (si en captivité) Habitat idéal : Terrarium Nourriture : rongeurs, oiseaux, lézard, petits mammifères Fréquence de repas : 1 fois par semaine pour les petits, sinon jusqu’à une fois par an pour les adultes en excellentes conditions de captivité Activité : Nocturne Couleur : aléatoire à l’éclosion, ainsi qu’à la mue Température adéquat : 25 à 33°C Caractère : calme, solitaire, mouvements lents Malgré sa taille, le boa constrictor n’est pas effrayant, car il est très calme ; c’est à peine s’il bouge ou se déplace. La seule contrainte liée à cette taille est le besoin d’espace (terrarium) vaste. Les plus grands atouts du boa constrictor sont sa non venimosité, et la fréquence de son alimentation car il peut rester à jeun pendant toute une année si on lui donne suffisamment d’eau et de nourriture (par exemple, une nourriture de la taille d’un opossum). Le Python Royal Dès qu’on parle de python, on pense aux scènes horrifiques dans les films, alors qu’en réalité, les Pythonidés sont des espèces parfaitement domesticables de par leur docilité. Pour mieux connaitre le python royal, voici une petite fiche de description de cet animal: Nom scientifique : Python Regius Origine : Afrique Taille : 1m à 1m5 Espérance de vie : 20 à 30 ans (si en captivité) Habitat idéal : Terrarium Nourriture : rongeurs Fréquence de repas : 1 fois tous les 10 à 20 jours Activité : Nocturne Couleur : aléatoire à l’éclosion, ainsi qu’à la mue Température adéquat : 24 à 33°C Caractère : calme, mais facilement stressé Comme les deux premiers serpents, la morsure du python royal n’est pas fatale à l’homme. De plus, les chances qu’il morde sont très faibles (seulement en période de stress intense). Bref, nous avons limité cette sélection aux 3 serpents les plus faciles à élever pour vous montrer qu’une taille énorme et une réputation exagérée ne sont pas des freins à la domestication d’un serpent. Osez votre terrariophilie et élevez l’un de ces 3 serpents.
  17. La plupart du temps, le chat est un félin qui supporte la chaleur mieux que le chien. Cependant, en temps de forte chaleur, ces deux félins peuvent être victimes de coups de chaleur. C’est un phénomène que beaucoup de propriétaires de chiens ou de chats ignorent. En effet, le coup de chaleur représente aussi un danger pour le chat et le chien, il peut même conduire à leur mort. Qu’entend-on par un coup de chaleur ? Quels sont les symptômes de ce phénomène et quels sont les facteurs qui favorisant sa survenue ? Comment faire pour y remédier ? Que faire pour éviter à vos animaux de compagnie des coups de chaleur ? Nous vous disons tout à ce propos dans le présent article. C’est quoi un coup de chaleur du chat ou du chien ? On entend par coup de chaleur l’élévation brusque et rapide de la température corporelle. Souvent lié aux conditions extérieures, ce phénomène survient souvent quand la température extérieure est plus élevée et plus humide que la normale. Le chat et le chien peuvent en subir les conséquences et ceci peut même les conduire à la mort. Le coup de chaleur ne se gère pas de la même façon chez l’homme et chez ces deux animaux de compagnie. En effet, l’être humain possède des glandes sudoripares qui lui permettent d’évacuer la chaleur emmagasinée par l’organisme. Le chien et le chat, quant à eux, sont des animaux qui suent très peu ou pas du tout. Ils ont très peu de glandes sudoripares situées sur les pattes. Cela fait que le seul moyen pratique qu’ils peuvent utiliser pour évacuer la chaleur est la respiration. Cela se passe au cours de l’expiration pendant laquelle ils évacuent la chaleur par la vapeur d’eau. L’inspiration dans ce contexte, permet au chat et au chien de faire entrer l’air frais pour refroidir l’organisme. Le coup de chaleur peut également survenir en temps doux, surtout quand l’animal est stressé. En effet, chez un animal stressé, la respiration devient rapide et la ventilation des poumons insuffisante. Cet état de choses peut surchauffer l’organisme. Les symptômes du coup de chaleur chez le chat et chez le chien sont facilement reconnaissables. Il existe des signes et symptômes permettant de conclure qu’un chat ou un chien traverse un coup de chaleur. Ces symptômes sont entre autres : L’halètement Lorsque la température corporelle commence à augmenter, le chat et le chien commencent à haleter de plus en plus avec une augmentation de la fréquence respiratoire L’hyper salivation Suite au halètement, le chat ou le chien peut commencer à baver (suite à une forte salivation) ou avoir une gueule qui mousse. Des vomissements peuvent s’en suivre, ce qui déshydrate encore plus l’animal. L’agitation Vous sentirez que votre félin devient agité parce qu’il ne sent pas à l’aise. Il ne se comporte plus de manière calme et sereine, mais est plutôt en permanence en train de bouger, et ceci même de manière maladroite et inappropriée Une hypo motricité L’augmentation de la température corporelle entraîne une vasodilatation pour permettre au sang de mieux circuler pour évacuer la chaleur. Malheureusement, cette vasodilatation excessive n’est pas sans conséquence. Ce phénomène peut entraîner dans le cerveau ce qu’on appelle un œdème cérébral (lié à une accumulation du sang dans le cerveau). L’animal commence alors à avoir de la peine à bouger, et connaît une baisse de son niveau normal de vigilance. Vous verrez alors votre compagnon tituber ou carrément refuser de se lever. La cyanose Avec les coups de chaleur, l’oxygénation du sang est complètement ralentie. Il s’ensuit donc le changement de la couleur des muqueuses qui passent progressivement de leur couleur naturelle à la couleur bleue ou violette. L’abattement et la prostration Une fois que votre chat ou votre chien est frappé par un coup de chaleur, vous le verrez commencer à s’affaiblir et à perdre progressivement ses forces. Il ne sera plus capable d’être dynamique et vivace comme d’habitude. Les facteurs favorisant le coup de chaleur chez le chat et le chien Certains facteurs peuvent favoriser la survenue des coups de chaleur chez votre animal de compagnie. Ces facteurs qui sont nombreux sont entre autres : La race de l’animal. A ce niveau, les félins domestiques brachycéphales comme les Persans et les British Shorthair pour les chats puis les Bouledogue et les Pékinois pour les chiens sont les plus exposés. Un exercice intensif en temps chaud L’obésité chez le chien ou le chat ou des affections cardio-respiratoires. Comment remédier à un coup de chaleur ? Lorsque vous remarquez un des symptômes sus cités chez votre chien ou votre chat, il faut agir immédiatement. Les techniques ci-dessous devraient vous permettre, si vous les appliquez promptement et correctement de sauver la vie de votre animal de compagnie. Ces astuces sont entre autres : Effectuer les gestes d’urgence sur votre animal Sortez votre chien ou votre chat. Emmenez-le dans un endroit frais et bien ventilé. Ensuite, il faut le refroidir. Vous pouvez utiliser à cet effet un bac ou une baignoire. Commencez par le doucher avec de l’eau fraîche puis vous pourriez rafraîchir progressivement l’eau. Présentez de l’eau fraîche à votre chien ou chat et laissez-le boire à volonté et à satiété. Amener votre animal chez le vétérinaire Quelle que soit la sévérité des symptômes que présente votre animal, vous devez l’emmener chez le vétérinaire. Ce dernier pourra l’examiner et administrer le traitement qu’il lui faut. Les solutions en perfusion, les corticoïdes et l’héparine sont autant de produits dont dispose le vétérinaire pour traiter votre animal. Les moyens de prévention du coup de chaleur chez le chat et le chien Si vous voulez éviter que votre chat ou votre chien soit victime d’un coup de chaleur, veillez bien à suivre les recommandations suivantes : Evitez de laisser votre animal dans un endroit fermé peu ou pas ventilé Si vous devez l’attacher, veuillez à le laisser à l’ombre et dans un endroit suffisamment frais et aéré. Soyez plus attentifs si votre compagnon est un chien ou un chat avec un nez écrasé, malade, âgé. Eviter de laisser la gamelle de votre chien ou chat sans eau fraîche. Eviter au maximum les longs trajets en voiture en temps chaud avec votre félin. Si vous ne pouvez faire autrement, mettez souvent la climatisation et pensez à faire des pauses afin de permettre à votre animal de prendre de l’air. Prenez également soin de toujours avoir sur vous de l’eau fraîche afin de donner de manière fréquente et régulière à boire à votre ami et compagnon.
  18. Encore appelés chats calico ou chats Isabelle, les chats tricolores sont des chats dont le pelage est souvent composé de trois couleurs distinctes que sont le roux, le noir et le blanc. Lorsque la couleur blanche n’est pas présente, ces félins domestiqués sont alors appelés alors chats à la peau « écaille de tortue ». Ces chats au pelage si particulier sont-elles toujours des femelles ? Qu’est-ce qui pourrait bien expliquer ce phénomène ? Ces chats appartiennent-ils à une race en particulier ? Zoom dans cet article sur les chats au pelage tricolore. Les chats tricolores et les chats écailles de tortue Les chats tricolores ou chats Isabelle sont souvent confondus aux chats à la robe écaille de tortue à cause de leurs nombreux points de ressemblance. La robe écaille de tortue est définie par la présence des couleurs rousses et noires sur le pelage du chat. Ainsi, la robe écaille de tortue comporte deux couleurs. Par contre, chez le chat Isabelle, en plus des deux couleurs que sont le roux et le noir, la robe comprend également une troisième couleur qui est la couleur blanche, d’où l’utilisation du terme « chat tricolore. » Bien que les trois couleurs soient remarquables sur tous les chats tricolores, chaque robe est dessinée suivant des motifs qui lui sont propres. C’est ce qui fait que chacun des individus de cette catégorie de chats est unique, et qu’il est impossible de trouver deux chats Isabelle ayant des pelages identiques. Les chats tricolores sont-ils toujours des femelles ? Plusieurs études ont montré de manière claire que les chats tricolores sont pour la plupart des femelles. Pour être exhaustif, les chattes feraient 99,96% de la population de chats calico qui existent sur la planète. On en conclut donc qu’il existe une population de chats tricolores de sexe masculin, même si ces derniers ne constituent qu’une très faible proportion de l’effectif. En effet, selon les enquêtes il y’a un chat calico mâle pour 3000 femelles de la même espèce. Par ailleurs, il a été constaté que presque tous les chats tricolores mâles sont stériles. De façon exceptionnelle, il arrive de retrouver dans une portée un chat mâle tricolore qui soit fertile. C’est un phénomène très rare. La probabilité d’avoir un chat mâle tricolore ou écaille de tortue fertile est de 0,0001, soit un mâle fertile sur 10000 individus de chats calico. Comment s’explique ce phénomène ? Pour rappel, le chat Isabelle se caractérise par trois couleurs principales que sont le roux, le noir et le blanc. Les pigments (mélanines) responsables de la couleur du pelage se trouvent dans l’épiderme et les poils. On en distingue deux sortes : les eumélanines qui sont responsables de la couleur noire et ses dérivés et les phéomélanines qui eux sont responsables de la couleur rousse. Il peut également y avoir d’autres couleurs qui sont le résultat de dégradés et de croisements. Le fait que les chats Isabelle soient presque toujours des femelles s’explique donc par la génétique. En effet, le gène responsable de la couleur du pelage se trouve se trouve dans le chromosome sexuel X. Ainsi, la chatte tricolore ou écaille de tortue hérité du chromosome X de sa mère (qui est XX) et du chromosome X de son père (qui est XY) ; ce qui lui fait XX. Cela veut dire que la mère apporte une couleur rousse ou noire et le père apporte la seconde couleur. La couleur blanche est indépendante et est due à la présence du gène S. Si nous suivons bien la logique, un mâle issu de ces deux mêmes parents, aura soit la couleur noire, soit la couleur rousse, mais pas les deux à la fois. Et comme la nature sait elle seule comment elle opère sa magie, il arrive quand même que des chatons mâles naissent avec une robe écaille de tortue. Ce genre de situation se produit lorsque le chaton mâle dispose de trois chromosomes liés au sexe (XXY) plutôt que des deux (XY ou XX) qu’ont la quasi-totalité des espèces vivantes. Ce phénomène super rare est connu sous le nom de syndrome de Klinefelter. C’est cette anomalie présente dans le génotype du chaton qui est à la base de sa stérilité habituelle. Toutefois, il peut survenir des miracles de la nature, ce qui fera qu’on pourra rencontrer une fois sur 10000 des chats tricolores mâles fertiles. Cette fertilité exceptionnelle est généralement due au phénomène de chimérisme génétique. Les chats tricolores appartiennent-ils à une race en particulier ? Les chats tricolores ou chats Isabelle n’appartiennent pas à une race particulière et spéciale. Ils sont juste le fruit de la génétique qui faut-il le rappeler est exclusivement liée au hasard de la vie et de la nature. C’est pourquoi il est impossible de faire un élevage de chats calico. Il ne faut pas se fier au motif du pelage de la mère pour deviner les couleurs de ses petits. On peut bien avoir des « calico » parmi les chats de gouttière, les chats de race, et même dans une portée de chats à la robe classique. Les différents types de chats tricolores Le roux, le noir et le blanc ne sont pas les seules couleurs qu’on peut retrouver chez les chats tricolores. Certains gènes présents diluent les couleurs de base. Ainsi, le noir peut être remplacé par du brun, le gris et le roux par de l’orange, le bleu crème, etc. Voici les types de chats tricolores les plus populaires. La chatte calico La chatte calico est également connue sous le nom de chatte d’Espagne. Elle possède une couleur blanche prédominant sur l’abdomen, la poitrine, les pattes et le menton. Les autres couleurs (rousse et noire) se retrouvent sur le dos et sur la tête de l’animal. C’est comme si le blanc est en bas, puis le roux et le noir sont au-dessus. On distingue également le calico dilué crème et bleu, le calico et écaille, le calico orange et noir, le calico tabby, le calico torbie, et bien d’autres encore. La chatte écaille de tortue Chez la chatte écaille de tortue ou chatte carey, le blanc est presque ou totalement inexistant. Le roux et le noir sont mélangés dans des proportions variables mais le noir prédomine. Chez certains individus, les couleurs sont plus diluées, Par exemple il peut arriver qu’à la place du noir, il y ait du gris. La chatte tricolore tigrée Tout comme chez le tigre où les couleurs sont disposées en rayures, chez la chatte tigrée, c’est le même principe. Les 3 couleurs sont rayées et remarquables de manière bien distincte sur le pelage du chat
  19. Vous êtes ravi d’être en compagnie de votre lapin douillet, mais vous êtes-vous déjà demandé si ce sentiment était réciproque ? Les lapins sont des animaux sauvages, habitués à vivre dans des terriers et à se balader librement dans la nature, mais lorsque vous l’emmenez en ville, son mode de vie change. Pour que votre lapin domestique ne se dépayse pas trop, voici nos 4 meilleurs conseils pour un lapin en liberté. Les maîtres-mots pour garantir la liberté de votre lapin sont : un habitat ouvert (non clos), de la nourriture disponible, la sécurité, et la propreté ou l’hygiène. De bonnes conditions d’habitation pour assurer la liberté du lapin Pour donner de la liberté à votre lapin, vous avez le choix entre l’élever en plein air ou en appartement. Voici donc les dispositions à prendre pour chacune de ces options. Un habitat pour lapin en extérieur Pour que votre lapin se sente libre, il faut éviter à tout prix de le mettre en cage : c’est la règle fondamentale. L’idéal serait une vaste cours comportant une pelouse, des arbres et quelques pistes de terre. Cependant, nous savons que peu de monde peuvent s’offrir ce genre de foyer en ville car l’immobilier y est un bien cher et limité. Une solution un peu moins contraignante mais efficace serait alors d’aménager un enclos assez vaste sur votre terrasse ou sur votre balcon. Un habitat pour lapin en intérieur Si vous n’avez ni cours, ni balcon, mettez une petite litière dans votre appartement pour que le lapin puisse s’y installer pour faire ses besoins, manger et dormir. Pour le reste, permettez-lui de se balader dans tout l’appartement. Une bonne condition de vie pour un lapin libre Outre l’habitat du lapin, le meilleur moyen de le faire sentir libre est d’éviter de lui mettre quelque chose au/dans le cou, que ce soit un collier, une laisse ou une puce de traçage. Conseils pour nourrir un lapin en liberté En adoptant un lapin, vous prenez la responsabilité de nourrir celui-ci car il n’est plus dans son habitat naturel et ne peut donc plus trouver sa nourriture tout seul. Vous avez donc le choix entre le nourrir 2 fois par jour avec des légumes, et lui donner l’accès à votre potager pour qu’il puisse s’y servir. Cette dernière solution est meilleure car elle confère plus de liberté à votre lapin. Toutefois, cela implique des charges et des responsabilités en plus pour vous qui devrez entretenir et ravitailler le potager. Assurer la sécurité d’un lapin en liberté Votre lapin est dit en liberté lorsqu’il peut se balader dans votre cours et/ou dans votre maison en toute sécurité. En effet, l’animal doit être à l’abri des voleurs, des agents de fourrière, mais surtout des véhicules en mouvement. Avant de libérer votre lapin, il faut donc s’assurer qu’il ne puisse pas sortir dans la rue car c’est autant dangereux pour lui qui pourrait se perdre et se blesser, que pour les automobilistes qui pourraient être surpris par sa présence et causer des accidents. Pour ce faire, verrouillez les portes, les portails, et surtout les fenêtres si vous habitez en étage. A part cela, assurez-vous de bien ranger les matériels tranchants et brûlant pour éviter que le lapin les touche. Un lapin libre doit rester propre La quatrième thématique des meilleurs conseils pour assurer la liberté de votre lapin est la propreté. Cela concerne tant son habitat que son corps. Veiller à la propreté de l’habitat du lapin L’habitat du lapin doit toujours être propre. La propreté est avantageuse pour vous et pour l’animal car elle procure le confort et l’hygiène, et élimine la mauvaise odeur des défections. Dans la nature, les crottes du lapin sont biodégradables, mais chez vous, il faut en assurer le ramassage. Veiller à la propreté du lapin Outre la propreté de l’habitat, il faut aussi que le lapin lui-même soit propre. Soit vous lui faites prendre un bain régulièrement, soit vous le laisser faire sa toilette tout seul (comme les chats). Vous noterez que cette deuxième option offre de l’autonomie, donc plus de liberté au lapin. Cependant, elle ne garantit qu’une propreté précaire. En gros, élever un lapin en liberté vous incombe plus de responsabilité que de le laisser vivre dans une cage. Mais si vous aimez votre lapin et êtes conscient que son bonheur compte, prendre soin de lui deviendra une partie de plaisir pour vous et non une obligation. L’objectif de ces 4 conseils pour un lapin en liberté est que celui-ci vive librement sans se sentir vulnérable dans un environnement qui lui est inhabituel.
  20. Depuis environ quinze ans, le taux d’obésité chez les animaux croit de plus en plus à cause de la malbouffe. Chez les chats, ce taux s’élève au moins à 35%. Les chats sont de plus en plus exposés à plusieurs maladies parce qu’étant malnutris. Tout comme les humains, les chats ont aussi besoin d’une alimentation saine et équilibrée pour une bonne croissance et une santé parfaite. Tous les nutriments doivent être présents en proportions suffisantes afin d’assurer à votre chat une alimentation équilibrée. Quels sont les aliments à éviter chez les chats ? Quels sont les aliments déconseillés ? Quelles sont les bonnes attitudes à adopter pour offrir une alimentation équilibrée à votre chat ? Les aliments à éviter Certains aliments sont à éliminer de la liste des repas que votre chat doit prendre. Les aliments suivants sont absolument contre-indiqués pour votre félin. Les sucres Les sucreries sont nuisibles pour votre chat. Evitez les aliments riches en glucides car ils peuvent être dangereux pour votre chat à moyen terme. Par exemple, le chocolat en plus d’être trop riche, contient une substance appelée la théobromine qui peut être fatale pour votre chat. Evitez donc tout ce qui est friandise non adaptée au chat. Il existe des friandises spécialement pour chat que vous pouvez acheter au marché, mais il faudra les lui donner avec une grande modération. Le lait Le seul lait dont a besoin un chat, il l’a déjà consommé quand il était bébé chez sa maman au cours de l’allaitement. En effet, si le chaton a été nourri au lait de sa maman, pour le chat adulte, ce n’est pas le cas. La boisson principale du chat adulte doit être l’eau plate. Le lait est très mal toléré par les chats, il peut causer des problèmes digestifs comme des diarrhées chez votre boule de poil, alors évitez de le gaver de produits laitiers. Les repas à déconseiller Il y a de mauvaises habitudes envers vos félins qu’il faut bannir. Cela peut fortement bouleverser son régime alimentaire et avoir un impact sur sa santé physique et psychologique. Ne pas donner nos restes de repas Il est fortement déconseillé de servir nos restes de repas à nos félins. C’est une erreur que commettent beaucoup de gens en donnant leur reste à leurs chats. Le repas de l’homme ne convient pas à un chat. Leur régime alimentaire est différent du nôtre et nous devons en tenir compte dans leur alimentation. Cette attitude peut créer un stress important chez l’animal. Il pourrait se permettre de prendre des libertés qui ne sont pas autorisées surtout au moment de la prise de notre repas. Eviter les variations brusques Même s’il faut varier les saveurs et les textures des repas chez votre chat, il ne faut pas le faire de façon brusque. Eviter de vouloir à tout prix faire des expériences sur votre chat. Vous ne devez pas prendre votre chat pour un cobaye. Vous pourrez créer un déséquilibre alimentaire chez ce dernier, ce qui n’aura pas un bon impact sur sa bonne santé. Les bonnes attitudes à adopter pour bien nourrir son chat Nourrir un chat peut s’avérer parfois difficile. On se pose souvent la question de savoir quoi lui donner et comment le lui donner. Si vous ne savez pas comment faire, prenez toujours conseils auprès des personnes aguerries. Voici ici quelques principes pour bien nourrir votre chat. Manger peu mais fréquemment Depuis que votre chat est tout petit, il faut lui inculquer une fréquence dans la prise de ses repas. Les chats savent intégrer les leçons qu’on leur donne très rapidement. Alors, donnez-lui de petits repas mais régulièrement. Un chat adulte doit manger au moins 4 fois dans la journée. Les repas en grande quantité peuvent créer des dysfonctionnements corporels chez votre chat. Choisir une bonne alimentation Le chat est un carnivore de nature. Pour lui faire ses plats, il faut donc respecter cette nature et maximiser les aliments riches en protéines. Evitez au maximum les glucides pour ne pas intoxiquer votre boule de poil. Il faudra également tenir compte de sa taille, de son âge et de sa race. Pour une alimentation équilibrée, il faut entre 40 et 50 g de croquettes par kilo de chat par jour. Les proportions recommandées sont les suivantes : 50% de protéines, 20% de glucides (le riz est mieux toléré), 20% de légumes verts bien cuites et le reste pour les vitamines et minéraux. N’oubliez pas d’y ajouter de l’huile. Si votre chat sait réguler la prise de nourriture de lui-même, laissez-lui des croquettes en permanence dans sa gamelle. Dans le cas contraire, s’il est gourmand prenez pour lui plutôt des aliments moins caloriques et riches en fibres pour qu’il ne prenne pas du poids et donnez-le-lui à des heures régulières. Bien hydrater votre chat Les chats sont des animaux qui boivent très peu. Alors leur repas doit leur apporter toute l’eau dont ils ont besoin pour la journée. Il est conseillé de leur donner au moins un repas humide par jour pour combler ce manque. Leur organisme tout comme le nôtre est composé à plus de 90% d’eau. Alors pour éviter la déshydratation, il est important de surveiller la façon de boire de votre chat pour qu’elle soit dans la juste mesure. Vous pouvez lui procurer une fontaine d’eau posée près de sa gamelle pour le stimuler à plus boire. La fontaine fournit en permanence de l’eau fraiche en petites quantités à votre félin. Par contre, si vous constatez que votre chat boit trop (au-delà de 100 ml/kg/jour), cela peut être le signe d’une pathologie sévère. Contactez alors le vétérinaire pour lui en parler. Variez les plats Il est important de varier les repas de votre chat afin qu’il découvre peu à peu les différentes saveurs auxquelles vous voulez l’habituer. Cependant, les changements brusques de goût ou de texture sont déconseillés. Ils peuvent perturber votre chat et engendrer un manque d’appétit ou des dysfonctionnements intestinaux. Vérifier la température des repas. La température des repas présentés à votre chat ne doit pas être gênante pour lui ou cela risquerait de ne pas le manger. Les pâtées ne doivent donc être ni trop froides, ni trop chaudes. Elles doivent se trouver plutôt à la température corporelle. Les repas humides surtout ne doivent pas rester dans la gamelle du chat pendant plus de 4 heures. Si vous devez laisser de la nourriture dans sa gamelle, mettez-y des croquettes sèches pour qu’il soit en mesure de se servir tout seul.
  21. Animaux de compagnie appréciés par de nombreuses personnes, les chats se retrouvent dans 27% des foyers français. Ils sont indépendants mais il nous revient le devoir de les protéger. De façon générale, les chats adorent les plantes d’intérieur. Ceci peut pourtant s’avérer risqué car certaines plantes présentent des toxines qui peuvent nuire aux chats. Mais, il y a toujours la possibilité de créer son espace vert sans nuire à son animal de compagnie. Quelles plantes choisir quand on a un chat ? Que ce soit pour l’intérieur comme pour l’extérieur, quelles sont les espèces végétales à faire pousser chez soi quand on élève un chat ? Petit zoom sur les végétaux conseillés Généralement curieux et fouineurs, les chats grignotent et s’amusent souvent avec les fleurs et les plantes d’intérieur. Le constat amer est qu’il se pourrait que ces plantes soient dangereuses pour eux. En effet, leur consommation par ce dernier peut être à la source de troubles digestifs, respiratoires, nerveux ou rénaux capables de les tuer. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut renoncer à embellir votre cadre de vie. Il existe une variété de plantes d’intérieur qui rendent votre intérieur plus gai sans nuire à vos chats. Ainsi, si vous avez envie d’assurer à votre chat un bien-être, il vous faut choisir de bonnes plantes. Deux grandes catégories de plantes sont à prendre en compte : les graminées et les plantes aromatiques. Donc, rien qu’à cause de votre chat, vous pouvez choisir des plantes comme la bruyère, la valériane, le thym, la sauge, la mélisse, le blé ou l’orge. Notez que ces plantes sont valables aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de vos maisons. Top des catégories de plantes conseillées Il y a plusieurs types de végétaux que vous pouvez planter pour embellir votre maison sans exposer votre chat à d’éventuels risques d’intoxication. Certaines sont destinées pour l’intérieur des bâtiments et d’autres pour l’extérieur. Des plantes pour les chats d’appartements Lorsque les chats se promènent dans les jardins, ils trouvent des herbes qu’ils peuvent consommer mais lorsqu’ils sont dans un appartement, ils ne consomment que ce qu’ils ont à leur disposition. C’est précisément pour cette raison qu’il est recommandé de s’approvisionner en plantes et fleurs bénéfiques pour eux et éloigner d’eux les végétaux toxiques. A votre chat donnez des plantes vertes dont il peut se nourrir ; cela les contraint à ne plus grignoter les plantes d’ornement. En plus des plantes aromatiques et des graminées, les chats adorent manger de la cataire et de la germandrée. Ce sont des végétaux qui ont des actions vertueuses sur eux. Donc vous pouvez les planter dans votre jardin, votre intérieur ou sur votre balcon. Pourquoi pas ? Le Saint-paulia : une fleur pour chats Le saint-paulia est tout simplement une petite plante d’intérieur pour chat, facile à vivre, et possédant de multiples feuilles rondes charnues et veloutées. Encore connue sous le nom de violette du cap, pour la seule raison que sa floraison est attrayante, le saint-paulia est bien indiqué pour les chats. Lorsque cette fleur est bien exposée à la lumière du jour, elle fleurit plusieurs fois dans une même saison. Les fleurs, violettes, blanches ou roses, ont également le même effet et ne constituent aucun danger pour vos majestueux chats. Ce sont donc des fleurs idéales et adaptées que vous devez planter chez vous si vous possédez un chat domestique ! Les plantes aromatiques pour vos chats Les plantes aromatiques sont faites pour la décoration et ont donc sans aucun doute leur place à la cuisine, et pourquoi pas dans le jardin ? Elles sont en réalité sans impact négatif sur vos chats. Que ce soit le basilic, le thym, ou encore la menthe, vous aurez tout le temps pour sentir l’agréable parfum diffusé. En plus, ces plantes parfument vos plats tout en verdissant votre espace. Nous vous conseillons d’essayer aussi la lavande, bien que celle-ci doive être cultivée sur une terrasse. Essayez le papyrus pour le plus grand bonheur de vos chats ! Aventurez-vous sur la trace des chats égyptiens. Pour cela, donnez à consommer à votre toutou des papyrus. Cette plante, autrefois, avait servi à la conception des parchemins dans l’Egypte ancienne. C’est une plante d’intérieur pour chat aussi bien touffue que gracieuse. Dans sa composition, on retrouve les longues tiges surmontées d’une ombrelle de fines feuilles. Le papyrus, pour grandir consomme assez d’eau. Le principal avantage qu’il présente ici est sa multiplication qui est très rapide grâce au bouturage. En fait, il vous suffit juste de mettre une tige à l’envers, de la poser dans un verre d’eau et de patienter pour voir de nombreuses tiges en sortir. Pourquoi pas le Pied d’éléphant ? Le pied d’éléphant est un arbre à chat très étonnant. Encore appelé beaucarnea, cette plante verte a la capacité d’atteindre une hauteur de 2 mètres. Sa constitution n’est rien de complexe. En effet, elle possède un tronc terminé par un bouquet de longues feuilles vertes. Le pied d’éléphant est une plante qui n’aime pas vraiment l’eau mais qui se développe plus à la lumière. L’avantage avec cet arbre est qu’il sert de griffoir, il participe donc activement à l’équilibre psychologique de vos chats. Mais si votre animal remue trop la terre sur la base de votre plante, alors recouvrez cette partie de galets pour l’en empêcher. Osez l’herbe à chat et vous nous donnerez des nouvelles L’herbe à chat est une jeune pousse d’orge. Très aimée par les chats, elle a une couleur verte fraîche et pure. Dans des animaleries, vous trouverez des kits déjà prêts à être utilisé. Les herbes à chat sont rangées en longueur dans un joli vase. Ses tiges sont très propices pour la décoration et gardent vos chats éloignés de vos autres plantes d’intérieur. Les chats sont d’excellents mais bien particuliers animaux de compagnie. Ils méritent pour cela beaucoup de soin et d’attention. C’est pourquoi vous devez leur assurer un cadre de vie sain en mettant à leur disposition des plantes qu’ils peuvent aisément consommer. Vous devez veiller à bien choisir ces plantes afin de ne pas exposer votre chat à différentes sortes d’intoxications, dont celles pouvant conduire à la mort
  22. Savoir si le chat a de la fièvre n’est pas toujours évident. Contrairement à la plupart des animaux en effet, il n’est pas très expressif. Très réservé, il montre très peu son malaise, et se plaint également très rarement. La plupart du temps d’ailleurs, il va se terrer quelque part pour essayer de se soulager, et pour qu’on le laisse tranquille. Voilà pourquoi, si vous constatez un changement de comportement chez votre chat, vous devez agir rapidement. Voici quelques signes qui vous permettront de savoir si votre chat a de la fièvre. Le comportement d’un chat qui a de la fièvre Sans même vérifier sa température, certains symptômes peuvent vous mettre la puce à l’oreille. Aussi discret qu’il puisse être en effet, il est des changements au niveau de son physique et/ou de son comportement qui ne pourront pas vous échapper. La fatigue et le baisse d’activité Il est vrai que le chat n’est pas particulièrement actif comme animal. Il passe même la majorité de son temps à paresser. Mais en tant que maître, vous avez sans doute déjà remarquer ses petites manies quotidiennes. Il lui arrive parfois de courir un peu partout, de jouer ou d’explorer. Par conséquent, si vous remarquez qu’il bouge moins que d’habitude, qu’il joue moins que d’habitude, ou qu’il a l’air constamment fatigué. Vérifiez sa température. Le chat qui a de la fièvre a moins d’appétit Et oui, en règle générale, lorsque le chat ne se sent pas bien, il n’aura pas beaucoup d’appétit. En conséquence, si vous remarquez qu’il mange beaucoup moins que d’habitude, faites attention. De même, si vous avez l’impression qu’il ne boit que très peu, cela signifie que quelque chose ne va pas. Une chose est sûre, à partir du moment où il refuse catégoriquement de s’alimenter, il y a forcément quelque chose qui cloche. Le chat qui a de la fièvre peut perdre du poids Vous devrez d’autant plus vous méfier si la baisse d’appétit s’accompagne d’une perte de poids et d’une importante déshydratation. Vous pourrez remarquer la baisse de poids sans trop de souci. Pour ce qui est de la déshydratation, vous pouvez confirmer vos craintes grâce à ce petit test : tirez doucement sur la peau de son cou. Si la peau est élastique et revient rapidement à sa place, il n’y a pas de souci. Dans le cas contraire, il est effectivement déshydraté. Pensez donc à vérifier sa température. Les signes physiques pouvant indiquer une fièvre Même si les symptômes ne sont pas évidents, la fièvre peut entraîner des changements physiques bien visibles chez le chat. Le pelage Pour savoir si votre chat a de la fièvre ou non, examinez, pour commencer, son pelage. Si ces poils ont l’air sales, gras et se collent entre eux, cela peut indiquer un souci de santé. Le simple fait qu’il n’ait pas réussi à faire correctement sa toilette est le signe qu’il y a un problème. Une fièvre peut également entraîner la perte de poils. Les yeux Regardez également ses yeux. Lorsque le chat n’est pas en forme, son regard devient généralement vitreux. Parfois, ses yeux deviennent aussi humides. Des secrétions vont se mettre à sortir, et vont former des sortes de croûtes aux commissures. Dès fois, des muqueuses jaunes ou grises peuvent également apparaître. Mais dans ce genre de cas, il se peut que le problème vienne d’une intoxication ou d’un empoisonnement. Les narines Enfin, vous pouvez examiner le nez de votre chat. Normalement, lorsqu’il est en bonne santé, il a un aspect humide. Mais lorsque l’animal est malade, en particulier, lorsqu’il a de la fièvre, son nez a tendance à devenir sec et chaud. Si c’est le cas, il est aussi possible que votre chat souffre également d’une importante déshydratation. Comment savoir si votre chat a de la fièvre grâce à sa température ? Tous les signes ci-dessus peuvent indiquer une fièvre. Mais il est important de noter qu’ils peuvent également être dus à d’autres problèmes de santé. Ne vous fiez donc pas à ces simples symptômes. La meilleure manière de savoir si votre chat a de la fièvre ou non est de vérifier sa température rectale. Et ce, à l’aide d’un thermomètre. La température du chat est dite “normale” lorsqu’elle est comprise entre 38 et 39 °C. En dessus de cette fourchette, vous pouvez considérer qu’il a effectivement de la fièvre.
  23. Animaux sauvages de nature, les chevaux étaient autrefois utilisés essentiellement pour le transport des personnes et des marchandises. Avec l’avènement des moyens de transport à moteur, cette fonction anciennement attribuée au cheval a disparu au fil des temps. De plus en plus, l’homme a trouvé le moyen de dresser le cheval, de le domestiquer et de l’utiliser à d’autres fins. Effectivement, les chevaux sont de nos jours, plus utilisés dans le secteur de l’équitation et autres sports similaires. Pour adopter un cheval, il faut que des conditions bien définies soient remplies. Que dit la loi à cet effet ? Quelles sont les différentes catégories de chevaux ? Quel est le coût de l’adoption d’un cheval ? Où peut-on trouver un cheval à adopter ? Dispositions prévues par la loi Adopter un cheval n’est pas pareil qu’adopter un chat ou un chien. Dans le cas où une personne désire être propriétaire d’un cheval, il doit se plier aux exigences de la loi. En France par exemple, selon l’article L214-3 du code rural et de la pêche maritime, il est interdit d’infliger de mauvais traitements aux animaux qu’ils soient domestiques ou sauvages et celui qui ne se conformait pas à ces dispositions s’expose à de lourdes sanctions. Vous devez donc vous assurer du bien-être du cheval, lui assurer un logement adéquat, le nourrir correctement et lui prodiguer les soins nécessaires lorsqu’il est malade. Pour le transport, il doit se faire dans les règles de l’art. Par exemple pour les longs trajets, il faut forcément prévoir une stalle et fournir de l’eau aux chevaux. Les poulains de moins de deux mois sont interdits de transport. En France, tout acquéreur de chevaux doit se déclarer auprès de l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation (IFCE) et faire identifier son cheval. Le détenteur est garant de la sécurité et du bien-être de son animal. Il est important de prendre connaissance des dispositions légales prévues pour l’adoption d’un cheval avant de s’y lancer. Les différentes catégories de chevaux Selon les experts du secteur du cheval, on dénombre en ce moment 397 races de chevaux. Toutes ces familles de chevaux ont pu être classés en plusieurs catégories selon différents critères. Ces critères sont la taille, la morphologie globale, la robe, l’usage qu’on en fait, etc. Ainsi, il n’est pas surprenant ou anormal de retrouver dans plusieurs catégories différentes une même famille de chevaux. Dans cet article, nous nous intéresserons aux catégories liées aux critères de taille et d’usage final. La taille du cheval Prenant en compte le critère de taille, on peut citer : les chevaux de petites tailles dits hypométriques (les poneys), les chevaux de taille moyenne dits eumétriques (chevaux de trait) les chevaux de grande taille dits hypermétriques (chevaux de selle). L’usage à en faire Selon l’usage qu’on a l’habitude d’en faire, les chevaux peuvent être regroupés en 12 catégories différentes que sont : les chevaux de selle, de course, de sport, d’endurance, de loisir, de TREC, de travail, d’attelage, de randonnée, de dressage, de Concours de Saut d’Obstacles (CSO) et les chevaux de Concours Complet d’Equitation (CCE). C’est pourquoi avant donc de choisir votre cheval, vous devez vous fixer des critères de choix, et notamment la question de l’usage que vous souhaitez faire de votre animal de compagnie, de jeu et de détente. Combien peut coûter l’adoption d’un cheval ? Il est très excitant de vouloir adopter un cheval. Mais pour le faire il faut s’y préparer car en ajoutant le coût d’achat au coût d’entretien, il ressort clairement qu élever un cheval nécessite un budget important. Le prix d’achat Le montant à débourser pour acquérir un cheval n’est pas fixe. Ça dépend de la race du cheval, de l’âge et de sa condition physique. En somme, si votre objectif en achetant votre cheval n’est pas de pratiquer le sport avec lui, vous pouvez prévoir entre 800 et 4000 euros. Par contre, si vos ambitions sont plus grandes, vous allez devoir dépenser plus d’argent. L’entretien L’entretien d’un cheval passe par la prise en charge de certaines commodités telles que les soins médicaux et corporels à attribuer à votre animal, ainsi que l’entretien de ses locaux et abris de vie. Commençons par la visite chez le vétérinaire, c’est une obligation qui est faite au propriétaire de faire suivre régulièrement son cheval par un vétérinaire. Par an, cela peut coûter entre 150 euros et 200 euros. En plus de cela, il faut comptabiliser pour le parage 70 euros tous les trois mois et pour le ferrage 70 euros tous les deux mois. Une visite annuelle du dentiste est recommandée et peut coûter environ 50 euros. Si votre cheval est dans une pension, cela peut vous demander jusqu’à 500 euros par mois. Cela dépend si c’est une pension au pré, au box, avec ou sans nourriture… Par contre si votre cheval est chez vous, le pré doit être assez grand et sécurisé. L’alimentation En ce qui concerne l’alimentation de votre cheval, il faut savoir que lorsque votre animal est dans votre propriété, il vous faudra prévoir entre 55 à 95 euros par jour. L’alimentation du cheval comprend le foin et les granulés. Selon la qualité de la litière que vous souhaitez offrir à votre cheval, vous pourrez dépenser jusqu’à 100 euros. Où adopter un cheval ? Maintenant que vous en savez assez sur les réglementations légales, le budget à investir et que vous avez une idée plus ou moins précise du type de cheval qu’il vous faut, vous pouvez chercher à connaître où vous devez vous rendre pour acquérir votre futur compagnon. A ce propos, les endroits où se rendre pour acquérir un cheval à adopter sont nombreux. Vous pouvez en trouver chez des éleveurs de chevaux qui s’occupent de la reproduction des chevaux ou qui sont dans l’acquisition dans les pays étrangers. Il y en a également chez des particuliers qui souhaitent vendre leurs chevaux pour une raison ou une autre. De même, si vous vous rendez auprès des associations de protection des animaux qui recueillent les chevaux, vous pouvez en acheter. Si vous avez de la chance, vous pourrez même en obtenir gratuitement. Il est toujours mieux de s’en procurer chez des professionnels car ils sont souvent plus connaisseurs de la réglementation en vigueur. Ils sauront donc vous conseiller et vous aider dans votre choix.
  24. Il est reconnu de tous que les chats sont des compagnons très affectueux et très collants. Ils adorent particulièrement les câlins et les démonstrations d’amour. Toutefois, il arrive que l’on tombe sur des races de chats solitaires, qui se refusent à tout contact. Fuyante et peureuse, la cohabitation avec ces races n’est pas chose aisée. Pour cela, il est important qu’au moment de l’adoption de votre félin, vous optiez pour un très affectueux et très câlin. Quelles sont les races de chats les plus câlins ? Nous partageons avec vous notre sélection des races de chat les plus câlins. Le Siamois Race de chat originaire de Thaïlande, le siamois est de taille moyenne avec un magnifique pelage lui donnant une élégance sans pareil. En plus d’être très beau, le siamois est intelligent, doux, affectueux et très patient avec les enfants. Très bavard, réceptif et communicatif, il est impossible de s’ennuyer en sa présence. Fidèle compagnon, il est très collé à son maître et demande tout le temps de l’amour et de l’affection. Il a la réputation de tisser des liens très forts avec son maître. Le siamois a horreur de la solitude et préfère suivre son maître partout que de rester seul à la maison. Si vous recherchez un chat câlin, le siamois est sans doute celui qu’il vous faut. Très joueur, vous passerez sans doute de bons moments en sa compagnie. Toutefois, ce chat a un caractère affirmé. Il est hypersensible et vous devez avoir suffisamment de temps à lui consacrer. Le Persan D’un pelage angora extraordinaire, le chat Persan est d’une grande élégance. Docile et calme, c’est un très bon chat pour toute la famille. Avec son caractère calme, doux et affectueux, il fera un formidable compagnon pour tous les amoureux de félins câlins. Ce chat semble tromper avec son air snob. Il affiche l’air d’un chat solitaire, ce qui est très faux. Il adore qu’on soit aux petits soins avec lui et surtout que son maître lui démontre de l’affection. Très patient, il s’entend très bien avec les enfants et si vous avez d’autres animaux, la cohabitation ne posera aucun problème. Son calme est ressenti même à travers ses jeux. Il n’est pas un passionné des jeux brutaux et préfère faire la sieste ou paresser dans des coussins. N’hésitez pas à adopter un chat Persan. Il vous comblera d’affection et de fidélité. Le Somali Variété d’Abyssin à poil mi-long, le chat Somali est sans doute l’un des chats les plus sociables. Il s’adapte à tous les environnements et représente une véritable boule d’énergie et de bonne humeur. Joyeux, intelligent et surtout curieux, le Somali est particulièrement bavard et peut se montrer parfois têtu. Il adore la compagnie des hommes et n’a aucun mal à cohabiter avec les autres animaux. Sa patience lui permet de tolérer les enfants. Pour ce faire, il représente le compagnon idéal pour une famille ayant plusieurs enfants et possédant d’autres animaux. Toujours de bonne humeur, il adore recevoir des câlins et en faire à tous les membres de la famille en général et à son maître en particulier. Sa joie et sa gaieté le rendent particulier. Pour tous les amoureux de chats notamment de chats câlins, le Somali est le compagnon idéal. Sa bonne humeur vous contaminera sans doute. Le Maine Coon Le Maine Coon est à la fois l’un des plus grands chats du monde et l’un des plus affectueux. Ce chat très collant démontre à tout instant son amour pour son maître. Il a un faible pour l’eau et adore nager en compagnie de sa famille. Très tendre, vous ne manquerez pas de câlins avec lui. Sa grande taille lui donne un air imposant et suffisant, ce qui n’est pas le cas. Il adore être le centre d’attention de son maître et boude même pour manque d’affection. Bien qu’il soit si attaché à son maître, le Maine Coon est indépendant dans une certaine mesure. Très dynamique, il s’adapte à tous les environnements. Vous n’aurez aucun mal à l’éduquer, car il est très docile. Il s’entend très bien avec les enfants, les autres animaux ainsi que les étrangers au foyer. Le Maine Coon vous démontre sans cesse de l’affection et de la tendresse. Le Ragdoll Le Ragdoll présente des poils bien touffus et bien soignés. Il est très beau surtout avec ses yeux bleus ciels. Il est également doté d’une grande intelligence même s’il est peu bavard. Son nom signifierait d’ailleurs « poupée de chiffon ». La particularité de ce chat est qu’il se laisse entièrement aller dans les bras de son maître au moment du câlin. Il adore les câlins et toutes les démonstrations d’amour. Gentil et doux, il est très calme et demande beaucoup d’amour et d’affection. Si vous avez donc de l’amour à donner et beaucoup de câlins à offrir, le Ragdoll serait sans doute votre meilleur choix. Ce chat est très discret et vous aurez assez de facilité à l’éduquer. Il n’est pas compliqué à vivre, et entretient de bonnes relations avec toute la famille : les enfants, les visiteurs et les autres animaux domestiques. Le Sacré de Birmanie Originaire de la Birmanie, le pelage de ce chat est très doux et bien soigné ce qui le rend beau. La couleur de ses yeux et son allure agrémentent encore plus sa beauté. Il aime les câlins et toutes preuves d’amour. Très calme, il n’est pas du tout difficile à vivre bien que vous devez être disposé à le couvrir d’amour et d’affection. Il est très attaché à son maître, voire possessif. Le Sacré de Birmanie ne supporte pas la solitude et préfère être dans les pattes de son maître. Il adore jouer et vous passerez sans doute d’agréables moments en sa compagnie. Il n’a pas du mal à vivre en société et s’entend très bien avec les enfants. Nous voilà à la fin de notre top 6 des races de chats les plus câlins. N’hésitez pas à adopter celui qui correspond au mieux à vos besoins.
  25. Considéré comme une variété de lézards, les geckos sont des reptiles particulièrement fascinants qui attirent plus d’un. Ils ont des techniques défensives très intelligentes et sont même capables de grimper. On distingue environ 2000 espèces de geckos dans le monde. Toutes ces espèces ne sont pas faciles à élever et certaines ne sont pas destinées à être élevé comme animaux de compagnie. Si vous comptez en adopter, il faut donc faire beaucoup de recherches avant de faire votre choix. Quelles sont les espèces de geckos à adopter ? Où se procurer ces animaux ? Lisez cet article pour découvrir les meilleures espèces de geckos à élever. Gecko aux yeux de grenouille Les geckos aux yeux de grenouille (Teratoscincus roborowskii) sont magnifiques et sont de fidèles compagnons. Ils ne sont pas difficiles à élever. En adoptant ce gecko, vous n’aurez donc pas trop de soucis à vous faire. Cet animal est particulièrement beau. Son museau est court et ses yeux sont gros tels ceux d’une grenouille. Sa peau recouverte de beaucoup d’écailles est similaire à celle d’un poisson. Ces écailles sont des moyens de défense dans les approches mâles et femmes. Les geckos de cette espèce aiment creuser le sable. Pour cela, il est nécessaire de prévoir un espace à cet effet dans votre vivarium. Ils ont également besoin de vivre dans un milieu à température diurne élevée dans la journée et aux températures basses dans la nuit afin d’être en parfaite santé. Espèce particulièrement amusante, son charme et sa beauté font qu’il est fortement recherché par de nombreux propriétaires. Ce serait donc une chance pour vous d’adopter ce gecko. Gecko nain à tête jaune Le nom scientifique de ce gecko est l’lygodactylus luteopicturatus. Comme son nom l’indique, il est de petite taille et mesure entre 7 et 8 cm à l’âge adulte. La couleur de son corps est bleu-gris, la tête jaune vif, accompagné des rayures grises. Cette combinaison de couleurs donne un résultat magnifique. De nature timide, le gecko nain à tête jaune est très réservé et a du mal à s’habituer à son propriétaire. Mais avec un peu de patience, il va s’habituer à son nouvel espace, à votre présence, et pourra même manger directement dans votre main avec le temps. Bien qu’étant timides, les geckos nains à tête jaune sont très curieux. Ils veulent découvrir, explorer tout ce qui les entoure. Il serait donc utile de prévoir des endroits pour se cacher ou à découvrir dans leur milieu de vie pour un meilleur épanouissement. Pour plus de distraction, un arbre, des plantes, des branches pour sauter et pour grimper est la bienvenue. Gecko chat Cette espèce est très recherchée par les collectionneurs de gecko. Il est très rare, donc vous aurez un peu de mal à le trouver. Mais une fois déniché, ce gecko est un agréable compagnon. Le gecko chat a l’habitude de dormir recroquevillé avec la queue sur le nez et les yeux comme un chat. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est appelé « gecko chat ». Avec une forme brune et une couleur tendant vers la rouille, le gecko chat a le ventre clair jusqu’à son cou. Il est suffisamment long et peut mesurer jusqu’à 18 centimètres. De nature timide, les animaux de cette espèce préfèrent avoir leur propre habitation. Avoir des arbres pour grimper et sauter dans leur espace de vie serait très utile pour leur divertissement. Gecko géant de Madagascar Comme son nom l’indique, ce gecko est vraiment géant et peut mesurer jusqu’à 30 centimètres. Originaire de Madagascar, il doit vivre dans un environnement humide. Avec sa couleur verte lumineuse, son V rouge sur le front et ses tâches irrégulières sur le dos, le gecko géant de Madagascar est très beau et n’est pas du tout timide contrairement à certains geckos. Il adore se promener en plein jour, profiter du soleil et se poser sur les branches. Vous pouvez élever ces geckos en couple si vous avez de l’espace. Pour s’accoupler, le mâle secoue sa queue pour attirer la femelle. La femelle qui n’est pas prête à s’accoupler manifeste son refus en changeant de couleur pour un vert plus foncé. Gecko ligné Avec des lignes distinctives de couleur blanche de chaque côté du corps, et des yeux relativement gros, les geckos lignés (Gekko vittatus) existent en différentes couleurs. Nous avons les verts, les marrons et les beiges. De taille moyenne, ils peuvent mesurer jusqu’à 25 cm de long. Les geckos de cette espèce ont besoin d’un grand espace pour vivre et aiment la chaleur. Pour cela, vous devez prévoir dans leur habitation des ampoules chaleur. Ils font de super animaux de compagnie et font le bonheur des propriétaires. Pas timides, ils s’adapteront facilement à votre compagnie. Très curieux, ils aiment bouger, passer dans tous les coins de leur environnement. Gecko nocturne Il s’agit d’une espèce de geckos de petite taille (Hémidactyle verruqueux). Certains tiendront à peine sur le dessus de votre doigt. A l’âge adulte, ils mesurent entre 7 cm et 12 cm. Avec des ventres presque translucides, leurs corps comportent de petites bosses. On distingue une variété de geckos nocturnes : les bruns et les crèmes. Très calmes, ils font de très bons compagnons. Ils aiment vivre avec les hommes, explorer leur espace de vie en se déplaçant dans les coins et recoins. Ils se nourrissent essentiellement de papillon et luttent pour capturer leur proie. En raison de leurs petites tailles, vous devez les manipuler avec délicatesse et avec beaucoup de soins. Où s’acheter un gecko ? Il existe plusieurs boutiques spécialisées dans la vente des geckos auprès desquelles vous pourriez choisir votre espèce. Certains magasins en ligne proposent également des geckos de différentes espèces. Avant de l’adopter, assurez-vous de maîtriser les caractéristiques, les besoins alimentaires ainsi que les activités préférées de votre animal afin de l’élever convenablement. Si vous souhaitez adopter un gecko, voici énumérer pour vous les meilleurs geckos à adopter. L’élevage de ces espèces n’est pas très compliqué et ne nécessite pas beaucoup d’énergie. Choisissez-en ce qui correspond au mieux à vos besoins et qui répond à vos goûts.
×
×
  • Créer...

Information importante

En utilisant ce site, vous êtes d’accords avec nos Conditions d’utilisation. Nous avons placé des cookies sur votre appareil pour aider à améliorer ce site. Vous pouvez choisir d’ajuster vos paramètres de cookie, sinon nous supposerons que vous êtes d’accord pour continuer.