Aller au contenu
Rechercher dans
  • Plus d’options…
Rechercher les résultats qui contiennent…
Rechercher les résultats dans…

Uffie

Admins
  • Compteur de contenus

    392
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    6

Uffie a gagné pour la dernière fois le 22 avril 2022

Uffie a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

10 Good

Visiteurs récents du profil

84 364 visualisations du profil
  1. Il est assez courant de voir nos petits compagnons à fourrure trembler, surtout lorsqu'ils dorment. Si vous avez déjà observé cela chez votre chat, sachez que cela peut être dû à diverses raisons. Cet article explore les différentes causes des tremblements chez les chats et explique dans quels cas il convient de s'inquiéter pour la santé de votre animal. Savoir reconnaître différents types de tremblements chez le chat Avant de commencer à s'interroger sur les raisons des tremblements, observez bien votre chat et la façon dont il tremble. En effet, les tremblements peuvent être différents, ce terme un peu trop généraliste peut désigner des phénomènes assez variés. En vous basant sur le type de tremblement constaté, vous pourrez avoir un diagnostique plus précis. Sans aucune prétention de vous fournir une catégorisation systématique, nous vous proposons de bien distinguer les cas suivants : Spasmes musculaires ; ils sont causés par l'activation de certains groupes de muscles, ce qui entraîne des mouvements incontrôlables du corps ; souvent ces trémulations musculaires ont une origine métabolique et sont dues aux carences en calcium ou magnésium. Tremblements légers qui surviennent sur tout le corps ; ils résultent généralement de l'excitation ou du stress et sont plus fréquents chez les jeunes chats ; mais existe également d'autres explications à ces tressaillements du corps. Tremblements localisés ; ce type de tremblement n'affecte qu'une seule partie du corps, comme la tête, une patte ou la queue. Crise convulsive : ici, il s'agit de véritables convulsions, les contractions et mouvements de toutes les parties du corps sont plus intenses ; pendant la crise le chat souvent salive, urine et défèque d'une façon incontrôlée. Les raisons possibles des tremblements chez le chat De nombreux facteurs peuvent expliquer pourquoi votre chat tremble pendant son sommeil. En voici quelques-uns : La température ambiante Un chat peut trembler s'il a froid. Un chat qui dort est moins actif et produit donc moins de chaleur corporelle pour se réchauffer. Si la température ambiante est basse, les tremblements peuvent être le moyen qu'emploie votre chat pour générer de la chaleur et maintenir sa température corporelle. Le stress et l'angoisse Nombre de chats sont sensibles au stress et à l'angoisse, ce qui peut provoquer des tremblements chez certains d'entre eux. Les situations stressantes pour les chats peuvent inclure des changements dans leur environnement, la présence de nouveaux animaux ou humains dans leur espace, ou même un événement traumatisant du passé. L'état de santé général Différents problèmes de santé peuvent également faire trembler votre animal pendant son sommeil. Certaines affections courantes comprennent : Les troubles nerveux : Le système nerveux est responsable de la coordination des mouvements du corps. Les troubles nerveux peuvent entraîner des tremblements involontaires ou des mouvements incontrôlables. L'hypoglycémie : Une baisse du taux de sucre dans le sang peut provoquer des tremblements chez les chats, notamment chez ceux atteints de diabète. Les maladies infectieuses : Certaines infections virales ou bactériennes peuvent causer des tremblements chez votre chat, surtout si elles affectent le système nerveux ou les muscles. Rêves et sommeil paradoxal Les chats, comme les humains, peuvent rêver pendant leur sommeil. Pendant la phase de sommeil profond connue sous le nom de sommeil paradoxal, les chats sont plus susceptibles de bouger, voire de trembler légèrement. Cela est généralement considéré comme normal et inoffensif. Dans quels cas s'inquiéter ? Maintenant que vous connaissez les raisons courantes pour lesquelles un chat peut trembler pendant son sommeil, examinons dans quels cas il faut s'inquiéter pour la santé de votre animal : Des tremblements fréquents et/ou intenses : Si votre chat tremble fréquemment ou si ses tremblements deviennent plus intenses, cela pourrait indiquer un problème de santé sous-jacent qui nécessite une attention médicale. Les troubles du comportement : Si votre chat présente des changements de comportement en plus des tremblements, comme un manque d'appétit, de l'apathie ou des vocalises excessives, consultez immédiatement votre vétérinaire. Autres signes de maladie : Si votre chat présente d'autres symptômes tels que fièvre, vomissements, diarrhée, toux ou difficultés respiratoires en plus des tremblements, cela pourrait être un signe de maladie grave. Consultez rapidement votre vétérinaire. Comment aider votre chat à se sentir mieux ? Même si les tremblements de votre animal ne sont pas nécessairement causés par un problème grave, il est essentiel de veiller au confort et au bien-être de votre chat lorsqu'il dort. Voici quelques conseils pour y parvenir : Maintenez une température ambiante confortable : Veillez à ce que la pièce où dort votre chat soit suffisamment chaude et évitez les courants d'air froids. Créez un environnement sans stress : Éloignez autant que possible les sources de stress et d'angoisse de l'espace de vie de votre chat et prévoyez des moments de détente et de jeu quotidiens pour lui offrir un environnement apaisant. Offrez un espace de couchage approprié : Fournissez à votre chat un lit douillet et confortable qui lui procurera soutien et chaleur pendant son sommeil. Ayez une alimentation saine et équilibrée : Une bonne nutrition est essentielle pour le maintien général de la santé de votre chat, ce qui contribuera à réduire les tremblements liés à des problèmes de santé. En fin de compte, il est crucial de surveiller attentivement les tremblements de votre chat pendant qu'il dort et de prendre note des signes qui pourraient indiquer un problème sous-jacent. Rappelez-vous que seule une consultation vétérinaire peut vous donner un diagnostic précis et les meilleurs conseils pour vous assurer que votre chat reste en bonne santé et heureux.
  2. Connaissez vous la race Berger d'Anatolie ? Peu connu en France, le chien Berger d'Anatolie (ou Kangal) est un chien géant à la morphologie harmonieuse et au caractère bien affirmé. Cette race canine singulière n'est donc pas à la portée de tous les amoureux canins. Chien de troupeau ou animal de compagnie, c'est un protecteur infaillible, très attaché à son maître et sa famille, mais qui a besoin d'une éducation structurée et de conditions de vie particulières pour s'épanouir pleinement. Qu'est-ce qu'il faut savoir sur la race du Berger d'Anatolie avant l'adoption ? Comment bien éduquer un Berger d'Anatolie ? Enfin, est-ce que votre mode de vie convient aux besoins de ce chien ? Découvrez dans notre article toutes les informations au sujet du chien Berger d'Anatolie : ses origines , ses particularités, les conseils pour l'éduquer et bien prendre soin de lui. Origines de la race Berger d'Anatolie Pour comprendre le chien de berger d'Anatolie et ses caractéristiques, il est important de remonter à ses origines. Comme tous les chiens dits de Berger, ce chien rustique et solide a été apprivoisé puis dressé dans le but principal d'aider à garder des troupeaux d'animaux. La race Berger d'Anatolie a des origines très anciennes qui remontent au temps des grandes migrations. Ces chiens de troupeau, appelés également Kangal en référence à la race de ce nom sélectionnée en Turquie, auraient été importés, vers XI siècle, sur le haut plateau de l'Anatolie (situé actuellement en Turquie) depuis l'Asie centrale, par un peuple nomade connu sous le nom de Kangly, ou Qanglis. Des études génétiques comparant les Kangals turcs et les races présentes en Asie centrale semblent confirmer cette hypothèse. La race était utilisée pour protéger les troupeaux de moutons, mais également, à l'époque de l'Empire Ottoman, en tant que chiens de guerre. Longtemps méconnu en dehors de la Turquie, le Berger d'Anatolie est découvert par les des associations cynologiques d'autres pays dans les années 1960, et notamment grâce à la chercheuse Charmian (Biernoff) Steel qui ramène au Royaume-Uni un couple de cette race en 1961. En 1989, le Berger d'Anatolie est reconnue comme race par la Fédération Cynologique Internationale (FCI). Pendant longtemps, le terme "Berger d'Anatolie" désignait l'ensemble des chiens de troupeaux originaires de Turquie. Le rapport entre les nominations "Berger d'Anatolie" et "Kangal" reste même de nos jours assez confus, car le standard de la race Kangal officiellement reconnue en Turquie correspond aux caractéristiques bien précises comparé au terme plus général "Berger d'Anatolie". D'ailleurs, en 2018, la nomenclature de la FCI a remplacé le Chien de Berger d'Anatolie par le Chien de Berger Kangal. Caractère fréquent des chiens Berger d'Anatolie Si on devait choisir trois caractéristiques pour présenter le Berger d'Anatolie, les experts de cette race mettraient en avant très certainement son esprit protecteur, sa loyauté et son caractère bien marqué. Chien de troupeau par excellence, l'instinct de protection est infaillible chez ce chien. Qu'il s'agisse de son maître ou de sa famille, il sera toujours là pour vous défendre. Affectueux, d'une grande gentillesse, très attaché à son maître, c'est un chien qui fait preuve d'une loyauté sans limite. Lorsqu'il est bien éduqué, le Berger d'Anatolie est un chien très équilibré, doux et calme. Mais ces qualités coexistent chez lui avec un caractère bien indépendant . Très indépendant, parfois un peu têtu, il est jamais agressif sans raison mais bien méfiant envers les étrangers. Son esprit vif et la volonté d'agir, combinés avec la puissance naturelle, ont besoin d'une main ferme. C'est un chien doté d'une grande intelligence et curieux, ne l'oubliez jamais ! Ces traits de caractère peuvent pousser votre Berger d'Anatolie à vous désobéir, mais dans le cadre d'une éducation positive ils seront mobilisés à votre avantage. Éducation des chiens Berger d'Anatolie C'est précisément ce caractère bien indépendant et la tendance de défendre à tout prix son territoire et sa famille qui nécessitent une éducation ferme du Berger d'Anatolie, et cela depuis son plus jeune âge. C'est pourquoi nous vous annoncions au début de l'article que cette race ne se destine pas à tout le monde. Les principes de toute bonne éducation canine prennent encore plus d'importance lorsqu'on veut bien former le Berger d'Anatolie. Voici les éléments clés pour vous assurer de bons résultats : Une socialisation précoce : pour contrebalancer son instinct de protection et sa méfiance vis-à-vis des inconnus, il est crucial d'apprendre le chiot Berger d'Anatolie à interagir avec des étrangers ou d'autres animaux. Un système de règles clair : intelligents et indépendants, les chiens de cette race aiment prendre des initiatives, pour qu'ils vous obéissent assurez vous qu'ils comprennent bien vos ordres. Une constance et une cohérence dans vos ordres et vos réactions : ne vous laissez pas décourager par le comportement têtu de votre chien, restez cohérent tout le long du processus d'apprentissage, pour progresser le Berger d'Anatolie doit être sûr de ce qu'on attend de lui. Un renforcement positif : l'utilisation des méthodes d'éducation positive donne de très bons résultats avec les chiens Kangal qui aiment se sentir valorisés et préfèrent la collaboration à la soumission. Une patience et une persévérance du maître : gardez en tête que le Berger d'Anatolie a besoin du temps pour bien assimiler les règles, ne brûlez pas les étapes et considérez son éducation comme un projet à long terme. Notez aussi que sa tendance à aboyer à tors et travers devra faire l'objet d'une attention particulière, surtout si vous avez des voisins. En effet, le Berger d'Anatolie a bien gardé ses habitudes ancestrales du chien de troupeau : dès qu'un bruit lui parait suspect il signale sa présence aux intrus. Cet aboiement de dissuasion peut devenir un véritable problème si vous avez des voisins sensibles. Vous pouvez essayer de l'apprendre à ne pas aboyer pour un oui et pour un non, ou à se taire rapidement suite à votre intervention, mais souvent sa nature prend le dessus. Une raison de plus pour s'installer dans une maison avec un grand terrain, loin des voisins. Enfin, lorsque vous adoptez un Berger d'Anatolie, il est conseillé de savoir à l'avance quel sera son rôle dans votre foyer. Généralement, les élevages qui proposent des berger d'anatolie à vendre, font une différence dans l'éducation des chiots destinés à devenir gardiens de troupeau et ceux qui seront des chiens de compagnie. Leur socialisation n'est pas organisée de la même manière, les futurs chiens de travail devant être dès le départ élevés au sein d'un troupeau. Santé et espérance de vie du chien Berger d'Anatolie Chien géant et athlétique, le Berger d'Anatolie dispose d'un très bon patrimoine génétique et ne connaît pas de maladies héréditaires. Façonné depuis des siècles par le climat aride de sa région d'origine c'est un chien très robuste, il résiste très bien au froid et peut vivre dehors toute l'année. Cependant, il est crucial de sélectionner un élevage canin de qualité pour choisir votre chiot Berger d'Anatolie. Pendant la période de croissance, il est crucial de surveiller le poids du chiot et d'éviter tout excès d'exercice physique au risque de provoquer la dysplasie de la hanche. D'ailleurs, pour rester en forme, ce chien au corps musclé et proportionné doit "garder la ligne" toute sa vie, votre rôle sera de respecter l'équilibre entre son alimentation et les dépenses physiques régulières. Parmi quelques pathologies qui peuvent toucher un chien Berger d'Anatolie, mentionnons l'arthrose, les infections de l'oreille ou encore la démodécie canine. Il partage aussi avec d'autres races de chiens géants le risque de retournement d'estomac (appelé la torsion d'estomac), un syndrome d'une urgence vitale qui peut se produire suite à une prise de nourriture trop rapprochée de l'activité physique. Le repas doit être donné 4 heures minimum avant l'exercice sportif ou 2 heures après. Les Bergers d'Anatolie vivent assez longtemps, l'espérance de vie se situe pour cette race entre 10 et 12 ans. Ce qui est dans la moyenne des chiens de ce gabarit. Le Berger d'Anatolie : ce chien est-il fait pour vous ? Compte tenu de ce que vous savez maintenant sur la race Berger d'Anatolie, ce chien n'est pas forcément conseillé à tout le monde. Tout d'abord, pour assurer à votre Kangal des conditions de vie correctes, vous devriez pouvoir lui offrir suffisamment d'espace. La solution idéale serait de vivre avec lui à la campagne, - à la ferme ou dans une grande propriété, - sinon dans une maison avec un grand jardin bien clôturé. C'est un chien qui ne peut pas s'épanouir à l'intérieur, il sera malheureux dans un appartement. Assurez vous que votre Berger d'Anatolie aura assez d'occasions pour se dépenser. Inutile de dire qu'en gardant un troupeau de moutons ou de chèvres un chien Berger d'Anatolie sera le plus heureux des chiens et trouvera à coup sûr son équilibre mental et physique. Mais si vous êtes sportif et aimez les randonnées ou les courses à pied, il sera content de vous accompagner et ces exercices physiques seront bénéfiques pour sa santé. Vous pouvez aussi bien tester les activités comme Agility ou Canicross, ou encore les jeux de piste, par ailleurs très conseillés pour les chiens de cette race pour leur offrir une stimulation cérébrale. Pour les maitres un peu moins sportifs, deux longues balades par jour feront l'affaire. Ce chien s'entend bien avec des enfants et peut cohabiter avec d'autres animaux de compagnie, à condition qu'il a bénéficié d'une bonne socialisation. Très affectueux et curieux, il fera la joie de toute la famille. Cependant cela ne le dérange pas de passer une grande partie de la journée tout seul, en effet c'est un animal très autonome qui s'occupe bien en absence de son maître. Il faut préciser que les chiens de la race Berger d'Anatolie ne sont pas conseillés pour une première adoption. Si vous avez de l'expérience et savez faire preuve d'autorité tout en restant assez disponible pour des activités en pleine air, ce chien est peut-être pour vous. Il peut se montrer têtu et faire mine de ne pas obéir, sa loyauté est sans égal. Source : https://www.akc.org/dog-breeds/anatolian-shepherd-dog/
  3. Malgré leur réputation d'être des animaux de compagnie faciles à élever, les tortues domestiques sont très sensibles et ont des besoins très spécifiques. Un problème courant auquel les propriétaires de tortues peuvent être confrontés est la perte d'appétit de leur reptile. Votre tortue ne mange pas depuis 2-3 jours ? Elle ne mange plus et ne bouge pas beaucoup ? Combien de temps les tortues peuvent rester sans manger ? Quand est-ce que cette perte d'appétit chez la tortue devient inquiétante ? Dans cet article, nous allons explorer les différentes raisons pour lesquelles votre tortue pourrait refuser de manger et vous proposer des solutions pour y remédier. Problèmes environnementaux Un problème courant qui pourrait expliquer pourquoi votre tortue refuse de manger est un environnement inadapté. En effet, les tortues ont besoin d'un environnement stable et adapté à leurs besoins biologiques pour se sentir à l'aise et bien. Voici quelques facteurs environnementaux à surveiller : La température : Si l'environnement de votre tortue est trop froid ou trop chaud, cela peut causer du stress et réduire son appétit. Assurez-vous que la zone de chauffage est maintenue entre 28 et 32 degrés Celsius et la zone froide entre 22 et 25 degrés Celsius. L'éclairage : Les tortues ont besoin d'un éclairage adéquat pour synthétiser la vitamine D3, nécessaire à l'absorption du calcium. Cela est essentiel pour une bonne croissance et un bon appétit. Utilisez des ampoules UVB spécifiques pour reptiles et maintenez un cycle journalier de 12h d'allumage. L'eau : Les tortues aquatiques ont besoin d'eau propre et filtrée pour éviter les maladies. Assurez-vous également que l'eau est à la bonne température et qu'il y a des zones où votre tortue peut s'émerger complètement. Le stress causé par un environnement inadapté peut également être lié au manque de cachettes, de décoration, et à l'aménagement général du terrarium ou de l'aquarium. Une tortue qui ne se sent pas en sécurité dans son habitat peut perdre l'appétit. Vous pouvez donc améliorer l'habitat de votre tortue en ajoutant des plantes artificielles ou naturelles, des roches, des racines et autres éléments qui recréent l'environnement naturel de votre tortue. Maladies et problèmes de santé Une autre cause possible pour la perte d'appétit chez votre tortue est la présence de maladies ou de problèmes de santé sous-jacents. Certaines conditions médicales pouvant affecter l'appétit de votre tortue incluent : Infections respiratoires : Les infections respiratoires sont fréquentes chez les tortues, surtout si leur environnement n'est pas adapté (température, humidité). Les symptômes incluent la présence de mucus au niveau des narines, respiration bruyante ou effort pour respirer. Une visite chez le vétérinaire est nécessaire pour un diagnostic précis et un traitement approprié. Parasites internes : Les tortues peuvent parfois être infestées par différents parasites internes (vers, coccidies,...) qui peuvent réduire leur appétit et entraîner d'autres symptômes comme une perte de poids ou des selles anormales. Un traitement antiparasitaire prescrit par votre vétérinaire peut être nécessaire pour éliminer ces parasites. Carences alimentaires : Si votre tortue a des carences en nutriments essentiels comme le calcium, la vitamine D3, ou la vitamine A, cela peut affecter son appétit. Enrichissez son régime avec des compléments alimentaires contenant ces éléments pour améliorer sa santé et son appétit. Problèmes comportementaux Les causes de refus de manger chez les tortues ne sont pas toujours liées à des problèmes environnementaux ou de santé. Parfois, il pourrait s'agir de problèmes comportementaux qui ont un impact négatif sur l'appétit de votre animal. Voici quelques exemples : Stress : Les tortues sont sensibles au stress, et cela peut causer une perte d'appétit. Évitez les changements brusques dans leur environnement, manipulez-les avec précaution et minimisez les situations stressantes pour favoriser le retour de leur appétit. Co-habitation : Les tortues préfèrent généralement être seules et peuvent être territoriales. Si votre tortue se sent menacée ou en compétition avec d'autres animaux, son comportement alimentaire peut être perturbé. Il est donc préférable de séparer les tortues démontrant des signes d'agressivité ou de stress lorsqu'elles sont logées ensemble. Changement d'alimentation : Les tortues peuvent être capricieuses et prendre du temps à s'adapter à un changement dans leur régime alimentaire. Essayez d'introduire progressivement la nouvelle nourriture et mélangez-la avec l'ancienne pour faciliter l'acceptation. Appétit des tortues avant, pendant et après l'hibernation Comme beaucoup d'autres reptiles, les tortues terrestres élevées en France (dont la tortue d'Hermann, de loin la plus populaire) hibernent pendant plusieurs mois lors des saisons froides (automne et hiver) afin de préserver leurs forces et survivre aux conditions difficiles. Durant l'hibernation, la température corporelle de la tortue chute, son métabolisme ralentit considérablement et elle entre dans un état d'inactivité prolongée. Cette période d'hibernation est cruciale pour la survie et la reproduction des tortues, mais elle peut également soulever des questions concernant leur appétit et leur alimentation avant et après cette phase. Les signes précurseurs de l'hibernation Durant les semaines précédant l'hibernation, il est normal que l'appétit de votre tortue diminue progressivement. En effet, son métabolisme ralentit et ses dépenses énergétiques sont donc réduites. De plus, la qualité et la quantité des aliments disponibles diminuent avec le changement de saison. Le choix des aliments offerts à la tortue de terre peut avoir une influence sur sa volonté de manger : Favoriser les légumes verts et les feuilles : choux, pissenlits, plantain, etc. Inclure des fleurs comestibles : soucis, capucines, bignones, etc. Introduire occasionnellement des fruits à faible teneur en sucre : melon, pastèque, etc. Si vous remarquez que votre tortue délaisse complètement sa nourriture pendant plusieurs jours et qu'elle a tendance à se cacher sous des objets ou dans un endroit sombre et abrité, cela pourrait être un signe annonciateur de l'hibernation. Que se passe-t-il si la tortue ne mange pas avant l'hibernation ? Il est normal que la tortue perde progressivement de l'appétit en préparation à l'hibernation, mais un arrêt complet de l'alimentation trop tôt peut devenir préoccupant. En effet, il est nécessaire qu'elle dispose de suffisamment d'énergie et de réserves pour traverser cette période difficile. Dans certains cas, l'absence d'appétit peut être causée par des facteurs externes stressants (changements dans l'environnement, maladie), qui devront être identifiés et traités pour garantir le bon déroulement de l'hibernation. Réveil de l'hibernation et premiers jours À la fin de l'hibernation, lorsque les températures remontent et les jours rallongent, votre tortue commencera à sortir de son état de somnolence et cherchera naturellement à s'alimenter pour reconstituer ses réserves énergétiques. Il est fréquent que l'appétit de la tortue soit limité dans les premiers jours suivant son réveil de l'hibernation. Cela est tout à fait normal puisque son métabolisme doit se remettre en marche et s'adapter aux besoins énergétiques accrus. Retour à une alimentation adaptée Suite au réveil de l'hibernation, il est essentiel de proposer à votre tortue une alimentation saine et adaptée : Reprendre progressivement un régime basé sur des légumes verts, des feuilles, des fleurs comestibles et occasionnellement des fruits Veiller à ce que la nourriture soit fraîche et bien lavée pour éviter d'éventuels parasites Fournir une source de calcium (os de seiche ou équivalent) pour le renforcement de sa carapace et de ses os Dans certains cas, une tortue qui ne mange toujours pas après l'hibernation peut présenter un problème sous-jacent tel qu'une maladie, une carence alimentaire ou un stress lié à son environnement. Il convient alors de consulter un spécialiste en reptiles afin de déterminer la cause exacte de ce manque d'appétit persistant et d'y remédier rapidement. Comment stimuler l'appétit de ma tortue ? Si malgré tous ces conseils, votre tortue ne mange toujours pas, voici quelques astuces supplémentaires pour essayer de stimuler son appétit : Offrez-lui une variété d'aliments frais et nutritifs tels que des légumes verts feuillus, des fruits, des insectes, ou des petits poissons (selon son espèce). Proposez-lui sa nourriture à différentes heures de la journée pour trouver le moment où elle est la plus réceptive à manger. Placez le plat d'aliments près de la zone chaude du terrarium ou de l'aquarium pour encourager votre tortue à s'approcher de sa nourriture. Enfin, si votre tortue continue de refuser de manger malgré vos efforts et que son état général se dégrade, n'hésitez pas à consulter un vétérinaire spécialisé en reptiles pour obtenir des conseils professionnels et adaptés à votre animal de compagnie.
  4. Si vous avez remarqué que votre chat présente un gonflement à une de ses pattes, cela peut être inquiétant. Plusieurs causes peuvent être à l'origine de ce symptôme et il est essentiel d'identifier la raison afin d'y apporter le traitement adapté. Pourquoi mon chat a une patte enflée et boite ? Comment soigner une douleur à la patte de mon chat ? Comment savoir si mon chat a une entorse ou une fracture ? Cet article vous aidera à comprendre les principales causes de la patte enflée chez le chat et les éventuels traitements disponibles. Causes de la patte gonflée chez le chat Plusieurs raisons peuvent expliquer le gonflement et la douleur d'une patte de votre animal. Voici les principales causes : Blessures et traumatismes La cause la plus fréquente d'une patte enflée chez le chat est une blessure ou un traumatisme. Les chats sont des animaux curieux et aventuriers, et peuvent facilement se blesser lors de leurs excursions à l'extérieur. Les blessures peuvent aller de simples égratignures à des fractures plus graves, en passant par des luxations ou des entorses. Infections Une autre cause possible de la patte gonflée chez le chat est une infection, qui peut résulter d'une blessure mal soignée ou d'un corps étranger (comme une épine) resté bloqué dans la plaie. L'infection peut provoquer une inflammation et du pus, ce qui entraîne le gonflement de la patte. Pododermatite La pododermatite est une inflammation de la peau des coussinets plantaires, généralement causée par une allergie ou une sensibilité à un produit chimique. Elle peut également résulter d'un contact prolongé avec des sols humides ou froids. La pododermatite entraîne le gonflement, la douleur et les démangeaisons de la patte affectée. Arthrite L'arthrite est une autre cause possible de boiterie et de gonflement chez le chat. Cette affection se caractérise par l'inflammation d'une ou plusieurs articulations, provoquant douleurs et raideurs. Les chats âgés sont particulièrement sujets à l'arthrite, mais certains peuvent développer cette maladie plus tôt en raison de facteurs génétiques ou de surcharge pondérale. Examiner la patte de votre chat Lorsque vous remarquez que votre chat boite, il est crucial de vérifier rapidement l'état de sa patte afin de déterminer la gravité du problème. Voici quelques conseils pour aider à examiner la patte de votre chat avec précaution : Approchez-vous calmement de votre chat et parlez-lui d'une voix apaisante pour le rassurer. Tenez délicatement la patte affectée et inspectez la zone enflée pour détecter toute plaie, éraflure ou enfoncement. Palpez doucement la zone gonflée pour vérifier s'il y a de la chaleur, ce qui pourrait indiquer une infection. Si possible, vérifiez si les griffes sont intactes et si elles ne présentent pas de signes d'infection. Il est essentiel d'évaluer rapidement la situation et de consulter un vétérinaire si nécessaire. Ne forcez pas l'examen si votre chat semble trop anxieux ou agressif. Traitements pour la patte gonflée du chat Avant toute autre conseil, nous vous rappelons que si vous suspectez une infection, une fracture, ou si la patte est très enflée et douloureuse, il est impératif de prendre rendez-vous chez le vétérinaire. Les infections peuvent rapidement s'aggraver et les fractures nécessitent souvent un traitement médical spécifique. Le vétérinaire pourra procéder à des examens complémentaires pour déterminer la cause du gonflement et de la boiterie, et prescrire un traitement adapté. Voici quelques informations plus détaillées sur les traitements possibles en fonction de la raison médicale responsable du gonflement de la patte de votre chat. Traitement des blessures et traumatismes Si le gonflement de la patte est dû à une blessure ou un traumatisme, le traitement dépendra de la gravité de la situation. Dans le cas d'égratignures superficielles, il suffit généralement de désinfecter la plaie et de surveiller son évolution. En revanche, si le gonflement est dû à une fracture ou une luxation, une visite chez le vétérinaire sera nécessaire pour établir un diagnostic précis et proposer un traitement adapté : Immobilisation de la patte avec une attelle Chirurgie en cas de fracture complexe Administration d'anti-inflammatoires et d'analgésiques pour la douleur Pour les luxations et les entorses, le vétérinaire pourra également recommander du repos ainsi que des médicaments anti-inflammatoires et analgésiques. Traitement des infections En cas d'infection, le traitement dépend aussi de la cause et de la gravité. Il peut inclure : Nettoyage et désinfection régulière de la plaie Retrait d'un corps étranger s'il est présent Antibiotiques et/ou anti-inflammatoires prescrits par un vétérinaire Dans tous les cas, suivre les conseils de votre vétérinaire et surveiller attentivement l'évolution de la patte gonflée est essentiel pour prévenir les complications et assurer une guérison rapide. Traitement de la pododermatite Si la cause de la patte gonflée de votre chat est due à une pododermatite, il vous faudra tout d'abord identifier ce qui déclenche l'inflammation chez votre animal afin de pouvoir agir en conséquence. Le traitement de la pododermatite chez le chat pourrait comprendre : Éviter les produits chimiques irritants ou allergènes Application d'une pommade hydratante sur les coussinets plantaires Utilisation d'anti-inflammatoires et/ou d'analgésiques sous prescription vétérinaire Changement d'environnement pour réduire l'humidité ou le froid autour de la patte affectée Traitement de l'arthrite Enfin, si votre chat souffre d'arthrite, consultez un vétérinaire pour établir un protocole de prise en charge adapté. Cela peut inclure : Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et/ou analgésiques pour soulager la douleur Compléments alimentaires pour soutenir la santé des articulations (glucosamine, chondroïtine) Adaptations de l'environnement pour faciliter les déplacements du chat (litière surélevée, rampes, coussins) Perte de poids chez les chats en surpoids En conclusion, il existe différentes causes pouvant expliquer la présence d'une patte gonflée chez un chat, chacune nécessitant une attention particulière et un traitement spécifique. Il est donc important de consulter un vétérinaire dès que possible pour poser un diagnostic précis et assurer la santé et le bien-être de votre compagnon à quatre pattes.
  5. Le National Geographic a publié sa sélection de l’année 2023 de meilleures photographies d’animaux sauvages prises par les photographes du magazine. « Les images sélectionnées cette année reflètent la grande variété des histoires que nous avons racontées en termes d’espèces, d’écosystèmes, de géographies et de styles photographiques, qui entreprennent de transmettre l’émerveillement, la surprise, l’humour et la vulnérabilité des créatures avec lesquelles nous partageons notre planète », - ainsi présente la sélection Alexa Keefe, responsable visuelle pour l’Histoire naturelle et les récits de conservation chez National Geographic. Vous pouvez en apprendre plus sur le contexte de chacune de ces images en consultant l’article consacré à cette sélection sur le site de Nationalgeographic et les pages de ses photographes. 1. Un bébé loutre de mer cherche des crabes ou des escargots. Crédit photo : ©Ralph Pace, National Geographic 2. Des gardiens inuvialuits déplacent la dernière harde de caribous en liberté du Canada. Crédit photo : ©Katie Orlinsky, National Geographic 3. Des lycaons de la meute de Mpopo se battent près de leur tanière, dans le lit d'une rivière asséchée. Crédit photo : ©Thomas Peschak, National Geographic 4. Une araignée du genre Cupiennius perchée sur une fleur de bananier en Équateur. Crédit photo : ©Javier Aznar, National Geographic 5. Dans les Highlands écossais, les lièvres, qui deviennent blancs en hiver pour se camoufler, apparaissent plus facilement au milieu des paysages désormais plus sombres en l'absence de neige. Crédit photo : ©Andy Parkinson, National Geographic 6. Un groupe d'orques en train de chasser un phoque en utilisant une technique unique : les prédatrices foncent sur la glace puis pivotent sur le côté à l'unisson, créant une vague assez puissante pour faire tomber leur proie du morceau de banquise sur lequel elle se réfugie. (Prix du concours Wildlife Photographer of the Year, organisé chaque année par le Muséum d’Histoire naturelle de Londres) Crédit photo : ©Bertie Gregory, National Geographic 7. Une fourmi de l'espèce Dorylus mayri photographiée en Afrique de l'Ouest. Crédit photo : ©Eduard Florin Niga, National Geographic 8. Des œufs de phasmes, des insectes connus pour leur apparence rappelant celle d'un bâton ou d'une feuille. Crédit photo : ©Levon Biss, National Geographic 9. Un éléphant d'Asie qui enjambe une clôture électrique à la lisière du parc national de Kaudulla, au Sri Lanka. Crédit photo : ©Brent Stirton, National Geographic 10. Zoubia, un circaète Jean-le-Blanc blessé accidentellement par un chasseur et hébergé désormais à la clinique New Hope, un centre de réhabilitation pour animaux sauvages situé à Amman, en Jordanie. Crédit photo : ©Muhammed Muheisen, National Geographic 11. Avant d'être reconverti dans la production de thé à la fin du 19e siècle, ce domaine situé à Valparai, en Inde, était un habitat forestier pour les éléphants d'Asie. Aujourd'hui, plus d'une centaine d'éléphants cohabitent avec les près de 70 000 personnes qui vivent et travaillent à proximité. Crédit photo : ©Brent Stirton, National Geographic 12. Un renard arctique cherche des restes sur la carcasse d'un renne, une source de nourriture très recherchée en hiver. Crédit photo : ©Stefano Unterthiner, National Geographic 13. Des lamantins de Floride se rassemblent sur un fond sablonneux près de Homosassa Springs, où l'eau est chaude en hiver. Crédit photo : ©Jason Gulley, National Geographic 14. Un coq hollandais huppé élevé pour des concours. Crédit photo : ©Alex Ten Napel, National Geographic 15. Cette plante endémique (Macarenia clavigera) devient rouge à la lumière du soleil, mais reste verte dans les cours d'eau ombragés (la Serranía de La Macarena, une chaîne de montagnes située au nord-ouest de Chiribiquete). Crédit photo : ©Thomas Peschak, National Geographic 16. La chasse et la perte d'habitat ont réduit les populations d'ocelots à quelques centaines d'individus dans le sud du Texas. Les scientifiques espèrent cependant piéger des petits félins comme Javier (photographié ici), et ce afin de les élever en captivité. Crédit photo : ©Karine Aigner, National Geographic 17. Des poissons-cardinaux et des hachettes cuivrées tourbillonnent autour d'un éventail de mer recouvert de crinoïdes ( L’archipel Raja Ampat, les îles de Wayag). Crédit photo : ©David Doubillet, National Geographic 18. Fatu, l'un des deux derniers rhinocéros blancs du Nord (la réserve Ol Pejeta, au Kenya). Crédit photo : ©Ami Vitale, National Geographic
  6. L'hiver est une période de l'année durant laquelle il convient de prendre soin de son cheval, notamment pour le protéger du froid. Les températures froides, les conditions météorologiques extrêmes, et la diminution de l'accès à la nourriture fraîche peuvent tous avoir un impact sur la santé et le bien-être de votre cheval. Il s'agit d'une période difficile pour les chevaux. Comment prendre soin de son cheval en hiver ? Quels sont les bons gestes à adopter pour protéger un cheval du froid ? Dans cet article, nos experts animaliers vous donnent des conseils et solutions pour vous aider à garder votre cheval en bonne santé pendant la saison hivernale. Adapter l'alimentation du cheval en hiver Pendant l’hiver, les besoins énergétiques du cheval augmentent. Il est donc nécessaire d’adapter son alimentation. Proposez-lui un apport en fourrage plus important, car cela lui procure une source importante de chauffage issu de la fermentation intestinale. Pensez également à ajouter des compléments alimentaires, comme des vitamines et des minéraux, pour lui fournir un maximum d’énergie. En effet, il est important de favoriser les rations riches en fibres afin de mieux répondre aux besoins nutritionnels des équidés lors de la période. Une alimentation riche en fibres est essentielle pour les chevaux qui vivent à l'extérieur pendant l'hiver. Les fibres favorisent en effet la production de chaleur interne lorsqu'elles sont digérées. Vous pouvez ainsi intégrer davantage de foin et de paille dans les rations de votre cheval durant cette période. Voici quelques conseils pour vous aider à adapter son alimentation en fonction des conditions hivernales : Augmenter la quantité de foin offert au cheval afin de compenser la diminution du temps passé au pâturage. Mettre à disposition une source d'eau tiède ou utiliser un dispositif de chauffage pour l'eau afin d'éviter que celle-ci ne gèle et encourager l'animal à boire régulièrement. Ne pas hésiter à consulter un vétérinaire ou un spécialiste de l'alimentation équine pour adapter la ration du cheval en fonction de son âge, de son poids et de sa condition physique. N'hésitez pas à consulter des spécialistes la boutique en ligne Classequine.com par exemple pour obtenir des conseils sur-mesure sur les soins pour chevaux et compléments alimentaires. Maintenir une routine quotidienne et un cheval actif L'hivernage du cheval ne signifie pas l'arrêt de toute activité équestre ou physique, bien au contraire. L'animal a besoin de se dépenser et de bouger dans de bonnes conditions. Les longues périodes d'inactivité pendant l'hiver peuvent causer des problèmes de santé chez votre cheval, notamment l'ennui, la prise de poids et la perte de muscle. Pour éviter cela, il est donc essentiel de maintenir un programme d'exercice régulier Mais certains pièges peuvent dégrader la santé de votre animal ou entraîner une blessure en hiver, voici quelques exemples : les sols peuvent être glissants, un cheval mouillé peut avoir froid, les muscles requièrent un échauffement et les sabots et pieds du cheval sont plus fragiles. C'est pourquoi, il est important d'adapter la pratique de l'équitation aux conditions hivernales si vous souhaitez monter votre cheval. Voici quelques conseils pour adapter vos séances en hiver et assurer une activité physique régulière au cheval malgré le froid. Idéalement, une séance doit suivre les étapes suivantes : Une phase d'échauffement où le cheval marche au pas et au trot sur de courtes distances. Une séance de travail proprement dite où l'on peut améliorer la condition physique, la souplesse et l'endurance du cheval. Une phase de récupération pour éviter qu'il attrape froid durant les sorties. Aussi, le choix des exercices en été et en hiver n'est pas forcément le même. Il est recommandé de privilégier des exercices qui favorisent la circulation sanguine et permettent au cheval de bien chauffer ses muscles. L'équitation en terrain varié. Les étirements musculaires. Les transitions entre pas, trot et galop. En d'autres termes, il faut favoriser des exercices qui gardent votre cheval actif sans le mettre en danger, comme les promenades, le travail à la longe ou les jeux éducatifs avec vous. Protéger le corps de votre cheval avec une couverture Le froid et les conditions humides peuvent causer des problèmes pour la peau, les sabots et les articulations de votre cheval. Voici quelques mesures préventives à mettre en place pour protéger les parties corporelles les plus exposées au froid en hiver : Vérifier régulièrement l'état de la robe du cheval, en surveillant tout signe d'infection cutanée, de perte de poils ou de démangeaisons. Brosser régulièrement le cheval pour aider à répartir les huiles naturelles sur la peau et favoriser une bonne circulation sanguine. Inclure un produit adapté pour améliorer la santé et la solidité des sabots dans l'alimentation quotidienne. Huiler et entretenir régulièrement les sabots du cheval pour éviter les infections et les fissures. Penser à utiliser des couvertures imperméables pour protéger votre cheval du froid et de l'humidité. Pour protéger physiquement votre cheval des intempéries et prévenir les risques de maladies, il est conseillé d'utiliser une couverture adaptée à ses besoins et au climat. En effet, les couvertures pour chevaux permettent de lutter efficacement contre le froid et donc de garder les chevaux au chaud. Il existe différents types de couvertures que vous pouvez utiliser selon les situations : La couverture pour boxes, qui protège le cheval du froid lorsque celui-ci réside en intérieur. La couverture imperméable, idéale pour les chevaux vivant à l'extérieur et pour résister à la pluie et la neige. Le couvre-cou, qui permet de protéger la zone du cou du cheval contre le froid et les rafales de vent. Lors du choix de cet équipement, veillez à sélectionner la couverture qui convient le mieux en fonction de l'épaisseur de la toison du cheval et des conditions météorologiques. Veiller au bon état et à l'entretien des sabots L'hiver représente également un moment propice à l'apparition de problèmes au niveau des sabots du cheval. Il faut dire qu'entre l'humidité, la pluie ou encore le gel, les agressions sont multiples en hiver. Pendant la saison froide, il faut donc être particulièrement vigilent à toute dégradation des pieds et sabots chez les chevaux. Voici quelques actions à mener pour faire l'entretien du pied du cheval en hiver : Nettoyer quotidiennement les sabots et les vérifier pour détecter la présence éventuelle de fissures ou de lésions susceptibles d'infecter la corne. Faire appel au maréchal-ferrant régulièrement pour maintenir les sabots en bon état. Mettre des protections sur les pieds de votre animal lorsqu'il se trouve dans des conditions humides ou boueuses. Surveiller régulièrement l'état de santé du cheval Il est crucial d'être attentif à l'état de santé général de votre cheval tout au long de la saison hivernale. Comme les humains et les autres animaux, le froid a des effets sur la santé. Généralement, les chevaux peuvent tomber plus souvent malades en hiver. Certains signes et comportements de language du cheval peuvent vous alerter sur une éventuelle maladie. Il faut donc rapidement s'alarmer en cas de signes suspects tels que : Toux chronique. Perte excessive de poids. Signes de déshydratation. Vous devez alors rapidement consulter un vétérinaire spécialisé afin d'identifier et traiter d'éventuels problèmes de santé. Favoriser un hébergement adapté en fonction du climat : l'abri pour le cheval Enfin, la protection du cheval contre le froid passe également par l'aménagement d'un abri adapté à ses besoins. S'assurer que votre cheval ait un abri adéquat en hiver est crucial pour sa santé et son bien-être. Il existe plusieurs options d'hébergement, allant des écuries intérieures aux abris naturels ou construits dans les pâturages. La meilleure option dépendra de la race, du tempérament et de l'état de santé de votre cheval. Faire le choix d'un box ou d'un paddock en écurie L'hébergement en écurie présente certains avantages en hiver, notamment une protection contre le froid, le vent, la pluie et la neige. Cependant, il faut veiller à ce que l'environnement de l'écurie soit adapté : Assurez-vous d'une bonne ventilation, tout en évitant les courants d'air pour limiter les risques de maladies respiratoires. Maintenez la propreté de l'écurie avec un nettoyage régulier et une désinfection approfondie entre les périodes d'utilisation. Fournissez suffisamment d'espace pour permettre à votre cheval de se coucher et de bouger librement. Installer un abri extérieur pour chevaux Pour les chevaux résistants au froid, un abri extérieur peut être plus approprié si vous disposez de votre propre terrain. Néanmoins, il est important que cet abri soit bien conçu : Il doit offrir une protection adéquate contre les intempéries, comme un toit solide et des parois latérales. Un contrôle régulier de l'abri doit être réalisé pour s'assurer qu'il est toujours en bon état et fonctionnel. L'abri doit être facilement accessible pour le cheval, même lorsqu'il y a de la neige ou du verglas au sol. En suivant ces conseils, vous aiderez votre cheval à rester heureux et en bonne santé pendant l'hiver. Il s'agit d'une saison longue pour ces animaux car les journées sont plus courtes, la météo ne permet pas une activité physique optimale et ils sont souvent dans leur abri.
  7. L'euthanasie d'un chien est une décision difficile et émotionnelle pour tout propriétaire d'animal. Il est crucial de considérer tous les aspects avant de prendre cette décision finale. Dans cet article, nous aborderons les étapes à suivre pour déterminer si l'euthanasie est la meilleure option pour votre chien. Comprendre l'euthanasie du chien L'euthanasie est un acte médical visant à mettre fin à la vie d'un animal de manière rapide et indolore. Elle implique généralement l'injection d'une dose mortelle d'anesthésique, ce qui provoque une perte de conscience suivie d'une cessation des fonctions vitales. Cette décision peut être prise afin de soulager la souffrance d'un chien dont la qualité de vie est gravement compromise et qui ne pourra pas s'améliorer avec un traitement. Cela peut également être nécessaire si l'animal présente un danger pour les autres animaux ou les personnes à cause d'un comportement agressif ingérable, ou en cas de maladie contagieuse incurable. Le choix d'assister ou pas à la procédure n'appartient qu'à vous, c'est une décision très personnelle. Sachez aussi que si vous ne souhaitez pas être présent dans la salle au moment de l'acte même, vous pouvez demander à rester un moment près de votre chien après son décès. Généralement, avant de commencer, le vétérinaire explique le déroulement de son intervention. Le plus souvent la procédure comprend 2 injections : la première, administrée dans les muscles, sert à assoupir l'animal et enlever toute douleur. La seconde, intra-veineuse, arrête la respiration et la fonction cardiaque. Elle contient des anesthésiques puissants qui agissent en quelques secondes sur un corps déjà endormi et inconscient. Le protocole est conçu pour que l'animal ne ressente aucun stress et aucune douleur. Quelques mouvements que l'on peut parfois observer sont des simples reflexes. Dix minutes après la deuxième injection, le vétérinaire procède à la vérification pour s'assurer que le chien a décédé. Si vous souhaitez, vous pouvez vous renseigner sur la possibilité d'euthanasier votre chien à votre domicile, pour éviter à votre chien le stress et les souffrances dus au déplacement. Il en va de soi, l'euthanasie à domicile ne peut être pratiqué que par un vétérinaire. Evaluer la qualité de vie du chien et reconnaître les signes de souffrance Pour prendre la décision d'euthanasier votre chien, il est important d'évaluer sa qualité de vie en prenant en compte différents critères : Souffrance physique : est-ce que votre animal souffre physiquement et dans quelle mesure ? Est-il capable de se déplacer, de respirer, de manger et de boire normalement ? Douleur : la douleur peut-elle être gérée grâce aux médicaments ou d'autres traitements ? Si ce n'est pas le cas, l'euthanasie peut être envisagée pour éviter de prolonger inutilement la souffrance de votre chien. Fonctionnement mental : un animal atteint de démence, de troubles neurologiques graves ou de troubles comportementaux incontrôlables peut avoir une très mauvaise qualité de vie et devenir dangereux pour son entourage. Il en va de soi, la douleur et faiblesse physique ne constituent pas en soi une raison suffisante pour choisir l'euthanasie. C'est une solution de dernier recours qui peut être prise lorsqu'il n'y a plus d'espoir que l'état de l'animal s'améliore. Les contextes classiques dans lesquels il est tout à fait légitime de se poser la question, si on constate les souffrances exposées plus haut, sont les suivants : le chien est trop âgé le chien souffre d'une maladie grave et/ou incurable le chien est victime d'un grave accident le chien est très agressif et ne change pas de comportement malgré les efforts de socialisation (dans le cas d'une évaluation d'un chien agressif par un vétérinaire agrée, la loi prévoit l'éventualité de l'euthanasie si le chien représente un danger grave et immédiat) Consulter un vétérinaire Un vétérinaire est la meilleure personne pour vous aider dans cette décision difficile. En tant qu'expert en soins des animaux, il sera en mesure de vous donner des recommandations sur les possibilités de traitement de votre chien et sur son pronostic. Il pourra également vous informer sur les options d'euthanasie disponibles et les procédures associées à cette intervention. Comme pour toute décision médicale importante, il peut être utile de demander l'avis d'un autre vétérinaire afin d'être sûr que toutes les possibilités ont été explorées et que l'euthanasie est bien la meilleure option. Se préparer émotionnellement à l'euthanasie et au deuil Il est crucial d'être prêt émotionnellement avant de prendre la décision d'euthanasier votre chien. Voici quelques étapes qui peuvent vous aider : Accepter la réalité Faire face à la mort d'un être cher est toujours déchirant, surtout lorsqu'il s'agit de notre animal de compagnie. Accepter la réalité que l'animal est atteint d'une maladie grave, incurable ou qu'il souffre est essentiel pour pouvoir avancer. Exprimer vos émotions C'est normal de ressentir différentes émotions intenses (tristesse, colère, frustration, peur) pendant cette période difficile. Ne gardez pas ces sentiments pour vous, parlez-en à des personnes proches ou à des groupes de soutien qui peuvent vous aider à traverser cette épreuve. Planifier et personnaliser la procédure d'euthanasie Parler avec votre vétérinaire pour planifier l'euthanasie peut aider à réduire l'anxiété. Cela inclut la prise de décisions sur où et comment cela se déroulera (à domicile ou à la clinique) ainsi que les aspects entourant la gestion du corps (crémation ou inhumation). Préparer l'euthanasie de son chien : aspects pratiques Si vous avez pris la difficile décision d'euthanasier votre chien, voici quelques points importants à considérer pour vous préparer au mieux : Choisir le lieu : certaines cliniques vétérinaires offrent l'option de pratiquer l'euthanasie à domicile, ce qui peut être plus confortable pour votre chien et moins stressant pour vous. Si ce n'est pas possible, vérifiez au préalable les installations de la clinique pour vous assurer qu'elles répondront à vos besoins. Prévoir du temps : assurez-vous de prévoir suffisamment de temps pour dire adieu à votre chien et le soutenir lors de ses derniers moments. Les horaires des rendez-vous chez le vétérinaire ne sont pas toujours flexibles, prenez donc le temps nécessaire pour vous organiser. Organiser les funérailles : il existe plusieurs options pour la sépulture de votre chien, comme l'inhumation à domicile, dans un cimetière d'animaux ou la crémation. Réfléchissez en amont à vos préférences et demandez conseil au vétérinaire si nécessaire. Gérer le deuil de son chien sans culpabilité Le processus de deuil après l'euthanasie d'un animal est différent pour tout le monde. Néanmoins quelques conseils issus de l'expérience de ceux qui ont passé par cet étape difficile pourront peut-être vous aider. Prenez le temps dont vous avez besoin pour pleurer et ressentir vos émotions. Les propriétaires d'animaux constatent souvent que la souffrance causée par le départ de nos compagnons à poil est sous-estimée dans la société. Il est pourtant important de s'autoriser toute expression de la douleur et libérer les émotions. Pour soulager votre douleur, vous pouvez penser aux moments heureux partagés avec votre animal, cela peut apporter un certain réconfort. Pourquoi pas créer un album photo, écrire un poème en son honneur, ou simplement conserver un souvenir particulier de lui à portée de main. Contre tout raisonnement rationnel, les propriétaires qui ont fait recours à l'euthanasie de son chien ressentent souvent de la culpabilité. Dans ces moments-là, il est primordial de se rappeler tout ce que vous avez fait pour votre ami, ainsi que les raisons de votre décision et votre obligation morale de réduire la souffrance de votre protégé en tant que son responsable. Dites-vous que l'option de prolonger sa vie dans la douleur serait beaucoup plus "égoïste" que la décision que vous avez dû prendre. N'oubliez pas que vous pouvez trouver du soutien auprès d'autres amoureux des animaux. Partagez vos sentiments avec des amis, des membres de la famille ou des collègues qui ont également connu la perte d'un animal. Les groupes de soutien, les forums en ligne et les ressources vétérinaires sont également des options pour trouver du réconfort. Parfois, les proches suggèrent aux personnes qui traversent le deuil de leur chien d'adopter un nouvel animal. Si vous ressentez une réticence par rapport à cette idée, c'est tout à fait normal. Se donner le temps de vivre le deuil est crucial avant d'envisager d'accueillir un nouveau compagnon dans sa vie. Prenez le temps nécessaire pour guérir et ne vous sentez pas pressé d'adopter un autre animal. Malgré la tristesse et l'éventuelle culpabilité qui peuvent accompagner la décision d'euthanasier son chien, il faut toujours se rappeler que cette démarche est dictée par amour et souci du bien-être de notre compagnon. En étant attentif à ses signes de détresse, en consultant un professionnel et en adoptant une approche saine face au deuil, nous pouvons surmonter cette épreuve et conserver les merveilleux souvenirs de nos animaux aimés. Pour conclure, la décision d'euthanasier son chien est une étape douloureuse qui doit être prise avec réflexion et compassion. N'hésitez pas à consulter des professionnels et à discuter de cette situation avec des personnes de confiance pour vous soutenir dans ce choix difficile.
  8. Merci. Le retour à Forumactif vient d'être fait pour votre forum. Bonne continuation ! Cordialement
  9. Bonjour, Pourriez-vous s'il vous plaît me confirmer par MP l'adresse email de fondation de votre forum https://amisdesamis.forumgratuit.fr/ ? En vous remerciant, Cordialement
  10. Le foin est l'élément essentiel dans l'alimentation du lapin, mais que faire si son lapin refuse de manger du foin ? Beaucoup de propriétaires de lapins se trouvent désarmés lorsqu'ils constatent que leur NAC n'est pas du tout disposé de consommer le bon foin choisi par leurs soins. Est-ce que c'est mauvais pour sa santé si le lapin ne mange pas de foin ? Pour quelles raisons un lapin peut-il refuser ce type d'alimentation ? Comment inciter son lapin à manger du foin en bonne quantité ? Dans cet article, nous allons explorer les différentes causes qui pourraient expliquer cette situation et vous proposer des solutions adaptées. Les raisons pour lesquelles le foin est si important pour les lapins Avant d'entrer dans le vif du sujet, il est primordial de comprendre pourquoi le foin représente une part importante de l'alimentation d'un lapin domestique. Tout d'abord, il s'agit d'un aliment naturel, particulièrement riche en fibres et en nutriments essentiels. De plus, la consommation régulière de foin permet de bien structurer la dentition des lapins et offre une activité quotidienne à l'animal. Maintien de la santé dentaire chez les lapins Les dents des lapins poussent constamment tout au long de leur vie. Il est donc fondamental qu'ils disposent d'une alimentation abrasive qui permette de limer régulièrement leurs dents. Le foin est idéal pour cela car il contient des fibres abrasives nécessaires à l'usure des incisives et des molaires. Si un lapin ne consomme pas assez de foin, ses dents peuvent alors continuer à pousser et provoquer des problèmes tels que des abcès ou des infections gingivales. Satisfaction des besoins nutritionnels Le foin est un élément clé du régime du lapin, car il apporte non seulement les nutriments essentiels, mais également des composés bioactifs bénéfiques pour la santé. Par exemple, les phytonutriments présents dans le foin sont connus pour leurs propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et immunostimulantes. Prévention de l'obésité Le foin est une excellente source de fibres et constitue un aliment volumineux, ce qui permet de fournir aux lapins une sensation de satiété tout en restant faible en calories. Cela permet ainsi de prévenir la prise de poids excessive et l'obésité chez les lapins. Les dangers si le lapin ne mange pas son foin Une consommation insuffisante de foin va provoquer chez le lapin des carences nutritionnelles très dangereuses pour sa santé. Même s'il est possible de remplacer une partie de foin, il n'est pas question de supprimer complètement cette source de nutriments du régime alimentaire de votre protégé. Le foin doit représenter au minimum 70 % de la ration journalière du lapin. Troubles gastriques Un manque de consommation de foin peut entraîner divers problèmes digestifs chez les lapins. Les fibres insolubles contenues dans le foin empêchent la formation de blocages intestinaux et garantissent une digestion régulière et saine. Un déficit en fibres augmente donc le risque d'iléus et de stase colique, deux conditions potentiellement fatales pour les lapins. Malocclusion dentaire Comme mentionné précédemment, le foin joue un rôle crucial dans l'usure des dents des lapins. La malocclusion dentaire résulte d'une croissance excessive des dents et peut provoquer des complications graves telles que des difficultés à manger ou à boire, des infections gingivales ou des abcès dentaires. Carence en nutriments essentiels Si un lapin ne mange pas suffisamment de foin, il peut également être confronté à une carence en nutriments essentiels tels que les vitamines, les minéraux et les protéines. Cela peut causer une baisse d'énergie, un retard de croissance, une faiblesse du système immunitaire et des problèmes de santé à long terme. Causes possibles du refus du lapin de manger son foin Qualité du foin proposé L'une des raisons principales pour lesquelles votre lapin pourrait ne pas vouloir manger de foin est simplement due à la qualité du produit. En effet, certaines variétés de foin peuvent être moins appétissantes pour les lapins, notamment si elles sont trop poussiéreuses ou présentent des brins trop durs. Veillez donc à toujours choisir un foin de bonne qualité, avec des brins verts et frais. Problèmes dentaires chez le lapin Les problèmes dentaires sont courants chez les lapins, et peuvent être à l'origine de leur refus de manger du foin. Une visite chez le vétérinaire est nécessaire pour vérifier la santé bucco-dentaire de l'animal et identifier d'éventuelles anomalies qui pourraient être douloureuses pour le lapin. Concurrence alimentaire Si votre lapin a accès à d'autres types d'aliments tels que des granulés en grande quantité ou des légumes, il peut être amené à délaisser le foin au profit de ces alternatives plus appétissantes. Dans ce cas, il convient de rééquilibrer son alimentation en limitant la consommation de ces autres produits pour favoriser la consommation de foin. Solutions pour encourager la consommation de foin chez le lapin Variété et fraîcheur du foin Pour inciter votre lapin à manger davantage de foin, n'hésitez pas à lui proposer différentes variétés. En changeant régulièrement la composition du foin proposé, vous stimulerez son appétit et l'inciterez à goûter à chaque nouvelle présentation. Pensez aussi à renouveler régulièrement son foin, pour assurer la qualité et la fraîcheur du produit. Disposition du foin dans la cage La manière dont le foin est disposé dans la cage du lapin peut influencer sa consommation. Veillez donc à ce que le foin soit facilement accessible et dans un endroit propre, pour encourager l'animal à venir manger. Il est également possible de multiplier les points d'accès au foin dans la cage ou l'espace de vie du lapin pour stimuler sa curiosité. Proposition de granulés en complément Les granulés peuvent être proposés comme complément alimentaire pour encourager votre lapin à consommer du foin. Néanmoins, il est important de veiller à ne pas surcharger son alimentation avec des granulés trop riches, qui pourraient nuire à sa santé. Privilégiez des granulés faibles en protéines et en matières grasses, et consultez un vétérinaire pour déterminer la quantité appropriée à donner à votre animal. Enrichir l'environnement du lapin avec des jouets Pour inciter davantage votre lapin à s'intéresser à son foin, vous pouvez essayer d'intégrer des jouets spécifiques qu'il pourra manipuler. Des balles en osier, des tunnels en carton garnis de foin ou encore des distributeurs de foin interactifs peuvent rendre cette activité plus ludique pour l'animal. Vérifier la santé générale du lapin Si malgré toutes ces astuces votre lapin persiste à refuser de manger du foin, il est indispensable de consulter un vétérinaire spécialisé en NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie) pour vérifier que cela n'est pas dû à un problème de santé sous-jacent. Une anorexie prolongée peut en effet entraîner des complications potentiellement graves pour l'animal. En résumé, il est essentiel de veiller à proposer un foin de qualité à votre lapin et de varier les présentations pour stimuler son appétit. De plus, une alimentation équilibrée et adaptée, ainsi qu'un environnement enrichi avec des jouets incitant à la consommation de foin, sont autant de facteurs clés pour favoriser son bien-être au quotidien.
  11. Bonjour, votre forum est en ligne via son url habituel. Au besoin, pour une réinitialisation de votre mot de passe de fondateur, adressez-vous, comme habituellement, directement au forum de support Forumactif. Bien cordialement.
  12. Bonjour, En effet, le retour vers Forumactif est possible. Nous essayerons de faire le transfert vers Forumactif le plus rapidement possible, je vous tiendrai au courant. Cordialement
  13. Le loup risque-t-il de perdre son statut d’espèce protégé ? La confrontation entre ceux qui sont pour et contre la révision des mesures de protection du loup en Europe s’intensifie. Après l’annonce d’une possible modification du statut de protection du loup au sein de l’UE faite dans le communiqué de presse de la Commission européenne le 4 septembre 2023, le premier débat commence ce mardi 12 septembre 2023 au Parlement européen. Les propos de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen cités dans le communiqué annoncent déjà la couleur en ciblant le loup comme un « réel danger ». « La concentration de meutes de loups dans certaines régions européennes est devenue un réel danger pour le bétail et, potentiellement, pour les humains », a déclaré la présidente en invitant les autorités locales et nationales à « prendre les mesures qui s'imposent ». La Commission constate une augmentation de conflits avec les agriculteurs et chasseurs et vise à obtenir de la part de toutes les parties prenantes des données récentes sur l’évolution des populations de loups et l’impact de leur présence sur les activités humaines. La collecte de nouvelles données est prévue jusqu’à 22 septembre 2023. À l’issue de cette phase, et en fonction des données actualisées, la Commission prévoit à réexaminer le cadre juridique de la protection du loup en Europe et éventuellement modifier le statut de l’espèce. Si actuellement les populations de loups en Europe bénéficient, dans la majorité de cas, d’une « protection stricte » règlementée par la directive européenne « Habitats, faune, flore » de 1992 (assortie de possibilités de dérogation) ce régime de protection peut être rendu plus flexible au vu des derniers chiffres présentés à la Commission Européenne. Le sujet divise profondément la société et risque de provoquer des vifs débats au Parlement européen, tout comme dans la sphère médiatique. La réaction des défenseurs de l’environnement face à la position d’Ursula von der Leyen sur la protection du loup Le WWF a déjà signé avec 7 autres ONG de protection de la nature une lettre ouverte adressée à la Présidente de la Commission Européenne et publiée le 11 septembre 2023. Les associations signataires de ce texte qualifient le message contenu dans le communiqué de presse de la Commission Européenne comme « trompeur » et anticipant sur les résultats de la consultation publique. “Les loups ne représentent pas un problème dangereux pour les humains. Les loups ne voient pas les humains comme des proies. Par ailleurs, les dégâts causés dans les élevages sont souvent liés à un manque de surveillance adéquate et/ou de protection physique”, insistent les militants tout en s’indignant du fait que la Commission a prévu 18 jours seulement pour collecter les données sur les problèmes liés au retour des loups sur le territoire européen : « Les lignes directrices pour une meilleure réglementation exigent que toutes les parties prenantes disposent d’un délai raisonnable pour apporter des contributions éclairées et efficaces. » En France, les associations FERUS (Première association nationale de protection et de conservation de l'ours, du loup et du lynx en France) , ASPAS (L’Association pour la protection des animaux sauvages et du patrimoine naturel ) et SFEPM ( la Société française pour l'étude et la protection des mammifères ) ont réagi également à l’intervention d’ Ursula von der Leyen avec un communiqué virulent. En traitant la déclaration de la Présidente de la Commission Européenne « d'un niveau rare d'ignorance et d'irresponsabilité », ils déplorent l’absence totale d’une base scientifique pour affirmer que le loup est un danger pour les humains. « Il n'existe aujourd'hui aucun témoignage sérieux d'attaque de loup sur l'homme en Europe », précise le collectif des signataires français. « Nos associations continueront de soutenir qu'une cohabitation apaisée avec l'élevage et les humains est possible et que le retour du loup est une chance pour nos écosystèmes. Elles rappellent que seules les mesures de protection (berger, chiens de protection, filets électriques notamment) sont efficaces pour protéger les troupeaux. » La réaction au sein du réseau agricole Dans l’autre camp, les représentants de l’univers agriculteur s’expriment en faveur de la démarche de la Commission. Ainsi, Jean-Marie Bernard, Président du Département des Hautes-Alpes, a soutenu qu’elle a un réel fondement et une vraie légitimité. Dans son communiqué de presse diffusé presque immédiatement après l’annonce litigieuse de l’institution européenne, il affiche son soutien à la modification du statut de l’espèce : « Seule une révision du statut de protection du loup permettra de redonner espoir aux éleveurs et de faciliter leur travail. Je salue la prise de position de la Présidente de l’Union et l’encourage à aller au bout de sa démarche. » Marc Fesneau, le ministre de l’Agriculture, est sur la même longueur d’ondes. « Je félicite @vonderleyen pour cette prise de position courageuse et lucide », s’est-il exprimé dans son Tweet sur la polémique autour du changement du régime de protection du loup. « Cela conforte la stratégie que je défends dans le futur Plan loup, à savoir une réévaluation basée sur des donné es scientifiques du statut de l’espèce en question, tout en tenant compte de manière plus approfondie des enjeux de l’élevage. »
  14. Les propriétaires de chats ont souvent l'impression que leurs animaux de compagnie sont parfois rancuniers et cherchent à se venger d'eux pour une raison ou une autre. Est-ce vraiment le cas ? Dans cet article, nous allons explorer les raisons possibles derrière ce comportement perçu comme vengeur et vous aider à mieux comprendre votre petit félin. La vengeance chez les chats : mythe ou réalité ? Il est courant d'entendre des histoires de chats qui semblent avoir un comportement de vengeance envers leur maître : uriner sur le lit après une absence prolongée, griffer les meubles pour attirer l'attention, voire même faire tomber des objets exprès. Cependant, il faut savoir que la vengeance est un concept humain et qu'il est peu probable que les chats agissent réellement par esprit de revanche. Les humains ont tendance à attribuer des intentions et des sentiments humains aux animaux, mais les chats n'ont pas les mêmes émotions que nous. Les comportements de vengeance sont généralement basés sur la colère ou le ressentiment, deux émotions qui ne sont pas présentes chez les chats. En réalité, ces comportements sont généralement liés à des besoins non satisfaits ou à de l'anxiété. Si un chat urine en dehors de sa litière, il essaie probablement de communiquer un problème médical ou environnemental. De même, si un chat attaque son propriétaire, cela peut être dû à un stress ou une frustration sous-jacente. Les chats sont des animaux sensibles aux changements dans leur environnement, et les modifications de votre emploi du temps ou de votre relation avec eux peuvent les affecter émotionnellement. Ainsi, ils manifestent leur mécontentement ou leur stress par des actions qui peuvent être interprétées comme de la vengeance, mais qui sont en fait des appels à l'aide. Les causes générales des comportements "vengeurs" chez les chats Le manque d'attention L'une des raisons les plus courantes pour lesquelles un chat peut adopter un comportement "vengeur" est qu'il se sent délaissé et cherche à attirer votre attention. Si vous passez moins de temps avec lui, que ce soit en raison d'un nouvel emploi, d'un déménagement ou d'une absence prolongée, il peut se sentir anxieux et chercher à vous montrer son mécontentement. Dans ces cas-là, le chat peut griffer les meubles, miauler sans cesse ou uriner en dehors de sa litière pour attirer votre attention. Il est important de comprendre que ces actions ne sont pas dirigées contre vous personnellement, mais qu'elles sont plutôt un moyen pour votre animal de communiquer avec vous. La jalousie Les chats peuvent également être jaloux, surtout s'ils doivent partager leur territoire ou leur maître avec un autre animal. Cette jalousie peut se manifester par des comportements agressifs envers l'autre animal, mais aussi par des actions qui semblent être dirigées contre vous, comme uriner sur vos affaires ou griffer vos meubles. Pour éviter ce type de situation, il est essentiel d'accorder autant d'attention à chaque animal et de veiller à ce qu'ils aient chacun leur propre espace dans la maison. N'hésitez pas non plus à les récompenser lorsqu'ils se comportent bien ensemble et à les encourager à jouer ensemble. Le stress Comme mentionné précédemment, les changements dans l'environnement du chat peuvent provoquer du stress, ce qui peut entraîner des comportements "vengeurs". Il est donc important d'identifier les sources de stress pour votre animal et de mettre en place des solutions pour l'aider à se sentir mieux. Voici quelques exemples de situations stressantes pour un chat : Déménagement ou changement d'environnement Absence prolongée du maître Arrivée d'un nouvel animal ou d'un bébé dans la maison Bruit excessif ou travaux à proximité Si vous pensez que votre chat est stressé, consultez un vétérinaire ou un spécialiste en comportement animal pour discuter des solutions possibles. Quelques raisons spécifiques selon les actions du chat qui "se venge" Les raisons derrière l'urination inappropriée Lorsqu'un chat urine en dehors de sa litière, cela est souvent perçu comme un acte de vengeance. Cependant, en plus des raisons déjà évoquées, vous devriez vérifier les pistes suivantes pour mieux comprendre ce comportement : Problèmes médicaux : Si votre chat souffre d'une infection urinaire ou d'autres problèmes de santé, il peut avoir du mal à se rendre à la litière à temps ou ressentir de l'inconfort lorsqu'il essaie d'utiliser la litière. Consultez votre vétérinaire pour écarter cette possibilité. Problèmes de litière : Un chat peut refuser d'utiliser une litière sale ou malodorante. Assurez-vous de nettoyer régulièrement la litière et de la changer au besoin. Stress : Les changements dans l'environnement, l'introduction d'un nouvel animal ou même un déménagement peuvent causer du stress à votre chat, qui peut alors manifester son mécontentement en urinant en dehors de sa litière. Comprendre les attaques et les griffures Il est également fréquent que les chats attaquent ou griffent leurs propriétaires, mais cela ne signifie pas qu'ils se vengent. Voici quelques raisons pour lesquelles un chat peut montrer de l'agressivité : Jeu : Les jeunes chats apprennent à chasser et à jouer en utilisant leurs griffes et leurs dents. Si votre chat vous attaque pendant le jeu, il est important de lui enseigner des comportements appropriés et d'utiliser des jouets au lieu de vos mains ou pieds. Territorialité : Un chat peut se sentir menacé si un nouvel animal est introduit dans son territoire, ce qui peut le rendre agressif envers ses propriétaires. Essayez d'introduire lentement les animaux et assurez-vous que chaque animal dispose d'un espace propre pour dormir, manger et faire ses besoins. Frustration : Un chat peut ressentir de la frustration s'il a été enfermé à l'intérieur pendant une période prolongée, ou s'il n'a pas accès à des activités stimulantes. Fournissez des jouets, des perchoirs et des possibilités de chasse pour aider à soulager cette frustration. Comment réagir face aux comportements "vengeurs" de votre chat ? Il est essentiel de ne pas punir votre chat s'il adopte un comportement que vous percevez comme une vengeance. En effet, cela pourrait renforcer son anxiété et aggraver la situation. La première étape pour mieux gérer ces comportements, serait d'identifier les facteurs qui peuvent les provoquer. Voici quelques conseils pour les situations le plus souvent considérées comment "comportement vengeur". Pour l'urination inappropriée : Consultez votre vétérinaire pour écarter tout problème médical. Maintenez la propreté de la litière et changez-la régulièrement. Identifiez et éliminez les sources de stress pour votre chat. Si nécessaire, travaillez avec un spécialiste du comportement animal pour résoudre les problèmes sous-jacents. Pour les attaques et les griffures : Enseignez à votre chat des comportements appropriés lors des jeux, en utilisant des jouets plutôt que vos mains ou pieds. Introduisez lentement les nouveaux animaux dans la maison pour éviter les conflits territoriaux. Fournissez des jouets et des activités stimulantes pour soulager la frustration de votre chat. Si nécessaire, consultez un spécialiste du comportement animal pour résoudre les problèmes d'agressivité. En conclusion, il est important de ne pas attribuer des sentiments humains à nos animaux de compagnie et de comprendre que leurs comportements sont généralement le résultat de facteurs environnementaux, médicaux ou instinctifs. En travaillant avec votre vétérinaire et en fournissant un environnement approprié et stimulant pour votre chat, vous pouvez aider à minimiser ces comportements indésirables.
  15. Initialement crée pour soutenir les photographes indiens, le concours Nature inFocus Photography Awards est devenu avec des années un concours international très prestigieux et riche en production artistique. En même temps, c'est un évènement important pour les experts et les passionnés de l'histoire naturelle et de la faune sauvage. Basé en Inde, le festival récompense chaque année les photographes locaux et internationaux qui révèlent de nouvelles facettes du monde naturel et mettent en lumière des problèmes de conservation et d'habitat. Le jury composé des experts en faune sauvage (photographes ou pas) a dû évaluer 24 000 images soumises par 1 500 photographes et choisir des vainqueurs dans plusieurs catégories telles que comportement animal, portraits d'animaux, paysages sauvages et autres. Alimenté par les meilleurs photographes animaliers du monde entier, le catalogue de la plateforme Nature in Focus est tout simplement impressionnant. Dans la galerie d'images de leur site web, vous pouvez découvrir les lauréats de chaque année du concours depuis sa création. Ici, nous vous proposons quelques images gagnantes de cette 8ème édition du concours, dont les résultats ont été annoncées le 29 juillet à Bangalore. "The Things You Do for Love", auteur Amit Eshel, gagnant dans la catégorie "Paysage sauvage & animaux dans leur habitat" Le cliché pris par Amit Eshel, un photographe basé en Israël, nous montre les bouquetins de Nubie dans leur habitat naturel, sur les terrains rocheux de haute altitude. La scène représente une démonstration de domination, très caractéristique pendant la saison du rut. Pour démontrer qu'ils sont prêts à frapper l'adversaire, les bouquetins se tiennent sur leurs pattes arrière. "Worlds Apart", auteur Dileep SS, gagnant dans la catégorie "Paysage sauvage & animaux dans leur habitat" Lorsqu'on pense à Dubaï, ses gratte-ciels sont la première chose qui vient à l'esprit. Pourtant, un autre monde coexiste avec cet éblouissement, le monde du désert avec sa faune. La photo de Dileep SS Ambu juxtapose ces deux mondes - les gratte-ciels imposants et les sables sans fin , - comme un doux rappel de regarder au-delà du béton. "The Bonobo and His Pet", auteur Christian Ziegler, gagnant dans la catégorie "Portraits d'animaux" Le grand singe Bonobo est l'un de nos plus proches parents vivants. Sur cette image, un Bonobo sauvage tient dans ses bras un bébé mangouste, comme si c'était son animal de compagnie. A croire la description de la photo présentée au concours, il a ensuite relâché l'animal sain et sauf. "Inspector Booby" auteur Suliman Alatiqi, gagnant dans la catégorie "Portraits d'animaux" Les fous bruns passent une grande partie de leur vie en pleine mer. Ce sont des excellents plongeurs qui se nourrissent de tout, des anchois et des sardines aux calmars et aux crevettes. Le photographe Suliman Alatiqi, passionné de la photographie sous-marine, a regardé cet oiseau plonger sa tête sous l'eau à de courts intervalles et s'est mis en position pour capturer un portrait en gros plan de l'oiseau du point de vue de sa proie. "Shell I Eat You?", auteur Sankhesh Dedhia, gagnant dans la catégorie "Comportement animal" Cette superbe photo capture un moment rarement vu, où la légendaire Arrowhead, tigresse du sanctuaire de Ranthambore, pêche dans le lac une tortue pour le déjeuner. Le régime alimentaire d'un tigre à l'état sauvage peut être très varié car le félin peut se nourrir d'à peu près tout ce qui se trouve sur son territoire, même une tortue, comme le prouve l'image ! "A Love Like No Other", auteur Afroj Sheikh, gagnant dans la catégorie "Comportement animal" Victime d'un léopard affamé, cette mère et le bébé langur avaient peu de chances de survie. La chasse et la poursuite avaient conduit le prédateur et sa proie dans un arbre avant que la mère ne succombe à l'emprise suffocante du gros chat. Mais au dernier moment, la mère a pu sauver sa progéniture. "A Sappy Alliance", auteur Avinash PC, gagnant dans la catégorie "Comportement animal" Cette photo du photographe indien Avinash PC donne une image impressionnante de la relation symbiotique entre les fourmis et les pucerons. sont nombreuses dans le monde naturel ! Les pucerons sont de minuscules insectes suceurs de sève et ravageurs des plantes. Elles sécrètent un liquide riche en sucre appelé miellat, un aliment préféré des fourmis ! À tel point que les fourmis protègent ces insectes des autres prédateurs et les dirigent même vers les parties les plus saines de la plante pour maintenir un flux constant de miellat sucré ! "All That Glitters Are Spores", auteur Anirban Dutta, gagnant dans la catégorie "Photographie créative de la nature" Les poils jaunes sont les poils protecteurs des larves de Slug Moth. L'effet scintillant est dû aux champignons libérant des spores. Lorsque le photographe Anirban Dutta a trouvé les larves positionnées juste à côté des champignons sporulants, il n'a pas manqué l'occasion de capturer ce moment magique et fascinant ! "Symmetry in Mimicry" par Arkaprava Ghosh, gagnant dans la catégorie "Photographie créative de la nature" Nous voyons ici un merveilleux exemple de mimétisme : ces libellules se positionnent d'une façon très organisée sur la plante grimpante vivace Phanera vahlii et soulevent leur abdomen à l'unisson pour ressembler à une inflorescence. "The Land of Stripes", auteur Amit Vyas, mention spéciale dans la catégorie "Paysage sauvage et animaux dans leur habitat" "The Rarest of Them All", auteur Sergey Gorshkov, mention spéciale dans la catégorie "Paysage sauvage et animaux dans leur habitat" "It's a Cat-eat-cat World", auteur Karthik Mohan Iyer, mention spéciale dans la catégorie "Comportement animal" "Taking on the Grey Ghost", auteur Liton Paul, mention spéciale dans la catégorie "Focus sur la Conservation"
×
×
  • Créer...